En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© SASCHA SCHUERMANN / AFP
Anti-guépard
Coalition validée par le SPD en Allemagne : rien ne change pour que rien ne change
Publié le 05 mars 2018
Maintenant que le SPD a approuvé l'accord de coalition avec la CDU/CSU, les deux partis disposent d'un répit avant les élections de 2021.
Fabien Laurencon est agrégé d'allemand, diplômé de Sciences Po Paris. Il a enseigné l'histoire et la civilisation allemandes à l'université Sorbonne nouvelle Paris III et à Paris X.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Laurençon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Laurencon est agrégé d'allemand, diplômé de Sciences Po Paris. Il a enseigné l'histoire et la civilisation allemandes à l'université Sorbonne nouvelle Paris III et à Paris X.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maintenant que le SPD a approuvé l'accord de coalition avec la CDU/CSU, les deux partis disposent d'un répit avant les élections de 2021.

Atlantico : Le SPD a finalement approuvé à 66,02% l'accord de coalition avec les conservateurs d'Angela Merkel. Que retenir de cette décision ?

Fabien Laurençon : D'abord si on prend du point de vue de la SPD c'est une décision qui a été prévisible attendu du fait de la rationalité politique du parti et le choix fait d'aller de l'avant plutôt que de commettre un suicide politique. Cette rationalité l'a emporté au sein de la SPD face aux positions notamment de Kevin Kühnert.

La SPD est quand même maintenant devant un territoire à rebâtir complètement. Le spectacle des six derniers mois, des dissensions internes naissent une impression extrêmement négative avec un parti qui doit maintenant chercher un leader et un programme.

Ce choix donc d'aller dans la grande coalition est un choix qui a été fait pas raison mais aussi par résignation plus que par enthousiasme. La SPD est aujourd'hui dans un dilemme. Elle doit être à la fois dans la coalition, donc être un partenaire crédible par rapport à la CDU/CSU et en même temps être à l'extérieur pour bâtir une force d'opposition et d'alternative à cette grande coalition. Si la SPD ne veut pas se faire vampiriser, veut exister avec comme objectif 2021, elle va devoir présenter une offre alternative crédible et c'est bien là tout l'enjeu.

Il y a le risque de se retrouver encore une fois désossé par le partenaire CDU/CSU

Deuxième dilemme pour la SPD c'est la succession. Aujourd'hui on voit bien que Martin Schulz c'est finit et il faudra présenter là aussi un candidat crédible à la chancellerie. Le leader naturel aujourd'hui semble être Andrea Nahles.

Pour autant est-ce que cet accord est de nature à régler les problèmes internes du SPD et que est l'objectif maintenant pourle SPD et la CDU/CSU ?

Non, cet accord offre un répit. C'est la victoire du bon sens, de la rationalité politique et aucun des deux partis populaires n'avait intérêt au fond à une rupture des négociations. Les deux partis s'offrent donc une pause pour reconstruire jusqu'en 2021. Le véritable défi qui se posera pour les deux partis maintenant ce sera la capacité à intégrer, à droite comme à gauche en faisant face à l'ombre portée de l'AFD.

La SPD va devoir intégrer à gauche mais aussi une partie de la population qui n'a pas voté ou qui a voté ADFD par dépit ou par rejet. Pour la CDU c'est symétriquement le même problème, il va falloir intégrer à gauche (ce qui ne devrait pas poser trop de problèmes, elle l'a toujours fait) mais aussi à droite, les conservateurs déçus par la politique Merkel depuis trois ou quatre ans sera beaucoup plus difficile. Ces mêmes électeurs sont tentés par les sirènes de l'AFD et il va falloir œuvrer pour les ramener "à bon port".

A cet égard la nomination de Horst Seehofer patron de la CSU bavaroise au ministère de l'Intérieur est un signal clair envoyé à cet électorat conservateur.

Les deux partis sont donc dans la même course, chacun dans son couloir, pas forcément avec les mêmes armes pour un renouvellement programmatique mais aussi un renouvellement du leader pour 2021.

Quel est l'enjeu maintenant en Allemagne et est-ce que cela aura une incidence dans la succession d'Angela Merkel

Il est clair que Angela Merkel va forcément préparer sa succession de manière intelligente, tactique comme la stratège politique qu'elle est et a toujours été. Toute la question qui se pose maintenant c'est de savoir quel leader va émerger et qu'elle va adouber. Il est aujourd'hui peu probable qu'Angela Merkel aille au bout de son mandat. Je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur cadeau qu'elle puisse faire à son parti.

Aujourd'hui tout ce qu'elle peut faire c'est préparer sa relève et préparer son successeur à remporter l'élection de 2021. Mais peut-être que plus longtemps elle restera à la tête de la chancellerie plus cela rendra compliqué la préparation et le passage de relai pour son successeur.

Cet accord va-t-il changer des choses au niveau des dynamiques européennes et pour la France en particulier ?

Le fait que la SPD ait le portefeuille des affaires étrangères est en soit un signal plutôt positif pour les relations franco-allemandes et l'exécutif français vu que la SPD a un positionnement plutôt favorable au projet économique européen du président français.

La SPD s'est différencié du projet très rigoriste de la CDU incarné par Wolfgang Schäuble et cela pourra relancer la coopération économique franco-allemande. Le couple franco-allemand devrait se reconstituer avec un retour de l'Allemagne très prochainement. On parle d'un gouvernement avant Pâques et les structures bilatérales entre nos deux pays devraient se renforcer lors des prochains mois.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
04.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
05.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
La résignation des chômeurs face à la loi d’airain de l’offre et de la demande
01.
"Benghazi ne tombera pas en un jour"
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 05/03/2018 - 19:57
En résumé,
la soupe européenne serait donc bonne pour l'Allemagne? Ce serait parfait pour les trois partis majoritaires?