En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 7 heures 26 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 8 heures 57 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 12 heures 51 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 13 heures 54 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 14 heures 57 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 7 heures 14 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 8 heures 14 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 13 heures 22 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 14 heures 20 sec
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 14 heures 29 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 16 heures 6 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 16 heures 39 min
Culture

"Dîner en ville" : Christine Angot, sans filtre, mais pour le meilleur

Publié le 16 mars 2018
On aime ou on n'aime pas du tout Christine Angot, mais là il faut reconnaître qu'avec sa pièce "Dîner en ville",elle se livre avec une telle authenticité qu'elle en devient émouvante dans ses interrogations et ses blessures.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On aime ou on n'aime pas du tout Christine Angot, mais là il faut reconnaître qu'avec sa pièce "Dîner en ville",elle se livre avec une telle authenticité qu'elle en devient émouvante dans ses interrogations et ses blessures.
THEATRE
 
DINER EN VILLE 
 DE CHRISTINE ANGOT 
 MISE EN SCÈNE: RICHARD BRUNEL 
 AVEC EMMANUELLE BERCOT, JEAN-PIERRE MALO, DJIBRIL PAVADÉ, ETC …
 
 
INFORMATIONS
 
THEATRE NATIONAL DE LA COLLINE
 
15 RUE MALTE BRUN
 
75020-PARIS
 
Réservations : 0144625252
 
                        www.colline.fr
 
Jusqu’au 1er avril.
 
 
 
RECOMMANDATION :  EXCELLENT
 
          
 
THEME
 
 Parce qu’elle est cash, Christine Angot annonce toujours la couleur ! Comme son titre l’indique, sa pièce va donc mettre en scène un diner. Mais parce qu’il est précisé que ce diner se déroulera « en ville », on subodore qu’il sera « mondain », donc, in fine, « politique » et que ses participants seront contraints d’y faire assaut d’élégance, vestimentaire et… verbale. On s’attend à ce que ça saigne…
 
Marie, professeur de médecine réputé, invite Cécile, actrice célèbre, à diner chez elle. Mais pour la raison qu’un de ses amis intimes convié à sa sauterie depuis longtemps, ne supporte pas la comédienne, elle annule son invitation. Le hasard fait que ces deux femmes vont se retrouver à un autre diner « en ville » organisé par un producteur de films, homosexuel et snobissime, qui travaille aussi dans la mode. Y sont présents également une directrice d’un théâtre subventionné et le petit ami martiniquais de Cécile, ingénieur du son au chômage.
 
Passés les faux semblants de la  mondanité et de la  convivialité superficielle  imposée par les circonstances, chacun des convives va faire sauter les verrous des convenances sociales, tenter d’imposer sa voix, défendre sa classe, cela, pour essayer de prendre le « pouvoir ». Cécile, dont le métier est pourtant de « jouer à faire semblant », va refuser d’entrer dans cette surenchère de mauvaise foi et de mensonges. Le ton va monter… Jusqu’au clash…
 
 
POINTS FORTS
 
- Le moins qu’on puisse dire c’est que, lorsque Christine Angot passe à table, elle n’y va pas par quatre chemins pour « balancer » et envoyer valdinguer les codes ! Dans ce « diner en ville », elle prend un malin plaisir à dénoncer ce que l’ « entre-soi » a d’insupportable, vitupérer l’ostracisme des snobs, s’insurger contre la société des apparences et hurler son dégoût de ce mépris social qui a faussé les rapports humains, jusqu’à rendre « invisible » une partie de la population.
 
Ce qu’il y a d’épatant dans son texte, c’est qu’en plus d’être vivant, il est d’une drôlerie impayable. Vacharde, Angot, mais d’un humour qui fait jubiler la salle. Ses dialogues sont ciselés, aiguisés. Témoin, cette réplique: « La mode c’est comme la vie. C’est éphémère, c’est dangereux et c’est injuste ».
 
- Les cinq comédiens chargés d’incarner les convives de ce diner, sont tous épatants. Il faut dire qu’ils ont été dirigés très finement, avec une précision chirurgicale, par le metteur en scène Richard Brunel. Ils ne perdent pas une miette des intentions du texte.
 
- La scénographie est formidable, qui joue sur la transparence de panneaux coulissants. Ici, on joue  «  à découvert ». Idéal pour un texte qui accule ses personnages à se débarrasser de leur posture sociale.
 
POINTS FAIBLES
 
C’est du Christine Angot, tel qu’en elle même. Que ceux qui n’aiment pas son style, très oral, passent leur chemin…
 
 
EN DEUX MOTS
 
Il y a une chose qu’on ne peut pas enlever à Christine Angot, c’est son cran. Que cela plaise ou non, elle y va ! Dans ce « Diner en ville », elle balance, sans filtre, quelques vérités bien senties contre les bobos, les faux-culs et les faux semblants en tous genres.
 
Elle peut énerver Angot, mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas être authentique. D’ailleurs, elle s’est mise toute entière dans le personnage de Cécile (interprété avec un naturel confondant par Emmanuelle Bercot), elle, Christine, dans toute son émotivité, ses débordement, son incapacité à être quelqu’un d’autre qu’elle même, sa recherche obsessionnelle du mot juste aussi, qui fait que parfois, elle donne l’impression de bégayer… Tout ça  la rend émouvante, oui émouvante, cette femme qui n’a pas trouvé d’autre moyen que l’écriture pour se libérer de ses blessures et de ses indignations. 
 
 
UN EXTRAIT
 
« Qu’est-ce que la bourgeoisie ? Qu’est-ce que le bonheur ? Est-ce que je suis bourgeoise, est-ce que je suis heureuse ? Y a-t-il des critères ? Est-ce que je les connais ? Comment je les connais ? Qui me les a enseignés ? Et moi, quelles sont mes racines sociales ?... Quel est mon rapport à la bourgeoisie ? A quel degré j’en viens ? » (Christine Angot, La Place du Singe, 2005).
 
 
L’AUTEUR
 
Même si elle en rejette le terme avec la véhémence dont elle peut être capable, Christine Angot est aujourd’hui l’une des figures les plus connues de l’autofiction. Elle est aussi l’ « écrivaine » qui suscite, en France, le plus de controverses, pas tant d’ailleurs pour ses romans ou pièces de théâtre que pour ses articles et interventions télévisuelles… Avec Christine Angot, c’est simple, en général, pas de demi-mesure. Soit on l’adore, soit elle horripile.
 
Née le 7 février 1959 à Châteauroux, elle commence  par faire des études en droit et en langues, mais elle  décide très vite de se consacrer exclusivement à l’écriture. Et tant pis si elle doit manger de la vache enragée ! En 1990, après plusieurs refus, elle voit enfin un de ses manuscrits acceptés chez Gallimard. Il s’agit de Vu du ciel. Il sera suivi de Not to be et de Leonore toujours. En 1994, elle essuie un nouveau revers. Gallimard refuse son quatrième roman Interview. Ce dernier sera finalement publié par Fayard, comme, ensuite, Les Autres, L’Usage de la vie et Sujet Angot. Mais l’Inceste, qui fera couler beaucoup d’encre sera publié par Stock, à l’instar de Pourquoi le Brésil (2002 ) et Les Désaxés 2004 .
 
En 2006, nouveau changement d’éditeur. La romancière rejoint Flammarion, où elle publie plusieurs titres dont, le dernier, en 2015, Un Amour Impossible, qu’elle adapte pour la scène.
 
Car entre tous ses livres, cette « écrivaine » si singulière n’a jamais cessé d’écrire pour le théâtre.
 
Ses textes donnent souvent lieu à des lectures publiques qu’elle assure elle même, seule en scène.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 17/03/2018 - 16:19
Qu est ce qu ils leur
Qu est ce qu ils leur prennent chez Atlantico a aller chroniquer sur cette derangee du bulbe!
vieux croco
- 17/03/2018 - 09:01
vitupérienne
comme beaucoup on ne la connait que par ses excès où on perçoit son unique moteur , celui de dénoncer les individus heureux ou satisfaits dans leurs illusions . C'est maigre car les gens qui l'applaudissent rient des autres en ne se reconnaissant pas . En un mot elle stimule les mauvais penchants et il faudrait l'applaudir , ce serait une grave erreur .
MIMINE 95
- 16/03/2018 - 14:44
DANS LE RAGOT
Christine excelle ...