En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 9 heures 56 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 14 heures 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 15 heures 51 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 18 heures 23 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 20 heures 26 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 20 heures 54 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 21 heures 37 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 9 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 10 heures 56 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 20 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 20 heures 46 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 21 heures 31 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 21 heures 50 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 22 heures 4 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 22 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Humanité et fermeté

Et en même temps… le projet de loi asile et immigration porté par Gérard Collomb pourrait bien ne pas changer grand chose

Publié le 22 février 2018
Le projet de loi asile et immigration porté par Gérard Colomb est clairement construit dans une logique de fermeté. Très critiqué par les associations, il fait même des vagues jusque dans la majorité. Il est pourtant défendu par le ministre de l'Intérieur comme un texte « équilibré » qui « s'aligne sur le droit européen ». Mais les évolutions législatives ne jouent qu'un rôle mineur concernant le choix de la destination des migrants.
Jacques Barou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Barou est docteur en anthropologie et chargé de recherche au CNRS. Il enseigne les politiques d’immigration et d’intégration en Europe à l'université de Grenoble. Son dernier ouvrage s'intitule La Planète des migrants : Circulations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi asile et immigration porté par Gérard Colomb est clairement construit dans une logique de fermeté. Très critiqué par les associations, il fait même des vagues jusque dans la majorité. Il est pourtant défendu par le ministre de l'Intérieur comme un texte « équilibré » qui « s'aligne sur le droit européen ». Mais les évolutions législatives ne jouent qu'un rôle mineur concernant le choix de la destination des migrants.

Atlantico : Le « projet vise notamment à réduire les délais d'instruction de la demande d'asile et à faciliter la reconduite à la frontière pour les déboutés. Est-ce que cette loi, plus dure sur certains aspects et souple sur d'autres, va réellement permettre de solutionner quoi que ce soit ?

Jacques Barou : Cette loi n'est pas très différente des précédentes. Elle répond plutôt à une situation conjoncturelle qui s'est déjà produite dans le passé. Chaque fois que le nombre de demandeurs d'asile augmente significativement, le gouvernement promulgue des lois pour accélérer la procédure de traitement afin de désengorger les lieux d'accueil et s'efforce aussi de trouver des moyens pour faciliter l'expulsion des déboutés, sachant qu'ils représentent toujours entre les deux tiers et les 80% des demandes examinées. La réduction du temps de traitement est critiquée par les défenseurs des demandeurs d'asile car cela réduit le temps nécessaire à la construction d'un argumentaire pour démontrer le bien fondé de la demande d'asile. Il est objectivement très difficile de juger de ce bien fondé et au niveau de l'instruction des dossiers par les agents de l'OFPRA on s'en tient souvent à des critères relativement simples : pays en guerre et pays sûrs, avec dans ce dernier cas une attention portée à des faits susceptibles d'avoir créé une situation d'insécurité pour des personnes bien définies dans des zones bien définies. Elle ne va pas changer grand chose sinon faciliter les expulsions des gens venant de pays qui ne sont pas en guerre, à condition de connaître la provenance réelle des requérants, ce qui n'est pas facile pour certaines zones comme l'Afrique subsaharienne où l'état civil est souvent lacunaire et où les mêmes groupes ethnolinguistiques se retrouvent aussi bien dans des pays en guerre que dans des pays sûrs. La loi comporte des aspects positifs pour les demandeurs d'asile qui seront pris en charge comme tels : l'autorisation de travailler au bout de six mois de présence en France sans attendre l'obtention du statut comme c'est le cas aujourd'hui. Une aide plus marquée à l'apprentissage du français devrait faciliter l'insertion des gens qui bénéficieront d'une prise en charge dans un centre d'accueil. Pour ceux qui n'en bénéficieront pas, les choses resteront plus difficiles. En dehors de ça, le nombre de déboutés a des chances de rester élevé et de continuer à nourrir la population en situation irrégulière car les expulsions sont toujours difficiles à mettre en place et souvent coûteuses.. 

Jusqu'à quel point les évolutions législatives peuvent-elles jouer un rôle concernant le choix de la destination pour les migrants ?

Les évolutions législatives sont complexes et peu connues des candidats à la demande d'asile. Ils en retiennent toutefois quelques points forts. Le droit de travailler rapidement est un des facteurs qui détermine leur orientation vers tel ou tel pays. Cela explique l'intérêt pour le Royaume Uni et les réticences à aller en France où on n'avait jusque là en principe pas le droit de travailler avant l'obtention d'un statut de réfugié ou d'une protection subsidiaire. L'article de la loi Chevènement de 1998 sur la possibilité d'obtenir un titre de séjour pour raisons de santé a déterminé l'intérêt pour la France d'un certain nombre de migrants. Soit ils essayent d'obtenir directement ce titre de séjour, soit ils espèrent qu'en cas de refus du statut de demandeurs d'asile, ils pourront se rabattre vers la demande de ce titre. 

Au-delà des lois, n'est-ce pas plutôt l'image que les pays d'accueil renvoient qui s'avère déterminante dans le choix des migrant de se rendre dans tel ou tel pays ?

L'image que le pays d'accueil renvoie peut jouer un rôle mais c'est avant tout l'expérience qu'en ont les compatriotes déjà installés qui joue dans les choix des nouveaux migrants. Les pays scandinaves sont attractifs pour beaucoup d'originaires du Proche et Moyen Orient parce qu'ils ont accueilli dès les années 1970 des minorités arabophones insécurisées par la guerre civile libanaise ou victimes de la dictature de Saddam Hussein en Irak. Ces groupes aujourd'hui bien installés constituent un milieu d'accueil et d'entraide pour ceux qui se lancent dans la migration. Il est probable toutefois que la forte médiation des évènements de 2015 et les paroles de Madame Merkel ont contribué à donner de l'Allemagne une image positive. Il n'est pas sûr que ce soit toujours le cas aujourd'hui. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jc0206
- 23/02/2018 - 17:05
Evidemment que cette ne servira à rien !
Ils se foutent pas mal des lois qui ne seront bientôt plus respectées par personne. Le problème est que cette situation porte un nom qui ne fait pas rêver.
winnie
- 23/02/2018 - 07:53
Des lois?
il y en avaient deja plein, ont elles ete apliquees? Non, et bien celles la ne le seront pas non plus, et meme se sera pire. Un mineur demandeur d asile ( ils sont souvent mineurs car ils jettent leur papiers ) pourra faire venir ses freres et soeurs. De la com pour faire plaisir a l electora de droite qui c est laisser pieger par le "moi ou MLP.
jurgio
- 22/02/2018 - 21:37
La France n'est pas accueillante mais attractive
Pas besoin de parler la langue française (dont personne ne se soucie et on voulait même inculquer l'arabe dès l'enfance !) de chercher du travail et un logement (le fric tombe tout seul, il suffit d'avoir marqué le sol du pied) Cependant obligation implicite de faire des enfants (même un analphabète s'en tire très bien... ) qu'on instruira avec sollicitude gratuitement . Qui dit mieux ?