En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 15 min 33 sec
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 55 min 13 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 1 heure 23 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 6 heures 53 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 9 heures 12 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 38 min 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 1 heure 30 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 4 heures 27 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 5 heures 25 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 8 heures 50 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 17 heures 58 min
Atlanti-culture

"L’amour après" : une admirable leçon de vie

Publié le 29 mars 2018
Jamais, sans doute, on n'a raconté de manière aussi intime les ravages provoqués par les séjours en camps de concentration et l'âpreté du combat à mener, après, pour la redécouverte du désir, du plaisir et du bonheur. Un témoignage exceptionnel.
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jamais, sans doute, on n'a raconté de manière aussi intime les ravages provoqués par les séjours en camps de concentration et l'âpreté du combat à mener, après, pour la redécouverte du désir, du plaisir et du bonheur. Un témoignage exceptionnel.

LIVRE

« L’amour après »

de Marceline Loridan-Ivens, avec Judith Perrignon

Ed. Grasset

162 pages

16 €.

RECOMMANDATION

           EN PRIORITE

>THEME

              Jeune fille de 14 ans, elle a été déportée pendant la Deuxième Guerre mondiale. Les camps de la mort, Auschwitz, Birkenau… Elle en reviendra sans son père qui avait été déporté en même temps qu’elle. Survivante, aujourd’hui à 89 ans… « Mon corps de femme s’est dessiné en même temps qu’il était condamné. A Auschwitz. Que faire de lui ensuite puisque j’avais survécu ? Serait-il capable de désir, de plaisir… D’aimer tout simplement ? », s’interroge l’auteure qui, un jour, plonge dans une vieille valise. Elle en sort des listes de livres, des billets de spectacles, des mots griffonnés. Des lettres, aussi. Des lettres d’amour. Ecrites avant-hier, hier par les hommes qui l’ont aimée, qu’elle a aimés. Par d’autres qu’elle a simplement croisés. La liste est longue, et alors ? Il y a Francis Loridan, son premier mari, l’écrivain Georges Perec, le sociologue Edgar Morin, Jean tellement plus jeune qu’elle, le documentariste Joris Ivens, son deuxième mari de trente ans son aîné… et aussi Freddie rescapé comme elle, Camille beau comme Brando…

         A 20 ans, Marceline Loridan-Ivens est revenue à la vie. Survivante à Saint-Germain-des-Prés, dans les premières années 1950, elle vit l’aujourd’hui. Pour (tenter de) gommer l’horreur du passé. Pour « continuer », comme le lui suggérera un jour une psychanalyste ? Mais le corps, lui, a-t-il oublié ? Peut-il seulement oublier ? 

       En ouverture de « L’Amour après », l’auteure rappelle les mots du fondateur de la psychologie analytique, C.G. Jung : « La vie non vécue est une maladie dont on peut mourir ». 

Au fil des pages, les souvenirs du temps passé et les événements du temps présent s’enchaînent. On devine qu’elle a connu, au moins une fois, peut-être même une seule fois, le véritable amour, le grand amour. Ce fut avec Joris Ivens.

>POINTS FORTS

-Un grand et beau texte sur le corps, sur l’amour, sur l’apprentissage de la chose amoureuse, sur la réappropriation du corps après un passage dans les camps de la mort.

-Le tourbillon d’une vie ponctuée par les mots « horreur », « humiliation », « corps », « désir », « amour »… On lit, pris par l’émotion : « Je fuyais mon propre corps, sa mise à nu, à jamais associée pour moi à l’ordre d’un nazi », ou encore : « Il n'y eut après les camps, plus aucun donneur d'ordres dans ma vie ».

-Le franc-parler d’une femme revenue de là où la mort était l’ordinaire du quotidien.

-Avec « L’Amour après », Marceline Loridan-Ivens raconte l’amour, le sexe- il n’y a dans ses mots pas la moindre vulgarité, pas le moindre soupçon d’impudeur.

-La résonance implacable des mots d’une femme qui, au lendemain du retour des camps, confia : « Ma vie c’était vraiment du rabe »…

>POINTS FAIBLES

De ce récit, trouver et pointer le moindre point faible relèverait, à mon avis, de la malhonnêteté intellectuelle.

       

>EN DEUX MOTS

         Sur ce livre bref (moins de 160 pages) mais furieusement dense, flotte un formidable air de liberté. 

         Longtemps, chez tout lecteur de « L’Amour après », vibrera ce texte sur le cauchemar des camps et la (re)découverte de l’amour et de la sexualité. 

          Si je peux me permettre: un livre à lire impérativement.

>UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- « J’ai cru comme elle au Prince Charmant, je l’ai espéré, plus on est libre, plus on entretient l’idée d’un homme idéal, on cherche l’âme sœur, pas le mari, c’est une longue quête où l’on s’enferme comme la bonne épouse dans sa vie rangée. Il ne viendra pas. Il n’existe pas. Il faut déserter les modèles, fuir leurs pièges, leurs barbelés invisibles ».

 - « Nous sommes passées devant une baraque en bois peinte en vert qui semblait moins rudimentaire que la nôtre, des femmes y parlaient français, alors nous nous sommes approchées, mais elles nous ont chassées en nous traitant de sales juives. C’était la baraque des communistes. Nous avons perdu ensemble notre innocence ».

>L'AUTEURE

Née Marceline Rozenberg le 19 mars 1928 à Epinal (Vosges), Marceline Loridan-Ivens est une cinéaste documentariste française. Enfance et adolescence dans le Vaucluse où, jeune fille pendant la Deuxième Guerre mondiale, elle s’engage dans la Résistance. Elle est capturée avec son père par la Gestapo, envoyée à Auschwitz- Birkenau le 13 avril 1944 (dans le même convoi que Simone Veil) puis dans les camps de Bergen-Belsen et Theresienstadt. 

Elle est libérée le 10 mai 1945 par l’Armée soviétique. Elle se marie avec un jeune ingénieur en travaux publics, Francis Loridan, divorce quelques années plus tard. 

Elle adhère en 1955 au Parti Communiste Français qu’elle quitte un an après.

En 1963, elle rencontre le réalisateur Joris Ivens (de trente ans son aîné) et l’épouse. Ensemble, ils vont réaliser des films comme « Le 17ème parallèle ». Entre 1972 et 1976, pendant la Révolution culturelle, le couple réalise en Chine une série de douze films, dont « Comment Yukong déplaça les montagnes »,  mais devra quitter le pays précipitamment. 

En 1977, elle reçoit le César du meilleur court-métrage documentaire pour « Une histoire de ballon, lycée n°31 Pékin ». En 2003, Marceline Loridan-Ivens réalise « La Petite Prairie aux bouleaux », un film de fiction inspiré de son séjour dans les camps de concentration.

En 2015 avec sa complice Judith Perrignon, elle publie « Et tu n’es pas revenu », un livre évoquant la mort de son père dans les camps d’extermination. 

Pour acheter ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous :

"L'amour d'après" de Marceline Loridan-Ivens

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires