En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 14 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 14 heures 48 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 15 heures 40 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 11 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 14 heures 9 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 14 heures 57 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 15 heures 27 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 11 heures
Atlantico Business

Raison d’être des entreprises : le projet Notat-Senard, loin d’affaiblir le capitalisme, le renforce et voilà pourquoi

Publié le 20 mars 2018
Redéfinir la "raison d’être" du capitalisme, comme va le proposer la loi Pacte de Bruno Le Maire qui s’attaque aux dérives modernes du libéralisme économique.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Redéfinir la "raison d’être" du capitalisme, comme va le proposer la loi Pacte de Bruno Le Maire qui s’attaque aux dérives modernes du libéralisme économique.

Le rapport de Nicole Notat et Jean-Dominique Senard n’en finit pas d’alimenter des vagues de critiques et de sarcasmes. Pour les uns, le concept de raison d’être ne serait qu’un moyen de rendre l’image de l’entreprise plus présentable et moins violente que celle d’aujourd’hui. Pour d’autres, cette idée ne serait que la reprise des vieilles considérations des chrétiens sociaux

Dans une grande partie du patronat, qui ne s’exprime pas publiquement, on considère que le Code civil définit très bien l’objet de l’entreprise "qui est de satisfaire les intérêts des associés". Cette définition correspond au respect du droit de propriété individuelle des moyens de production, qui est à la base du capitalisme et de son succès. On serait donc au bord du sacrilège.

Vouloir ajouter à la raison d’être de l’entreprise des objectifs sociaux ou environnementaux présenterait donc de grands risques de dérapage et d’affaiblissement de la performance du système. 

Les critiques les plus virulentes s’appuient sur trois risques :

- un risque juridique puisque les parties prenantes pourraient attaquer l’entreprise si un des engagements n'était pas tenu ;

- un risque de contraintes et de ralentissement par la mise en place de nouvelles normes qui ne s’appliqueraient pas aux entreprises étrangères

- un risque de blocage par le management lui-même qui pourrait ainsi s’affranchir du pouvoir des actionnaires.

Ces trois types de risques ont été analysés en détail par la commission Notat-Senard et par l’administration de Bercy qui considèrent que ces risques n‘existent pas à partir du moment où la jurisprudence en tient déjà compte, et à partir du moment où la raison d’être de l’entreprise élargie aux questions sociales ou environnementales sera soumise à l’approbation de la gouvernance de l’entreprise et à ses actionnaires. Cette raison sociale aura ainsi toute légitimité. 

Quant à considérer que cette raison sociale en viendrait à hypothéquer le droit de propriété des actionnaires, c’est oublier que les actionnaires ne sont pas propriétaires de l’entreprise mais qu’ils sont propriétaires de titres représentant une parcelle de l’entreprise. Les actionnaires ne possèdent pas l’entreprise. L’entreprise appartient à ses salariés, à son management, à ses clients, et en même temps à son environnement. 

Si on reste au niveau du concept idéologique, le capitalisme pourrait sortir renforcer d’un élargissement juridique de la raison d’être de l’entreprise. Et les capitalistes parmi les plus brillants, souvent les plus performants, savent bien que l’entreprise ne peut pas avoir comme seule ambition l’optimisation de ses résultats financiers. Warren Buffet, Bill Gates ou Larry Fink (BlackRock) l’ont dit et répété.

En clair, si le ressort du capitalisme est l’enrichissement des actionnaires, le ressort ne peut fonctionner correctement que si et seulement si l’entreprise est performante. Démonstration :

L’entreprise ne sera performante que si elle a des clients qui sont satisfaits, que si ses salariés sont contents de travailler dans l’unité de production et si leur travail leur apporte non seulement un revenu, mais donne un sens à ce qu’ils font quotidiennement. L’entreprise ne sera performante que si elle est acceptée par son environnement. 

L’équation gagnante de l’entreprise passe par des produits de qualité et innovants et ça va plus loin que du marketing. Elle passe par une politique sociale généreuse et courageuse, elle passe enfin par la protection de son environnement. 

Il ne s’agit pas de transformer l’entreprise en ONG, ni de remplacer l’Etat dans ses obligations de satisfaire une demande publique. Il s’agit de protéger les conditions d’exercice à long terme de l’entreprise

Aucun de ses objectifs ne va à l’encontre des ambitions à long terme des associés ou des actionnaires. 

La prise en compte dans le Code civil et le Code du commerce est urgente, parce que le capitalisme est menacé. Il est menacé par la financiarisation de l’économie qui n’est rien d’autre que la recherche à très court terme d’un maximum de profit. La Grande Bretagne en a fait une industrie. Or, la financiarisation a tendance dans son fonctionnement à détruire la fonction de production à long terme. 

Par ailleurs, le capitalisme a tendance à fausser les règles de la concurrence, il faut donc que le régalien intervienne. C’est ce qui s’était passé au lendemain de la révolution industrielle fin du XIXe siècle. C’est ce qui se passe aujourd’hui avec la révolution digitale qui a permis aux GAFA - mais pas seulement - de se tailler des monopoles à l’échelle mondiale.

Ce concept de "raison d’être" élargi aux questions sociales et environnementales ne revient pas à dépoussiérer des vieilles idées bien pensantes ou d’inspiration chrétienne, ce concept permet de revenir aux origines du capitalisme comme système d’organisation capable de créer des richesses. La définition qu’en donnait Karl Marx n’en était pas différente en expliquant que le capitalisme peut engendrer la guerre des classes, mais il est aussi capable de s’adapter s’il tient compte des intérêts de toutes les parties prenantes.

L‘Allemagne a développé un modèle rhénan de capitalisme fondé sur la cogestion parce que l’Allemagne a toujours eu des contre-pouvoirs très forts. 

Les pays anglo-saxons ont développé un capitalisme financier dans le prolongement des travaux de Keynes qui pensait que la circulation monétaire pouvait mettre de l’huile dans les rapports sociaux et donner du grain à moudre. 

La France, elle, est restée très française, étatique, en se retournant sur l’Etat pour compenser les faiblesses de son régime paritaire. 

Aujourd’hui, la prise en compte d’une raison sociale de l’entreprise élargie permet de répondre d’un côté à l’arrogance des fonds d’investissements, et de l’autre à l’absence des contre pouvoirs syndicaux, soucieux ou environnementaux. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michel Baubet
- 21/03/2018 - 04:56
Et pourtant ...
La première chose que l'on vous apprend, en entrant chez Michelin, c'est que le patron, ce n'est pas Michelin, le patron c'est le client !
D'autre part le droit de propriété n'est pas le même dans une affaire personnelle et dans une société.
zelectron
- 21/03/2018 - 00:24
Le tout-état français qui se mêle de tout
« Tout par l'État, rien hors de l'État, rien contre l'État ! » Mussolini
vangog
- 21/03/2018 - 00:08
@ajm Au rythme prévu par Sylvestre,
c’est bientôt le client qui va se couper ses steaks, et les mettre sur la balance...belle perspective pour les patrons qui peuvent déjà prendre un billet aller-simple pour Seychelles-que-j’aime... Extra! car les salaires des employés seront directement payés par les clients, co-actionnaires de leur boucherie de quartier...elle est pas belle, la vie en Macronie?...