En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 11 heures 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 13 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 14 heures 41 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 15 heures 52 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 16 heures 43 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 18 heures 52 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 13 heures 16 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 14 heures 9 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 15 heures 9 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 16 heures 20 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 19 heures 51 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 20 heures 27 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 21 heures 4 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Bonnes feuilles

Pourquoi les "fake news" ne sont que l'envers de la "fake science"

Publié le 03 février 2018
La postmodernité n’est pas un « concept » à la mode, c’est une manière de nommer le monde tel qu’il est, de comprendre les sociétés contemporaines plutôt que de les juger ou de dénier le changement. Pour appréhender l’actuel et le quotidien, Michel Maffesoli convoque les images et pénètre le climat de son époque. Extrait de l'ouvrage "Etre postmoderne" de Michel Maffesoli, aux éditions du Cerf (1/2).
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La postmodernité n’est pas un « concept » à la mode, c’est une manière de nommer le monde tel qu’il est, de comprendre les sociétés contemporaines plutôt que de les juger ou de dénier le changement. Pour appréhender l’actuel et le quotidien, Michel Maffesoli convoque les images et pénètre le climat de son époque. Extrait de l'ouvrage "Etre postmoderne" de Michel Maffesoli, aux éditions du Cerf (1/2).

Pour ce qui nous occupe ici, je m’en tiendrai à la bi-partition du « savant et du politique ». Chacun veillant à ne pas empiéter sur le domaine qui n’est pas le sien. Préfigurant la distinction weberienne que je viens de rappeler, le R. P. Lacordaire soulignait, dans sa Vie de saint Dominique, qu’au Moyen Âge « le prêtre et le chevalier remplissent dans le mystère du christianisme deux fonctions qui ne doivent jamais se confondre 1 ». Quand une fonction empiète sur l’autre, il y a confusion, cela donne cet « hircocerf », moitié bouc, moitié cerf c’est le TragelafoV chez les Grecs, que l’on peut entendre comme le symbole d’une indistinction génératrice d’un profond désordre. L’hircocerf de la scolastique, animal fabuleux ayant deux natures contradictoires se mangeait les pattes sans le savoir. En laissant filer la métaphore, l’hircocerf de la bienpensance contemporaine ne sait où il est, ni ce qu’il fait. Ainsi, le politique, au lieu d’agir en s’éclairant des analyses du savant, se pique d’écrire des livres dont les « feuilles mortes se ramassent à la pelle ». De même, l’intellectuel émet des injonctions politiques, fait des préconisations dont l’abstraction le dispute à la vacuité des « analyses » faites par les politiques.

Toute cette confusion « hirocerfique » aboutit à un banal troupeau de livres moutonniers dont la puérilité va de pair avec la prétention. Le dénominateur commun à ces marmousets de la « politique intellectuelle », outre le grotesque de leur production, est bien la mise en œuvre de la « logique du devoir être », dont il a été question : moralisme arrogant mâtiné d’une suffisante prétention « scientifique » !

On pourrait dire que cela importe peu, que ce sont des jeux d’enfants attardés ayant un espace on ne peut plus limité. Il n’en est rien, car ayant le monopole de la parole légitime, leurs afféteries sont déversées dans les médias « main stream » et, donc, revêtent l’allure de la parole officielle. Et sans être par trop paradoxal, on peut penser que c’est ce monopole, cette omniprésence médiatique des experts militants qui ne manque pas de susciter, en contre-courant, les sphères complotistes et les Fakenews qui pullulent sur les réseaux sociaux. Pour le dire d’une manière familière, c’est la réponse du berger à la bergère !

Mais allons plus avant : les Fakenews ne sont que l’envers de la Fakescience. Joseph de Maistre rappelle que très souvent les préjugés les plus plats peuvent affecter le « déguisement scientifique ». Il est certain qu’à partir du XVIIIe siècle, et trouvant son acmé au XIXe siècle, mimant en cela la religion, l’évangile scientifique s’est employé à promouvoir la « bonne nouvelle » d’une société parfaite, pour le moment en gésine, mais dont on allait inéluctablement accoucher. Pour peu, bien entendu, que l’on suive ses préconisations.

Pour ce faire, la Fakescience en marche a dressé ses tables de prescription : haro sur la démarche compréhensive, fi de l’humble description, oukase vis-à-vis du qualitatif. Seule pré- vaut l’approche quantitative, expression de la science certaine. Le politique s’est engouffré dans cette nasse en s’intoxiquant aux sondages d’opinion et autres procédures d’enquête privilégiant le chiffre. Celui-ci étant devenu, pour ceux-là mêmes qui se moquent d’elle, l’astrologie du monde moderne.

Pour les connaisseurs, je livre cette formule de saint Augustin : qui incipit numerari incipit errare, celui qui commence à compter, commence à se tromper !

Au-delà de l’aspect anecdotique de tout cela, le problème est de trouver les mots qui soient pertinents par rapport aux choses vécues au jour le jour par l’homme sans qualité que nous sommes tout un chacun. Et, au-delà des démonstrations pseudo-scientifiques, ces sciences incertaines dont parlait Charles Fourier, savoir mettre en œuvre des « monstrations » pertinentes, fondées sur le discernement. Et ce, à l’encontre de l’aveuglement des convictions partisanes et des préjugés propres aux bien-pensants.

L’enjeu est important, car c’est ainsi que l’on pourra être en phase avec le temps présent. Ces mots, nous les avons égrenés tout au long de ces pages, parfois d’une manière répétitive. Mais l’art de la monstration n’est-il pas justement de savoir, à la manière des vagues érodant la falaise, revenir sur ces banalités qu’il faut savoir rappeler ? Les anciens nous l’ont appris : bis repetita placent, les choses répétées plaisent.

Extrait de l'ouvrage "Etre postmoderne" de Michel Maffesoli, aux éditions du Cerf 

"Etre postmoderne" de Michel Maffesoli

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 05/02/2018 - 10:47
L'extrait ne donne pas trop envie ...
Même si ce mot est sur toutes les lèvres, je peine à en trouver une définition convaincante et non politisée de "fakenews". En fait ce vocable peut être soit utilisé par les médias dominants pour tenter de ridiculiser leurs petits concurrents à coup de bashing ultra sélectif ... soit utilisé par les gens qui n'ont pas leur entrée parmi les médias dominant pour dénoncer des désinformations caractérisées de la médiasphère. M Mafessoli avant cet envol sur les faknews a, je l'espère, pris soin de définir un peu la chose dans son livree ... faut de quoi cet extrait sonne creux ... sauf pour cette citation de Saint Augustin qui fait écho à la célèbre citation de Churchill sur les statistiques
Dr Guy-André Pelouze
- 03/02/2018 - 14:36
L'incertitude est consubstantielle à la science
Pour autant l'expérience y compris et surtout dans sa dimension métrologique est essentielle. La médecine expérimentale n'a pas pris une ride. Et au fond la science qui n'en est pas est très certainement celle qui n'est pas falsifiable.
Saint Augustin (qui incipit numerare incipit errare) a dit cela à propos de ce qui n'est pas scientifique, la vision chétienne du divin.
La compréhension a besoin de la mesure et du nombre.
La mode des fake news est un avatar, un hybride, un enfant monstrueux de l'état qui cherche à imposer une vérité officielle et des relativistes qui voufraient que nous avalions la "théorie" du genre au motif qu'elle est progressiste en la déclarant infalsifiable. Le postmodernisme comme le marxisme culturel sont des idéologies qui ont un ferment totalitaire.
cloette
- 03/02/2018 - 14:07
On regrette Michel Maffesoli
ainsi que d'autres à "Ce soir ou jamais" , et on regrette "Ce soir ou jamais "!