En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

06.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 43 min 33 sec
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 11 heures 10 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 18 heures 12 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 20 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 20 heures 59 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 21 heures 15 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 21 heures 46 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 22 heures 4 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 10 heures 26 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 11 heures 53 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 21 heures 59 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 22 heures 17 min
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
Même les Allemands n’y croient guère

Pourquoi les élites françaises sont bien les seules à se féliciter à grands cris de la coalition allemande

Publié le 10 février 2018
Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré qu'il renonçait à son poste. Preuve que le climat politique actuel en Allemagne est tendu.
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré qu'il renonçait à son poste. Preuve que le climat politique actuel en Allemagne est tendu.

Atlantico : Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré au travers d'un communiqué : "Je déclare par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement. Les débats autour de ma personne menacent le succès du vote. Je déclare donc par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement." Comment expliquer un tel revirement ? Que traduit-il du climat politique actuel post-annonce de la coalition ? 

Rémi Bourgeot : Le SPD est en voie d’effondrement électoral, menacé en cas de nouvelles élections de passer derrière l’extrême droite. Nombreux sont ceux, en particulier parmi les militants et les jeunes du parti, à associer cette chute à une forme de vide politique qui marque la vie du SPD dans le contexte de coalitions à répétition sous l’égide de la Chancelière Merkel. Martin Schulz a été réintroduit dans le jeu politique allemand pour les élections de septembre, en raison notamment de la crise de leadership qui affectait le parti dans le contexte de la coalition. Sa campagne a néanmoins été jugée désastreuse, sans positionnement au-delà de ce que le responsable des jeunes sociaux-démocrates a génialement qualifié de « politique des bullet-points ».

Au vu du score du parti, le plus mauvais depuis la création de la République fédérale, Martin Schulz avait, au lendemain des élections, exclu de participer à une quelconque coalition avec les conservateurs CDU-CSU, en ce qui concerne son parti et sa personne plus particulièrement.

Après l’échec des négociations en vue d’une coalition « Jamaïque » entre conservateurs, libéraux et verts, il avait fini par s’engager sur la voie d’une nouvelle « grande » coalition, sous la pression notamment du Président Steinmeier, lui-même issu du SPD. L’approche de Martin Schulz a consisté à accepter la participation au gouvernement en échange d’un poids ministériel démesuré dans celui-ci et une mise en avant, surtout dactylographique en réalité, de la question européenne. Son appel à l’instauration « d’Etats-Unis d’Europe » était apparu particulièrement décalé par rapport à la situation d’effondrement du parti et de crise politique générale dans le pays, dans un climat de défiance. Cette invocation d’un absolu européen signalait sans doute un retrait tacite de l’ancien président du parlement européen, qui indiquait qu’il souhaitait se concentrait sur les thématiques européennes, malgré les limites du consensus allemand en la matière, et à l’écart de la politique nationale, où il ne semble pas avoir trouvé sa place.

C’est cette approche même, très personnelle, qui semble avoir aggravé la crise au sein du parti ces derniers jours. Martin Schulz, en acceptant dans un premier temps le poste de Ministre des affaires étrangères, renonçait à la direction du parti ainsi qu’au statut de vice-chancelier. Cette forme de retrait n’a pas suffi à calmer les critiques très vives qui le visent. On a notamment vu Sigmar Gabriel avoir recours à des termes très durs pour l’accuser d’une forme de malhonnêteté dans la façon dont il s’était préparé ce qui peut être vu comme une pré-retraite politique dorée. Au vu de la contestation extraordinaire au sein du parti et de l’incapacité de Martin Schulz à proposer un début de réorientation politique concrète, son avenir politique était déjà compromis, et il était apparu extrêmement mal à l’aise au moment de l’annonce de l’accord de coalition. Sa décision ne fait que confirmer l’ampleur de la défiance au sein du SPD, dans un contexte où ce qu’il reste du leadership du parti redoute que les militants remettent en cause l’accord de coalition.

A lire aussi sur Atlantico : Accord pour une coalition CDU-SPD : ce parfum d’immobilisme et de déni de démocratie qui flotte sur l’Allemagne

Dans un éditorial publié le 9 février, soit quelques heures avant l'annonce de sa démission, Le Monde titrait "Berlin : une coalition pour l’Europe" tout en indiquant : "La possible nomination de Martin Schulz, l’ancien président du Parlement européen, au poste de ministre des affaires étrangères du futur gouvernement allemand est un signe prometteur pour l’Europe.". Pourtant, une telle analyse ne semblait pas refléter l'approche des médias allemands, ou même anglo-saxons, notamment The Economist qui avait pointé "la misérable coalition allemande". Comment expliquer une telle approche française de la politique intérieure allemande ? 

Comme les responsables français ont eu tendance à mettre en avant, comme élément central de leur politique, l’idée d’une nouvelle donne européenne qui permettrait de parachever la zone euro, on constate une difficulté, chez un certain nombre de commentateurs, à évaluer la situation allemande telle qu’elle est. Cette situation allemande est marquée par une crise d’ingouvernabilité, dans un contexte où la représentativité démocratique, après douze ans de coalitions,souffre de dysfonctionnements importants et où l’extrême droite a connu un bond considérable qui l’a fait entrer au Bundestag. La réalité allemande est marquée par une défiance forte vis-à-vis du cadre européen et par le rejet d’un approfondissement de l’intégration, en particulier sur son versant monétaire. Ces tabous sont profonds et visibles.

Lors de son discours de la Sorbonne, Emmanuel Macron s’était montré en réalité conscient de ces divergences et en avait même fait un début d’analyse culturelle dont son prédécesseur aurait été incapable. Ce discours consistait, notamment, à prendre date face aux tabous allemands. Il avait cependant été interprété, de façon déjà quelque peu déconcertante, comme un appel quasi-mystique à la transcendance fédérale. A l’opposé d’un certain nombre de commentaires euphoriques sans fondement analytique, l’Elysée doit être très inquiet de la situation allemande depuis l’élection de septembre mais en réalité même depuis l’élection d’Emmanuel Macron, qui avait donné lieu dès les jours suivants à des commentaires très hostiles de Wolfgang Schäuble au sujetde ses propositions de réforme européenne. Martin Schulz avait réussi dans les négociations de coalition à imposer la question européenne en première place du document de compromis, mais dans la réalité des propositions, on constatait que le consensus de la coalition restait extrêmement proche de la ligne Schäuble, en adoptant un style certes plus affable et en envoyant un certain nombre de signaux de nature symbolique.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 11/02/2018 - 10:41
Il y aurait moins d’extr Droite
Si au lieu de traiter chaque « déviant » de la pensée unique dictatoriale de « populiste » dans des buts mercantiles on voulait bien écouter les peuples et les respecter au niveau des instances dirigeantes et en tout premier lieu l’UE
Deudeuche
- 10/02/2018 - 23:07
@liberte5
Oui comme LR en France la CDU ne a une Direction centriste et des militants de droite qui de compromis merkelien en compromis socialisant n’en peuvent plus de “Die Mitte” où en clair une politique SPD ou Verte soft !
Die Frau muss weg!
Liberte5
- 10/02/2018 - 14:32
Une coalition peut à un certain moment et dans des conditions
particulières être utile, voire nécessaire pour gouverner un pays. En faire un mode de gouvernance montre le signe d'une démocratie vieillissante, d'une classe politique au bout du rouleau et une panne d’idées nouvelles novatrices prenant en compte les problèmes posés. A. Merkel est à bout de souffle et son affaiblissement est tel qu'elle a besoin du soutien des socialistes pour gouverner. Cette situation va montrer rapidement ses limites et donner de l'énergie aux partis dans l’opposition et renforcer leur position. Les dissensions vont aussi apparaître au sein de la CDU.