En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 8 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 22 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 54 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 1 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 54 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 38 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 4 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 11 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 24 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 57 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 12 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 13 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 24 min
Bilan

Nicolas Sarkozy, le président qui voulait (trop) qu'on l'aime

Publié le 20 avril 2012
Le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy est loin de ravir tous ceux qui l'avait élu pour son esprit réformateur. Aurait-il dû maintenir le cap au lieu d'écouter ceux qui critiquaient son action ?
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy est loin de ravir tous ceux qui l'avait élu pour son esprit réformateur. Aurait-il dû maintenir le cap au lieu d'écouter ceux qui critiquaient son action ?

John F. Kennedy rappelait que les élus étaient comme tous les hommes : ils veulent être aimés. Il est probable que ce sentiment naturel soit la cause de la chute de Nicolas Sarkozy. Un dirigeant, y compris politique, ne doit pas y succomber surtout lorsque les circonstances sont grave

En 2007, le diagnostic sur l’état de la France – tel que partagé par la majorité ayant porté Nicolas Sarkozy à la tête de l’Etat – était clair : la dépense publique était trop importante et elle était déjà largement financée à crédit. Cette dépense publique pesait sur la compétitivité de la France non seulement vis-à-vis des pays émergents mais plus grave encore face à nos partenaires européens, l’Allemagne en tête. La feuille de route était donnée au nouveau Président par ses électeurs : réduire à la dépense publique. Il s’y attaqua avec les qualités et les défauts qui sont les siens. Inutile à ce jour d’ergoter sur les défauts qui auraient été pardonnés et oubliés s’il avait réussi.

Puis la crise de 2008 est survenue. Celle-ci a été un révélateur et un accélérateur des difficultés de notre pays. C’est à ce moment là que Nicolas Sarkozy a commis l’erreur fatale de son mandat. Il avait le choix entre accélérer les réformes structurelles ou ralentir le rythme de ces réformes. Dans le premier cas, il s’aliénait encore plus son opposition et dans le second cas il perdait son électorat. Sans doute, conseillé par son entourage immédiat dont la référence Keynésienne n’est pas un mystère, il a fait le second choix. Dans la tempête, le capitaine a pris le mauvais cap.

Nicolas Sarkozy assure qu’il a réussi à protéger les Français de la crise. Le problème est qu’une moitié des Français ne perçoit pas cette protection (la montée du chômage chez les ouvriers et de la difficulté à trouver un premier emploi pour les jeunes légitiment cette absence de perception) et l’autre moitié ne croit pas que cette protection soit durable. De fait, la France se divise entre ceux qui vivent déjà la crise et ceux qui la voit venir. La communication lénifiante du gouvernement contredite de manière constante par les faits a retiré toute crédibilité au discours de Nicolas Sarkozy sur l’avenir.

Pris dans son piège du discours protecteur de l’Etat, Nicolas Sarkozy donne maintenant l’impression de faire la course derrière ceux dont la protection sociale est le fond de commerce. La réduction de la dépense publique ne s’envisage plus pour le candidat-Président qu’en proportion du PIB et non en valeur absolue. Le « travailler plus pour gagner plus » du candidat de 2007 devient travailler plus pour payer plus d’impôts. Les patrons réhabilités en début de quinquennat sont devenus des voyous. Le salut de la France passe à nouveau par une hausse des impôts. La matière imposable devient insuffisante en France, l’Etat va aller la chercher chez les Français établis à l’étranger. Pour paraphraser une fameuse publicité : « les socialistes en ont rêvé, Nicolas Sarkozy l’a fait ».

Le Président pris entre ses promesses de 2007 (sûrement correspondant à son naturel) et l’inflexion de sa politique est apparu incohérent à l’ensemble de l’électorat, de droite comme de gauche.

La critique est certes aisée mais on peut imaginer qu’une politique plus constante, et certes plus risquée, aurait pu donner un autre résultat électoral maintenant probable. Le Président – mieux conseillé – aurait rappelé aux Français que :

-les plans étatiques (qui plus est, financés par la dette) de soutien de la consommation sont toujours du gaspillage d’argent public,
-la crise exigeait une accélération des réformes et non leur ralentissement, notamment au plan de la réduction de la dépense publique,
-le choix était entre des difficultés importantes immédiates et des difficultés encore plus importantes à terme,
-il fallait encourager les énergies et les talents créateurs de richesse plutôt que de les pourchasser et de participer à leur stigmatisation.

Pour tenir ce discours, Nicolas Sarkozy pouvait s’appuyer sur l’expertise de l’entourage qui l’avait porté au pouvoir et même d’une partie des penseurs de gauche. Il pouvait aussi pointer du doigt les pays ayant connu les mêmes difficultés au cours des 20 dernières années et qui avaient mis en œuvre des politiques courageuses d’équilibre des finances publiques (pays Scandinaves ou Allemagne difficilement taxables d’« ultralibéralisme »). Il ne l’a pas fait. « Vouloir être aimé des Français m’a tuer » pourrait être son épitaphe historique.

C’est une occasion ratée mais nous garderons quand même en mémoire quelques grandes réformes sur lesquelles aucun gouvernement futur ne reviendra : l’autonomie des universités et le lancement de la réforme des retraites du secteur privé notamment.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ludo1963
- 21/04/2012 - 10:36
@ricouti. Rigolo sectaire gauchiste
C est typique de la gauche, stigmatiser plutôt qu argumenter. Traiter les gens de robot , vous avez rien d autre ? Je pourrais dire que vous êtes un petit avatar de l antisarkosysme, vous devez bien aimer Marianne ou Hamon ? Je vous les laisse
Évidemment que les medias sont de gauche, il n y a que les abrutis comme vous, complètement ideologises, qui le nient.
Pourquoi lesedias ne parlent ils pas du chauffeur d'Hollande ?
Connaissez vous Rose Mafia ?
Vos arguments sont tellement bateau Vous êtes politiquement correct ricouti , petit soldat de la pensée unique.
emcé
- 21/04/2012 - 07:59
????????
encore un journaleux en mal de papier ! Le Pdt SarKOzy n'a pas fait autre chose que ce que vous vous croyez génial de préconiser . V ous faites comme mimollande qui reprend une à une toutes les idées du PDT en moins bien .
ricouti
- 21/04/2012 - 00:10
@ robot ludo1963 ; arrêtez de
@ robot ludo1963 ; arrêtez de répéter en boucle cet argument ridicule de la presse qui influencerait les français.
Si c'était vrai, comment expliquez vous le résultat du référendum de 2005 (55% de NON) alors que quasiment toute la presse faisait la campagne pour le OUI ?