En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Le petit somme de Joe Biden

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 24 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 57 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 20 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 16 heures 46 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 17 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 51 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 57 min
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
Même les Allemands n’y croient guère

Pourquoi les élites françaises sont bien les seules à se féliciter à grands cris de la coalition allemande

Publié le 10 février 2018
Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré qu'il renonçait à son poste. Preuve que le climat politique actuel en Allemagne est tendu.
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré qu'il renonçait à son poste. Preuve que le climat politique actuel en Allemagne est tendu.

Atlantico : Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré au travers d'un communiqué : "Je déclare par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement. Les débats autour de ma personne menacent le succès du vote. Je déclare donc par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement." Comment expliquer un tel revirement ? Que traduit-il du climat politique actuel post-annonce de la coalition ? 

Rémi Bourgeot : Le SPD est en voie d’effondrement électoral, menacé en cas de nouvelles élections de passer derrière l’extrême droite. Nombreux sont ceux, en particulier parmi les militants et les jeunes du parti, à associer cette chute à une forme de vide politique qui marque la vie du SPD dans le contexte de coalitions à répétition sous l’égide de la Chancelière Merkel. Martin Schulz a été réintroduit dans le jeu politique allemand pour les élections de septembre, en raison notamment de la crise de leadership qui affectait le parti dans le contexte de la coalition. Sa campagne a néanmoins été jugée désastreuse, sans positionnement au-delà de ce que le responsable des jeunes sociaux-démocrates a génialement qualifié de « politique des bullet-points ».

Au vu du score du parti, le plus mauvais depuis la création de la République fédérale, Martin Schulz avait, au lendemain des élections, exclu de participer à une quelconque coalition avec les conservateurs CDU-CSU, en ce qui concerne son parti et sa personne plus particulièrement.

Après l’échec des négociations en vue d’une coalition « Jamaïque » entre conservateurs, libéraux et verts, il avait fini par s’engager sur la voie d’une nouvelle « grande » coalition, sous la pression notamment du Président Steinmeier, lui-même issu du SPD. L’approche de Martin Schulz a consisté à accepter la participation au gouvernement en échange d’un poids ministériel démesuré dans celui-ci et une mise en avant, surtout dactylographique en réalité, de la question européenne. Son appel à l’instauration « d’Etats-Unis d’Europe » était apparu particulièrement décalé par rapport à la situation d’effondrement du parti et de crise politique générale dans le pays, dans un climat de défiance. Cette invocation d’un absolu européen signalait sans doute un retrait tacite de l’ancien président du parlement européen, qui indiquait qu’il souhaitait se concentrait sur les thématiques européennes, malgré les limites du consensus allemand en la matière, et à l’écart de la politique nationale, où il ne semble pas avoir trouvé sa place.

C’est cette approche même, très personnelle, qui semble avoir aggravé la crise au sein du parti ces derniers jours. Martin Schulz, en acceptant dans un premier temps le poste de Ministre des affaires étrangères, renonçait à la direction du parti ainsi qu’au statut de vice-chancelier. Cette forme de retrait n’a pas suffi à calmer les critiques très vives qui le visent. On a notamment vu Sigmar Gabriel avoir recours à des termes très durs pour l’accuser d’une forme de malhonnêteté dans la façon dont il s’était préparé ce qui peut être vu comme une pré-retraite politique dorée. Au vu de la contestation extraordinaire au sein du parti et de l’incapacité de Martin Schulz à proposer un début de réorientation politique concrète, son avenir politique était déjà compromis, et il était apparu extrêmement mal à l’aise au moment de l’annonce de l’accord de coalition. Sa décision ne fait que confirmer l’ampleur de la défiance au sein du SPD, dans un contexte où ce qu’il reste du leadership du parti redoute que les militants remettent en cause l’accord de coalition.

A lire aussi sur Atlantico : Accord pour une coalition CDU-SPD : ce parfum d’immobilisme et de déni de démocratie qui flotte sur l’Allemagne

Dans un éditorial publié le 9 février, soit quelques heures avant l'annonce de sa démission, Le Monde titrait "Berlin : une coalition pour l’Europe" tout en indiquant : "La possible nomination de Martin Schulz, l’ancien président du Parlement européen, au poste de ministre des affaires étrangères du futur gouvernement allemand est un signe prometteur pour l’Europe.". Pourtant, une telle analyse ne semblait pas refléter l'approche des médias allemands, ou même anglo-saxons, notamment The Economist qui avait pointé "la misérable coalition allemande". Comment expliquer une telle approche française de la politique intérieure allemande ? 

Comme les responsables français ont eu tendance à mettre en avant, comme élément central de leur politique, l’idée d’une nouvelle donne européenne qui permettrait de parachever la zone euro, on constate une difficulté, chez un certain nombre de commentateurs, à évaluer la situation allemande telle qu’elle est. Cette situation allemande est marquée par une crise d’ingouvernabilité, dans un contexte où la représentativité démocratique, après douze ans de coalitions,souffre de dysfonctionnements importants et où l’extrême droite a connu un bond considérable qui l’a fait entrer au Bundestag. La réalité allemande est marquée par une défiance forte vis-à-vis du cadre européen et par le rejet d’un approfondissement de l’intégration, en particulier sur son versant monétaire. Ces tabous sont profonds et visibles.

Lors de son discours de la Sorbonne, Emmanuel Macron s’était montré en réalité conscient de ces divergences et en avait même fait un début d’analyse culturelle dont son prédécesseur aurait été incapable. Ce discours consistait, notamment, à prendre date face aux tabous allemands. Il avait cependant été interprété, de façon déjà quelque peu déconcertante, comme un appel quasi-mystique à la transcendance fédérale. A l’opposé d’un certain nombre de commentaires euphoriques sans fondement analytique, l’Elysée doit être très inquiet de la situation allemande depuis l’élection de septembre mais en réalité même depuis l’élection d’Emmanuel Macron, qui avait donné lieu dès les jours suivants à des commentaires très hostiles de Wolfgang Schäuble au sujetde ses propositions de réforme européenne. Martin Schulz avait réussi dans les négociations de coalition à imposer la question européenne en première place du document de compromis, mais dans la réalité des propositions, on constatait que le consensus de la coalition restait extrêmement proche de la ligne Schäuble, en adoptant un style certes plus affable et en envoyant un certain nombre de signaux de nature symbolique.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 11/02/2018 - 10:41
Il y aurait moins d’extr Droite
Si au lieu de traiter chaque « déviant » de la pensée unique dictatoriale de « populiste » dans des buts mercantiles on voulait bien écouter les peuples et les respecter au niveau des instances dirigeantes et en tout premier lieu l’UE
Deudeuche
- 10/02/2018 - 23:07
@liberte5
Oui comme LR en France la CDU ne a une Direction centriste et des militants de droite qui de compromis merkelien en compromis socialisant n’en peuvent plus de “Die Mitte” où en clair une politique SPD ou Verte soft !
Die Frau muss weg!
Liberte5
- 10/02/2018 - 14:32
Une coalition peut à un certain moment et dans des conditions
particulières être utile, voire nécessaire pour gouverner un pays. En faire un mode de gouvernance montre le signe d'une démocratie vieillissante, d'une classe politique au bout du rouleau et une panne d’idées nouvelles novatrices prenant en compte les problèmes posés. A. Merkel est à bout de souffle et son affaiblissement est tel qu'elle a besoin du soutien des socialistes pour gouverner. Cette situation va montrer rapidement ses limites et donner de l'énergie aux partis dans l’opposition et renforcer leur position. Les dissensions vont aussi apparaître au sein de la CDU.