En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 40 min 25 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 18 heures 1 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 15 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 21 heures 57 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 heure 50 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 3 heures 55 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 37 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 19 heures 55 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 22 heures 11 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Service public

Police de sécurité du quotidien : la philosophie confuse qui préside au projet du gouvernement

Publié le 07 février 2018
Alors que le président de la République s’apprête à mettre en place, à titre expérimental, dans une quinzaine de villes, une « police de sécurité du quotidien », il nous a paru intéressant de revenir sur quelques questions de fond concernant l’institution policière, à partir de mots-clés.
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président de la République s’apprête à mettre en place, à titre expérimental, dans une quinzaine de villes, une « police de sécurité du quotidien », il nous a paru intéressant de revenir sur quelques questions de fond concernant l’institution policière, à partir de mots-clés.

La police est un service, un service moins de l’Etat que des citoyens. Un service donc, et pas un pouvoir – même s’il se présente souvent comme tel, dans la pratique de ses agents. La police est en réalité le premier « service public de l’Etat ». Son premier rôle est donc de protection et de secours. « Secours », comme il était inscrit sur les véhicules de police en un temps aujourd’hui révolu. Véhicules alors emplis de ces agents qu’on appelait « gardiens de la paix » (si on les appelle toujours ainsi dans les textes, ils sont avant tout devenus des « agents de l’ordre »). « Police-secours », « gardiens de la paix », la sémantique de ce temps était rassurante. Les pratiques policières l’étaient encore dans leur grande majorité.

Puisque la police est un service, elle est, par essence, une « police de proximité », et ne peut être que cela. Le propre du service est en effet la proximité, contrairement au pouvoir qui, lui, est, de lointaine tradition, et malgré les volontés de changement, dans la distance jupitérienne ou pas. Or la distance est bien ce qui caractérise la relation de la police actuelle avec les citoyens. C’est donc la preuve qu’elle s’est érigée en pouvoir, et n’est plus un service.

En rappelant la nécessaire proximité de la police, Jean-Pierre Chevènement, en 1998, affirmait tout simplement le sens de l’institution., en en rappelant aussitôt la démarche. La « police de proximité » ne patrouille pas, ne pourchasse pas, elle circule au milieu des citoyens, vit au milieu d’eux : c’est son quotidien. C’est une police rassurante qui incarne la « sécurité préventive ».

Le second rôle de la police est de maintien de l’ordre et de répression des infractions. Cette police, regroupée en unités ou brigades, quadrille, elle, un territoire, pourchasse les fauteurs de trouble et les auteurs d’infraction. C’est une police inquiétante, au sens où elle a vocation à inquiéter celles et ceux qu’elle traque. C’est une police de répression, agissant au nom de la loi., qui incarne légitimement la « sécurité réactive ». Cette police porte donc une tenue sombre, d’aspect militaire (symbole de la rigueur et de la discipline), conforme à sa mission.

Ces deux polices doivent impérativement être dissociées. Un même agent ne saurait remplir les deux rôles, de protection et de répression. Il n’est jamais bon d’être dans la « confusion des rôles ». Au premier coup d’œil, le citoyen doit savoir à quel type de police et de policiers il a à faire. Ainsi le « policier de proximité » doit-il porter une tenue uniforme rassurante, comme celle qu’avait inventée pour lui Pierre Joxe, alors ministre de l’Intérieur, dans les années 1980 (qu’il a portée jusqu’aux années 2000).

Mais venons-en à la « police de sécurité du quotidien » (PSQ), voulue par l’actuel chef de l’Etat, police qui a donné lieu à concertation, pendant deux mois, des gendarmes, des policiers, des élus locaux, etc... On sait encore peu de chose de cette police. M. Macron, le 18 octobre dernier, en a tracé cependant la « philosophie ». Le nouveau dispositif, dit-il, doit permettre de « retisser avec les associations, les élus locaux, la police municipale, des formes d’action rénovées ». Cela ressemble à une volonté de « proximité policière », de travail collectif, à ce qu’on appelait jadis le « partenariat », processus dont on sait, hélas, qu’il n’a jamais bien fonctionné nulle part. Cela ressemble aussi à une volonté de « quadrillage du terrain ». Dans les premières déclarations gouvernementales, il est question de « patrouille », d’« unités » (Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur du président Sarkozy avait inventé quelque chose de similaire). Autant dire qu’à première vue, la « police de sécurité du quotidien » exprime, semble-t-il, une philosophie des plus confuses, qui paraît ne pas oser choisir son camp. « Ni complètement préventive ni totalement répressive ». Or, comme en matière politique, où le « ni de droite, ni de gauche » cache à peine un esprit et des orientations de droite, colorés, mâtinés de gauche de ci de là, le « ni ni » en matière policière fait pencher, et risque de faire pencher une nouvelle, la balance du côté répressif, avec juste un maquillage (camouflage ?) préventif.

Sortons au plus vite de la confusion – si confusion il y a dans l’esprit des nouveaux gouvernants (ce qui n’est pas avéré). Une philosophie policière doit être claire : ou préventive ou répressive, et si les deux malgré tout, préférentiellement l’une ou l’autre.

Aujourd’hui, les objectifs politiques, s’agissant du contenu véritable de la PSQ, doivent être plus clairement exprimés. Néanmoins, tout projet policier qui s’écarterait des notions de service et de proximité ne serait, à l’évidence, pas conforme à la vocation de l’institution policière en régime démocratique.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 07/02/2018 - 20:03
Polices
On aura des policiers avec un uniforme qui viendront vous défendre contre un agresseur et les autres avec un autre uniforme qui arrêteront l'agresseur. Je propose un uniforme bicolore et un policier qui fait les deux. Un policier qui arrête les fripouilles fait de la prévention, à condition que la justice suive. Distinguer prévention et répression est idiot.
BABOUCHENOIRE
- 07/02/2018 - 12:59
Police de proximité ou assistante sociale? Je ne vois pas
de différence à la lecture de l'article. Article pour remplir des cases blanches , l'auteur se masturbe avec des mots , cela doit lui permettre de passer le temps, il pourrait aussi développer ses idées sur pourquoi ""quotidien"?? .
Wortstein
- 07/02/2018 - 12:20
Quel pitoyable article
Une psyclologisation poussive pour arriver à une conclusion digne d'Aurore Bergé. Vraiment de la merde d'un nostalgique du socialisme le plus crasse...