En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business
L’offensive des fintech révolutionne l’industrie financière et menace désormais toutes les grandes banques
Publié le 03 février 2018
Quand les fintech se mettent à faire de la banque, non seulement c’est plus simple, mais c’est aussi moins cher.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand les fintech se mettent à faire de la banque, non seulement c’est plus simple, mais c’est aussi moins cher.

Au Paris Fintech Forum qui a eu lieu cette semaine, les créateurs de ces applications qui révolutionnent la banque rencontrent les patrons de grandes banques traditionnelles. Et quand les deux se parlent, c’est un peu comme deux générations qui ne vivent pas dans le même monde.

Ces applications de la fintech se nomment N26, BankMobil, Revolut, Starlin Bank ou Bankin et sont issues de startups qui ne se revendiquent pourtant pas comme des banques. Elles ont, par exemple comme Revolut, officiellement le statut de sociétés de gestion de paiement. Elles n’offrent pas toutes les mêmes services mais ont toutes fait le choix monocanal du téléphone. Et côté portefeuille, ça marche.

De l’autre coté, Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale, reste prudent, campé sur ses positions en déclarant que "les services bancaires ne doivent pas être gratuits" et même s’il tend à développer la banque digitale dans son groupe, les agences physiques, pour lui, doivent perdurer. Quant à Bank of America, la banque de détail américaine travaille actuellement sur une agence dématérialisée par vidéoconférence. Là encore, la réaction des geeks des fintech est sans appel : "Pourquoi voudrait-on parler à un écran vidéo alors qu'on a tout dans sa poche? Il faut qu'ils se réveillent !".

Alors, qu’ont en plus ces fintech que les banques traditionnelles ne comprennent pas ? Les avantages sont multiples : simplicité d’ouverture de compte, carte bancaire délivrée par l’application, facilité de transfert pour abreuver son compte par email ou numéro de téléphone,instantanéité des mouvements par carte bleue et dépôt de chèque par scan,  gestion de multidevises et facilité de change sans commission. Et dernière grande nouveauté pour l’application Revolut, l’achat et le paiement en cryptomonnaies. Et surtout, un fonctionnement principalement basé sur du bouche à oreille, pas de publicité et donc pas de frais de communication à facturer. Les fintech révolutionnent le secteur. Alors, il y a toujours la menace d’un rachat d’un plus gros que soi, mais les grandes banques seront toujours désavantagées. « Dans deux à trois ans les grandes banques auront copié nos services mais elles n’arriveront pas à réduire leur base de coûts assez vite » confie la fondatrice d’une de ces banques.

Ce que ces fintechs ont compris, c’est qu’il fallait s’affranchir des contraintes traditionnelles de la banque, dont la taille implique des process trop importants. De l’ouverture d’un compte qui demande de multiples documents ou formalités dans un établissement traditionnel ou des frais multiples – en moyenne plus de 200 euros par an par client pour nos banques traditionnelles. Le 100% mobile pour ne pas avoir à passer dans une agence signer un papier et une disponibilité 7 jours sur 7, une carte bancaire gratuitesans minimum de transactions. Elles s’économisent alors la lourdeur structurelledes réseaux de distribution des banques que nous connaissons tous, tout en bénéficiant de la conformité à la réglementation d’établissements financiers.

En deux, elles sont sans frais direct pour les utilisateurs. Ou juste en one shot pour la carte bleue pour Revolut, où le client ne paie que la fabrication et l’envoi de sa carte bleue.

Ce sont des startups, donc des boites avec une gestion encore assez basique et peu de frais de fonctionnement. Un certain niveau de technologie mais peu de personnel.Elles se font connaitre grâce au bouche et oreille, et n’ont donc pas de budget hors norme de marketing ou publicité.

Mais du coup, comment vivent-elles ? En fait, les fintech ne font pas d’argent en gérant ou en prêtant de l’argent. Mais elles vont se rémunérer plutôt via les intermédiaires qu’elles font travailler. Précisément parce qu’elles proposent des cartes bleues. Et les gestionnaires de carte bleue, Visa ou Mastercard, rétrocèdent une partie des commissions perçues aux établissements qui les font marcher. Plus les cartes sont utilisées et plus ces entreprises sont rémunérées.

Troisième raison, ce sont des applis qui se sont internationalisées. Elles ont l’agrément d’établissement de paiement européen et sont donc utilisables dans tous les pays de l’UE et ne sont pas estampillées de la nationalité d’un pays, comme peuvent l’être les groupes bancaires qui ont une identité nationale plus forte. Cela leur permet d’atteindre leur cible, plutôt jeune outrès mobile et dont la demande est aujourd’hui de gérer des comptes dans plusieurs devises via la même source ainsi quela facilité d’utilisation comme les virements instantanés d’un compte à l’autre.

Enfin, elles sont aussi transgressives en n’hésitant pas aujourd’hui à proposer l’achat et la conversion de cryptomonnaies.Entre trublions, on se rend des services alors des applications comme Revolut ou Hush ont décidé de proposer un service d’achat et de paiement en bitcoins, ethereums et litecoins. Avec l’avantage cette fois d’apparaitre plus rassurant que les plateformes de cryptomonnaies classiques.

Les banques se donnent certes bonne conscience en investissant dans certaines de ces startups pour s’enrichir demain de leur technologie. Mais c’est tout le modèle du grand groupe bancaire qui se retrouve avec du plomb dans l’aile. Entre la volonté de décentraliser la relation client, comme Arkea qui choisit de se détacher de Crédit Mutuel, ou celle de dématérialiser totalement ces structures, elles sont en tout cas à un tournant de leur histoire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Dossiers
294 Articles
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
02.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Ces deux personnalités que testent Renault et Bercy pour succéder à Carlos Ghosn même s’il n’est officiellement question de rien
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Petit mémoire sur le prix que la France a dû payer pour sortir de la phase sans-culottes
07.
Mais pourquoi les Danois ou les Néerlandais parlent-ils mieux anglais que nous ? Indice : la réponse se trouve dans la télévision
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
04.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
05.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
06.
Le Cac 40 a versé 57,4 milliards d’euros à ses actionnaires, de quoi encore enflammer certains ronds-points encore occupés par les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Les Républicains ont-ils un autre choix pour survivre que d’aller au bout de la logique de rupture avec le “cercle de la raison” ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 03/02/2018 - 13:40
Tout est dans la cryptomonnaie
Pratique pour éviter de trimbaler des valises de billets pour les transactions occultes (financements illicites ou paiements de drogues), et la publicité se fait gratuitement de bouche de trafiquant à oreille de fraudeur, et inversement. Avis aux naïfs qui s'enthousiasment: quand il est question d'argent, pas besoin d'être banquier pour être truand.
MonsieurD
- 03/02/2018 - 12:59
De toute façon
Les grosses banques ne travaillent plus depuis longtemps pour leurs clients particuliers. Tantôt pour elles-mêmes, tantôt pour l'Etat. Elles méritent largement de vivre à grande échelle ce qu'ont vécu les taxis voyous
vangog
- 03/02/2018 - 11:49
Frédéric Oudéa, c’est le sectaire qui ferme les comptes
de ceux qui ne pensent pas comme la pensée unique...s’il peut s’en prendre plein la gueule de la part des fintech, c’est tant mieux pour sa gueule de fasciste. Fermez vos comptes Société générale et découvrez moins cher, et la liberté!