En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 35 min 6 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 47 min 14 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 20 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 35 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 37 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 45 min 46 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 1 heure 17 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 24 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 3 heures 17 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 4 heures 1 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 21 heures 14 min
© www.flickr.com/photos/mindonfire/5024261419
© www.flickr.com/photos/mindonfire/5024261419
Hypocrite ?

L'hypocrisie, c'est (hélas) fini ? Pourquoi les nouvelles technologies entraînent la répétition obsédantes des mantras de la bien-pensance.

Publié le 18 mars 2018
Dans son livre "Éloge de l’hypocrisie", Olivier Babeau rappelle que l'humanité s'est constituée et consolidée sur une vertu paradoxale, l'hypocrisie, en voie de disparition.
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre "Éloge de l’hypocrisie", Olivier Babeau rappelle que l'humanité s'est constituée et consolidée sur une vertu paradoxale, l'hypocrisie, en voie de disparition.

Atlantico : S'il existe une vision qui décrit l'histoire de l'humanité comme une marche progressive vers la connaissance, vous affirmez que cette humanité s'est constituée et consolidée sur une vertu paradoxale, celle de l'hypocrisie. Quel est ce rôle essentiel que tient l'hypocrisie pour les sociétés humaines qui vous a poussé à en faire l'éloge ?

Olivier Babeau : Quand on évoque d’ordinaire l’hypocrisie de quelqu’un, c’est pour désigner la tentative de tromper ses interlocuteurs. Quel est au fond le scandale de l’hypocrite ? Ce n’est pas qu’il feigne des émotions ou des qualités qu’il ne ressent ni ne possède vraiment, mais qu’il prétende nous y faire croire. La feinte, en réalité, fait partie des pratiques les plus courantes, les plus acceptées et même les plus requises en société. Il est exigé de l’homme poli qu’il mente en permanence, qu’il dissimule ses affects et ses pensées réelles. La vie sociale segmente de façon fine les visages que nous devons montrer en fonction des circonstances : en famille, entre amis, au travail, etc. Il n’y a jamais de vrai « nous », mais seulement des déclinaisons circonstancielles de ce que nous sommes. Il ne s’agit pas de tromper, il faut y insister, puisque chacun sait très bien, c’est toute la magie des conventions, que nous disons des mots attendus. Exactement comme l’acteur récite un texte. L’hypocrite, c’est étymologiquement, précisément, l’acteur qui parle sous le masque. L’hypocrisie dont je veux parler est cette représentation collective qui permet de faire société, cette convention qui établit ce dont il est possible de parler comme d’une vérité.

Vous affirmez que l'hypocrisie en tant que mise en ordre du "chaos de la réalité" est aujourd'hui menacée par le dogme de la Vérité, qui s'incarne dans l'idéologie de la transparence. Qu'est-ce qui a provoqué ce glissement d'une société dans laquelle l'hypocrisie était intégrée à une société de "l'hypocrisie ultime suprême et sinistre selon laquelle un monde sans hypocrisie est possible" ?

Il y a eu de façon régulière dans l’histoire des poussées de puritanisme qui prétendaient en finir avec l’hypocrisie, mettre nos différents visages en cohérence, instaurer le règne définitif de l’ordre (les conventions du moment tenues pour vérités ultimes et exclusives des autres). Le nouveau puritanisme qui gagne actuellement une position hégémonique chez nous n’est pas nouveau en lui-même : il affirme comme tous les autres qu’il marque la fin de l’histoire morale, qu’il est possible de séparer de façon binaire le Bien et le Mal, qu’il faut convertir de force toute la société à ses représentations et qu’il est le seul à ne pas être hypocrite, c’est-à-dire à représenter l’authenticité contre la mise en scène. La transparence (l’aveu aurait dit Foucault) n’est pas une solution nouvelle pour nous forcer à mettre en cohérence nos différents visages. Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’incroyable puissance des outils de révélation forcée des actions, de confrontation des discours.

Nos obsessions contemporaines pour les théories du complot ou pour les "fake news" s'expliqueraient donc comme les effets pervers d'une société qui nous donne pour impératif une absolue transparence ?

C’est sans doute un effet de notre incompréhension nouvelle de la duplicité des choses, gagnés que nous sommes à une représentation manichéenne du monde. Nous n’acceptons plus que des processus puissent rester souterrains, que le fonctionnement du monde soit caché. Tout ce qui n’est pas exposé est supposé honteux et suspect. La charge de la preuve s’est en quelque sorte renversée : ce n’est plus aux théoriciens du complot de faire la preuve qu’il y a complot, mais aux mécanismes d’être toujours suffisamment explicités pour prouver qu’ils sont irréprochables. Mais la réalité du fonctionnement de l’économie, de la politique et de la société en général c’est qu’il n’est pas possible de tout porter à la lumière, car l’ambiguïté est un instrument irremplaçable de conciliation des contraintes contradictoires  et des incohérences.

Vous affirmez aussi que le puritanisme de nos sociétés s'exprime dans sa volonté d'araser toutes les différences et donc de prôner une forme d'égalitarisme. N'est-ce pas pour le coup une forme d'hypocrisie acceptée et tolérée par la société ? Plus que l'hypocrisie, n'est-ce pas le droit au secret, le droit à la vie privée qui est ici mise à mal ?

On n’accepte plus que le monde soit incohérent. On veut à toute force rendre le décor social authentique, ce qui n’est toujours qu’une nouvelle forme d’hypocrisie, malsaine celle-là, qui nous enferme dans nos rôles. Nous sommes ainsi de plus en plus comme des acteurs qui seraient bloqués sur scènes, contraints de prétendre à jamais être le personnage qu’ils interprètent. L’égalitarisme, qui confond égalité et indistinction, est ce nouveau puritanisme, cette hypocrisie suprême qui prétend mettre fin à l’hypocrisie. Selon lui, puisque nous avons vocation à être parfaitement cohérents, sauf déviance intolérable, il est souhaitable que nous soyons entièrement exposés aux regards de la société. Nous sommes exhortés à renouveler en permanence notre profession de foi égalitariste sous le feu des projecteurs, à exhiber en toute occasion notre allégeance à l’idéologie du moment. Le réel n’a plus d’importance, le passé, qui nous rappelle que nos croyances sont relatives, ne doit plus être un obstacle : tout, absolument tout, ne doit plus être que le support de la manifestation de l’aveuglante vérité du dogme égalitariste. L’Histoire est ainsi réécrite, les arts censurés, la langue asservie (l’ignoble écriture inclusive), la réalité  tordue. Nous sommes tous entraînés de force dans la grande farandole festive multicuturelle, sommés d’être d’accord et enthousiastes.

Pourquoi un homme politique devrait, comme vous le défendez, pouvoir être hypocrite ? L'homme politique qui affirme sa "transparence" est-il plus hypocrite que celui qui concède une certaine ambivalence ?

Nous n’acceptons plus qu’il puisse exister une différence entre la vie privée d’un responsable politique et ses discours publics. C’est une conséquence directe de notre incompréhension grandissante des mises en scène et de notre croyance qu’il doit être possible d’y mettre fin pour instaurer le règne définitif de l’authenticité. Croyance naïve. Le politique doit nécessairement recourir à une dose de théâtralisation, adapter ses discours à ses interlocuteurs. Le politique est un rhéteur qui doit convaincre, pas un philosophe qui doit dire la vérité. La prétention à la franchise est l’argument le plus éculé des politiques depuis toujours. La sagesse populaire faisait que, jusqu’à présent, on savait plutôt à quoi s’en tenir face aux discours politiques. La mise en scène était comprise et plus ou moins acceptée, même si à chaque fois, évidemment, on voulait y croire. Aujourd’hui, dans une société où chacun doit paraître ce qu’il est et être ce qu’il paraît, ce n’est plus possible. 

 

Qu'est-ce qu'il faudrait pour reconstruire aujourd'hui une civilisation de l'hypocrisie ? Est-ce possible à l'heure de la numérisation, des réseaux sociaux, de la "Big Data" etc . ?

Difficile d’être très optimiste si l’on considère la trajectoire actuelle de la société en matière de surveillance. Celle-ci ne prend pas seulement la forme des caméras de (l’hypocrite) « vidéo-protection », mais se manifeste aussi à travers des réseaux sociaux devenus, sous couvert de libération de la parole, des tribunaux révolutionnaires et des machines à normaliser massivement les opinions. Plus d’interstices possibles, d’ambiguïtés commodes, de non-dits qui aplanissent et évitent les frictions. Il ne doit plus y avoir, sous la lumière crue du big data, que la répétition obsédantes des mantras de la bien-pensance. Les heures qui arrivent semblent sombres pour ceux qui sont des agnostiques des valeurs, qui ne veulent prêter allégeance que du bout des lèvres et en croisant les doigts à tous les dogmes. Pour lutter contre la nouvelle hypocrisie puritaine qui pourrait bien arrêter la roue de l’histoire, il nous faut, comme l’écrivait Wilde, « retrouver l’art perdu du mensonge ». Nous devons réapprendre à cultiver l’opacité, préserver notre quant-à-soi idéologique, réinstaurer des conventions de représentation qui protègent. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires