En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Deux voies
Dilemme : préférerons-nous augmenter les salaires aujourd’hui ou alourdir les coûts du travail pour augmenter ceux de demain via la formation ?
Publié le 26 février 2018
C’est la seule question que l’on doit se poser aujourd’hui sur l’économie française.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est la seule question que l’on doit se poser aujourd’hui sur l’économie française.

Augmenter ou former ? C’est la seule question que l’on doit se poser aujourd’hui sur l’économie française. Comment renforcer d’abord, et prolonger ensuite dans le temps, l’amélioration économique en cours, pour éviter le pire (remontée du chômage, creusements des déficits…) avec une croissance trop faible ?

Faut-il augmenter les salaires avec un soutien aux apprentis ou avec un « coup de pouce au SMIC » ? Keynésien et politique en diable ! Faut-il plutôt augmenter les salaires des cadres, comme on le lit dans les enquêtes ? Il est vrai que leurs augmentations ont été faibles dans le passé récent, mais qu’il y a eu aussi des licenciements, des « départ négociés » et peu d’embauches, même des jeunes. Faut-il donc rattraper le temps (et l’argent) perdus ? Ou faut-il s’occuper plutôt des « métiers en tension », dans l’informatique, l’intelligence artificielle ou encore dans les data ? Faut-il s’occuper des cadors, pour qu’ils ne partent pas ailleurs, ou ne partent pas d’ici ? Faut-il répondre à des tensions économiques locales ou agir de manière plus générale, pour soutenir la demande, maintenant que l’offre semble repartie ?

Ou bien faut-il regarder plus loin, non pas le salaire et l’emploi d’aujourd’hui, mais l’employabilité, celle qui fera le salaire de demain et la croissance de tous ? Et si on avait le courage de montrer que la reprise en cours en France est certes réelle, mais surtout mondiale et fragile, liée à des conditions monétaires qui ne vont pas durer, dans un contexte mondial de concurrence sur les talents qui implique de les attirer, de les faire naître et de les garder ? Et ceci passe-t-il seulement par des augmentations salariales, ici et maintenant ?

Un constat : l’économie française va mieux, mais ralentit légèrement en janvier et en février. Pas d’accélération, donc il n’y a donc aucune raison de s’endormir sur de maigres lauriers. L’économie peut avoir passé son maximum d’accélération pour rejoindre un rythme plus modéré, autour de 1,9%. Pour l’Insee, en février 2018, le climat des affaires devient en effet un peu moins favorable qu’au mois précédent, lui-même plus faible que décembre. Pour Markit aussi, la croissance du secteur privé français ralentit, même si elle reste soutenue en février. L’Indice de l’Activité Globale en France se replie ainsi de 59,6 en janvier à 57,8, signalant ainsi le plus faible taux de croissance depuis octobre 2017. On retrouve l’Insee : pas de panique, pas d’enthousiasme.

Une vérité : cette amélioration française est en fait mondiale. Les salaires pourraient donc monter, mais les taux d’intérêt le font plus vite, menaçant la reprise. Il faut compter 3% aux Etats-Unis, 2% en Italie, 2,5% au Royaume-Uni, 1% en France et 0,7% en Allemagne pour la dette publique à 10 ans. Toutes les économies sont en reprise, une première depuis dix ans. Dans ce contexte, les tensions sur les prix commencent à se manifester : salaires dans les pays en plein-emploi (Etats-Unis, Allemagne) et matières premières (dans le sillage du pétrole). En même temps, les économies en expansion voient leurs besoins financiers en hausse, ce qui pèse sur les épargnes disponibles. La reprise mondiale exerce ainsi une double pression à la hausse sur les salaires et sur l’épargne, les deux phénomènes étant interdépendants. Les courbes des taux d’intérêt montent partout.

Un problème : la France est loin d’avoir rebâti sa compétitivité et bien loin d’avoir retrouvé son sentier de croissance d’avant crise. Elle accuse certes un regain de croissance (1,9%), mais avec un niveau significatif d’inflation (1,3%), compte tenu d’un taux de chômage élevé (8,9%). Et cette croissance accompagne des comptes extérieurs très déficitaires et de marges bénéficiaires encore limitées (Excédent Brut d’exploitation à 31,8% de la valeur ajoutée contre 37% en Allemagne). Depuis 2012, la modération salariale a lissé la hausse du coût horaire du travail dans le secteur marchand : +5,4% en France contre +11,4% en Allemagne et +7,1% en zone euro. Si l’on prend le coût salarial unitaire (qui tient compte de la productivité) l'amélioration du « comportement » français est meilleure : +1,1% en 2017 ici et en zone euro, contre +1,5% en Allemagne. Mais l’écart de coût accumulé depuis 2000 entre France et Allemagne n'a été réduit que de 25% par le CICE et les réductions de cotisations familiales. En outre, l’amélioration récente de la compétitivité-coût a aidé au redressement des marges des entreprises, mais sans enrayer la contraction de la base industrielle, liée au recul des parts de marché. La part de la valeur ajoutée manufacturière française dans la zone euro atteint 13,6% en 2017 contre 17,3% en 2000. Pire, les produits français sont perçus comme de qualité, mais pas assez innovants et toujours trop chers (Rexecode).

Une faiblesse française : elle réside dans un tissu productif étiré fait de grandes multinationales qui vivent leur vie loin des ETI, ETI trop peu nombreuses et pas assez exportatrices, mécanisées, robotisées, Internétisées, et entourées de PME trop petites et hétérogènes. Les start up ne peuvent cacher la forêt. « Les firmes les plus performantes une année donnée ne semblent pas améliorer ensuite leur position relative… par ailleurs, la dispersion inter-firmes des niveaux de productivité a augmenté », notent Gilbert Cette, Simon Corde et Rémy Lecat dans un papier publié ce mois-ci par la Banque de France (WP662).

Les trois risques des augmentations de salaires en France sont ainsi :

  • Affaiblir les entreprises qui ne pourront pas suivre la course concurrentielle, avec des marges faibles et des taux d’intérêt bientôt en hausse, et donc leurs salariés seront affaiblis aussi dans la durée,
  • Etendre les écarts de situation au sein des entreprises en polarisant les hausses sur quelques-uns, avec ce que ceci implique pour le climat dans l’entreprise, alors que seules les entreprises où règne une bonne entente sont efficaces,
  • Aggraver le risque majeur français : celui d’un taux d’emploi (rapport entre le nombre de personnes ayant un emploi et la population totale) très faible : 74,7% en Allemagne, 64,6% en France. Trop peu de gens qui travaillent, avec des écarts salariaux qui se creusent et qui ne pourront être assumés dans la durée, ce sera moins de croissance et plus de problèmes pour tous.

    Former, c’est donner un salaire demain et après-demain à des salariés toujours plus nombreux, mieux formés et donc employables dans la durée, dans des entreprises qui pourront résister à la concurrence et soutenir ainsi la croissance française, et donc l’emploi. C’est le cercle vertueux compétitivité-emploi. Permettre à tous des crédits formation plus avantageux, un meilleur apprentissage, et des semestres sabbatiques (notamment pour les cadres), c’est la vraie façon de traiter le problème actuel de compétitivité, dans sa vraie grandeur et surtout dans la durée. Attention aux lunettes trop personnelles, trop catégorielles, trop sectorielles ou étroitement syndicales : c’est la durée qui importe, et de plus en plus, pas deux trimestres de croissance.

 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen-libre
- 27/02/2018 - 08:35
Le bla bla bla de la décadence des peuples
Toutes ces analyses qui se veulent plus pertinentes les une que les autres, sont un frein à l'évolution des salariés de ce pays. Ca suffit, avec ces commentateurs qui roulent forcément pour quelques uns. Pour ceux qui ont connu 1968, aucune augmentation n'était possible, c'était la misère dans toutes les corporations, comme au temps de Zola, d'ailleurs. A la fin des grèves, 10, 12, 15 % d'augmentation ont été accordées dans toutes les professions. Les années qui ont suivies, jusqu'en 1980, ont été les plus belles années de croissance pour le pays et pour les salariés. C'est sur ces années que les anciens ont aujourd'hui un patrimoine, qu'ils vont transmettre. Alors ça suffit avec cette régression permanente qui tire toujours les mêmes vers le bas. BNP Paribas a fait 8 milliards de bénéfice, et elle peut toujours pas payer un peu plus son personnel ? M. Betbeze, votre ancien employeur le Crédit Agricole, il peut pas mieux payer ses salariés ?