En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Bon à savoir
Cancer : l’alimentation joue effectivement un rôle sur la rapidité de son développement
Publié le 09 février 2018
Selon plusieurs études, l'alimentation a effectivement un impact sur le développement des cancers.
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon plusieurs études, l'alimentation a effectivement un impact sur le développement des cancers.

Atlantico : Le journal scientifique Nature vient de publier une étude sur l'asparagine, acide aminé notamment présent dans l'asperge, mais aussi dans les fruits de mer, la viande ou les légumineuses, montrant que ces aliments pouvaient "faciliter" la progression du cancer du sein. En quoi la consommation d'un de ces aliments peut-elle être nocive ?

Stéphane Gayet : La connaissance des impacts de notre alimentation sur la cancérogénèse progresse régulièrement. Tout ce qui pénètre dans notre organisme par voie orale – mais aussi par voie nasale, bien sûr – a des répercussions plus ou moins importantes sur notre vie. On s’est longtemps focalisé sur les agents infectieux, car les conséquences de leur pénétration sont à la fois beaucoup plus visibles à court terme et généralement plus faciles à étudier. Si certaines bactéries potentiellement pathogènes restent un sujet de forte préoccupation, les plus redoutables de nos ennemis microscopiques sont aujourd’hui, d’un côté les agents infectieux ultra petits comme les virus et les prions, de l’autre les substances chimiques toxiques ou potentiellement néfastes dont l’étude est sans fin.

Au sujet des substances chimiques pouvant jouer un rôle dans le développement de cancers, on a jusqu’à présent surtout étudié celles qui pouvaient favoriser le processus cancérogène sensu stricto, c’est-à-dire l’initialisation de la formation d’un cancer microscopique. Car cette étape primordiale qui fait passer une cellule de l’état dit « normal » à l’état de cellule « monstrueuse anormale » (cellule cancéreuse) paraît tout à fait essentielle. En réalité, le processus de transformation cancéreuse d’une cellule est un phénomène très lent, particulièrement progressif ainsi que multifactoriel. En d’autres termes, la dégénérescence maligne d’une cellule - puis de sa descendance - est un processus extrêmement graduel et long.

On distingue en principe trois grades de 1 à 3 en matière de cellules dites cancéreuses ou malignes. Le grade 0 correspond à une cellule normale, le grade 1 à une cellule cancéreuse peu agressive et le grade 3 à une cellule cancéreuse très agressive qui a tendance à envahir et détruire les tissus voisins ainsi qu’à donner des métastases à distance. Le grade 2 est évidemment un état intermédiaire. Mais ces trois grades restent schématiques, ce sont des points de repère cytologiques. La réalité est qu’il existe un gradient très progressif depuis le grade 0 jusqu’au grade 3, et déjà entre le grade 0 et le grade 1. Or, on estime que chacun de nous – cela d’autant plus qu’il avance en âge – a de temps à autre une velléité de cancer, mais qui avorte grâce à tout un ensemble de mécanismes de régulation, dont l’action de notre système immunitaire.

Les protéines sont les molécules de base qui constituent - avec les glucides et les lipides - la matière vivante (protéines de structure). Elles jouent également un rôle capital dans la régulation des réactions biologiques (protéines enzymes). Les protéines sont elles-mêmes constituées de chaînes d’acides aminés. Les différents acides aminés qui forment les protéines du monde vivant ne sont pas très variés : il en existe une vingtaine de différents. Parmi eux, certains sont appelés essentiels, car notre organisme n’est pas en mesure de les synthétiser : l’alimentation doit impérativement les apporter en quantité suffisante. Les autres ne sont pas essentiels, car notre organisme peut les fabriquer. L’asparagine fait partie du deuxième groupe. A propos de l’asparagine, il faut surtout se garder de tomber dans le simplisme : si elle doit bien son nom au fait qu’elle a été découverte dans l’asperge, elle est en fait présente à concentration variable dans de nombreux aliments et pour cause : c’est un acide aminé.

Alors, que nous apprend l’étude citée en référence ? : une étude scientifique extrêmement rigoureuse et publiée dans une revue prestigieuse (revue « Nature ») a montré que l’asparagine avait une influence sur laprogression du cancer mammaire chez la souris. L’expérimentation a porté sur des souris déjà atteintes d’une forme grave de cancer mammaire (grade 3). L’hypothèse de travail était la suivante : certaines cellules cancéreuses – dont celles du cancer du sein – ont un besoin vital d’asparagine pour proliférer. Or, il existe deux moyens de réduire la quantité d’asparagine disponible pour l’organisme et donc pour les cellules cancéreuses qui s’y trouvent : premièrement, adopter un régime pauvre en asparagine (mais c’est difficile, car cet acide aminé est bien sûr très répandu) ; deuxièmement, recevoir un traitement à base d’une protéine enzyme qui détruit l’asparagine, à savoir l’asparaginase. Ce n’est pas une idée neuve : dans un article publié dans la revue scientifique « La recherche » en octobre 1980, on pouvait déjà lire « Un traitement par l'asparaginase, éliminant l'asparagine, aura un effet sur les cellules malignes… ». Or, l’étude citée en référence a bel et bien montré que, lorsque des souris déjà cancéreuses – ce point est très important – sont soumises à un régime pauvre en asparagine ou bien reçoivent de l’asparaginase, leur cancer n’évoluait que très peu, alors que spontanément il les tuait en quelques semaines avec un envahissement métastatique implacable de plusieurs organes.

Attention : il ne s’agit en aucun cas d’en déduire que la consommation d’asparagine pourrait favoriser le cancer du sein, car ce n’est pas ce qu’a montré cette étude. Elle a simplement montré qu’en présence d’une forme grave (grade 3) de cancer mammaire chez la souris, la privation d’asparagine en ralentissait de façon très nette le développement et l’envahissement.

Les modes nutritionnels des patients peuvent-ils donc influencer la progression du cancer ?

Les auteurs de cette étude scientifique pleine d’intérêt, ainsi que les autres scientifiques qui en relayent les résultats, insistent sur le fait que l’on ne peut pas - à ce stade - en tirer d’enseignement permettant d’adapter le régime alimentaire de tout un chacun. Il ne faut prendre cette information que comme un résultat de recherche porteur d’espoir. L’an passé, d’autres chercheurs de l’université de Glasgow avaient déjà montré que la privation d’autres acides aminés – à savoir la sérine et la glycine –ralentissait le développement de lymphomes malins et de cancers du côlon-rectum.

Or, tout comme l’asparagine, la sérine et la glycine sont elles aussi des acides aminés non essentiels. Ces découvertes viennent nous rappeler qu’une cellule cancéreuse est d’abord et avant tout une cellule profondément anormale, déviante et qui plus est monstrueuse. Elle n’a ni les mêmes besoins que les autres cellules dites « normales », ni les mêmes possibilités. C’est un monstre destructeur, mais ce monstre a quelques tendons d’Achille. En particulier, certaines cellules malignes sont devenues dépendantes de telle ou telle molécule dont les cellules dites « normales » ne sont pas dépendantes. C’est notamment le cas d’acides aminés pourtant non essentiels, comme l’asparagine, la sérine et la glycine. D’où l’idée – en présence d’un cancer avéré - de priver l’organisme entier de ces molécules de façon à affaiblir les cellules cancéreuses.

C’est cette même idée que l’on retrouve dans la conception du régime dit « cétogène » : ce régime proposé par certains courants de pensée consiste à priver l’organisme de glucose, au motif que certaines cellules cancéreuses en ont un besoin vital, incapables qu’elles sont d’utiliser une autre source d’énergie (car le glucose et l’oxygène sont nos deux principales sources d’énergie). Alors que les cellules dites « normales » peuvent en cas de besoin utiliser d’autres sources d’énergie, comme les « corps cétoniques » (expression consacrée par l’usage, mais impropre). Le régime cétogène est pauvre en glucides et donc riche en protides et en lipides. Le manque d’apport de glucose qu’il constitue est compensé par une voie métabolique palliative : la cétogénèse, qui produit des corps cétoniques. Soyons bien clair : nous ne sommes pas en train de recommander ce régime, nous ne faisons que le décrire.<

/p>

Dans quelle mesure cette étude ouvre des perspec​tives intéressantes dans la lutte contre le cancer ?

Toujours est-il que les impacts de la nutrition sur la progression de certains cancers sont avérés. Mais ils sont fort complexes et encore très insuffisamment connus. Cette étude récente, citée en référence, vient en compléter d’autres sur le même sujet. Il faut voir ces découvertes comme porteuses de réels espoirs de possibilités thérapeutiques – encore à venir -  sélectives et non agressives pour combattre les cancers.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la cellule cancéreuse est un colosse aux pieds d’argile. D’un côté, elle est capable d’envahir et de détruire tout ce qui se trouve en face d’elle – du moins pour les cellules malignes de grade 2 et surtout 3 -, de l’autre, elle est vulnérable sur certains points très précis. En particulier, on a réussi à bien montrer que certaines cellules cancéreuses étaient strictement dépendantes de telle ou telle molécule dont les autres cellules du corps pouvaient se passer. D’où l’idée de priver le corps de cette ou ces molécules ou bien de détruire cette ou ces dernières grâce à des enzymes spécifiques.

C’est donc une porte ouverte vers un champ thérapeutique porteur de réels espoirs, car radicalement différent des traitements cytostatiques – les médicaments anticancéreux qui s’opposent aux divisions cellulaires, mais qui ont des répercussions plus ou moins sévères sur tout notre corps (pertes de cheveux et de poils, lésions de la muqueuse buccale, troubles digestifs, perturbations hématologiques, etc.). C’est en fin de compte une avancée très prometteuse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dr Guy-André Pelouze
- 19/02/2018 - 11:30
Il ne s'agit pas de causalité...
Eliminer l'asparagine ne va pas diminuer votre risque de cancer. Il s'agit essentiellement de l'évolution de la maladie. Ce n'est pas pareil pour le sucre car dans ce cas il existe un surrisque.
En réalité on cherche des facteurs et des marqueurs qui indiqueraient des pistes thérapeutiques.
Ce qu'il faut retenir c'est l'échelle de grandeur du risque et la décliner à proprs de chaque individu. En sachant qu'un facteur dit favorable ne va pas effacer un facteur reconnu par exemple la fumée de cigarette ou bien l'obésité.

Citoyen-libre
- 10/02/2018 - 14:23
Des paroles ou des actes
C'est la spécialité de notre pays : la parole. Je dis haut et fort, et ce que je fais, on verra plus tard. Et les lobbys avancent au détriment des consommateurs. Exemple : les canadiens, par l'intermédiaire de Santé Canada, vient de mettre en place un logo pour les produits malsains. Ce symbole sera apposé obligatoirement sur les produits ayant une teneur élevée en sucre,sodium ou en gras saturés soit 15 % de la valeur quotidienne. Cette nouvelle mesure entrera en vigueur dans 3 ans. L'agro-alimentaires et les industriels ont 3 ans pour se mettre en conformité. Les canadiens ont pris conscience du coût généré par cette mauvaise alimentation : diabète, cardio-vasculaire, obésité, etc. Maintenant, et si c'était le cas, on peut faire confiance à nos industriels pour contourner les lois. Mais peu importe, l'étau se resserrerait. Pour l'instant en France, on fait très peu pour protéger la santé des gens.

gregoire25
- 10/02/2018 - 13:08
Radical
La meilleure façon de ne jamais être malade est de ne pas naître.