En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Finalement
Formation professionnelle : le gouvernement ne s’incline pas encore face aux résistances des partenaires sociaux
Publié le 24 février 2018
Les partenaires sociaux auraient pu prendre leurs pertes et proposer une demi-réforme, mettant le gouvernement dans l’embarras. Mais, en prenant sur certains éléments clés, comme le CPF, le contre-pied de la réforme voulue par le candidat Macron, ils ne laissent au chef de l'Etat que deux possibilités : soit renoncer un élément essentiel de son programme économique et social, soit "renverser la table".
Bertrand Martinot est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les partenaires sociaux auraient pu prendre leurs pertes et proposer une demi-réforme, mettant le gouvernement dans l’embarras. Mais, en prenant sur certains éléments clés, comme le CPF, le contre-pied de la réforme voulue par le candidat Macron, ils ne laissent au chef de l'Etat que deux possibilités : soit renoncer un élément essentiel de son programme économique et social, soit "renverser la table".

Est-ce que le préaccord qui a été conclu quant à la réforme de la formation professionnelle n'est pas à rebours finalement des orientations et de l'ambition qu'avait affiché Emmanuel Macron en la matière ? Pourquoi ?

 
Oui. Il y a, certes, quelques mesures qui vont dans le sens des orientations souhaitées par le gouvernement. C’est le cas notamment de la suppression des listes administratives fixées par les branches professionnelles qui limitaient l’accès au CPF. Si cet accord s’applique, vous pourrez utiliser votre CPF pour une gamme bien plus étendue de formations. C’est un pas en avant. De même, l’accord prévoit une révision plus rapide des certifications professionnelles, ce qui est indispensable au vu de la rapidité des évolutions technologiques. 
 
Mais la principale caractéristique de cet accord, c’est qu’il ne met ni l’entreprise ni l’individu au centre, comme le souhaitait le document d’orientation. Ce sont encore et toujours les branches professionnelles, leurs appareils syndicaux et patronaux  et leurs organismes collecteurs (les OPCA) qui dont mis en avant, qui régulent, fixent les tarifs et norment tout l’ensemble du système. Un exemple, parmi d’autres : le compte personnel formation est toujours sous-financé et les droits toujours libellés en heures de formation (et non pas en euros), ce qui fait que ce sont les branches qui continueraient à valoriser ce que vaut une heure de formation. C’est tout le contraire de ce que voulait le gouvernement ! 
 
Pour résumer, malgré les demandes pressantes du gouvernement, les partenaires sociaux n’arrivent pas à faire leur deuil d’un système pourtant usé jusqu’à la corde : inégalités d’accès à la formation, frais de gestion élevés, opacité des décisions prises par les centaines de commissions paritaires de branche, etc. 
 

Quelles mesures aurait-il été indispensable de prendre selon vous ? Fallait-il au contraire  donner plus de poids aux régions et réduire l'emprise des branches sur le secteur de la formation professionnelle ?

 
Il aurait fallu clarifier et reconstruire le système autour de quelques piliers simples. 
 
Un premier pilier « individualisé », échappant aux logiques de branche, à la main des salariés, correctement financé et adossé à un conseil en évolution professionnel dispensé par des opérateurs labellisés par une autorité véritablement indépendante ; un deuxième pilier à la main des branches et des OPCA, qui concerneraient les formations aboutissant à des certifications définies par les branches (par exemple les certificats de qualification et titres professionnels de branche). Et enfin un troisième pilier, optionnel, avec le libre choix des entreprises d’adhérer ou non à un OPCA pour financer leur plan de formation et bénéficier de conseils en ingénierie de formation. 
 
S’agissant de l’apprentissage, la voie de sortie raisonnable aurait dû être une coopération renforcée entre les régions et les grandes branches professionnelles.  Il aurait fallu introduire des mécanismes de codécisions et de cofinancement entre régions et branches. Au lieu de cela, le gouvernement a choisi de tout transférer aux branches et à leurs appareils syndicaux et patronaux, dont l’immense majorité n’a pas la taille critique pour mener de véritables politiques de formations sur un territoire donné. Saisissant cette occasion, les partenaires sociaux ont immédiatement choisi, dans leur accord, de renforcer le poids des OPCA dans ce système, de créer des observatoires des métiers, financer des actions de promotion, d’études... Le système branche-OPCA absorbe déjà 10 % de la collecte en frais de gestion en matière de formation continue, j’ai peur qu’il ne prélève autant sur les 1,5 milliard d’euros de taxe d’apprentissage supplémentaires qui vont lui être alloués. 
 

Face à la direction que prennent les négociations, comment va pouvoir réagir le gouvernement ?

 
Les partenaires sociaux auraient pu être malins, c’est-à-dire prendre leurs pertes et proposer une demi-réforme, mettant le gouvernement dans l’embarras. Mais, en prenant sur certains éléments clés, comme le CPF, le contre-pied de la réforme voulue par le candidat Macron (une plus grande individualisation des droits, plus grande transparence, efficacité, etc.), ils ne laissent au président de la République que deux possibilités : soit renoncer un élément essentiel de son programme économique et social, soit « renverser la table » en faisant, en gros, comme si cet accord n’avait pas existé. Les négociateurs patronaux et syndicaux auraient alors tout perdu. L’heure de vérité est proche. 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
07.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sangha26
- 24/02/2018 - 13:21
Avec des si...
Il se dit couramment : "avec des si on mettrait Paris en bouteille...." et finalement rien ne se fait.... et le temps passe ! N'y-a-t-il vraiment pas possibilité d'améliorer ce qui ne va pas dans notre pays ????? Et balayer tous les intérêts annexes qui entravent tout le temps les améliorations indispensables ???
jc0206
- 24/02/2018 - 11:32
Formation professionnelle
Sujet pourri par excellence depuis des décennies mais on s'incline face aux partenaires sociaux qui pourront continuer à se gaver avec la manne de 32 milliards. Bravo !
vangog
- 23/02/2018 - 22:06
Dans la grande tradition « pas de vagues et mou du genou »...
il restera le minet-à-cougars...Je ne le vois pas se mettre à dos les syndicats, soit le fer-de-lance de sa clientèle électorale!