En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 32 sec
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 1 heure 38 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 4 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Economie
Conclusions hâtives

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

il y a 9 heures 56 min
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 23 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 9 min 50 sec
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 2 heures 20 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 5 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

il y a 9 heures 36 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’ultragauche tentée par le terrorisme ?; L’équipe Villani en plein doute; LREM : Stanislas Guerini veut refonder le parti; GPA : le gouvernement ne veut pas (maintenant) de la jurisprudence de la Cour de Cassation
il y a 10 heures 15 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 23 heures 43 min
© Elysee
© Elysee
Made in Sciences Po

20 ans après : les espoirs et les désillusions de la génération qui était à Sciences Po avec Emmanuel Macron

Publié le 08 avril 2018
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais est l'auteure du livre "On s'était dit rendez-vous dans vingt ans". Elle revient sur les particularités de cette génération, à cheval entre "l'ancien monde" et le "nouveau".
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais a aujourd'hui 39 ans. Ancienne conseillère en cabinet ministériel, elle connait bien le monde politique. En 2009, elle est appelée par Richard Descoings, l'ancien directeur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Sophie Beauvais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais a aujourd'hui 39 ans. Ancienne conseillère en cabinet ministériel, elle connait bien le monde politique. En 2009, elle est appelée par Richard Descoings, l'ancien directeur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais est l'auteure du livre "On s'était dit rendez-vous dans vingt ans". Elle revient sur les particularités de cette génération, à cheval entre "l'ancien monde" et le "nouveau".

Atlantico : Votre livre décrit avant tout une génération à laquelle vous appartenez, celle qui, à l'aube de l'an 2000, s'est retrouvée à Sciences Po. L'un de ces vingtenaires se trouve être Emmanuel Macron. Mais il y a aussi Natacha Polony, Florian Zeller, Gaspard Gantzer, Maël de Calan... et bien d'autres. Ariane Chemin avait, elle aussi, décrypté sa génération, en montrant qu'elle opérait un tournant vis-à-vis de la précédente. S'agit-il de la volonté de réussir, marqueur plutôt libéral, et qui vous fait dire que "réussir n'est pas honteux" ?

Anne-Sophie Beauvais : L’expression peut paraitre très « macronienne », en effet ! Mais lorsque je l’utilise, au début du livre, c’est surtout pour corriger – ou plutôt anticiper –  un apriori sur Sciences Po, l’école qui a nous tous formés : Sciences Po est souvent qualifiée d'"école du pouvoir", et on semble vouloir enfermer ses étudiants, dès qu’ils ont franchi les portes de la rue Saint-Guillaume, dans une bulle privilégiée, celle des élites. Dans mon livre, j'essaie de démontrer deux choses. D'abord, que nous ne sommes pas tous issus de milieux sociaux favorisés en arrivant à Sciences Po, loin de là. Il y a beaucoup de parcours qui se sont faits à force de travail et de méritocratie. D'autre part, que ce n'est pas parce qu'on entre à Sciences-Po, qu'on est ensuite coupé des réalités. Dans le livre, je retrace des trajectoires de réussite, qui se sont faites au mérite…et j’affirme, en effet, que ces réussites-là ne sont pas honteuses, bien au contraire.

A vous lire, on a aussi l'impression que votre génération est marquée par un certain optimisme. Vous confirmez ?

J'aurais tendance à dire que c'est l'inverse. Ce qui m'a frappée dans mes échanges avec ceux que j'ai interrogés, c'est que, dans les années 2000, nous étions une jeunesse plutôt inquiète. Ma génération traverse, à vingt ans, des années difficiles, qui sont marquées notamment par le chômage. Dans mon livre, je fais la comparaison avec la génération de nos parents, celle des baby-boomers, qui, avec les Trente Glorieuses, n’a rien connu de comparable. Eux ont eu le luxe de se révolter en mai 68, vous diraient même certains de mes amis ! Et en échange de quoi, ils nous lèguent une dette qui fait peser sur nos épaules une forme de précarité. Ceux, à Sciences Po, qui venaient d'un milieu populaire, n’échappaient pas à cette inquiétude de trouver un emploi à la sortie. Et à la dette et au chômage, j’ajouterai aussi le sida. Nous sommes la première génération à être vraiment confrontée à cette maladie, et cela fait porter une forme de lourdeur, d’épée Damoclès, sur notre jeunesse.

Et aujourd’hui, à 40 ans, votre génération aurait-elle récupérer cette forme d’optimisme prônée d’ailleurs par Emmanuel Macron lui-même ?

Ce que j'ai ressenti, c'est qu'il y avait en tout cas une forme d'empathie générationnelle, c’est vrai, avec l'arrivée d'Emmanuel Macron à l’Elysée. Au sein de notre génération, il y avait vraiment cette envie de refaçonner le pays, ou en tous les cas de faire évoluer les modèles économiques et sociaux qui avaient été pensés pour les Trente Glorieuses. Des modèles qui ont notamment contribué à faire augmenter, année après année, cette dette dont je parlais. Il fallait que quelqu'un s'empare de cette nécessité de réforme - les générations précédentes, les « quinquas » et les « sexas » ne l'ont pas fait -, et c’était donc au tour de notre génération de le faire. Après, il existe plusieurs façons de conduire toutes ces réformes…et sur cette question, contrairement à l’aspiration d’Emmanuel Macron, je ne suis pas sûre que le clivage droite/gauche ait complètement disparu, même au sein de notre génération.

La formation que vous avez reçue à Sciences Po, aujourd'hui que votre génération est "au pouvoir", vous semble-t-elle la bonne pour appréhender le monde de 2018 et ses problèmes ?

Il est vrai que j’ai le sentiment que toutes les idées dans lesquelles nous avons baignés, à Sciences Po, dans les années 2000, ont pris le pouvoir avec Emmanuel Macron. Je parle du libéralisme, et d'une confiance dans les effets bénéfiques de la mondialisation et de la construction de l'Union européenne. Soit on considère qu’Emmanuel Macron ne va faire qu'exacerber les erreurs qui ont commencé à être faites ces dernières années – en raison, justement, de cette « glissade » libérale – soit on se dit que le Président de la République va aller enfin au bout de cette idéologie, et qu’en la poussant encore un peu, on a une chance de s’en sortir.

Qu'est-ce qui reste encore du Emmanuel Macron de Sciences-Po dans l'Emmanuel Macron devenu Président de la République ?

L'idée forte, dans mon livre, c'est qu'Emmanuel Macron appartient à une génération « charnière », celle des quadragénaires. Lorsqu'on a eu 20 ans, on était à la fois les héritiers de l'ancien monde, on avait connu la verticalité de celui-ci, avec ses hiérarchies et ses valeurs. Mais on a vu aussi arriver, dans ces années-là, les premiers avatars du nouveau monde, avec toutes les mutations qui l’ont accompagné : des mutations technologiques, avec l'arrivée notamment du numérique ; des mutations politiques et économiques : nous avons connu la chute de Mur de Berlin, et avec elle la fin des grandes utopies, et d’une certaine façon, la fin des alternatives au système libéral. La mondialisation, l’ouverture des frontières, mais aussi, à l’échelle du continent, l’Europe, le marché économique élargi…toutes ces réalités contemporaines sont arrivées en même temps que notre adolescence. Ce mélange de l’ancien monde et du nouveau, qui est le propre de notre génération, a été un grand atout pour Emmanuel Macron au cours de sa campagne électorale : il ne pouvait pas gagner l'Élysée sans être l'héritier de cet ancien monde - et il en était l'héritier, par exemple, à travers son statut d'énarque, d'inspecteur des finances, par sa connexion avec des personnalités déjà bien installées au sommet de la pyramide sociale, et qui l'ont beaucoup aidé ; Mais en même temps – et l’expression est parfaite ici – il a réussi à décrocher la mandature suprême parce qu’il a aussi très bien su comprendre et s’appuyer sur ce nouveau monde, contrairement aux autres candidats. Dans mon livre, j'écris ainsi, de manière certes un peu triviale, qu'il a su piocher dans les deux assiettes, et n’en prendre, à chaque fois, que le plus utile. Et maintenant qu'il gouverne, cela lui donne cette posture qu'on trouve, c'est vrai, paradoxale, celle d'un libéral-autoritaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 08/04/2018 - 11:38
L'ENA forme des
L'ENA forme des administratifs et des banquiers.Science Po forme des communicants et des baratineurs. Sont-ils aptes à devenir chefs d'état. Certainement pas. Un Etat moderne a besoin d'ingénieurs, de constructeurs, de Vauban, de Louis Armand, pas de danseuses.