En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 12 min 39 sec
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 59 min 59 sec
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 1 heure 15 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 18 heures 18 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 53 min 48 sec
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 1 heure 16 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 18 heures 36 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 19 heures 42 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 21 heures 10 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 22 heures 17 min
© ARCHIVES / AFP
© ARCHIVES / AFP
Héritage

Malka Marcovich : « Mai 68 a généré l’essor de l’industrie capitaliste pornographique et la confusion entre libertinage, liberté et violence »

Publié le 18 février 2018
La génération mai 68 s'est caractérisée par sa quête en faveur de la libération des mœurs et sa recherche permanente du bonheur et d'une jouissance immédiate. Elle a émergé sur fond de slogans qui avec le recul sont en effet assez puérils, et ne doivent en aucune manière être sacralisés.
Malka Marcovich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malka Marcovich est historienne et féministe engagée
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La génération mai 68 s'est caractérisée par sa quête en faveur de la libération des mœurs et sa recherche permanente du bonheur et d'une jouissance immédiate. Elle a émergé sur fond de slogans qui avec le recul sont en effet assez puérils, et ne doivent en aucune manière être sacralisés.

Atlantico : La génération mai 68 s'est caractérisée par sa quête en faveur de la libération des mœurs et sa recherche permanente du bonheur et d'une jouissance immédiate avec les excès que vous décrivez dans votre livre, "L'Autre héritage de 68". Avec le recul dont nous disposons aujourd'hui, ne peut-on pas parler de génération égoïste prête à sacrifier les suivantes sur l'autel de son propre contentement ? Quelles ont été les conséquences peu reluisantes de cette période qui marque l'apogée des 30 glorieuses ?

Malka Marcovich : Je ne sais pas bien ce que recouvre la génération de mai 68 en dehors de celle des baby-boomers. Comme l’a très bien analysé Jean-François Sirinelli cette génération dont certains ont participé à 68, sont en quelque sorte des « bébés de l’Atlantide », première génération à n’avoir connu aucune guerre, mais ayant vécu avant l’avènement des années 1960/70 dans une société très archaïque, en particulier pour les femmes, du point de vue des mœurs. Je pense que les slogans de 68 qui semblent indiquer une recherche permanente de bonheur et une jouissance immédiate sont des slogans qui avec le recul sont en effet assez puérils, et ne doivent en aucune manière être sacralisés. Les excès que je décris dans mon livre ne sont que l’aboutissement à ciel ouvert et sous couvert de libération de représentations extrêmement traditionnelles des rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes, de la sexualité humaine et en particulier, la représentation stéréotypée de la sexualité masculine autour de besoins prétendument irrépressibles. Je ne pense pas que l’on puisse véritablement parler d’une génération égoïste prête à sacrifier les suivantes. Mais l’effet d’entraînement de cette génération a hissé au statut de mythe fondateur cette période dont très peu, comme je l’indique, ont été au cœur des événements. En revanche, ce statut d’anciens combattants a pu placer certains dans une position d’arrogance vis-à-vis des plus jeunes. Les conséquences immédiatement palpables de cette époque fut l’essor de l’industrie capitaliste pornographique et la confusion entre libertinage, liberté et violence.

Un extrait de "L'Autre héritage de 68" : la violence sexuelle imposée des parents "libres"

Ne nous sommes-nous pas enfermé dans cette doctrine de l'impératif de jouissance aujourd'hui ?  Est-ce que le "jouissez sans entraves" n'est pas devenu un frein à notre propre épanouissement et à notre propre quête du bonheur selon vous ?

La notion de « jouissance sans entraves » a fait l’impasse sur la question essentielle du désir et du respect de l’intimité des individus. Cela nécessite bien évidemment de reconnaître que le consentement est une notion que l’on doit creuser tant politiquement que philosophiquement et qu’il est impératif de ne  pas faire l’impasse sur les rapports de pouvoirs et la question de l’impunité. Ces années ont été marqués en effet par des injonctions normatives extrêmement totalitaires pour les plus jeunes. Il y avait une véritable confusion des termes et des mots, un véritable « grand bazar » mental que je décris aussi dans mon livre. Que veut dire quête de bonheur ? Que veut dire plaisir ? Même ceux que l’on appelait les nouveaux philosophes et qui remettaient en cause les aveuglements d’une certaine gauche pour les régimes  totalitaires n’allaient pas jusqu’au bout de la critique sociale de l’époque.  Alain Finkielkraut ou Pascal Bruckner questionnaient  certes « le nouveau désordre amoureux », mais demeuraient plus que complaisants vis-à-vis d’un auteur comme Tony Duvert, qui faisait ouvertement l’apologie de la pédophilie.

Un extrait de "L'Autre héritage de 68" : quand les "nouveaux" rapports profs/élèves se terminaient en drames...

Quelle est la part de responsabilité que l'on peut légitimement attribuer à mai 68 pour les tensions qui s'expriment aujourd'hui en France ? Retrouve-t-on dans l'idéologie de mai 68 les germes des tensions qui parcourent l'hexagone ?

Tant de tensions nous fragilisent aujourd’hui. Je ne crois pas que l’idéologie de 68 portait en germe ces tensions. Je n’ai jamais voulu en écrivant ce livre jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est pourquoi mon livre commence en 1945 pour se terminer au milieu des années 1980.  Je crois que nous vivons à un moment décisif de prise de conscience sur la complexité des violences sexuelles depuis le début de  l’affaire Weinstein. Je suis une petite sœur de baby-boomers, née avec l’avènement de la Vème République et le retour du Général de Gaulle, dans une période mouvementée de notre histoire, et une période pleine d’illusion sur la marche du progrès technique. Enfant en 68, adolescente à l’époque de la loi Veil, je n’ai pris conscience des silences qui entouraient les violences sexuelles que bien plus tard. Je me suis battue depuis plus de 25 ans au niveau international contre l’objectivation du corps des femmes, tant par l’industrie mondiale du sexe que par les extrémistes religieux. Je reste et je demeure une femme humaniste, laïque, féministe et universaliste. Les rencontres que j’ai faites dans mon travail ont formidablement nourries ma réflexion. Pour diverses raisons qui sont au-devant de l’actualité -prescription, consentement etc. -  nombre de personnes ont gardé le silence. Je peux dire que de l’héritage de 68, j’ai conservé de mes aînées, ces étincelles de vie et de créativité qui font ce que je suis aujourd’hui. Comme vous l’aurez remarqué, j’ai souhaité que mon livre soit parcouru par la musique, les chansons que l’on fredonne encore aujourd’hui… Alors je terminerai cet interview avec cette chanson de Princess Erika en 1988, il y a tout juste 30 ans : « Trop de blabla, me dit-dit cet homme-là, trop de blabla, j’ai donné déjà ! »

"L'Autre héritage de 68" de Malka Marcovich, publié aux Editions Albin Michel

Pour commander ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires