En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 27 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 27 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 15 heures 35 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 11 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 39 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 42 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 56 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 54 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 19 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 51 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 21 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 28 min
© Elysee
© Elysee
Made in Sciences Po

20 ans après : les espoirs et les désillusions de la génération qui était à Sciences Po avec Emmanuel Macron

Publié le 08 avril 2018
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais est l'auteure du livre "On s'était dit rendez-vous dans vingt ans". Elle revient sur les particularités de cette génération, à cheval entre "l'ancien monde" et le "nouveau".
Anne-Sophie Beauvais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais a aujourd'hui 39 ans. Ancienne conseillère en cabinet ministériel, elle connait bien le monde politique. En 2009, elle est appelée par Richard Descoings, l'ancien directeur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais est l'auteure du livre "On s'était dit rendez-vous dans vingt ans". Elle revient sur les particularités de cette génération, à cheval entre "l'ancien monde" et le "nouveau".

Atlantico : Votre livre décrit avant tout une génération à laquelle vous appartenez, celle qui, à l'aube de l'an 2000, s'est retrouvée à Sciences Po. L'un de ces vingtenaires se trouve être Emmanuel Macron. Mais il y a aussi Natacha Polony, Florian Zeller, Gaspard Gantzer, Maël de Calan... et bien d'autres. Ariane Chemin avait, elle aussi, décrypté sa génération, en montrant qu'elle opérait un tournant vis-à-vis de la précédente. S'agit-il de la volonté de réussir, marqueur plutôt libéral, et qui vous fait dire que "réussir n'est pas honteux" ?

Anne-Sophie Beauvais : L’expression peut paraitre très « macronienne », en effet ! Mais lorsque je l’utilise, au début du livre, c’est surtout pour corriger – ou plutôt anticiper –  un apriori sur Sciences Po, l’école qui a nous tous formés : Sciences Po est souvent qualifiée d'"école du pouvoir", et on semble vouloir enfermer ses étudiants, dès qu’ils ont franchi les portes de la rue Saint-Guillaume, dans une bulle privilégiée, celle des élites. Dans mon livre, j'essaie de démontrer deux choses. D'abord, que nous ne sommes pas tous issus de milieux sociaux favorisés en arrivant à Sciences Po, loin de là. Il y a beaucoup de parcours qui se sont faits à force de travail et de méritocratie. D'autre part, que ce n'est pas parce qu'on entre à Sciences-Po, qu'on est ensuite coupé des réalités. Dans le livre, je retrace des trajectoires de réussite, qui se sont faites au mérite…et j’affirme, en effet, que ces réussites-là ne sont pas honteuses, bien au contraire.

A vous lire, on a aussi l'impression que votre génération est marquée par un certain optimisme. Vous confirmez ?

J'aurais tendance à dire que c'est l'inverse. Ce qui m'a frappée dans mes échanges avec ceux que j'ai interrogés, c'est que, dans les années 2000, nous étions une jeunesse plutôt inquiète. Ma génération traverse, à vingt ans, des années difficiles, qui sont marquées notamment par le chômage. Dans mon livre, je fais la comparaison avec la génération de nos parents, celle des baby-boomers, qui, avec les Trente Glorieuses, n’a rien connu de comparable. Eux ont eu le luxe de se révolter en mai 68, vous diraient même certains de mes amis ! Et en échange de quoi, ils nous lèguent une dette qui fait peser sur nos épaules une forme de précarité. Ceux, à Sciences Po, qui venaient d'un milieu populaire, n’échappaient pas à cette inquiétude de trouver un emploi à la sortie. Et à la dette et au chômage, j’ajouterai aussi le sida. Nous sommes la première génération à être vraiment confrontée à cette maladie, et cela fait porter une forme de lourdeur, d’épée Damoclès, sur notre jeunesse.

Et aujourd’hui, à 40 ans, votre génération aurait-elle récupérer cette forme d’optimisme prônée d’ailleurs par Emmanuel Macron lui-même ?

Ce que j'ai ressenti, c'est qu'il y avait en tout cas une forme d'empathie générationnelle, c’est vrai, avec l'arrivée d'Emmanuel Macron à l’Elysée. Au sein de notre génération, il y avait vraiment cette envie de refaçonner le pays, ou en tous les cas de faire évoluer les modèles économiques et sociaux qui avaient été pensés pour les Trente Glorieuses. Des modèles qui ont notamment contribué à faire augmenter, année après année, cette dette dont je parlais. Il fallait que quelqu'un s'empare de cette nécessité de réforme - les générations précédentes, les « quinquas » et les « sexas » ne l'ont pas fait -, et c’était donc au tour de notre génération de le faire. Après, il existe plusieurs façons de conduire toutes ces réformes…et sur cette question, contrairement à l’aspiration d’Emmanuel Macron, je ne suis pas sûre que le clivage droite/gauche ait complètement disparu, même au sein de notre génération.

La formation que vous avez reçue à Sciences Po, aujourd'hui que votre génération est "au pouvoir", vous semble-t-elle la bonne pour appréhender le monde de 2018 et ses problèmes ?

Il est vrai que j’ai le sentiment que toutes les idées dans lesquelles nous avons baignés, à Sciences Po, dans les années 2000, ont pris le pouvoir avec Emmanuel Macron. Je parle du libéralisme, et d'une confiance dans les effets bénéfiques de la mondialisation et de la construction de l'Union européenne. Soit on considère qu’Emmanuel Macron ne va faire qu'exacerber les erreurs qui ont commencé à être faites ces dernières années – en raison, justement, de cette « glissade » libérale – soit on se dit que le Président de la République va aller enfin au bout de cette idéologie, et qu’en la poussant encore un peu, on a une chance de s’en sortir.

Qu'est-ce qui reste encore du Emmanuel Macron de Sciences-Po dans l'Emmanuel Macron devenu Président de la République ?

L'idée forte, dans mon livre, c'est qu'Emmanuel Macron appartient à une génération « charnière », celle des quadragénaires. Lorsqu'on a eu 20 ans, on était à la fois les héritiers de l'ancien monde, on avait connu la verticalité de celui-ci, avec ses hiérarchies et ses valeurs. Mais on a vu aussi arriver, dans ces années-là, les premiers avatars du nouveau monde, avec toutes les mutations qui l’ont accompagné : des mutations technologiques, avec l'arrivée notamment du numérique ; des mutations politiques et économiques : nous avons connu la chute de Mur de Berlin, et avec elle la fin des grandes utopies, et d’une certaine façon, la fin des alternatives au système libéral. La mondialisation, l’ouverture des frontières, mais aussi, à l’échelle du continent, l’Europe, le marché économique élargi…toutes ces réalités contemporaines sont arrivées en même temps que notre adolescence. Ce mélange de l’ancien monde et du nouveau, qui est le propre de notre génération, a été un grand atout pour Emmanuel Macron au cours de sa campagne électorale : il ne pouvait pas gagner l'Élysée sans être l'héritier de cet ancien monde - et il en était l'héritier, par exemple, à travers son statut d'énarque, d'inspecteur des finances, par sa connexion avec des personnalités déjà bien installées au sommet de la pyramide sociale, et qui l'ont beaucoup aidé ; Mais en même temps – et l’expression est parfaite ici – il a réussi à décrocher la mandature suprême parce qu’il a aussi très bien su comprendre et s’appuyer sur ce nouveau monde, contrairement aux autres candidats. Dans mon livre, j'écris ainsi, de manière certes un peu triviale, qu'il a su piocher dans les deux assiettes, et n’en prendre, à chaque fois, que le plus utile. Et maintenant qu'il gouverne, cela lui donne cette posture qu'on trouve, c'est vrai, paradoxale, celle d'un libéral-autoritaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 08/04/2018 - 11:38
L'ENA forme des
L'ENA forme des administratifs et des banquiers.Science Po forme des communicants et des baratineurs. Sont-ils aptes à devenir chefs d'état. Certainement pas. Un Etat moderne a besoin d'ingénieurs, de constructeurs, de Vauban, de Louis Armand, pas de danseuses.