En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 3 min 29 sec
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 33 min 56 sec
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 47 min 41 sec
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 56 min 59 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 5 heures 32 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 19 heures 38 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 22 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 22 min 17 sec
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 42 min 16 sec
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 53 min 7 sec
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 19 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 22 heures 38 min
Peur sur la Défense ?

Pourquoi la France n’a pas à s’inquiéter outre-mesure de la perspective d’une hausse des taux

Publié le 12 février 2018
Les taux de la dette sont certes bas en France, mais il ne faut céder à l'émotivité ambiante : on est loin de la catastrophe que certains craignent.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les taux de la dette sont certes bas en France, mais il ne faut céder à l'émotivité ambiante : on est loin de la catastrophe que certains craignent.

Atlantico : Dans un contexte de turbulence des marchés financiers, certains acteurs ont pu faire état de leur inquiétude concernant la hausse des taux de la dette française, et ce, malgré un taux proche de 1% pour les obligations à 10 ans, soit un niveau historiquement faible. En se plaçant du côté des investisseurs, et en prenant en compte le constat fréquent de l'abondance d'épargne, ne peut-on pas considérer que dans un environnement instable, notamment sur le plan géopolitique, la France reste une valeur sure pour un placement peu risqué ? 

Philippe Crevel : En matière de taux, il convient de ne pas tomber dans l’émotionnel. L’augmentation des taux est une bonne chose. Elle traduit le retour à la normale. Le taux d’intérêt correspond au prix du renoncement au présent, au prix de l’argent à terme. Sur longue période et hors intervention des autorités publiques, il est égal à la croissance du PIB et des prix anticipée et intègre une prime de risque. Avec une croissance de près de 2 %, une inflation de 1,2 %, le taux de l’OAT à 10 ans est faible, voire très faible, éloigné des taux d’avant crise qui dépassaient aisément les 3 %. Le surcoût pour les finances publiques provoqué par la hausse des taux d’intérêt. Il est minime au regard des gains engrangés ces cinq dernières années, deux à trois milliards d’euros sur trois ans quand l’Etat a économisé des dizaines de milliards d’euros. Par ailleurs, une inflation plus forte érode la valeur du capital et augmente le montant des recettes fiscales ; ces dernières sont également accrues grâce au retour de la croissance.

Malgré un niveau élevé de dettes publiques, la France a traversé la dernière décennie en bénéficiant de taux d’intérêt parmi les plus faibles de l’OCDE. La France a été toujours été considéré comme un bon risque. La capacité à lever l’impôt, la taille de son économie, sa démographie favorable ont constitué des atouts indéniables. Malgré ses défauts, les institutions offrent l’avantage de dégager des majorités claires et donc stables, ce qui est toujours apprécié de la part des investisseurs. Enfin, l’effort d’épargne est relativement important et insensible aux fluctuations de la conjoncture. L’assurance-vie avec ses 1670 milliards d’euros d’encours est un tanker.

Après l'attrait qu'ont pu connaître les pays émergents lors de la décennie 2000, et en constatant notamment les "dérives" constatés dans des pays comme l'Arabie saoudite, ou la Chine - ou le PCC chercherait de plus à en plus à participer aux décisions prises par les sociétés occidentales installées sur place- ou d'autres exemples, l'abondance actuelle de l'épargne ne se trouve-t-elle pas de plus en plus contrainte dans la diversification de ses supports ? 

A l’échelle mondiale, en raison notamment des excédents commerciaux de la Chine et de l’Allemagne, l’épargne reste très abondante. De même, les politiques des banques centrales américaine, européenne, d’Angleterre, du Japon et de la Chine ont contribué à accroître les liquidités. La Chine est un acteur important des marchés financiers et est devenue exportatrice de capitaux dans un double souci de diversification de ses actifs et de sécurisation de ses routes commerciales et de approvisionnements en importation. Il convient de ne pas surestimer les achats des entreprises chinoises à travers le monde dont le montant est, au regard de la puissance économique du pays, faible et sans comparaison avec celui des entreprises américaines ou européennes. Ces deux dernières années, avec des taux d’intérêt historiquement bas, les investisseurs ont privilégié les actions et l’immobilier. Avec des taux qui remontent aux Etats-Unis, des arbitrages sont logiques. Avec des obligations d’Etat américain rémunéré à près de 3 %, avec un dollar faible dont le potentiel d’appréciation est réel, la tentation de revenir sur le marché obligataire US grandit. Si cela peut influer quelque peu sur les flux de capitaux notamment des pays émergents, cela ne devrait pas à moyen terme changer la donne. Les Chinois devraient continuer à investir en Occident dans un souci de diversification.

Dès lors, peut-on considérer que les moteurs actuels des taux bas, notamment pour la France, devraient pouvoir soutenir encore la dette française pour un long moment ? 

Pour la zone euro, la BCE veut, à tout prix, lisser autant que possible la remontée des taux. Pour cela, elle a réaffirmé à plusieurs reprises, qu’elle poursuivrait ses rachats d’obligation au moins jusqu’en septembre et qu’elle maintiendrait ses taux bas inchangés durant de longs mois. L’objectif est d’éviter une remontée trop brutale des taux qui mettrait en difficulté les pays périphériques d’Europe. En outre, le retour de la croissance est, sur le vieux continent, encore récent et fragile. Par ailleurs, l’objectif d’inflation à 2 % n’est pas encore atteint à la différence des Etats-Unis.

Certes, il y a un effet contagion. Les taux américains influencent les taux européens en raison du caractère international des flux de capitaux. L’écart important entre les taux directeurs de la FED et de la BCE qui pourrait atteindre en 2019 près de 3 points sera délicat à gérer. Il pourrait y avoir la tentation pour les investisseurs d’emprunter en Europe pour placer aux Etats-Unis. Cela aboutirait à déprécier l’euro et par ricochet à apprécier le dollar.

Au-delà de la question des taux, la France devra œuvrer pour réduire le poids de la dette publique. S’il n’y a pas de seuil maléfique de la dette publique fixé par avance, il n’en demeure pas moins qu’un montant représentant plus de 100 % du PIB comme en Italie pèse sur le long terme sur la croissance d’un pays. Le paiement des intérêts, le remboursement du capital rendent dépendants l’Etat concerné des variations des marchés financiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy Bernard
- 12/02/2018 - 10:09
nous payons encore du 9.82%
il suffit d'aller sur les encours de la dette pour constater qu'on paye encore du 9.82% à échéance 2019 qui seront substitués à des taux beaucoup plus modérés, quoi qu'il arrive.

http://www.aft.gouv.fr/articles/encours-detaille-de-la-dette-a-moyen-et-long-terme_149.html

par contre, il serait bon de gerer nos depenses.