En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 15 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 2 heures 16 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 3 heures 12 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 28 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 1 heure 9 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 54 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 37 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment l’époque d’aujourd’hui rend la situation du couple intenable

Publié le 08 avril 2018
Dans un monde devenu précaire, n’est-il pas temps de parier sur l’amour au long cours et d’en renouveler régulièrement la décision libre et lucide, plutôt que de courir après un enchantement qui se retourne trop rapidement en déception et mène à la solitude ? Jean-Paul Mialet, psychiatre, spécialiste en psychologie expérimentale et cognitive, nous invite à nous interroger sur ce qui pousse à vivre à deux et à réfléchir à la profondeur du lien lorsqu’il se déploie dans la durée. Extrait de "L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet, chez Albin Michel (2/2).
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un monde devenu précaire, n’est-il pas temps de parier sur l’amour au long cours et d’en renouveler régulièrement la décision libre et lucide, plutôt que de courir après un enchantement qui se retourne trop rapidement en déception et mène à la solitude ? Jean-Paul Mialet, psychiatre, spécialiste en psychologie expérimentale et cognitive, nous invite à nous interroger sur ce qui pousse à vivre à deux et à réfléchir à la profondeur du lien lorsqu’il se déploie dans la durée. Extrait de "L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet, chez Albin Michel (2/2).

L’époque d’aujourd’hui rend donc la situation du couple intenable. L’idéalisation de l’amour d’un côté, l’injonction au plaisir de l’autre, la sourcilleuse aspiration à la liberté de chacun, les multiples tentations d’accès aisé se présentant comme des jeux dénués de suite : tout cela impose à chacun des partenaires du lien un véritable effort de funambule pour maintenir l’équilibre du couple.

Comme on l’a répété, le cadre d’aujourd’hui est devenu autocentré : c’est soi- même. Les exigences ne se situent qu’à ce seul niveau : le respect de soi, formulé avec les valeurs d’aujourd’hui – sincérité, liberté. L’autre n’existe que comme un double de soi- même auquel on prête les mêmes attentes. La confusion des sexes aggrave la situation, puisque hommes et femmes se considèrent aujourd’hui en tous points semblables, ce qui ne va pas sans des malentendus, comme je l’ai développé ailleurs 1. On aura noté que ce cadre autoréférencé tient peu compte des enfants : le couple se construit aujourd’hui sur la base des valeurs qui viennent d’être citées, sa responsabilité se mesure au respect de ces valeurs, mais la progéniture occupe là- dedans une place secondaire. Ce n’est pas qu’on n’en tienne pas compte. Bien au contraire, les parents d’aujourd’hui se mettent en quatre pour leurs enfants, ils ont le souci de leurs loisirs et de leur formation, ils en font une préoccupation centrale. Ils sont sans doute plus proches d’eux que les parents que je connaissais autrefois, comme ce père résolu à envoyer son fi ls chez les parachutistes : ils leur parlent davantage, s’expliquent avec eux, s’imposent aussi peu que possible. Les valeurs démocratiques et le « management participatif » – pour employer une expression à la mode – font aujourd’hui partie intégrante de la culture familiale. Mais la responsabilité des parents se limite à ces efforts et non à se maintenir en couple. Il leur a été expliqué pendant plusieurs décades que les enfants souffraient quand les parents souffraient, et qu’ils ne devaient jamais servir de prétexte pour rester ensemble. Dans cette perspective, le respect des enfants apparaît donc comme une question subsidiaire par rapport au respect de soi.

Mes couples d’autrefois respectaient donc un cadre qu’ils plaçaient au- dessus d’eux. Ce cadre incluait sans aucun doute des impératifs sociaux, des conventions qui peuvent paraître absurdes aujourd’hui. Mais il impliquait aussi l’habitude de placer au- dessus de soi, au- dessus de sa propre existence, des objectifs qui semblaient indiscutables. Parmi ces objectifs, les enfants occupaient une place à part : être un couple, c’était avoir été attiré l’un par l’autre au point de vouloir partager une existence et, dans la plupart des cas, de fonder une famille. Lorsque les enfants apparaissaient, la responsabilité vis-à- vis de cette descendance prenait la priorité sur les libertés individuelles ou celles du couple : le cadre que chacun des partenaires plaçait alors au- dessus de soi était celui de l’œuvre familiale qu’il fallait mener à son terme le mieux possible. Gagne- t-on aujourd’hui à caler sur soi- même sa boussole ? N’y aurait- il pas avantage à suivre, comme autrefois, un chemin qui, étant au- dessus de soi, représente un sens partagé par tous ?

Extrait de "L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet, chez Albin Michel

Pour acheter ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous

"L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
amour, couple, famille, enfants, Parents
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 09/04/2018 - 21:31
Bon article
La récréation est terminée, il est temps de revenir à des réalités simples. Donner avant de demander. S’engager et non hésiter ou spéculer sur les émotions, en bref rétablir les fondements. La génération ado jouisseuse vit sa fin (retraite oblige) et nous enmerde encore avec ses exigences 68ardes. Ces héritiers ont tout cramé, maintenant il faut reconnecter au sens commun de ces 2000 dernières années.