En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 49 min 30 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 37 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 44 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 48 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 41 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 45 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 17 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 23 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 59 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 28 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 55 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 22 min
© REMY GABALDA / AFP
© REMY GABALDA / AFP
Joie de vivre

Optimisme individuel, pessimisme collectif : le double paradoxe français

Publié le 31 mars 2018
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
BVA POP2017
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
POP2017, ou Plateforme des Opinions Publiques est un dispositif inédit mis en place par BVA et Salesforce dans la perspective des élections présidentielle et législatives de 2017. Il s’agit d’un laboratoire d’analyse des opinions politiques permettant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

La publication récente de la dernière vague du baromètre de la DREES, réalisée par BVA, est riche d’enseignements concernant l’état d’esprit des Français vis-à-vis de la société française ainsi que de leur avenir et du rôle de l’Etat-protecteur en France. On constate tout d’abord que le pourcentage des Français qui se déclarent pessimistes (41%) quant à leur avenir personnel est en légère baisse par rapport à l’an dernier, une donnée qui s’inscrit dans la tendance à ce que la sortie de la grande crise économique de 2008 se traduise par davantage d’optimisme dans l’avenir.

Mais passé ce premier constat général, les données de l’enquête montrent des Français en fait préoccupés et même inquiets sur l’avenir de leurs conditions économiques et sociales : le niveau de préoccupation sur les salaires et le pouvoir d’achat, la pauvreté, l’avenir des retraites, le chômage ou l’environnement dépasse les 80%. Un prisme de craintes concernant l’exclusion sociale, le logement, l’accès aux soins, le maintien d’un bon niveau de protection sociale en cas d’accidents de la vie vient vite gommer la première lecture que l’on pouvait faire des données au vu de la baisse du pourcentage de ceux qui se déclarent pessimistes sur leur avenir.

Par ailleurs, les données du Baromètre de la DREES montrent que les Français attendent majoritairement des pouvoirs publics plus de prise en charge, ou au moins un maintien à un bon niveau de la prise en charge et des aides. Par exemple, ceux qui déclarent s’occuper régulièrement d’une personne dépendante ne se sentent pas assez soutenus par l’Etat et pas assez reconnus dans leur rôle d’aidants. Globalement, l’enquête dresse le portrait de Français relativement optimistes sur leur avenir personnel mais assez préoccupés vis-à-vis du système de protection sociale et de son avenir.

Ce prisme n’est pas sans rappeler d’autres indicateurs et d’autres données que le sociologue Jean Viard, membre du CEVIPOF, ou l’économiste de Sciences Po Yann Algan, résument par le paradoxe français : « bonheur privé, malheur public ».  Dans leurs travaux, les sociologues et économistes nous rappellent la dimension toute relative et toute subjective de ce « malheur français ». Plutôt que de nous sentir satisfaits d’avoir atteint un stade de développement et de sécurité dans nos vies comme rarement avant dans l’histoire de l’humanité, notre regard se compare aux autres. Nous sommes d’incorrigibles comparateurs : sitôt atteint un niveau de vie ou acquis un bien, nous regardons un peu nostalgiques dans le rétroviseur ou un peu envieux chez le voisin. Or c’est le revenu relatif et non absolu qui détermine le sentiment de se sentir bien : pour être heureux, il ne suffit pas de vivre caché, encore faut-il que l’autre ne soit pas plus heureux que nous…

Les économistes Yann Algan ou Claudia Senik ont montré que si l’on prend le revenu moyen en France, par rapport aux autres pays européens, nous n’occupons pas la place que nous devrions occuper dans les classements du bien-être ou même du bonheur personnel, arts français dans lesquels nous sommes pourtant réputés. Nous devrions être plus haut !  Mais quelle est donc cette incohérence française ?

Si c’est bien la perception du revenu relatif qui explique le niveau de bonheur et d’optimisme, un second paradoxe français vient encore tout chambouler : les éternels comparateurs que nous sommes, nous les Français comme tous les êtres vivants, ont une particularité inscrite dans le code génétique de la politique en France, le sentiment d’injustice. Nous ne sommes pas le pays où la comparaison avec le voisin s’arrêterait au seuil du jardin : nous en transposons plus aisément que les autres l’interprétation dans l’espace et le débat public.

Ce que nous différencie beaucoup de plusieurs autres pays européens, proches pourtant de nous dans leur capacité à produire du bonheur privé et du malheur public, c’est que nous percevons les injustices, réelles ou subjectivement perçues, comme plus injustes et intolérables que dans d’autres pays. Dans le Baromètre de la DREES, on voit d’ailleurs que 77% des Français trouvent la société injuste. Et si l’on observe la société française est ses grandes variables socio-économiques, on peut le comprendre…

Toute la fascinante histoire politique que nous vivons depuis la dernière présidentielle tourne en fait autour d’un titanesque conflit d’interprétation sur ce que veulent dire en France des mots comme justice et égalité. Pour déplacer la montagne du clivage gauche/droite, nul doute qu’Emmanuel Macron a fait sienne cette citation de Churchill : « un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté »…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires