En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

07.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Loi et ordre
Emeutes après la mort de George Floyd : Donald Trump se rend à l’église vandalisée de Washington
il y a 2 min 54 sec
décryptage > Santé
Organisation dynamique

L’obésité de notre système de santé face à l’agilité de ses acteurs

il y a 1 heure 50 min
décryptage > International
Parti de la loi et de l'ordre

Une tragédie américaine

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Politique
Bas les masques

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Pourquoi les couples et les célibataires ont des styles de vie encore plus différents post-Coronavirus

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Société
Similitudes ?

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Stratégie risquée ?

Alliance LREM / LR : le baiser de la mort... mais pour qui ?

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Automobile, aéronautique, tourisme : tous ces secteurs menacés l’étaient bien avant la catastrophe sanitaire

il y a 5 heures 13 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 17 heures 32 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 19 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Anniversaire
Il y a 67 ans, la reine Elizabeth II était couronnée
il y a 33 min 24 sec
décryptage > Economie
Conséquences du Covid-19

De l’inutilité des prédictions économiques actuelles

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Enfin la vérité

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Après le Coronavirus, les criquets ?

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Santé
Symptômes persistants ?

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > International
Alt-right

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

il y a 4 heures 35 min
décryptage > International
Emeutes

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

il y a 4 heures 51 min
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 16 heures 59 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 18 heures 56 min
pépite vidéo > High-tech
Traçage
L’application StopCovid sera disponible ce mardi 2 juin
il y a 19 heures 55 min
Bosser tue

Pourquoi le travail nuit (parfois) gravement à la santé

Publié le 14 avril 2012
Une récente étude australienne montre que travailler assis 8 à 11 heures par jour augmenterait le risque de mourir de 15% sur quatre ans.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude australienne montre que travailler assis 8 à 11 heures par jour augmenterait le risque de mourir de 15% sur quatre ans.

Une récente étude a tiré la sonnette d’alarme : travailler assis toute la journée augmente le risque de mortalité. Selon les chercheurs de l’université de Sydney, une personne qui reste assise 8 à 11 heures par jour augmente son risque de mourir de 15% sur quatre ans. Une autre recherche utilisant des sous-vêtements sensibles au mouvement a lié la sédentarité et l’immobilisme à la prise de poids.

Le développement du travail précaire, irrégulier, ou en horaires décalés pose aussi des problèmes sanitaires. Le travail de nuit augmenterait les risques de diabète, de troubles cardiaques et de cancer. En cause : une perturbation des cycles de sommeil, qui dérègle l’équilibre hormonal.

La souffrance au travail peut également être morale. Les conditions de travail dans certaines entreprises inquiètent de plus en plus. Depuis la vague de suicides d’employés de France Télécom, les organisations managériales sont régulièrement pointées du doigt. Récemment, c’était au tour de la société d’assurance Groupama d’attirer les soupçons. Il y a une quinzaine de jours, deux suicides d’employés ont eu lieu en moins d’une semaine, l’un sur le lieu de travail, et l’autre entre deux rendez-vous.

Le mois précédent, deux employés de la Poste se donnaient la mort. En cause : la crise, les restructurations, et la pression managériale. Ainsi, une ancienne responsable des ressources humaines a dénoncé un harcèlement moral "érigé comme mode de management" de la part de la direction.

Autre phénomène en expansion : le "burn out" ou  "syndrome d’épuisement professionnel". Littéralement "brûler de l'intérieur" en anglais, ce terme est apparu aux Etats-Unis dans les années 70 pour désigner un épuisement à la fois physique et psychologique.

"Cet incendie intérieur résulte d'une longue exposition à un stress soutenu", explique la psychologue du travail, Lyndi van der Hout. Un phénomène qui atteint toutes les professions, mais les plus touchés sont les cadres et les professionnels de la santé ou du social, au contact direct avec le public.

Le médecin Patrick Pelloux témoignait du cas des médecins urgentistes sur le site du Figaro la semaine dernière, s’inquiétant d’une vague de suicides dans les services d’urgence et invitant à "revoir totalement le management, car on pousse les gens vers une impasse".

Afin d’éviter de tels excès, la coach Silvana Frazzetta conseille de prendre le contrôle sur ses conditions de travail : "Il faut savoir dire non, refuser les dossiers infaisables, revenir à des horaires corrects pour s'assurer un meilleur équilibre vie perso/vie professionnelle". L’employé doit éviter de subir des contraintes et des objectifs hors de sa portée : "Discutez-en avec votre supérieur hiérarchique ou un responsable RH, qui peut vous proposer un autre job, redéfinir votre mission de façon claire ou alléger votre charge de travail."

Car le burn-out découle souvent d’une forte pression, et d’une obsession pour le travail, même pendant le temps personnel dédié au repos.

Selon un sondage publié mardi 3 avril par l'Observatoire de la parentalité en entreprise (OPE) et l'Union nationale des associations familiales, le travail empiète de plus en plus sur la vie privée et familiale des Français, qui aimeraient que les entreprises et l’État se mobilisent pour les aider à s’organiser.

Curieusement, 76 % des sondés estiment parvenir à concilier vie familiale et professionnelle de façon "satisfaisante". "Mais c'est au prix de beaucoup d'efforts », notait le président de l’OPE Jérôme Ballarin : "Cela repose sur leur capacité personnelle à s'organiser et le système D." En effet, l'insatisfaction est grande vis-à-vis des employeurs : la majorité des personnes interrogées estiment qu'ils "ne font pas beaucoup de choses" pour les aider.

Selon RTL.be, les motifs de consultation médicale les plus fréquents sont le stress et l’épuisement, évoqués dans au moins 50% des cas.

La course au travail peut donc sembler dangereuse pour la santé et le moral. Pourtant, la tendance se confirme et semble aller pour s’accroitre. The Atlantic rapporte que selon le bureau de recensement américain, la productivité américaine a triplé depuis 1947. Sur la majorité du globe, les employés travaillent plus longtemps, plus vite, et les emplois stables sont de plus en plus difficiles à trouver.

En 2010, un Américain a travaillé en moyenne 1 778 heures, selon un rapport de l'OCDE comparant les temps de travail de divers pays. C’est beaucoup, mais dérisoire en comparaison avec les Coréens du Sud, qui travaillent en moyenne 2 193 heures. Les Français, quant à eux, doivent s’estimer heureux avec 1 554 heures en 2009. C’est sans compter sur les conditions de travail, qui peuvent rendre pénible un emploi sans nécessairement faire d’heures supplémentaires.

Si l’excès de travail ou ses conditions peuvent être néfastes, le chômage n’est pas forcément bon pour la santé. Les études ne sont pas unanimes à ce sujet. Certaines ne notent pas d’effet sur la santé, certaines remarquent une légèrement amélioration dans les périodes de chômage, par exemple un regain d’activité physique.

Cependant, l’essentiel des études pointent des désagréments liés au chômage. Une vaste analyse sur 20 million de personnes a observé que leur risque de mortalité grimpait de 63%, ainsi que leur risque de dépression.

Il semble donc que l’emploi soit un moindre mal. D’après une enquête publiée en mars par le cabinet Technologia, malgré les conditions difficiles, le travail reste un vecteur essentiel d’épanouissement. Plus la profession exercée correspond à une vocation, plus les contraintes peuvent être acceptées facilement. Les auteurs refusent donc d’établir une opposition grossière entre "travail néfaste et vie privée épanouissante".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

07.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
decheval
- 15/04/2012 - 11:56
...
Vous n'avez strictement rien compris à mon message... On peut aussi dire que nous travaillons moins qu'un esclave... ça ne change rien. Enfin j'imagine que vous n'en avez rien à faire, puisque vous avez écrit ce message sans vous donner la peine de comprendre ce à quoi vous répondiez, sans doute par plaisir de vous lire vous-même.
Harmaggedon
- 15/04/2012 - 04:33
@Decheval
vous allez nous faire pleurer...avec votre "travailler comme une brute" !
Un directeur de recherche du CNRS, le sociologue Jean Viard, a montré que si au début du XXème siècle, les français travaillaient en moyenne, 40% de leur espérance de vie, aujourd'hui, en dépit de la réforme des retraites et le recul de l'âge de départ à la retraite, les français travailleront moins de 10% (63.000h sur 700.000h) de leur espérance de vie totale, et cela sans tenir compte d'une vraisemblable augmentation future de cette espérance de vie.
On pourrait presuqe affirmer que si vos parents ou vos grands parents avaient appliqué les mêmes précceptes qu'aujourd'hui, la France de l'après-guerre, serait encore en... reconstruction !
Ne prenant que ceux qui auraient commencé à travailler en 1965, ils auront travaillé à lâge de 60 (leur départ à la retraite) près de 4500 heures de plus que ceux qui ont commencé aux 35 heures avec les RTT et les 5 ou 6 semaines de congés annuels !
(http://www.sudouest.fr/2010/11/16/d-une-societe-du-temps-subi-au-temps-choisi-240208-4018.php)
decheval
- 14/04/2012 - 21:00
...
Il y aura toujours des gens vertueux pour dénoncer la fainéantise supposée de leurs compatriotes. Mais les faits sont têtus : on travaille pour survivre, la vie n'est pas la survie et on ne vit pas que pour travailler. Travailler comme une brute pendant 40 ans et plus pour profiter d'une retraite de misère dans un grand état de délabrement physique et morale en attendant la mort, ça n'a aucun sens. En fait, il est probable que notre organisation sociale n'ait aucun sens, sauf pour les quelques pour cent qui ont un travail plaisant et bien rémunéré. Aux autres, on demande juste de ne pas faire trop de bruit dans leurs souffrances. À tout le moins, ils pourraient éviter de s'écraser sur le bitume en public.