En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© SAUL LOEB / AFP
Contre-intuitif

Pourquoi trafic de drogue et criminalité ne vont pas de pair

Publié le 01 février 2018
Donald Trump a affirmé vouloir déclarer la guerre aux violences produites par les cartels et narcotrafiquants pour lutter contre la montée très inquiétante des saisies d'une part et des morts liés à la drogue d'autre part sur le territoire américain.
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghai.Il est notamment l'auteur de Les polices en France (Puf, 2010), Les politiques publiques de sécurité (Puf, 2011), Dernières nouvelles du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghai.Il est notamment l'auteur de Les polices en France (Puf, 2010), Les politiques publiques de sécurité (Puf, 2011), Dernières nouvelles du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a affirmé vouloir déclarer la guerre aux violences produites par les cartels et narcotrafiquants pour lutter contre la montée très inquiétante des saisies d'une part et des morts liés à la drogue d'autre part sur le territoire américain.

Atlantico : Donald Trump a affirmé vouloir déclarer la guerre aux violences produites par les cartels et narcotrafiquants pour lutter contre la montée très inquiétante des saisies d'une part et des morts liés à la drogue d'autre part sur le territoire américain. Cependant, y a-t-il une corrélation entre la violence du trafic et les problèmes liés à la drogue aux Etats-Unis ?

Alain Bauer : La réponse est non, car on ne parle pas de sujets simples ! Que ce soit la nature de l'organisation du trafic ou la question de la statistique criminelle, qui est un objet extrêmement instable qui trop souvent "ne cache que les choses essentielles". Dans la réalité, il faut savoir d'abord qu'une partie importante de la production de stupéfiants se fait à la maison. Il n'y a plus ni fraude ni trafic, car on est dans une situation de consommateur-producteur. C'est le cas surtout du cannabis. Deuxièmement, en cas de conflit territorial entre organisations, il y a beaucoup de violence, mais quand une organisation remporte la guerre des territoires, il n'y en a plus, car la violence est mauvaise pour le business. Une situation stable est l'aboutissement logique d'une entreprise criminelle. Or le modèle économique des stupéfiants fonctionne sur le modèle de l'économie de marché : intégration verticale et intégration horizontale, investissements dans la recherche et le développement, extension des zones de chalandise, "incentive" pour le petit personnel… et donc seule la gestion de la concurrence est beaucoup plus "définitive" que dans une économie traditionnelle.

Quand vous avez réglé cette question, il n'y a plus de problème de violence. Mais cela n'empêche ni l'augmentation de la consommation, ni l'augmentation de la distribution, ni - et c'est le problème actuel principal - celui des surdoses.

Cette question n'est pas due à la guerre des trafiquants, ni aux règlements mais plutôt à une sorte de "génocide collectif" des consommateurs, à un suicide d'une génération. C'est le sujet principal en termes de mortalité, avec 60.000 overdoses mortelles annuelles. Faites la différence avec la France : il n'y en a chez nous que quelques centaines.

Le discours sur la criminalité de Trump masque donc complètement le problème principal. Et il ne prend pas en compte les modalités très particulières du trafic en question. Car une partie très importante du trafic des opiacés vient principalement des pharmacies.

C'est donc un débat comme souvent réel du point de vue de ses effets (la surmortalité) mais relativement inexact du point de vue de l'explication politicienne qui en est donnée.

Qu'en est-il des achats en ligne toujours plus nombreux ? Est-ce que cela "apaise" la situation ?

Comme toujours, la question n'est pas sur les modalités mais sur la nature : une partie importante des opiacés provient d'achat à la pharmacie de médicaments pour la gorge ou des pastilles. En la matière, la fermeture des pharmacies semble évidemment un sujet complexe ! Et le contrôle des ventes des opiacés en pharmacie est une douce rigolade !

Il ne faut pas oublier que l'autoproduction plus la légalisation du cannabis dans un quart des États américains change aussi la donne.

Il reste il est vrai le crack, la cocaïne ou l'héroïne où les problématiques sont plus structurées et nécessitent des moyens plus importants de contrôle de marché. Dans ce cas, on a soit les cas de monopole ou quasi monopoles et donc une absence réelle de violence, soit une violence très vive comme par exemple à Chicago, qui est à des lieues de New York. Mais pour autant, on consomme des stupéfiants à New York (c'est même là qu'a eu la plus grosse saisie de l'histoire des Etats-Unis, avec plus de 70 kg de fantanyne pure pour un butin estimé à 10 millions de dollars). Les trafiquants n'étaient pas armés, et New York est une ville très sûre. Mais il y a une forte consommation, des dealers, des producteurs etc. Il faut sortir de la vision globale qui est souvent contraire à la réalité.

Vers quel type de plan d'action devrait-on dès lors se pencher ?

Je ne m'interdis structurellement de penser à la place du Président des Etats-Unis ! Et je n'ai bien entendu pas de solutions toutes faites. Je pense cependant que la problématique de lutte contre les stupéfiants est avant tout une problématique médicale et ensuite pénale. Il faut distinguer la dimension addiction de la dimension trafic, et ne pas mélanger les deux sans arrêts. Aujourd'hui il y a un texte de loi datant de 1970 qui est inadapté et parfaitement incohérent qu'il faut absolument revoir. Il faut pouvoir comparer les différentes drogues. Il faut une politique sur-mesure qui demande une connaissance clinique des problèmes. Il ne faut rien s'interdire mais surtout éviter l'écueil de la généralisation !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

07.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

Dérives de l’antiracisme : Lilian Thuram, la maladresse qui cache la forêt des décoloniaux, indigénistes et racisés assumés

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 01/02/2018 - 20:37
Trafic
Le problème est le trafic et non la consommation. Il est ridicule de se lamenter sur des overdoses qui ne sont jamais sous contrainte. Au pire c'est une forme de suicide, au mieux une fuite en avant. D'ailleurs le grand responsable des méfaits de la drogue est l'état puisqu'il est incapable de faire respecter les lois qu'il édicte.
Atlante13
- 01/02/2018 - 19:38
Donc, si j'ai bien compris,
ce monsieur nous explique que lorsque les vendeurs de drogue prennent le pouvoir sur un territoire, il n'y a plus de violences. C'est pas entièrement faux, car quand mr Valls interdisait à la police d'entrer dans les cités sensibles, il n'y avait plus de violences. disons en tout cas qu'il n'y avait plus personne pour le constater, pas vu pas pris. Sauf aussi qu'on y brule des milliers de voitures, qu'on caillasse les pompiers, les postiers, les ambulances, mais ce n'est peut-être pas considéré comme violences? Ensuite il nous explique que lorsque la drogue n'est plus illégale, sa consommation dérape et se multiplient alors les décès dûs à la sur-consommation puisque son commerce n'est plus illégal. Et la faute à qui? aux pharmacies qui vendent trop facilement des pastilles pour la toux !! Ce monsieur, je crois qu'il a été Grand Maitre franc maçon, puis conseiller technique pour mr Valls, est parait-il un très grand experts en criminalité, donc il a raison.
adroitetoutemaintenant
- 01/02/2018 - 15:54
« New York est une ville très sûre » ?
Et mon cul c’est du poulet ? Mais bien sûr, de la part d’un grand-duc d’une loge secrète et misogyne, il faut s’attendre à tout !