En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 24 min 35 sec
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 3 heures 15 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 3 heures 15 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 3 heures 20 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 19 heures 42 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 38 min 5 sec
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 3 heures 16 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 3 heures 20 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 20 heures 26 min
© WU HONG / POOL / AFP
© WU HONG / POOL / AFP
Con-trô-ler le web

Ce que l’Iran, la Russie, la Chine et les géants de la Silicon Valley ont en commun

Publié le 25 mars 2018
Plusieurs puissances cherchent ou contrôlent déjà internet. Quant aux géants américains, ils n'hésitent pas à censurer pour "empêcher la propagation de la haine."
Frédéric Mouffle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur général associé du groupe ASK’M / KER-MEUR. Expert en cyber sécurité. Conférencier sur les menaces émergentes, spécialisé dans la sensibilisation auprès des entreprises.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs puissances cherchent ou contrôlent déjà internet. Quant aux géants américains, ils n'hésitent pas à censurer pour "empêcher la propagation de la haine."

Le gouvernement russe entend construire un Internet qu'il peut contrôler comme un outil de légitime défense (au cas où l'Occident déciderait de couper l'accès au web de la nation), le régime iranien censure et déclare qu'il protège la culture de la nation, le gouvernement chinois entend garantir la sécurité nationale, et les censeurs aux États-Unis disent qu'ils empêchent la propagation de la haine. Mais derrière ces raisons, une même ambition, contrôler le web. Si les raisons semblent différentes, quel peut être le point commun entre ces approches, entre des Etats et les géants du Web ? 

Frédéric Mouffle : La Russie a renforcé ses lois sur les problématiques liées aux réseaux sociaux. En 2014 en renforçant la responsabilité des utilisateurs L'Iran a la même volonté de pouvoir construire un internet local vierge de tout contenu considérés comme illicite ou contraire au pouvoir en place. La Chine a fait un peu la même chose que les Russes en rendant responsable pénalement les Chinois qui s'expriment sur les réseaux sociaux elle veut conserver un certain contrôle. Ils ont aussi interdit les VPN en septembre 2017 et il y a déjà eu des condamnations.

Tous ces pays renforcent leur contrôle d'internet parfois sur des axes différents mais les résultats sont similaires. C'est un modèle différent de notre vision de l'internet et de l'internet tel que pensé par les américains.

Il ya  un point commun entre ces Etats et les géants du web. Les deux ont pour but d'avoir une forme de contrôle sur ce qu'il se passe sur internet et les deux ont pour objectif la captation globale de données. Les entreprises veulent monétiser et faire du commerce avec la collecte de données et les Etats eux vont à la pêche au renseignement, veulent contrôler un maximum les données pour pouvoir agir  en fonction de ce qu'ils vont appeler eux un problème.  Que la captation se fasse à but commercial ou de contrôle au final cela se rejoint et les acteurs peuvent collaborer car les Etats vont chercher à savoir quelles données ces entreprises ont sur leurs citoyens. Entre ces entreprises et ces Etats il y a des buts communs et c'est pour cela qu'ils s'entendent malgré les différends interétatiques qu'il peut y avoir. Il y a toujours moyen de s'entendre à travers le business.

Comment expliquer que les institutions semblent découvrir le problème de la captation massive des données par ces entreprises ?  A-t-on sous-estimé l'ampleur du phénomène ?

Dans le cadre de Cambridge Analytica c'est plutôt un problème de non contrôle auquel on a affaire. Facebook à la base a délégué la vente de données à des tiers sans aucun contrôle et au mépris des lois en vigueur.  On peut s'interroger sur cette perte de contrôle de données et sur les conséquences que cela pourrait avoir si ces gens ne prennent pas soin des données des utilisateurs.

Ce qui est incroyable c'est que l'on fait mine de découvrir le problème de la captation de données à travers ce dernier scandale alors que cela fait plus de cinq ou six ans que des spécialistes alertent sur ces problématiques. On n'a pas voulu entendre leur message malgré les nombreuses alertes. On a pas sous-estimé la menace, on a juste pas voulu voir le problème. Il suffisait même de regarder la valorisation exponentielle de ces sociétés pour se rendre compte qu'il y avait un problème. C'est à la fois les Etats qui sont responsables mais aussi les utilisateurs. On accepte les conditions d'utilisation de services sans se donner la peine de les lire et sans se poser la question de la contrepartie.

Ce qu'il faut vraiment savoir c'est que les données personnelles données à un tiers ne disparaitront jamais. Si vous avez donné des informations quelconques à un tiers, elles resteront à jamais sur internet et seront toujours disponibles. Même si cessez d'utiliser internet, lorsque vous vous reconnecterez (et vous vous reconnecterez), il y aura toujours quelqu'un pour soutirer des informations personnelles pour les vendre.

Quelles seraient dès lors les réactions appropriées de la part des "démocraties libérales" face à ces pratiques ? 

On commence déjà à lutter puisque ces questions sont relativement à l'ordre du jour à la Commission européenne. Maintenant si l'on veut être respecté et si l'on veut que cela marche, il va falloir légiférer rapidement et appliquer des sanctions avec rétroactivité. A partir de là ces géants nous respecteront peut-être plus et feront un business plus raisonnable dans nos pays. Les données sont trop précieuses pour les vendre à n'importe qui sans que les gens le sachent.

D'autant plus qu'en Europe par exemple nous avons la chance de bénéficier d'un écosystème qui pourrait théoriquement nous permettre de nous passer de ces entreprises. En Iran ils ont développé leur web local, leur plateforme Youtube locale… Et ces choses marchent. Il y a une possibilité de créer un autre écosystème qui permettrait de nous couper de ces géants du web.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/03/2018 - 22:45
Appliquer des sanctions? Appliquer des taxes?...
Vieille méthode gauchiste qui ne fonctionne pas (ça se saurait...). Non! L’Iran a raison de réaliser des génériques des GAFAs. Ça n’a rien de compliqué, et ça « marche », et cela dépend d’une décision commune des états membres. Vous imaginez bien que les navets qui gouvernent l’UE sont totalement soumis au NOM et incapables d’avoir même l’idee de créer ces génériques... Élisez suffisamment de patriotes FN au parlement européen, et nous serons capable de contre-attaquer intelligemment, sans taxes ni sanctions débiles...