En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Chute libre
Élections italiennes : au-delà de la crise des migrants, l'impressionnant décrochage économique du pays comparativement à ses pairs européens
Publié le 07 mars 2018
Preuve de ce décrochage, les Italiens ne se sont pas enrichis en moyenne sur les deux dernières décennies d’union monétaire européenne.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Preuve de ce décrochage, les Italiens ne se sont pas enrichis en moyenne sur les deux dernières décennies d’union monétaire européenne.

Atlantico : Suite au bouleversement politique italien qui a vu l'effondrement des partis de gouvernement, Parti démocrate et Forza Italia, au profit de la Ligue et du mouvement M5S, de nombreuses analyses ont pu pointer la problématique migratoire comme en étant la cause principale. Cependant, en comparant l'Italie avec d'autres pays européens comme la France, l'Allemagne, le Royaume Uni ou l'Espagne, comment peut-on qualifier le développement économique italien depuis 1999 et la mise en place de l'euro ? 

Rémi Bourgeot : En remontant même au début des années 1990 et jusqu’à la crise financière mondiale l’Italie connait une croissance comparable à celle de l’Allemagne, c’est-à-dire relativement modérée, de l’ordre de 1,5% par an en moyenne mais assez continue. La France connait alors une dynamique de croissance significativement plus forte sur la période, mais globalement on observe une évolution à peu près comparable des trois principaux pays. L’Espagne est pour sa part sur cette même période toujours dans une dynamique de rattrapage économique. De 1999 à 2007, le PIB espagnol croît en termes réels d’environ 35%, soit environ 3,8% par an. Evidemment, sur la base du rattrapage important des années 80-90, c’est la bulle immobilière qui prend le relais en Espagne dans les années 2000, à l’image de ce qu’on voit aux Etats-Unis ou en Irlande : envolée des prix, des constructions de nouveaux logements et titrisation massive des prêts immobiliers. L’Italie ne connait pas cette évolution, ni en ce qui concerne la dynamique de rattrapage espagnol ni le type de bulle immobilière phénoménale que l’Espagne a connu.

Dans les années 1990, la compétitivité italienne avait été positivement influencée, à l’instar du Royaume-Uni, par la dépréciation de la lire après l’explosion du système monétaire européen (SME). On se souvient de la sortie sous la pression insoutenable des marchés de change du Royaume-Uni mais aussi des pays scandinaves qui ne voudront dès lors jamais rejoindre la zone euro. Si la France a, coûte que coûte, continué à appliquer une politique de franc fort dans les années 1990 dans la perspective de la consécration transcendantale que devait constituer la création de la monnaie unique, l’Italie a connu une forte dépréciation qui a amélioré la compétitivité de ses entreprises. A l’époque d’ailleurs, les entreprises allemandes se plaignaient des importations à bas coût venues d’Italie et de l’excédent bilatéral italien qui ne faisait que croître. Dans le même temps, la dette a connu son ascension initiée dans les années 1980 par la politique de taux d’intérêt très élevés (notamment en termes réels) qui visait à stabiliser le taux de change de la lire par rapport au mark dans le cadre du serpent puis du SME. L’Italie a par ailleurs fait un effort de réformes structurelles très conséquent dans la première moitié de la décennie 90, mais les efforts d’économie ont eu tendance à être engloutis par l’impact des taux sur la dynamique de la dette. On peut dire que, si le niveau de croissance reste à peu près stable après l’introduction de l’euro, les conditions sous-jacentes changent assez radicalement avec une dégradation continue et importante de la compétitivité en particulier par rapport à l’Allemagne qui jouit d’une inflation plus basse (ce qui équivaut à une dépréciation réelle) et qui s’engage dans la voie de la compression des coûts salariaux voulue par le chancelier social-démocrate Schröder.

En faisant un point d'étape sur l'année 2008, comment l'Italie s'est-elle comportée par rapport à ses partenaires européens ? Quelles sont les caractéristiques de l'Italie post-crise de la zone euro ? 

La crise mondiale et la crise de l’euro marquent un véritable décrochage de l’économie italienne, de façon tout à fait impressionnante. Le pays en est ainsi que très récemment revenu à son niveau de PIB par habitant de 1999 ! Les Italiens ne se sont pas enrichis en moyenne sur les deux dernières décennies d’union monétaire européenne. De 2007 à 2014, le PIB par habitant chute d’environ 13%. C’est à peu près du même ordre de la chute que connait l’Espagne, à ceci près que ce dernier pays connait par la suite un rebond important. Le rebond espagnol repose notamment sur la croissance des exportations liées à la compression des coûts salariaux permis par un chômage abominablement élevé, alors supérieur à 20%. L’Italie, qui n’a pas connu la même déflagration financière que l’Espagne, ne s’engage pas sur la même voie et connait cependant un glissement continu qui n’aboutit qu’à un rebond limité lors de la reprise européenne et mondiale. Le PIB par habitant est en Italie aujourd’hui un peu moins de 10% moins élevé qu’en 2008. Par ailleurs, le pays connait à partir de la crise de l’euro une crise bancaire latente, avec l’envolée des prêts non performants sous le coup de la détérioration de la conjoncture et de la solvabilité des emprunteurs. Cette crise, qui a été l’objet d’un long déni, n’a jamais été véritablement réglée, qui plus est dans le cadre impraticable des règles de l’union bancaire, bien que le rebond conjoncturel actuel apaise la situation.

Derrière ces statistiques générales, on voit naturellement une grave détérioration des conditions d’emploi, après presque dix ans de compression de la demande, de perte de compétitivité par rapport aux pays comme l’Espagne (qui ont joué la carte de la compression de façon plus poussée) et de contraction du crédit aux entreprises. Pour une partie importante de la population italienne et en particulier des jeunes, les conditions économiques ne sont plus celles d’un pays développé ; situation qui se retrouve de façon quelque peu moins marquée mais tout aussi préoccupante en France. L’emploi, à savoir travailler quelques semaines pour un employeur entre deux périodes d’exclusion, ne correspond plus à ce que désignait ce mot il y a encore une décennie. Le discours sur le caractère prétendument impressionnant de la reprise européenne fait l’impasse sur ce changement structurel qui touche une génération sacrifiée sur l’autel de la réponse décalée (dans les deux sens du terme) que l’Europe a apportée à la crise financière mondiale et à la crise de l’euro.

Quelles sont désormais les forces et faiblesses du pays ? Comment imaginer un véritable retour de prospérité dans le pays ? 

L’Italie continue à jouir d’un niveau éducatif élevé et les jeunes Italiens n’ont pas grande difficulté à trouver un bon emploi lorsqu’ils émigrent vers ces pays qui n’ont pas encore culturellement sombré dans le nihilisme en termes de rapport à l’emploi, comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Par ailleurs, le nord du pays en particulier abrite un réseau d’entreprises notamment moyennes et familiales performantes, capables d’innovation sur le plan technologique, et de reconversion. Les entrepreneurs italiens n’ont besoin de recevoir aucune leçon de capitalisme de la part des grandes bureaucraties. Les faiblesses de l’Italie, en plus de son système bancaire labyrinthique, résident dans ce problème de compétitivité dont le pays ne sort tardivement qu’en suivant la voie du nivellement par le bas européen, en abaissant les coûts salariaux plutôt qu’à force de gains de compétitivité. On constate donc une désorganisation importante du tissu économique et industriel italien nourri par les néfastes recettes de « gestion de crise ». Pourtant le pays aurait les moyens, sur la base de son niveau éducatif et de son tissu d’entreprises efficaces, de renouer avec une véritable croissance, à base technologique notamment, à l’écart du recours obsessionnel à la compression tous azimuts.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
La droite après Les Républicains
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 07/03/2018 - 15:13
Ah si j'étais sûr...
que même s'il est petit je pourrai boire dans mon verre!
Vangog, pouvez-vous me l'assurer?
car j'ai comme l'mpression qu'à part du vent et du superflu nous ne produisons plus rien!
vangog
- 07/03/2018 - 11:17
Ah, ces fameuses « problématiques » qui cachent
la forêt des autres vrais problèmes! Cette mauvaise novlangue gauchiste n’est plus adaptée à une situation multifactorielle, dont le « problème des clandestins » (pas « migrants » M.Bourgeot, ne vous laissez pas enfumer par la gauche immigrationniste!...) n’est qu’un des facteurs. Les normes et contraintes europeistes, bancaires, ainsi que l’absence de stratégie économique européenne en faveur du protectionnisme, l’absence de projet digital, en sont les autres facteurs. L’histoire de l’UE, c’est une histoire gauchiste: une histoire de vases communicants à tuyaux percés...la croissance européenne a été absorbée par les pays de l’Est, alors que les pays du noyau dur européen ont subi l’avalanche des normes gauchistes en plus d’un système social obsolète et ultra-coûteux. Incapable de se réformer sous les influences gauchistes (Macron, Renzi), l’europe de l’ouest, à l’exception de l’Espagne, est vouée à se déliter, tôt ou tard...ce que les englishs ont parfaitement anticipé en se sortant de ce merdier européiste...
jerome69
- 07/03/2018 - 11:08
On ne parle pas du boulet trainé ?
le problème de l'italie et d'être coupé en deux économiquement, le Nord dont l'industrie est tres développée et le sud ou seul la mafia est développée. La fourmie du Nord en a marre de bosser pour la cigale du sud.
je vais souvent en italie ves Milan, nous y avons énormément de fournisseurs , ETI dans toutes cette partie. ils proposent du matériel inexistant en France car toutes nos ETI comparables ont disparu