En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 2 heures 36 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le libéralisme : seul véritable humanisme

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Histoire
Ave Zemmour !

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Economie
Préjugés

Pascal Salin : "Nombre de Français sont allergiques au libéralisme car ils ignorent l’amélioration de leur vie qu’apporterait un vrai libéralisme"

il y a 2 heures 41 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 20 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 1 heure 34 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 2 heures 35 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L'habile stratégie de Xi Jinping pour placer la Chine au centre de l'échiquier mondial

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les moyens efficaces pour lutter contre le cancer, LA maladie du XXème siècle qui pourrait être vaincue dans les prochaines décennies

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Environnement
Effet collatéral

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

il y a 2 heures 39 min
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 20 heures 40 sec
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 20 heures 33 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Démocratique

Quand la démocratie dérange les plans du Président : ce piège européen qui se referme sur Emmanuel Macron

Publié le 07 février 2018
​Selon les informations du Financial Times, Emmanuel Macron serait tenté de revenir sur la capacité du Parlement européen de désigner le prochain président de la Commission européenne. ​Une situation qui commence à inquiéter les députés européens.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
​Selon les informations du Financial Times, Emmanuel Macron serait tenté de revenir sur la capacité du Parlement européen de désigner le prochain président de la Commission européenne. ​Une situation qui commence à inquiéter les députés européens.

Atlantico :  Selon les informations du Financial Times, Emmanuel Macron serait réticent de suivre la règle non écrite de voir le Parlement désigner le nouveau président de la Commission européenne suite à la prochaine élection européenne de 2019. Comment expliquer un tel mouvement de la part du président, semblant contradictoire avec ses appels à plus de démocratie en Europe ? Comment réagissent les députés européens face à ce qui apparaît comme un revirement ? Quelles seront leurs moyens de pression à cet égard ?

Christophe Bouillaud : Tout d’abord, il faut souligner que, depuis le Traité de Lisbonne, selon l’article 17, paragraphe 7, premier alinéa, du Traité sur l’Union européenne (TUE), le Président de la Commission européenne est proposé par le Conseil européen au vote du Parlement européen « en tenant compte des élections au Parlement européen »,  et que la nouvelle Commission doit de toute façon bénéficier d’une majorité parlementaire pour être investie. Lors des élections européennes de 2014, tous les grands et petits partis d’orientation non-eurosceptique représentés au Parlement européen (PPE, PSE, ALDE, Verts, GUE) ont accepté l’idée que l’élection européenne devait être personnalisée autour d’un candidat présenté par chacun d’entre eux pour la Présidence de la Commission, avec l’acceptation aussi que le parti arrivé en tête en nombre d’élus au Parlement européen remporterait la Présidence de la Commission. Ce mécanisme dit des « Spitzcandidaten », pour utiliser le terme allemand qui les désigne puisque l’idée est inspirée du système allemand actuel de choix du Chancelier qui mélange scrutin proportionnel et prise en compte d’une victoire personnelle du leader du parti ayant gagné la majorité relative, était en fait en gestation dès les élections de 2009. A cette occasion, José Manuel Barroso avait été désigné par le PPE comme candidat à sa propre succession selon un mécanisme similaire à celui qu’on a vu à l’œuvre en 2014. Les autres partis avaient eu des difficultés à désigner le leur. Simplement, en 2014, tous les autres partis ont accepté ce jeu, essentiellement pour rendre l’élection européenne plus intéressante pour les électeurs. En pratique, cela veut dire que, si l’on reprend cette idée en 2019, le futur Président de la Commission sera désigné au cours du Congrès du Parti populaire européen quelques mois auparavant. En effet, à moins d’un changement radical des rapports de force électoraux d’ici le printemps 2019, il va de soi que le PPE restera le premier parti au Parlement européen, car ni le PSE ni l’ALDE n’arriveront à le rattraper, ayant perdu en plus les élus Labour et Libéraux-Démocrates britanniques respectivement, vu le Brexit, alors que le PPE n’avait plus les Conservateurs avec lui depuis 2010. Cela veut dire que ce sont « les Républicains » de Wauquiez qui auront en réalité la possibilité d’influencer par leur vote au Congrès du PPE la désignation du futur Président de la Commission. On comprend donc qu’Emmanuel Macron soit moyennement heureux de cette perspective. En plus, comme LREM n’a pour l’instant aucune affiliation à un parti européen et que son allié du Modem est lui-même situé dans un parti européen à la vigueur ectoplasmique, les moyens de pression pour influencer la nomination du Président de la Commission ne peuvent pas non plus passer par une négociation à ce niveau – en effet, en choisissant son candidat, le PPE prend soin de nommer quelqu’un acceptable à la fin par les futurs partenaires de la « grande coalition » au Parlement, formé au choix du PSE ou de l’ALDE et du PSE. 

Toutes ces considérations font qu’il est logique qu’Emmanuel Macron veuille ramener la nomination du Président de la Commission dans une logique intergouvernementale pure. Bien sûr, c’est totalement incohérent avec son appel à plus de démocratie en Europe. Depuis l’Acte Unique (1986), plus de démocratie en Europe a toujours signifié plus de prérogatives pour le Parlement européen. Les listes transnationales de députés européens que viennent d’appeler de leurs vœux les eurodéputés, à l’initiative de la commission des affaires institutionnelles du Parlement européen, vont aussi dans ce sens. Par ailleurs, à mon avis, il sera impossible de revenir sur cette initiative des « Spitzcandidaten » si le PPE lance lui-même la dance en ce sens, parce qu’il est impossible à l’heure actuelle de ne pas être pour l’investiture populaire directe des dirigeants. La personnalisation du pouvoir est irrésistible. Par ailleurs, les parlementaires européens veulent que cette prérogative leur revienne, et toute tentative de la part du Conseil européen de ne pas respecter la règle testée en 2014 se heurtera à un vote contraire. Personne ne suivra E. Macron sur une opposition de ce genre, et cela d’autant plus que la majorité au Conseil européen devrait rester d’ici là au PPE, ou à la droite en général. 

Alors que le PPE, dont les LR sont les représentants français, serait actuellement dans la meilleure position pour obtenir ce poste de la présidence de la Commission européenne, quelles sont les "options" possibles pour Emmanuel Macron pour tenter d'obtenir une présidence "plus en accord" avec sa vision ? Toute tentative en ce sens pourrait-elle s'avérer contre-productive ? 

La seule véritable option est de faire pression sur A. Merkel, à la tête du plus gros parti du PPE, pour qu’elle fasse choisir par le PPE le candidat issu du PPE le plus acceptable par Paris. En 2014, Jean-Claude Juncker avait été le choix d’Angela Merkel contre un Michel Barnier, pourtant plus porteur de nouveautés pour la Commission, et sans doute bien meilleur pour l’image de l’Union européenne. A dire vrai, comme en plus, la règle là aussi non écrite est de choisir un Président de la Commission parmi les anciens chefs d’Etat ou de gouvernement, cela restreint fortement la liste de promouvables. En fait, cette voie diplomatique est la seule acceptable, et elle correspond aussi à l’obligation pour le PPE de se choisir une personne qui pourra recevoir ensuite les suffrages parlementaires du centre et du centre-gauche du Parlement européen. 

La publicisation par Emmanuel Macron de sa critique du mécanisme actuel ne pourrait au contraire que se retourner contre lui, en illustrant aux yeux de tous qu’il n’est après tout qu’un de ces Français arrogants à la De Gaulle qui veulent tout décider pour les Européens, et qui appellent la démocratie seulement quand cela les arrange. 

Que traduit cette position d'Emmanuel Macron de son ambition européenne ? Faut-il y voir un début de doute quant à sa possibilité d'aboutir sur son plan de réforme européen ? 

Si ce que rapporte le Financial Times est exact, cela traduirait surtout une grande naïveté sur l’inertie des mécanismes européens. L’Union européenne, sauf en cas de crise aigüe, est une lourde machine qui fonctionne à coups de précédents et de consensus. Par ailleurs, il lui faut bien constater que, pour l’instant, la droite est majoritaire au sein de l’Union européenne. Le plus simple serait dans le fond que LREM, clarifiant sa position, demande à adhérer au PPE, et, comme cela, il pourrait participer directement au choix du candidat. En adhérant à l’ALDE, qui regroupe les partis libéraux, ce qui correspondrait mieux à sa position politique réelle,  LREM restera dans un parti européen minoritaire. Et ne parlons pas de rejoindre le PSE. Bref, cela traduit simplement le fait que réformer un système politique contre le premier parti de ce système ne va pas soi… Et plus largement, il n’existe sans doute pas à ce jour de majorité partisane  au niveau européen pour soutenir une évolution vers plus de fédéralisme budgétaire et fiscal comme le souhaiterait Emmanuel Macron – même après le départ des Conservateurs britanniques. Par contre, il reste que la nécessité issue des équilibres interétatiques autour de l’existence même de l’Euro peut encore l’imposer. Mais cette dernière jouera plutôt, si, d’ici 2019, une nouvelle crise économique majeure survient. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 07/02/2018 - 14:57
"La critique, par Macron, du mécanisme actuel pourrait, au
contraire se retourner contre lui , n'étant qu'aux yeux de beaucoup qu' un arrogant qui veut TOUT décider pour les Européens j'ajoute.... et pourquoi pas, le Monde et qui se souvient de la démocratie QUAND ça l'arrange
Guy Bernard
- 07/02/2018 - 10:33
prématuré
Il me semble prématuré de faire cette analyse compte tenu du fait que le compromis de gouvernement allemand fait etat de nouvelles relations franco-allemandes et que l'Italie n'a pas encore désigné son gouvernement.
la france et l'allemagne se rapprochent sur la base de la stratégie de Macron et, en dehors de pays hostiles, pour le reste, on attend.
patafanari
- 06/02/2018 - 19:26
Le sourire au bord des lèvres
Emmanuel toise cette Europe qui se tortille en chaleur, attendant d'être fécondée par le premier des français.