En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© AFP
Atlantico Business

Pourquoi l’agriculture française rassemble à la fois le meilleur et le pire de l’économie française

Publié le 26 février 2018
L‘agriculture française présente sans doute ce qu’il y a de meilleur dans le système économique français, mais elle offre aussi ce qu’il a y de pire dans sa psycho-sociologie. Explications.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L‘agriculture française présente sans doute ce qu’il y a de meilleur dans le système économique français, mais elle offre aussi ce qu’il a y de pire dans sa psycho-sociologie. Explications.

L’ouverture du salon de l’agriculture a une fois de plus offert le spectacle des contradictions parfois violentes, excessives et stériles de ce secteur économique. Et chaque année, la porte de Versailles nous offre le même cirque. Une extraordinaire vitrine des performances du monde agricole et une litanie de plaintes et de jérémiades qui expriment sans doute beaucoup de douleurs et d’effort mais qui dissimulent aussi beaucoup de postures politiques au service d’intérêts puissants qui ne s’exposent pas.

La visite du président de la République et de sa cour fait parti du rituel. Il y a des présidents de la République comme Jacques Chirac ou François Hollande qui ont passé leur temps à caresser le cul des vaches pour faire croire aux agriculteurs qu‘ils étaient les chouchous de la république, dépositaires de leur histoire et de leur traditions et garants de leur santé et de leur indépendance. Chacun joue le jeu et les enfants peuvent venir voir les animaux comme à Thoiry.

Et puis, il y a des présidents de la Républiques plus audacieux, comme Valery Giscard d’Estaing autrefois ou Emmanuel Macron qui essaient de ne pas trop raconter d’histoires sur la réalité d’un monde désormais ouvert à la concurrence. Mais ces présidents-là ont beaucoup de mal à sortir du salon de l’agriculture indemnes, alors que le monde agricole est parfaitement conscient qu’ils ont devant eux la chance d’avoir des marchés considérables. Il faudra bientôt nourrir 7 milliards d’individus. Mais ils refusent d’en assumer les contraintes publiquement. D’où un tissu de contradictions qui enferment les agriculteurs dans une attitude la plus souvent protectionniste et réactionnaire.

L’agriculture française combine le pire et le meilleur qu‘un système socio-économique est capable de produire en France.

Le meilleur parce que l’agriculture française est une des plus performantes du monde en termes de qualité, de diversité et de quantité. L’agriculture française le doit à la nature des terres agricoles, à un système éducatif très sophistiqué qui va des lycées agricoles aux écoles d’ingénieurs agro, en passant par les instituts de recherche de niveau international. Elle le doit aussi aux aides publiques dont elle a pu bénéficier dans le passé en contrepartie de cette mission dévolue aux agriculteurs d’entretenir la nature.

Mais cette agriculture est aussi capable d’entretenir le pire des comportements parce que les mécanismes de régulation auxquels les professionnels se sont habitués les ont endormis ou enfermés dans la défense de rentes de situation plutôt que de travailler sur l’offre et la qualité correspondant à la demande du client. Ce monde agricole qui est le plus connecté des mondes professionnels, le plus digitalisé et le plus geek aussi, ce monde agricole est capable de doser la composition de ses engrais en fonction de la nature de ses terres et du changement climatique et cela au mètre carré près, grâce à des puces électroniques, dans une parcelle de terre... Et bien ce monde agricole est incapable de comprendre et d’assumer les mécanismes de marché, c’est à dire de connaître et de répondre à ses clients.

La plupart des problèmes qui désespèrent le monde agricole sont des problèmes presque quotidiens dans la plupart des autres secteurs économiques et où les entreprises finissent bien par les gérer ou s’y adapter.

La perspective des accords du Mercosur, c’est à dire la signature d’un accord de libre échange avec les pays de l’Amérique du sud, met en colère une majorité des éleveurs ou du moins de leurs représentants syndicaux. A priori, ces agriculteurs ont raison, sauf que l’accord en question n’est pas signé, puisqu’il est à peine négocié. La négociation tiendra évidemment compte des normes obligatoires à l’importation des produits. Et en matière de normes, la France est championne du monde. Les agriculteurs s’en plaignaient d’ailleurs en expliquant que ça bloque et renchérit leurs propres conditions de production et ça n‘est pas faux. Sur la concurrence prix, la réponse la plus intelligente n’est pas d’interdire l’importation, mais de produire avec un avantage hors cout, c’est à dire qualitatif. La qualité du produit, mais aussi la sécurité sanitaire et la marque sont les seuls moyens de créer de la valeur et de fidéliser son client. Un seul exemple, McDonald, le plus gros acheteur de viande de bœufs de ce pays, a fait de la garantie d’origine française un argument de vente qu’il ne pourra pas abandonner de sitôt.

Enfin, on ne pourra pas revendiquer la possibilité d’exporter des productions agricoles ou des produits transformées sans accepter de gouter aux importations. On a plus à gagner en participant à l’alimentation des milliards d’individus qu’à empêcher les étrangers de se vendre dans nos hypermarchés à 68 millions de français. D’ailleurs, ce sont les consommateurs français qui décideront en achetant la viande qui leur paraitra la meilleure. Leurs exigences alimentaires ne sont pas négociables.

Le débat sur l’interdiction du glyphosate qui enflamme les campagnes est tout aussi surréaliste. Faut-il, pour protéger des conditions de production avantageuses, continuer d’utiliser un herbicide et des pesticides qui peuvent se révéler dangereux pour les consommateurs et les agriculteurs eux mêmes ? La réponse est non quand on sait ce qui s’est passé avec l’amiante.

La confusion entre le meilleur et le pire de ce monde agricole vient principalement de la nature et de la composition du revenu agricole.

Comme dans beaucoup de secteurs, les grandes exploitations de cultures et d’élevages s’en sortent et sont même très puissantes. Un céréalier de la Beauce ou de Picardie qui gère 500 hectares de blé, peut accéder au marché international et développer un marketing client qui lui permettra d’optimiser ses rendements et ses recettes. Un gros éleveur sous contrat, aussi.

A l'autre bout de la chaine, le maraicher de proximité qui a su produire bio et qui s’est organisé pour faire connaître son savoir faire, sa qualité et dont le produit va aussi raconter une part de son histoire familiale. Ce petit exploitant, producteur de légumes ou de fruits, de produits de charcuterie ou de fromage a su créer de la valeur pour un client qui est demandeur de qualité.

Mais entre les deux catégories, il existe, c’est vrai, des milliers de fermiers qui ne maitrisent, ni leur prix ni leurs conditions climatiques. Ils sont donc à la merci de leurs acheteurs, en général l’hyper marché ou le fabricant de produits transformés avec lesquels ils passent des contrats à moyen terme où ils sont rarement gagnants.

Le complément de revenu est donc assuré par des aides publiques (de plus en plus rares) ou les revenus du tourisme à la ferme.

La seule solution est de créer de la valeur et de construite une relation avec le client pour qu’il accepte de payer le produit alimentaire plus cher.

Cet enjeu est au cœur du problème agricole. Convaincre le client français, le consommateur que, s’il veut acheter de la viande gouteuse, il doit payer le prix, idem pour les laitages ou les produits à base de céréales.

Ça n‘est pas à l’hypermarché de faire cette pédagogie, ça n’est même pas au transformateur, c’est à l’agriculteur, producteur de vendre sa marque, son histoire et son produit. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

Et si les néoconservateurs avaient eu raison ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jacques brachat
- 26/02/2018 - 16:04
le porc de l'angoisse
l'analyse de M.Sylvestre est pertinente ajoutons le fait que trop d'unités de production n'ont pas la taille critique pour survivre quoi qu'elles fassent et dépendent de l'aide publique.La vindicte qui a accompagné recemment le projet de ferme comportant un cheptel de 1000 bestiaux montre la difficulté politique pour l'agriculture de passer à un stade semi industriel.Quand on sait que l'Espagne produit aujourd-hui quatre vingt millions de porcs c'està dire le double de la France et qu'elle en est le troisième' exportateur mondial on se rend compte qu'en agriculture comme sur d'autres marchés l'hexagone est en train de perdre.