En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 42 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 1 heure 37 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 4 heures 2 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 7 heures 44 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 21 heures 12 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 1 heure 31 sec
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 2 heures 6 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 3 heures 34 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 7 heures 1 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 7 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 7 heures 43 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 7 heures 45 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 21 heures 51 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Service public

Police de sécurité du quotidien : la philosophie confuse qui préside au projet du gouvernement

Publié le 07 février 2018
Alors que le président de la République s’apprête à mettre en place, à titre expérimental, dans une quinzaine de villes, une « police de sécurité du quotidien », il nous a paru intéressant de revenir sur quelques questions de fond concernant l’institution policière, à partir de mots-clés.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président de la République s’apprête à mettre en place, à titre expérimental, dans une quinzaine de villes, une « police de sécurité du quotidien », il nous a paru intéressant de revenir sur quelques questions de fond concernant l’institution policière, à partir de mots-clés.

La police est un service, un service moins de l’Etat que des citoyens. Un service donc, et pas un pouvoir – même s’il se présente souvent comme tel, dans la pratique de ses agents. La police est en réalité le premier « service public de l’Etat ». Son premier rôle est donc de protection et de secours. « Secours », comme il était inscrit sur les véhicules de police en un temps aujourd’hui révolu. Véhicules alors emplis de ces agents qu’on appelait « gardiens de la paix » (si on les appelle toujours ainsi dans les textes, ils sont avant tout devenus des « agents de l’ordre »). « Police-secours », « gardiens de la paix », la sémantique de ce temps était rassurante. Les pratiques policières l’étaient encore dans leur grande majorité.

Puisque la police est un service, elle est, par essence, une « police de proximité », et ne peut être que cela. Le propre du service est en effet la proximité, contrairement au pouvoir qui, lui, est, de lointaine tradition, et malgré les volontés de changement, dans la distance jupitérienne ou pas. Or la distance est bien ce qui caractérise la relation de la police actuelle avec les citoyens. C’est donc la preuve qu’elle s’est érigée en pouvoir, et n’est plus un service.

En rappelant la nécessaire proximité de la police, Jean-Pierre Chevènement, en 1998, affirmait tout simplement le sens de l’institution., en en rappelant aussitôt la démarche. La « police de proximité » ne patrouille pas, ne pourchasse pas, elle circule au milieu des citoyens, vit au milieu d’eux : c’est son quotidien. C’est une police rassurante qui incarne la « sécurité préventive ».

Le second rôle de la police est de maintien de l’ordre et de répression des infractions. Cette police, regroupée en unités ou brigades, quadrille, elle, un territoire, pourchasse les fauteurs de trouble et les auteurs d’infraction. C’est une police inquiétante, au sens où elle a vocation à inquiéter celles et ceux qu’elle traque. C’est une police de répression, agissant au nom de la loi., qui incarne légitimement la « sécurité réactive ». Cette police porte donc une tenue sombre, d’aspect militaire (symbole de la rigueur et de la discipline), conforme à sa mission.

Ces deux polices doivent impérativement être dissociées. Un même agent ne saurait remplir les deux rôles, de protection et de répression. Il n’est jamais bon d’être dans la « confusion des rôles ». Au premier coup d’œil, le citoyen doit savoir à quel type de police et de policiers il a à faire. Ainsi le « policier de proximité » doit-il porter une tenue uniforme rassurante, comme celle qu’avait inventée pour lui Pierre Joxe, alors ministre de l’Intérieur, dans les années 1980 (qu’il a portée jusqu’aux années 2000).

Mais venons-en à la « police de sécurité du quotidien » (PSQ), voulue par l’actuel chef de l’Etat, police qui a donné lieu à concertation, pendant deux mois, des gendarmes, des policiers, des élus locaux, etc... On sait encore peu de chose de cette police. M. Macron, le 18 octobre dernier, en a tracé cependant la « philosophie ». Le nouveau dispositif, dit-il, doit permettre de « retisser avec les associations, les élus locaux, la police municipale, des formes d’action rénovées ». Cela ressemble à une volonté de « proximité policière », de travail collectif, à ce qu’on appelait jadis le « partenariat », processus dont on sait, hélas, qu’il n’a jamais bien fonctionné nulle part. Cela ressemble aussi à une volonté de « quadrillage du terrain ». Dans les premières déclarations gouvernementales, il est question de « patrouille », d’« unités » (Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur du président Sarkozy avait inventé quelque chose de similaire). Autant dire qu’à première vue, la « police de sécurité du quotidien » exprime, semble-t-il, une philosophie des plus confuses, qui paraît ne pas oser choisir son camp. « Ni complètement préventive ni totalement répressive ». Or, comme en matière politique, où le « ni de droite, ni de gauche » cache à peine un esprit et des orientations de droite, colorés, mâtinés de gauche de ci de là, le « ni ni » en matière policière fait pencher, et risque de faire pencher une nouvelle, la balance du côté répressif, avec juste un maquillage (camouflage ?) préventif.

Sortons au plus vite de la confusion – si confusion il y a dans l’esprit des nouveaux gouvernants (ce qui n’est pas avéré). Une philosophie policière doit être claire : ou préventive ou répressive, et si les deux malgré tout, préférentiellement l’une ou l’autre.

Aujourd’hui, les objectifs politiques, s’agissant du contenu véritable de la PSQ, doivent être plus clairement exprimés. Néanmoins, tout projet policier qui s’écarterait des notions de service et de proximité ne serait, à l’évidence, pas conforme à la vocation de l’institution policière en régime démocratique.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 07/02/2018 - 20:03
Polices
On aura des policiers avec un uniforme qui viendront vous défendre contre un agresseur et les autres avec un autre uniforme qui arrêteront l'agresseur. Je propose un uniforme bicolore et un policier qui fait les deux. Un policier qui arrête les fripouilles fait de la prévention, à condition que la justice suive. Distinguer prévention et répression est idiot.
BABOUCHENOIRE
- 07/02/2018 - 12:59
Police de proximité ou assistante sociale? Je ne vois pas
de différence à la lecture de l'article. Article pour remplir des cases blanches , l'auteur se masturbe avec des mots , cela doit lui permettre de passer le temps, il pourrait aussi développer ses idées sur pourquoi ""quotidien"?? .
Wortstein
- 07/02/2018 - 12:20
Quel pitoyable article
Une psyclologisation poussive pour arriver à une conclusion digne d'Aurore Bergé. Vraiment de la merde d'un nostalgique du socialisme le plus crasse...