En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© MARTIN BUREAU / AFP
Bonnes feuilles
Pourquoi les "fake news" ne sont que l'envers de la "fake science"
Publié le 03 février 2018
La postmodernité n’est pas un « concept » à la mode, c’est une manière de nommer le monde tel qu’il est, de comprendre les sociétés contemporaines plutôt que de les juger ou de dénier le changement. Pour appréhender l’actuel et le quotidien, Michel Maffesoli convoque les images et pénètre le climat de son époque. Extrait de l'ouvrage "Etre postmoderne" de Michel Maffesoli, aux éditions du Cerf (1/2).
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La postmodernité n’est pas un « concept » à la mode, c’est une manière de nommer le monde tel qu’il est, de comprendre les sociétés contemporaines plutôt que de les juger ou de dénier le changement. Pour appréhender l’actuel et le quotidien, Michel Maffesoli convoque les images et pénètre le climat de son époque. Extrait de l'ouvrage "Etre postmoderne" de Michel Maffesoli, aux éditions du Cerf (1/2).

Pour ce qui nous occupe ici, je m’en tiendrai à la bi-partition du « savant et du politique ». Chacun veillant à ne pas empiéter sur le domaine qui n’est pas le sien. Préfigurant la distinction weberienne que je viens de rappeler, le R. P. Lacordaire soulignait, dans sa Vie de saint Dominique, qu’au Moyen Âge « le prêtre et le chevalier remplissent dans le mystère du christianisme deux fonctions qui ne doivent jamais se confondre 1 ». Quand une fonction empiète sur l’autre, il y a confusion, cela donne cet « hircocerf », moitié bouc, moitié cerf c’est le TragelafoV chez les Grecs, que l’on peut entendre comme le symbole d’une indistinction génératrice d’un profond désordre. L’hircocerf de la scolastique, animal fabuleux ayant deux natures contradictoires se mangeait les pattes sans le savoir. En laissant filer la métaphore, l’hircocerf de la bienpensance contemporaine ne sait où il est, ni ce qu’il fait. Ainsi, le politique, au lieu d’agir en s’éclairant des analyses du savant, se pique d’écrire des livres dont les « feuilles mortes se ramassent à la pelle ». De même, l’intellectuel émet des injonctions politiques, fait des préconisations dont l’abstraction le dispute à la vacuité des « analyses » faites par les politiques.

Toute cette confusion « hirocerfique » aboutit à un banal troupeau de livres moutonniers dont la puérilité va de pair avec la prétention. Le dénominateur commun à ces marmousets de la « politique intellectuelle », outre le grotesque de leur production, est bien la mise en œuvre de la « logique du devoir être », dont il a été question : moralisme arrogant mâtiné d’une suffisante prétention « scientifique » !

On pourrait dire que cela importe peu, que ce sont des jeux d’enfants attardés ayant un espace on ne peut plus limité. Il n’en est rien, car ayant le monopole de la parole légitime, leurs afféteries sont déversées dans les médias « main stream » et, donc, revêtent l’allure de la parole officielle. Et sans être par trop paradoxal, on peut penser que c’est ce monopole, cette omniprésence médiatique des experts militants qui ne manque pas de susciter, en contre-courant, les sphères complotistes et les Fakenews qui pullulent sur les réseaux sociaux. Pour le dire d’une manière familière, c’est la réponse du berger à la bergère !

Mais allons plus avant : les Fakenews ne sont que l’envers de la Fakescience. Joseph de Maistre rappelle que très souvent les préjugés les plus plats peuvent affecter le « déguisement scientifique ». Il est certain qu’à partir du XVIIIe siècle, et trouvant son acmé au XIXe siècle, mimant en cela la religion, l’évangile scientifique s’est employé à promouvoir la « bonne nouvelle » d’une société parfaite, pour le moment en gésine, mais dont on allait inéluctablement accoucher. Pour peu, bien entendu, que l’on suive ses préconisations.

Pour ce faire, la Fakescience en marche a dressé ses tables de prescription : haro sur la démarche compréhensive, fi de l’humble description, oukase vis-à-vis du qualitatif. Seule pré- vaut l’approche quantitative, expression de la science certaine. Le politique s’est engouffré dans cette nasse en s’intoxiquant aux sondages d’opinion et autres procédures d’enquête privilégiant le chiffre. Celui-ci étant devenu, pour ceux-là mêmes qui se moquent d’elle, l’astrologie du monde moderne.

Pour les connaisseurs, je livre cette formule de saint Augustin : qui incipit numerari incipit errare, celui qui commence à compter, commence à se tromper !

Au-delà de l’aspect anecdotique de tout cela, le problème est de trouver les mots qui soient pertinents par rapport aux choses vécues au jour le jour par l’homme sans qualité que nous sommes tout un chacun. Et, au-delà des démonstrations pseudo-scientifiques, ces sciences incertaines dont parlait Charles Fourier, savoir mettre en œuvre des « monstrations » pertinentes, fondées sur le discernement. Et ce, à l’encontre de l’aveuglement des convictions partisanes et des préjugés propres aux bien-pensants.

L’enjeu est important, car c’est ainsi que l’on pourra être en phase avec le temps présent. Ces mots, nous les avons égrenés tout au long de ces pages, parfois d’une manière répétitive. Mais l’art de la monstration n’est-il pas justement de savoir, à la manière des vagues érodant la falaise, revenir sur ces banalités qu’il faut savoir rappeler ? Les anciens nous l’ont appris : bis repetita placent, les choses répétées plaisent.

Extrait de l'ouvrage "Etre postmoderne" de Michel Maffesoli, aux éditions du Cerf 

"Etre postmoderne" de Michel Maffesoli

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 05/02/2018 - 10:47
L'extrait ne donne pas trop envie ...
Même si ce mot est sur toutes les lèvres, je peine à en trouver une définition convaincante et non politisée de "fakenews". En fait ce vocable peut être soit utilisé par les médias dominants pour tenter de ridiculiser leurs petits concurrents à coup de bashing ultra sélectif ... soit utilisé par les gens qui n'ont pas leur entrée parmi les médias dominant pour dénoncer des désinformations caractérisées de la médiasphère. M Mafessoli avant cet envol sur les faknews a, je l'espère, pris soin de définir un peu la chose dans son livree ... faut de quoi cet extrait sonne creux ... sauf pour cette citation de Saint Augustin qui fait écho à la célèbre citation de Churchill sur les statistiques
Dr Guy-André Pelouze
- 03/02/2018 - 14:36
L'incertitude est consubstantielle à la science
Pour autant l'expérience y compris et surtout dans sa dimension métrologique est essentielle. La médecine expérimentale n'a pas pris une ride. Et au fond la science qui n'en est pas est très certainement celle qui n'est pas falsifiable.
Saint Augustin (qui incipit numerare incipit errare) a dit cela à propos de ce qui n'est pas scientifique, la vision chétienne du divin.
La compréhension a besoin de la mesure et du nombre.
La mode des fake news est un avatar, un hybride, un enfant monstrueux de l'état qui cherche à imposer une vérité officielle et des relativistes qui voufraient que nous avalions la "théorie" du genre au motif qu'elle est progressiste en la déclarant infalsifiable. Le postmodernisme comme le marxisme culturel sont des idéologies qui ont un ferment totalitaire.
cloette
- 03/02/2018 - 14:07
On regrette Michel Maffesoli
ainsi que d'autres à "Ce soir ou jamais" , et on regrette "Ce soir ou jamais "!