En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 heures 5 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 35 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 10 heures 27 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 11 heures 2 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 11 heures 48 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 12 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 14 heures 57 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 32 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 6 heures 23 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 9 heures 58 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 39 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 31 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 12 heures 26 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 14 heures 21 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 heures 3 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 15 heures 45 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 16 heures 45 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
La gagne

Guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine : qui peut gagner (et qui pour payer les pots cassés en collatéral…) ?

Publié le 24 mars 2018
Les hostilités sont lancées entre Pékin et Washington, alors que les tensions commerciales se font de plus en plus fortes entre les deux plus grandes économies du monde. Mais qui pourrait sortir gagnant d'un tel conflit, et pour combien de victimes collatérales ?
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les hostilités sont lancées entre Pékin et Washington, alors que les tensions commerciales se font de plus en plus fortes entre les deux plus grandes économies du monde. Mais qui pourrait sortir gagnant d'un tel conflit, et pour combien de victimes collatérales ?

Atlantico : Alors que les restrictions commerciales annoncées par Donald Trump se précisent, notamment à l'égard de la Chine, ce qui a été qualifié "d’Afghanistan économique" par l'économiste Adam Posen du Peterson Institute, comment anticiper, au regard de la configuration actuelle des deux pays, qui pourrait sortir "vainqueur" d'une telle guerre ? Au delà d'un rapport de force à priori favorable aux Etats-Unis, en quoi l'imprévisibilité de Donald Trump pourrait affaiblir cette vision ? 

Rémi Bourgeot : Les commentaires des deux derniers jours ont illustré le flou des débats, qui ont tendance à s’affranchir de l’enjeu économique réel. A cause d’une formulation sans doute ambiguë de la Maison Blanche dans la préannonce de jeudi, un certain nombre de médias ont indiqué que Donald Trump entendait lever environ 50 à 60 milliards de dollars de taxes douanières sur les importations chinoises. Il s’agit en réalité du montant des importations éventuellement visées (après une période de revue de quinze jours par l’administration puis un mois de concertations diverses). Sauf à imaginer une taxe générale de l’ordre de 100%, ce qui n’est gère le cas puisque Trump parle plutôt de 25%, les deux chiffres (montant des taxes et volume des importations taxées) sont évidemment très différents. Alors que, dès l’annonce officielle de Trump plus tard dans la journée, les médias américains ont rectifié le tir, on pouvait voir en France cette erreur réitérée le lendemain dans un certain nombre de grands médias de référence (notamment par les tenants du « fact-checking » le plus minutieux) où l’on parlait de 50 ou 60 milliards de taxes…

Trump menace de taxer à un taux d’environ 25% un volume allant jusqu’à 60 milliards de dollars d’importation soit 13% des importations américaines de biens chinois, qui s’élèvent au total à 462 milliards de dollars (en 2016).

La relation commerciale sino-américaine est très fortement déséquilibrée, avec un déficit bilatéral de marchandises de 347 milliards de dollars en 2016, une valeur qui équivaut à 1,8% du PIB américain ; ce qui est considérable pour un déficit bilatéral. Au-delà de ce chiffre il faut évidemment évaluer le type d’échanges en question alors que certains commentateurs,restés fidèles au credo des années 1990, continuent à affirmer qu’aucun déficit commercial n’est jamais grave quel que soit son montant.

Il convient d’écarter l’idée selon laquelle la Chine n’exporterait dans la durée que des biens à faible contenu technologique tandis que les Etats-Unis et le reste des pays avancées maintiendraient éternellement leur avance. La Chine pratique une politique extrêmement active et impressionnante de montée en gamme à base technologique. Par exemple, le pays achète un quart des robots produits dans le monde. La politique de montée en gamme repose sur des investissements massifs au niveau national mais aussi par une politique de rachat d’entreprises étrangères dans les secteurs technologiques clés. Par ailleurs le marché intérieur chinois est très fortement protégé, suivant un protectionnisme multiforme qui n’a pas d’équivalent dans les pays développés, et l’accès n’y est consenti qu’en contrepartie de transferts de technologie importants, notamment par le biais de joint-ventures.

Du fait de l’ampleur du déséquilibre commercial bilatéral et de l’importance technologique des Etats-Unis, la Chine ne peut pas se permettre de s’engager dans une véritable surenchère avec l’administration américaine. Les menaces de représailles chinoises se concentrent sur l’agriculture, en particulier sur le soja que les Etats-Unis exportent massivement vers la Chine, de façon à frapper le cœur de l’électorat de Donald Trump dans les zones rurales. Il s’agirait donc d’attaques ciblées suivant une logique d’impact politique voire électoral.

En annonçant une période de concertation et une assiette limitée, Trump ne choisit pas en réalité l’approche la plus frontale décrite par de nombreux éditorialistes sous le nom de « guerre commerciale ». Il faut encore rappeler que Barack Obama était parfaitement conscient du problème du déséquilibre commercial chinois. Il avait notamment imposé des droits de douane de plus de 500% sur certaines catégories d’acier chinois. Et s’il défendait un accord de libre-échange controversé comme le traité transpacifique, il le concevait surtout comme un moyen de répondre à la stratégie chinoise. On voit en toute logique de nombreux responsables démocrates adopter une position mesurée, à l’instar de la Sénatrice Elizabeth Warren (qui est une des personnalités pressenties pour 2020). Ceux-ci se distinguent sans peine de l’amalgame entre politique commerciale et xénophobie qu’incarne Donald Trump et de l’association d’idées entre ouverture commerciale totale et vivre-ensemble, auxquels avait recouru Hillary Clinton sans succès, en cherchant avec un certain cynisme à susciter l’adhésion des minorités qui, comme toutes les catégories les plus vulnérables de la société, ont pourtant été les premières à souffrir du désordre commercial.

Côté républicain, malgré l’opposition d’une partie importante du parti aux mesures douanières, il est intéressant de noter l’activisme de Robert Lighthizer, le négociateur commercial de Trump, qui est une ancienne figure de l’administration Reagan. Il n’hésite pas à invoquer l’héritage politique d’un président pourtant associé au libre-échange intégral mais qui a en réalité mis en œuvre un nombre important de mesures de protection et restait naturellement obnubilé par l’avancement technologique de son pays, au contraire de son successeur George H.W. Bush, focalisé comme son fils plus tard sur des objectifs militaires décalés. Evidemment, le caractère erratique de l’action de Donald Trump pénalise la stratégie commerciale, d’autant plus en l’absence d’une véritable stratégie de développement technologique, dont il ne semble pas vraiment se soucier pour l’heure. Il convient d’opérer une distinction par ailleurs entre des mesures non ciblées qui seraient décidées arbitrairement à des fins politiques (et qui pourraient alors nuire aux chaînes de production) et celles qui répondent aux demandes de responsables de secteurs économiques confrontés à une concurrence déloyale, comme Elon Musk par exemple très récemment.

Selon Michael Schuman, dans une tribune publiée par Bloomberg, une telle guerre commerciale pourrait avoir pour effet de renforcer le pouvoir de Xi Jinping, dans sa volonté de suivre une ligne économique nationale de long terme, baptisée "Made In China 2025", permettant au pays de reprendre la main sur des activités dominées aujourdhui par "l'occident", du semi conducteur à l'aérospatiale en passant par la santé et et les véhicules électriques. Quels sont les risques pris par les Etats-Unis dans cette entreprise de guerre commerciale contre la Chine ?

Cette volonté de déploiement technologique est déjà parfaitement présente dans l’esprit des dirigeants chinois et des décideurs économiques du pays en général. La mobilisation pour la montée en gamme technologique est à peu près générale, malgré le désordre financier qui affecte le pays. Tous ces secteurs sont déjà au cœur de la stratégie chinoise. Naturellement le développement de ces secteurs est plus ou moins aisé pour des raisons aussi bien techniques que de réputation de fiabilité dans l’aérospatiale par exemple. Le pari chinois consiste non seulement à effectuer un véritable rattrapage technologique dans les secteurs qui se sont développés au cours des dernières décennies dans les pays avancés, mais de se positionner massivement sur les secteurs et modes de production d’avenir. D’où le pari très fort sur la robotisation et aussi sur l’intelligence artificielle.

Si les Etats-Unis mettent mal en œuvre leur politique douanière ils courent le risque de porter atteinte à certaines chaînes de valeur. De façon générale une partie considérable du commerce internationale se fait entre entreprises d’un même secteur industriel, dans le contexte de chaîne de valeur très intégrées. D’où l’importance de mettre en œuvre la politique douanière en concertation avec les entreprises du secteur pour comprendre précisément la situation dans laquelle elle s’insère au niveau international. Cela nécessite un certain recul et une certaine vision des évolutions technologiques, qui ne semble pas très présente au sein de l’administration américaine pour l’heure. Tout l’enjeu, pour les Etats-Unis mais aussi pour l’Europe évidemment est d’accorder la politique douanière et fiscale au développement d’une stratégie technologique viable, qui dépasse évidemment la simple logique de compression tous azimuts qui est mise en place en Europe depuis quinze ans.

Quels sont les dommages collatéraux à attendre d'une véritable tension commerciale entre les deux plus grandes économies du monde ? En dehors des deux belligérants, quelles en seraient les victimes, les pays qui sont le plus vulnérables à une telle situation? 

La Chine connait une crise financière latente depuis des années et, du fait notamment du poids du pays dans les flux commerciaux et dans l’importation de matières premières, la santé de l’économie chinoise a un impact mondial. Une spiral négative de l’économie chinoise n’est pas à souhaiter. Les mesures américaines apparaissent pour l’heure limitée. Il reste évidemment à voir, à l’issue de la consultation décidée par Donald Trump, le montant des tarifs définitifs, mais on ne peut sérieusement parler pour l’instant du déclenchement par les Etats-Unis d’une guerre commerciale contre la Chine ni d’ailleurs contre l’UE, qui est aussi accusée d’exercer une pression importante sur l’économie mondiale avec sa stratégie de compression salariale généralisée et ses excédents commerciaux.

Les pays les plus vulnérables de façon générale sont ceux qui dépendent le plus des exportations. Outre la Chine, on sent une inquiétude croissante en Allemagne sur la question notamment de l’industrie automobile qui est suivie de près par l’administration Trump. Les constructeurs automobiles allemands ont massivement investi dans le sud des Etats-Unis, d’où ils réexportent d’ailleurs beaucoup vers le reste du monde. Néanmoins c’est le concept de ces chaînes de montage mondiale sans véritable partage des activités de conception qui est également remis en cause, car l’on redécouvre l’interconnexion fondamentale entre conception et production, qui a été mise à mal ces dernières années, au détriment de la productivité. Il est intéressant par ailleurs de noter que les dirigeants politiques et économiques allemands ont en fait développé une analyse des pratiques chinoises très proches de celle de l’administration Trump, qu’il s’agisse du dumping sur le marché de l’acier, de l’accès au marché chinois et surtout de la propriété intellectuelle.

On ne peut souhaiter un chaos commercial qui résulterait de bouleversements commerciaux brutaux et contreproductifs, mais il est néanmoins évident que le statu quo est en train d’évoluer. Ce processus indispensable de rééquilibrage doit s’effectuer de façon à sortir de l’impasse actuelle par le haut, sans rupture des chaînes de production mais en permettant une nouvelle focalisation sur le progrès technologique, par le biais notamment d’une réintégration des divers segments productifs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 24/03/2018 - 20:05
Vive la mondialisation , mais avec des accords équilibrés
cela doit-être gagnant gagnant. Or, jusqu'à présent la Chine gagne, l'Europe ,sauf l'Allemagne, et les USA perdent. Cela ne peut continuer. Nous ne pouvons nous laisser dépouiller ainsi. La richesse à la Chine et le chômage pour l'Occident. Cela suffit , nos politiques ont abandonné leur peuple. Lâchement , sans lutter, A vomir.
pierre de robion
- 24/03/2018 - 19:30
Monopoly
Les producteurs ont besoin d'acheteurs, mais si ces derniers ne produisent pas assez? Pas de problème, le vendeur prête! Mais s'il prête trop? et bien joue alors l'adage:" si tu dois 1000€ à ta banque, c'est ton problème, si tu lui en doit 1 milliard c'st...son problème!
Et alors? Et bien comme au Monopoly, on efface tout et on recommence jusqu'à ce qu'il n'y ait plus ni producteur et donc plus d'acheteur (ou l'inverse?)!
vangog
- 24/03/2018 - 17:29
Cela se nomme du "protectionnisme économique"!
la guerre, c'est l'offensive réalisée par les chinois dans tous les domaines technologiques et d'industries stratégiques (IA, robotique, aéronautique...) où ils exercent une prédation. Le système des joint-venture, permis par le gauchiste Lamy de l'OMC et accepté par le démocrate Obama, est un système parfaitement injuste et inadmissible, qui déséquilibre les échanges et constitue une parfaite concurrence déloyale. En rétablissant l'équilibre des échanges, Donald voit à long terme, à plus long terme que les mauvais calculateurs du Monde et du Nouvel Obs, car il espère, d'une part influer sur la vieille UE pour qu'elle rétablisse l'équilibre de ses échanges, et influer sur la Chine , elle-même, pour qu'elle abandonne ces joint-ventures armes de prédation des technologies occidentales pour nains économiques en plein syndrome munichois. moralité, Donald fera progresser l'équilibre du monde et la démocratie chinoise...elle est pas belle la vie, chez Walt disney?...