En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 12 heures 8 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 12 heures 47 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 20 heures 22 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 20 heures 12 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 20 heures 15 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 12 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 13 heures 59 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 20 heures 11 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 20 heures 12 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 20 heures 15 min
Culture

"Dîner en ville" : Christine Angot, sans filtre, mais pour le meilleur

Publié le 16 mars 2018
On aime ou on n'aime pas du tout Christine Angot, mais là il faut reconnaître qu'avec sa pièce "Dîner en ville",elle se livre avec une telle authenticité qu'elle en devient émouvante dans ses interrogations et ses blessures.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On aime ou on n'aime pas du tout Christine Angot, mais là il faut reconnaître qu'avec sa pièce "Dîner en ville",elle se livre avec une telle authenticité qu'elle en devient émouvante dans ses interrogations et ses blessures.
THEATRE
 
DINER EN VILLE 
 DE CHRISTINE ANGOT 
 MISE EN SCÈNE: RICHARD BRUNEL 
 AVEC EMMANUELLE BERCOT, JEAN-PIERRE MALO, DJIBRIL PAVADÉ, ETC …
 
 
INFORMATIONS
 
THEATRE NATIONAL DE LA COLLINE
 
15 RUE MALTE BRUN
 
75020-PARIS
 
Réservations : 0144625252
 
                        www.colline.fr
 
Jusqu’au 1er avril.
 
 
 
RECOMMANDATION :  EXCELLENT
 
          
 
THEME
 
 Parce qu’elle est cash, Christine Angot annonce toujours la couleur ! Comme son titre l’indique, sa pièce va donc mettre en scène un diner. Mais parce qu’il est précisé que ce diner se déroulera « en ville », on subodore qu’il sera « mondain », donc, in fine, « politique » et que ses participants seront contraints d’y faire assaut d’élégance, vestimentaire et… verbale. On s’attend à ce que ça saigne…
 
Marie, professeur de médecine réputé, invite Cécile, actrice célèbre, à diner chez elle. Mais pour la raison qu’un de ses amis intimes convié à sa sauterie depuis longtemps, ne supporte pas la comédienne, elle annule son invitation. Le hasard fait que ces deux femmes vont se retrouver à un autre diner « en ville » organisé par un producteur de films, homosexuel et snobissime, qui travaille aussi dans la mode. Y sont présents également une directrice d’un théâtre subventionné et le petit ami martiniquais de Cécile, ingénieur du son au chômage.
 
Passés les faux semblants de la  mondanité et de la  convivialité superficielle  imposée par les circonstances, chacun des convives va faire sauter les verrous des convenances sociales, tenter d’imposer sa voix, défendre sa classe, cela, pour essayer de prendre le « pouvoir ». Cécile, dont le métier est pourtant de « jouer à faire semblant », va refuser d’entrer dans cette surenchère de mauvaise foi et de mensonges. Le ton va monter… Jusqu’au clash…
 
 
POINTS FORTS
 
- Le moins qu’on puisse dire c’est que, lorsque Christine Angot passe à table, elle n’y va pas par quatre chemins pour « balancer » et envoyer valdinguer les codes ! Dans ce « diner en ville », elle prend un malin plaisir à dénoncer ce que l’ « entre-soi » a d’insupportable, vitupérer l’ostracisme des snobs, s’insurger contre la société des apparences et hurler son dégoût de ce mépris social qui a faussé les rapports humains, jusqu’à rendre « invisible » une partie de la population.
 
Ce qu’il y a d’épatant dans son texte, c’est qu’en plus d’être vivant, il est d’une drôlerie impayable. Vacharde, Angot, mais d’un humour qui fait jubiler la salle. Ses dialogues sont ciselés, aiguisés. Témoin, cette réplique: « La mode c’est comme la vie. C’est éphémère, c’est dangereux et c’est injuste ».
 
- Les cinq comédiens chargés d’incarner les convives de ce diner, sont tous épatants. Il faut dire qu’ils ont été dirigés très finement, avec une précision chirurgicale, par le metteur en scène Richard Brunel. Ils ne perdent pas une miette des intentions du texte.
 
- La scénographie est formidable, qui joue sur la transparence de panneaux coulissants. Ici, on joue  «  à découvert ». Idéal pour un texte qui accule ses personnages à se débarrasser de leur posture sociale.
 
POINTS FAIBLES
 
C’est du Christine Angot, tel qu’en elle même. Que ceux qui n’aiment pas son style, très oral, passent leur chemin…
 
 
EN DEUX MOTS
 
Il y a une chose qu’on ne peut pas enlever à Christine Angot, c’est son cran. Que cela plaise ou non, elle y va ! Dans ce « Diner en ville », elle balance, sans filtre, quelques vérités bien senties contre les bobos, les faux-culs et les faux semblants en tous genres.
 
Elle peut énerver Angot, mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas être authentique. D’ailleurs, elle s’est mise toute entière dans le personnage de Cécile (interprété avec un naturel confondant par Emmanuelle Bercot), elle, Christine, dans toute son émotivité, ses débordement, son incapacité à être quelqu’un d’autre qu’elle même, sa recherche obsessionnelle du mot juste aussi, qui fait que parfois, elle donne l’impression de bégayer… Tout ça  la rend émouvante, oui émouvante, cette femme qui n’a pas trouvé d’autre moyen que l’écriture pour se libérer de ses blessures et de ses indignations. 
 
 
UN EXTRAIT
 
« Qu’est-ce que la bourgeoisie ? Qu’est-ce que le bonheur ? Est-ce que je suis bourgeoise, est-ce que je suis heureuse ? Y a-t-il des critères ? Est-ce que je les connais ? Comment je les connais ? Qui me les a enseignés ? Et moi, quelles sont mes racines sociales ?... Quel est mon rapport à la bourgeoisie ? A quel degré j’en viens ? » (Christine Angot, La Place du Singe, 2005).
 
 
L’AUTEUR
 
Même si elle en rejette le terme avec la véhémence dont elle peut être capable, Christine Angot est aujourd’hui l’une des figures les plus connues de l’autofiction. Elle est aussi l’ « écrivaine » qui suscite, en France, le plus de controverses, pas tant d’ailleurs pour ses romans ou pièces de théâtre que pour ses articles et interventions télévisuelles… Avec Christine Angot, c’est simple, en général, pas de demi-mesure. Soit on l’adore, soit elle horripile.
 
Née le 7 février 1959 à Châteauroux, elle commence  par faire des études en droit et en langues, mais elle  décide très vite de se consacrer exclusivement à l’écriture. Et tant pis si elle doit manger de la vache enragée ! En 1990, après plusieurs refus, elle voit enfin un de ses manuscrits acceptés chez Gallimard. Il s’agit de Vu du ciel. Il sera suivi de Not to be et de Leonore toujours. En 1994, elle essuie un nouveau revers. Gallimard refuse son quatrième roman Interview. Ce dernier sera finalement publié par Fayard, comme, ensuite, Les Autres, L’Usage de la vie et Sujet Angot. Mais l’Inceste, qui fera couler beaucoup d’encre sera publié par Stock, à l’instar de Pourquoi le Brésil (2002 ) et Les Désaxés 2004 .
 
En 2006, nouveau changement d’éditeur. La romancière rejoint Flammarion, où elle publie plusieurs titres dont, le dernier, en 2015, Un Amour Impossible, qu’elle adapte pour la scène.
 
Car entre tous ses livres, cette « écrivaine » si singulière n’a jamais cessé d’écrire pour le théâtre.
 
Ses textes donnent souvent lieu à des lectures publiques qu’elle assure elle même, seule en scène.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 17/03/2018 - 16:19
Qu est ce qu ils leur
Qu est ce qu ils leur prennent chez Atlantico a aller chroniquer sur cette derangee du bulbe!
vieux croco
- 17/03/2018 - 09:01
vitupérienne
comme beaucoup on ne la connait que par ses excès où on perçoit son unique moteur , celui de dénoncer les individus heureux ou satisfaits dans leurs illusions . C'est maigre car les gens qui l'applaudissent rient des autres en ne se reconnaissant pas . En un mot elle stimule les mauvais penchants et il faudrait l'applaudir , ce serait une grave erreur .
MIMINE 95
- 16/03/2018 - 14:44
DANS LE RAGOT
Christine excelle ...