En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© REUTERS/Regis Duvignau
Traversée du désert
Débat PS : l’impossible dilemme des socialistes
Publié le 07 mars 2018
Ce 7 mars se tient le débat entre les candidats à la tête du Parti Socialiste. Mais pour faire revenir le PS au centre de la scène politique française, le chemin est encore long.
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce 7 mars se tient le débat entre les candidats à la tête du Parti Socialiste. Mais pour faire revenir le PS au centre de la scène politique française, le chemin est encore long.

Atlantico : Ce 7 mars se tient le débat des socialistes. Au regard du cas italien, révélant l'effondrement de Renzi après la mise en place d'une ligne politique pouvant être considérée comme "rationnelle" à l'opposé du radicalisme parfois proposé, aussi bien en France, qu'en Italie, quelles sont les leçons à en tirer pour les socialistes français ? 

Virginie Martin : Tout ce que dit Boris Vallaud quand il dit que la social-démocratie a gagné mais qu'elle n'a plus rien à dire. Comme elle répond mal aux questions de mondialisations, l'euroscepticisme et ces résultats électoraux apparaissent.

Mais je ne suis pas sûre que les situations soient vraiment similaires, mais il y a quand même des mouvements de fond comme l'euroscepticisme, une gauche qui perd partout en Europe… Ce sont des mouvements de fond que l'on connait depuis longtemps les gauches de gouvernement qui prétend et l'euroscepticisme qui se développe.

Dans ce contexte il faut s'interroger sur ce que peut encore dire la gauche si elle n'a pas ce côté révolutionnaire à la Mélenchon.

Si certains sont partis chez Macron depuis bien longtemps, il y a des gens qui cherchent la voie entre les deux. C'est difficile même en prenant en compte la droitisation de Macron qui laisse de nouveau une voie à la gauche modérée.

Peut-être que la leçon à prendre en compte pour aussi bien pour le Parti Démocrate italien que pour le PS en France serait de se rendre compte qu'aujourd'hui dans le contexte politique et économique que l'on a, faire une politique modérée ne suffit plus. Le problème c'est que dans cette modération et ce "rationalisme" il y a un système dans lequel beaucoup de gens sont laissés pour compte.

Le PS semble aujourd'hui tiraillé entre le radicalisme, voire le populisme de Jean-Luc Mélenchon, et le "rationalisme" d'Emmanuel Macron, ce choix n'est-il pas justement la cause de l'état du PS ? En quoi la conciliation d'une ligne politique rationnelle mais radicale, sans tomber dans le populisme pourrait permettre un retour du PS ?

Bien sûr que ce tiraillement est la cause de l'Etat du PS. Il faut quand même voir que bon nombre de politiques sont partis soit du côté de Mélenchon soit du côté de LREM. Sans parler des électeurs. L'offre au niveau du Parti Socialiste doit se renouveler aussi bien au sein de son personnel que de son offre.

Il faut réenchanter le PS et la politique de manière générale c'est ce que Boris Vallaud essaye de faire. Le problème c'est que Macron a sonné la fin de la politique en mettant de côté le débat politique. Aujourd'hui c'est difficile car il y a un étouffoir de la question politique en France. Cet étouffoir s'exprime forcément plus à gauche et à droite car c'est ceux qui ont un discours que l'on peut juger plus modéré. Tirer des lignes de radicalité pour le PS tout en étant hors Mélenchon cela reste difficile car pour se faire entendre il faut cliver et si on clive on passe du côté des extrêmes.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
07.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 08/03/2018 - 09:45
Le sens des mots
Les mots ont un sens. Il reste que je ne comprend guère l'article : macron est de gauche. Point. A partir de là, le reste n'est que billevesée.
CasCochyme
- 08/03/2018 - 09:14
Les quatre mousquets ternes
Un Porthos, tous pour rien.
vauban
- 08/03/2018 - 08:51
Virginie Martin
Une habituée de C’dans l.air
L.alter ego féminin,sauf au physique :le sien est agréable,de Roland CAYROL....TOut est di.t