En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 10 heures 26 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 11 heures 32 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 12 heures 43 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 13 heures 34 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 15 heures 43 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 17 heures 30 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 10 heures 7 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 11 heures 8 sec
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 12 heures 43 sec
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 13 heures 11 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 16 heures 42 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 17 heures 18 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 17 heures 55 min
© ANDREAS SOLARO / AFP
© ANDREAS SOLARO / AFP
Deux mondes

Italie, France, Allemagne : divergences et convergences de ces fractures géographiques qui coupent les pays en deux

Publié le 06 mars 2018
Au lendemain des élections générales italiennes, la carte du vote révèle une nette fracture nord/sud du pays, entre une coalition menée par Silvio Berlusconi mais dominée électoralement par M.Salvini au nord, et un sud dominé par le mouvement M5S.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain des élections générales italiennes, la carte du vote révèle une nette fracture nord/sud du pays, entre une coalition menée par Silvio Berlusconi mais dominée électoralement par M.Salvini au nord, et un sud dominé par le mouvement M5S.

Au lendemain des élections générales italiennes, la carte du vote révèle une nette fracture nord/sud du pays, entre une coalition menée par Silvio Berlusconi mais dominée électoralement par M.Salvini au nord, et un sud dominé par le mouvement M5S. Quelles sont les dynamiques d'une telle fracture ?

 

Excellente carte de @LaStampa sui nous donne une petite idée du raz de marée populiste extrême en #Italie . En jaune , # M5S de @beppe_grillo , en bleu #laLega ( absolument xenophobe ) de @matteosalvinimi et #ForzaItalia de @berlusconi et en rouge quelques îlots de @matteorenzi pic.twitter.com/rfOapxy4XK

— francoise degois (@francoisedegois) 5 mars 2018

Tout d’abord, il convient de rappeler que l’Italie se distingue par un système politique beaucoup plus fragmenté que dans les autres pays développés, conduisant quasi-systématiquement à des gouvernements de coalition regroupant plusieurs formations politiques, du fait de son caractère de régime parlementaire. Le traditionnel bipartisme des régimes présidentiels n’y existe pas.

Dans ce cadre, entre 1994 et 2011, Silvio Berlusconi a régné sans partage sur le pays grâce à une stratégie électorale qui lui a permis de récolter l’adhésion de territoires aux caractéristiques totalement opposées : le nord-ouest (dont Milan), le moteur économique national, et le Mezzogiorno, correspondant aux régions en retard de développement, grâce à l’alliance dans une coalition centrée autour de son parti, Forza Italia, de deux autres partis à l’assise géographique totalement inverse et aux discours opposés. Au nord, il s’était allié avec la ligue du Nord d’Umberto Bossi, qui se déclarait anti-impôt, pour la décentralisation et autonomiste. Au sud, il s’était associé avec Alleanza Nazionale, ancien parti fasciste de Gianfranco Fini qui s’était recentré, prônant l’interventionnisme de l’Etat et la redistribution des richesses, c'est-à-dire un programme économique contraire du premier ! Le parti démocrate de centre-gauche restait lui dominant dans l’Italie du centre-nord, correspondant en partie à la Troisième Italie des districts industriels.

 
Aux élections législatives de 2018, ce schéma géographique a complètement explosé. En effet, l’effondrement électoral du centre-gauche, qui ne conserve une position dominante que dans ses bastions urbains de Toscane et d’Emilie-Romagne, dont l’universitaire Bologne, conduit à une relative dualisation politique du territoire italien entre un nord acquis à la coalition menée par Silvio Berlusconi alliée à la Ligue (ex Ligue du Nord) et un sud dominé par le mouvement 5 étoiles fondé par Beppe Grillo, qui rappelle étrangement la géographie économique de la péninsule italique, opposant un nord dynamique à un Mezzogiorno, qui n’a jamais réussi à rattraper son retard de développement, malgré les politiques économiques incitatives de l’Etat central italien. 
 
 

Que cela soit en France ou au Royaume-Uni, cette fracture géographique semble se répéter une nouvelle fois. Quelles sont les similitudes qui coexistent entre ces différents pays ? 

Effectivement, l’analyse des résultats des élections législatives italiennes de 2018 fait émerger, au premier abord, le désormais traditionnel schéma de géographie électorale, opposant un ou des  « centre(s) », grands bénéficiaires de la mondialisation, à des périphéries, perdantes de la mondialisation, qui ont consécutivement des comportements de vote différenciés. En effet, la mondialisation en Italie favorise principalement les grandes métropoles du Nord, dont la plus importante d’entre elles, Milan, seule réelle « ville globale » du pays, relayée par un réseau de métropoles secondaires dynamiques qui s’égrènent d’ouest en est le long de la vallée du Pô. En conséquence, alors que les migrations intérieures de jeunes actifs du sud vers le nord s’étaient atténuées dans les années 1980, elles sont sensiblement reparties à la hausse depuis les années 2000, l’économie du sud n’étant pas suffisamment solide pour résister à la concurrence internationale au moment où l’économie s’est libéralisée et les frontières se sont ouvertes. 
 

Quelles en sont les divergences ? 

Cependant, derrière ces ressemblances, il existe deux divergences notables. La première tient au caractère populiste du parti dominant au nord de l’Italie dans les régions dynamiques. En effet, dans les autres pays européens, les territoires gagnants de la mondialisation se caractérisent par un plébiscite pour les partis prônant l’ouverture. Or, c’est tout sauf le cas de la Ligue ! La vague populiste touche l’ensemble du pays, même si elle se traduit de manière différente dans les urnes en fonction des régions. 
 
La seconde différence de l’Italie par rapport à la France ou d’autres pays développés, est que la fracture n’est pas tant une fracture entre les grandes métropoles dynamiques et le reste du territoire à la traîne, mais entre des régions intégrées (le triangle industriel du Nord et la troisième Italie, auquel s’ajoute Rome) et des régions marginalisées, le sud de la botte et les deux grandes îles méditerranéennes, que sont la Sardaigne et la Sicile. Dans ces territoires, la métropolisation ne semble pas prendre. La grande métropole du Sud qu’est Naples ne bénéficie nullement de la mondialisation, ne se portant pas mieux que les campagnes environnantes. 
 
 
 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
WhiteWalker
- 06/03/2018 - 21:34
Espérons une alliance
On lit partout que la Lega et les Cinq Etoiles refusent l'idée de s'allier. Espérons qu'ils surmonteront ces réticences, car une telle alliance serait une vraie promesse de contrôle des frontières.
vangog
- 06/03/2018 - 08:45
La Lega et les cinq étoiles ont un socle commun...
anti immigrationniste, anti-corruption et anti-Matias caritativo-gauchistes, une volonté commune de démocratie directe et une stratégie d’investissement national. Ça fait mal aux fesses des centro-gauchistes europeistes (c’est net sur la carte italienne), mais ils se sont pris une défaite électorale majeure par deux partis très convergents, et capables de former une grande coalition anti-europeiste, anti-mondialiste, anti-immigrationniste..