En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 13 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 21 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 13 heures 52 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 31 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 16 heures 1 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 26 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 16 heures 46 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 10 heures 1 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 11 heures 38 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 18 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 21 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 36 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 16 heures 57 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Service public

Police de sécurité du quotidien : la philosophie confuse qui préside au projet du gouvernement

Publié le 07 février 2018
Alors que le président de la République s’apprête à mettre en place, à titre expérimental, dans une quinzaine de villes, une « police de sécurité du quotidien », il nous a paru intéressant de revenir sur quelques questions de fond concernant l’institution policière, à partir de mots-clés.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président de la République s’apprête à mettre en place, à titre expérimental, dans une quinzaine de villes, une « police de sécurité du quotidien », il nous a paru intéressant de revenir sur quelques questions de fond concernant l’institution policière, à partir de mots-clés.

La police est un service, un service moins de l’Etat que des citoyens. Un service donc, et pas un pouvoir – même s’il se présente souvent comme tel, dans la pratique de ses agents. La police est en réalité le premier « service public de l’Etat ». Son premier rôle est donc de protection et de secours. « Secours », comme il était inscrit sur les véhicules de police en un temps aujourd’hui révolu. Véhicules alors emplis de ces agents qu’on appelait « gardiens de la paix » (si on les appelle toujours ainsi dans les textes, ils sont avant tout devenus des « agents de l’ordre »). « Police-secours », « gardiens de la paix », la sémantique de ce temps était rassurante. Les pratiques policières l’étaient encore dans leur grande majorité.

Puisque la police est un service, elle est, par essence, une « police de proximité », et ne peut être que cela. Le propre du service est en effet la proximité, contrairement au pouvoir qui, lui, est, de lointaine tradition, et malgré les volontés de changement, dans la distance jupitérienne ou pas. Or la distance est bien ce qui caractérise la relation de la police actuelle avec les citoyens. C’est donc la preuve qu’elle s’est érigée en pouvoir, et n’est plus un service.

En rappelant la nécessaire proximité de la police, Jean-Pierre Chevènement, en 1998, affirmait tout simplement le sens de l’institution., en en rappelant aussitôt la démarche. La « police de proximité » ne patrouille pas, ne pourchasse pas, elle circule au milieu des citoyens, vit au milieu d’eux : c’est son quotidien. C’est une police rassurante qui incarne la « sécurité préventive ».

Le second rôle de la police est de maintien de l’ordre et de répression des infractions. Cette police, regroupée en unités ou brigades, quadrille, elle, un territoire, pourchasse les fauteurs de trouble et les auteurs d’infraction. C’est une police inquiétante, au sens où elle a vocation à inquiéter celles et ceux qu’elle traque. C’est une police de répression, agissant au nom de la loi., qui incarne légitimement la « sécurité réactive ». Cette police porte donc une tenue sombre, d’aspect militaire (symbole de la rigueur et de la discipline), conforme à sa mission.

Ces deux polices doivent impérativement être dissociées. Un même agent ne saurait remplir les deux rôles, de protection et de répression. Il n’est jamais bon d’être dans la « confusion des rôles ». Au premier coup d’œil, le citoyen doit savoir à quel type de police et de policiers il a à faire. Ainsi le « policier de proximité » doit-il porter une tenue uniforme rassurante, comme celle qu’avait inventée pour lui Pierre Joxe, alors ministre de l’Intérieur, dans les années 1980 (qu’il a portée jusqu’aux années 2000).

Mais venons-en à la « police de sécurité du quotidien » (PSQ), voulue par l’actuel chef de l’Etat, police qui a donné lieu à concertation, pendant deux mois, des gendarmes, des policiers, des élus locaux, etc... On sait encore peu de chose de cette police. M. Macron, le 18 octobre dernier, en a tracé cependant la « philosophie ». Le nouveau dispositif, dit-il, doit permettre de « retisser avec les associations, les élus locaux, la police municipale, des formes d’action rénovées ». Cela ressemble à une volonté de « proximité policière », de travail collectif, à ce qu’on appelait jadis le « partenariat », processus dont on sait, hélas, qu’il n’a jamais bien fonctionné nulle part. Cela ressemble aussi à une volonté de « quadrillage du terrain ». Dans les premières déclarations gouvernementales, il est question de « patrouille », d’« unités » (Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur du président Sarkozy avait inventé quelque chose de similaire). Autant dire qu’à première vue, la « police de sécurité du quotidien » exprime, semble-t-il, une philosophie des plus confuses, qui paraît ne pas oser choisir son camp. « Ni complètement préventive ni totalement répressive ». Or, comme en matière politique, où le « ni de droite, ni de gauche » cache à peine un esprit et des orientations de droite, colorés, mâtinés de gauche de ci de là, le « ni ni » en matière policière fait pencher, et risque de faire pencher une nouvelle, la balance du côté répressif, avec juste un maquillage (camouflage ?) préventif.

Sortons au plus vite de la confusion – si confusion il y a dans l’esprit des nouveaux gouvernants (ce qui n’est pas avéré). Une philosophie policière doit être claire : ou préventive ou répressive, et si les deux malgré tout, préférentiellement l’une ou l’autre.

Aujourd’hui, les objectifs politiques, s’agissant du contenu véritable de la PSQ, doivent être plus clairement exprimés. Néanmoins, tout projet policier qui s’écarterait des notions de service et de proximité ne serait, à l’évidence, pas conforme à la vocation de l’institution policière en régime démocratique.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 07/02/2018 - 20:03
Polices
On aura des policiers avec un uniforme qui viendront vous défendre contre un agresseur et les autres avec un autre uniforme qui arrêteront l'agresseur. Je propose un uniforme bicolore et un policier qui fait les deux. Un policier qui arrête les fripouilles fait de la prévention, à condition que la justice suive. Distinguer prévention et répression est idiot.
BABOUCHENOIRE
- 07/02/2018 - 12:59
Police de proximité ou assistante sociale? Je ne vois pas
de différence à la lecture de l'article. Article pour remplir des cases blanches , l'auteur se masturbe avec des mots , cela doit lui permettre de passer le temps, il pourrait aussi développer ses idées sur pourquoi ""quotidien"?? .
Wortstein
- 07/02/2018 - 12:20
Quel pitoyable article
Une psyclologisation poussive pour arriver à une conclusion digne d'Aurore Bergé. Vraiment de la merde d'un nostalgique du socialisme le plus crasse...