En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 23 min 18 sec
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 1 heure 44 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 3 heures 24 sec
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 jour 3 heures
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 4 heures
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 59 min 36 sec
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 2 heures 9 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 6 heures 6 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 6 heures 24 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 6 heures 49 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 jour 3 heures
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 1 jour 5 heures
© Mark Schiefelbein / POOL / AFP
© Mark Schiefelbein / POOL / AFP
Atlantico Business

La coalition allemande et le désordre italien vont bloquer les ambitions d’Emmanuel Macron de construire les Etats-Unis d’Europe

Publié le 05 mars 2018
Le projet de réforme de l’Union européenne défendu par Emmanuel Macron aura bien du mal à convaincre la coalition gouvernementale allemande et l’ébullition italienne.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de réforme de l’Union européenne défendu par Emmanuel Macron aura bien du mal à convaincre la coalition gouvernementale allemande et l’ébullition italienne.

Rien de ce qui avait prévu par Emmanuel Macron pour renforcer l’Union européenne ne pourra fonctionner avec une Allemagne congelée par une coalition SPD-CDU laborieuse et une Italie en effervescence, qui va menacer la zone euro d’une crise bancaire sans précèdent en Europe.

Du coup, les ambitions du président français qui visaient à réformer l’Union européenne et surtout à accélérer une mutation vers plus de fédéralisme auront du mal à avancer.

Le projet d’Emmanuel Macron était de renforcer la cohésion de la zone euro pour la rendre compétitive face aux deux blocs qui se partagent la planète avec une Amérique du Nord qui n’a jamais été aussi puissante et une Chine qui accroit ses velléités hégémoniques sur l’ensemble de la zone Asie-Pacifique et au-delà.

Cette cohésion passait par trois séries de transformations.

Un : une coordination plus resserrée sur le terrain fiscal, social et budgétaire.

Deux : une réforme des institutions pour donner à Bruxelles plus de pouvoir et plus de légitimité démocratique, avec pour commencer un ministre de l’économie, un ministre des affaires étrangères et un ministre de la défense.

Trois : une plus grande solidarité financière avec un FMI européen capable d’intervenir au niveau des Etats et d’apporter aux banques en difficulté des moyens de recapitalisation. En clair, il s’agirait d’un mécanisme plus sophistiqué qu‘aujourd’hui, qui pourrait gérer une mutualisation des banques.

A terme, le projet secret d’Emmanuel Macron rejoint celui dont rêvaient les fondateurs de l’Europe : parvenir à installer « de véritables Etats-Unis d’Europe » à l’image de ce qui existe avec les Etats-Unis d’Amérique.

La situation politique qui s’installe en Allemagne aurait dû favoriser une évolution de la politique économique de l’Allemagne vers plus d’ouverture, de demande intérieure et par conséquent d’un effet d’entrainement plus fort qu’auparavant sur le reste de l’Europe.

L’arrivée des membres du SPD au gouvernement avec un plan de réformes très ambitieux et des pouvoirs importants dans l’équipe de direction aurait pu inspirer une évolution assez spectaculaire. D’autant que la conjoncture n’a jamais été aussi dynamique, ce qui gonfle la demande sociale et booste la demande interne.

Cela dit, le passage à l’acte des réformes va se heurter au radicalisme des deux fractions de la coalition. La CDU considère qu‘elle s’est fait voler son programme, elle va donc s’arc-bouter sur ses principes de rigueur budgétaire.

Du côté du SPD, les dirigeants étaient tellement réticents à participer à la gouvernance qu’ils craignent que les réformes qu’ils défendent n’engendrent pas les résultats qui leur permettraient de gagner des points d’audience. D’où leur extrême prudence politique.

Avec une coalition majoritaire un peu congelée, une chancelière ultra prudente mais en fin de parcours, on voit mal l’Allemagne accepter des abandons de pouvoir que le projet Macron implique. L’Allemagne peut à la rigueur accepter une refonte des institutions qui reviendrait à écarter les partenaires les plus faibles, à installer un ministre, à coordonner les systèmes fiscaux et sociaux. Mais l’Allemagne n’est absolument pas prête à installer une mutualisation des dettes sauf entre des pays d’un noyau dur qui serait constitué autour des principes de fonctionnement communs.

Du côté de l‘Italie, la gouvernance est désormais plongée dans l’incertitude la plus totale. Les italiens ont voté dimanche et ont hissé le mouvement 5 Etoiles en tête, bien que dans l’impossibilité de gouverner seul. Le jeune dirigeant de ce parti populaire, Luigi Di Maio, 31 ans, va devoir accepter de cohabiter avec d’autres formations et peut être celle, où derrière se cache Silvio Berlusconi.

Luigi Di Maio est sans doute plus civilisé que son prédécesseur à la tête de ce mouvement populiste, l’humoriste Beppe Grillo. N’empêche qu‘il a été élu avec un programme populiste qui prône la démocratie directe, la cyberdémocratie (les réseaux sociaux) et qui s’oppose à l’austérité budgétaire et à l’immigration massive qui seraient, selon ses amis, organisés par Bruxelles. Donc haro sur l’Union européenne.

Pour beaucoup d’observateurs, l‘Italie va être difficilement gouvernable dans les six mois qui viennent. Cela dit, le danger ne vient pas du désordre politique. L’Italie ne sera pas la première démocratie à fonctionner sans gouvernement. Le danger risque de venir de la faiblesse de ses banques conjuguées à l’impossibilité pour l’Etat de recapitaliser les banques. En revanche, le désordre politique hypothèque les facilités de crédit des autres Etats-membres.

Les banques italiennes représentent un vrai danger et ces risques italiens sont beaucoup plus systémiques que ne l'étaient les risques grecs. D'où le raidissement des institutions européennes et de l’Allemagne à propos de tout ce qui ressemblerait de près ou de loin à une aide solidaire. Au contraire, la première demande qui sera adressée au gouvernement sera de confirmer et de redresser la politique budgétaire de rigueur. Ce que les nouveaux élus ne pourront pas accepter. D‘où les problèmes de financement.

Si on ajoute à la congélation allemande et aux incertitudes italiennes, le désordre qui préside aux préparations du Brexit, on obtient un cocktail qui ne sera pas forcement explosif mais qui hypothèque complètement le projet de réformes d’Emmanuel Macron.

Le projet Macron est fondé sur une politique d’ouverture solidaire des pays de l’Union européenne, alors que tout ce qui se met en place depuis ce week-end participe à des forces de fermeture, de protectionnisme économique et de repliement sociologique sur soi.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 05/03/2018 - 21:36
Donner à Bruxelles plus de pouvoir
Ce n’est pas lui donner plus de légitimité démocratique mais bien le contraire et c’est ce qui est exaspérant
vangog
- 05/03/2018 - 19:32
Il a à peine un mandat pour la France...
le minet-à-Cougars n’a aucun mandat, ni pour détruire l’Europe, ni pour déverser sa moraline gauchiste au Moyen-Orient. Tais-toi, Macrouille, et pense au sort de Matteo Renzi, qui sera bientôt le tien, comme celui de tous les mondialistes immigrationnistes...dans la bauge à cochons!
cloette
- 05/03/2018 - 11:14
@ganesha
Où voyez vous un seul conditionnel dans l'article ? et je déteste la conclusion de JM Sylvestre " tout se met en place pour une fermeture, un repliement sur soi," etc.... On aurait pu conclure "tout se met en place pour plus de liberté et d'indépendance ",