En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants ?

02.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

06.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

07.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 18 min 5 sec
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 1 heure 47 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 15 heures 14 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 16 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 18 heures 2 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 21 heures 43 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 1 heure 3 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles pourrait s’exposer Emmanuel Macron

il y a 1 heure 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants ?

il y a 1 heure 45 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 1 heure 47 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 15 heures 53 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 17 heures 30 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 19 heures 56 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 21 heures 19 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 1 jour 10 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Danger

Rassembler de Cohn-Bendit à Juppé pour les Européennes : ce risque politique que Christophe Castaner ne voit pas arriver pour LaREM

Publié le 27 janvier 2018
Le porte parole de LREM, Christophe Castaner a indiqué vendredi son souhait d'un rassemblement en vue des élections européennes, "de Daniel Cohn Bendit à Alain Juppé".
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le porte parole de LREM, Christophe Castaner a indiqué vendredi son souhait d'un rassemblement en vue des élections européennes, "de Daniel Cohn Bendit à Alain Juppé".

Atlantico :​ Ce 26 janvier, le porte parole de LREM, Christophe Castaner a indiqué son souhait d'un rassemblement en vue des élections européennes "de Daniel Cohn Bendit à Alain Juppé dont j'ai entendu les volontés"​. En quoi une telle alliance correspondrait-elle réellement à un "grand mouvement central"? Quels sont les intérêts défendus par un tel "mouvement", et quelles en sont les conséquences pour une classification politique ?

Christophe Bouillaud : Si l’on veut rester réaliste, il ne faudrait pas parler  à ce propos de « mouvement central », mais bien plutôt de mouvement centriste, soit un mouvement qui rassemblerait officiellement, et non plus officieusement comme aujourd’hui, les modérés des deux camps historiques de la droite et du centre d’un côté, et de la gauche de l’autre, tous des proeuropéens donc. Un tel mouvement, qui élargirait le périmètre déjà couvert par LREM, à sa droite et au centre, en s’alliant à tous ceux qui refuseront le leadership à la Viktor Orban de Laurent Wauquiez, et éventuellement à sa gauche en récupérant encore des restes du PS, risque cependant de regrouper uniquement les partis, les hommes et les femmes politiques, qui représentent les satisfaits de notre société. En se coupant des extrêmes, ou simplement des convaincus des deux camps historiques de droite et de gauche, ce « mouvement central » n’attirerait probablement les suffrages que de la France satisfaite, celle qui vit encore plutôt bien, qui trouve le statu quo actuel de la société acceptable, qui aime dans le fond l’Union européenne et la globalisation, car elle en profite plus qu’elle n’en souffre. En même temps, ce mouvement de rassemblement du centre-droit et du centre-gauche correspond tout à fait à ce qu’on voit se dessiner dans les sondages actuels d’un Emmanuel Macron qui séduit de plus en plus dans le cœur de la droite modérée. Les classes populaires, ces éternels insatisfaits d’une vie qu’ils ne savent pas gérer ou prendre du bon côté,  seraient donc abandonnées aux séductions des adversaires populistes de droite et de gauche. 

Comment expliquer cette divergence entre une sincère volonté d'incarner politiquement "le centre" de l'échiquier, et une perception de plus en plus marquée dans l'opinion d'une représentation des élites, des riches​. Faut-il y voir une résurgence d'un phénomène de "fausse conscience de classe" ?

D’une part, sauf à se laisser prendre aux discours qui annoncent une Présidence « sociale », il n’y a pour l’heure qu’à constater que les principales décisions budgétaires annoncées et mises en oeuvre vont dans le sens d’aider immédiatement ceux qui ont beaucoup à avoir encore plus et de faire des coupes dans des budgets qui aident en pratique ceux qui ont peu ou rien (comme avec les emplois aidés ou les APL). La suppression de l’ISF, et les autres réformes en matière de fiscalité des revenus du capital, sont perçues sans surprise par une bonne part de l’opinion publique comme des « cadeaux aux riches ». Surtout, ce qui me parait le plus important, c’est le fait que toutes ces décisions semblent dans leur cohérence correspondre aussi à une vision de l’utilité des habitants de ce pays uniquement  fonction de leur capacité à innover. La louange faite aux entrepreneurs, innovateurs, start-uppers de tous acabits, réels ou supposés d’ailleurs, possède pour contrepartie,  en creux,  la négation de l’utilité de tous les autres habitants de ce pays, en particulier de l’ensemble des classes populaires et moyennes. Cela fait tout de même beaucoup de monde dans un pays comme la France. Ce qui a pu être interprété comme du « mépris de classe » tient sans doute à la réalité de convictions partagées par tous les gens qui suivent Emmanuel Macron selon lesquelles, en réalité, seule une élite de bonne volonté crée toute la richesse présente et à venir de la société, et que les autres, par paresse ou absence de formation, en profitent déjà bien assez ainsi. Ce n’est pas donc tant une « fausse conscience de classe » qu’une vision très restreinte de ce qui fait avancer une société. Bref, on se dit parfois que cette nouvelle classe politique aurait besoin de relire quelques fables de La Fontaine. Et on se dit aussi que LREM et son chef payent le fait de n’avoir mobilisé en fait qu’une partie de la classe moyenne supérieure, comme le montre la députation LREM, totalement incapable de se mettre à la place de tout le reste de la population. N’ayant pas de réflexion sur la société, qui aille au-delà de leur expérience réussie de la vie, cette nouvelle classe politique risque l’isolement, et, en plus, elle n’a même pas pour elle la force de rappel que constitue pour les autres vieux partis la gestion des affaires locales. Celle-ci possède  en effet le mérite de renseigner les classes moyennes et supérieures qui constituent partout les élites municipales et locales aux besoins et aux contraintes de leurs concitoyens moins choyés par le destin. 

Comment anticiper le potentiel d'une telle alliance dans les circonstances de l'élection européenne de 2019 ? Cette échéance n'est-elle pas justement un moyen de créer, au sein de l'opinion, un clivage parfaitement adapté à la nature de ce" grand mouvement central" ?

Après deux ans de gouvernement, au printemps 2019, sauf à avoir de son côté des résultats économiques mirobolants, le camp présidentiel se verra menacé d’une contre-performance. Il y aura sans doute aussi les conséquences politiques du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu commencé en janvier 2019 qui ne manquera pas d’affoler les Français sur leur pouvoir d’achat, et aussi de donner lieu à quelques catastrophes bureaucratiques dans sa gestion au jour le jour. Il faudra voir aussi ce qu'aura obtenu Emmanuel Macron sur le plan européen, et du coup, le contexte de cette élection européenne peut être assez défavorable au camp présidentiel.  Regrouper tous les soutiens de la politique macronienne en une seule liste peut du coup aider à surmonter l’épreuve, et surtout peut permettre de passer en tête des listes qui se présenteront à cette élection qui se joue à la proportionnelle. Les médias amis auront ensuite beau jeu de souligner la majorité relative de ce camp. Elle sera d’autant plus forte que ce mouvement saura regrouper tous les citoyens pro-européens, âgés et aisés du pays – les électeurs les plus participationnistes. Il faut rappeler en effet que les élections européennes sont parmi celles où "le peuple" - aux différents sens du mot - participe le moins, d'où l'avantage relatif des partis entendant y défendre les intérêts des plus favorisés, des plus europhiles.

Cependant, il est certain qu’à droite et à gauche, les oppositions ne manqueront pas. Il est probable que regrouper tous les pro-européens modérés en une seule liste  soit du coup l’occasion d’ouvrir le jeu au profit de toutes les autres listes au nom de la critique de l’Union européenne, qu’elle vienne de droite ou de gauche. La présentation par les médias du résultat peut alors faire ensuite beaucoup. Le camp pro-européen peut n’avoir que 30% des suffrages, mais être présenté comme vainqueur contre des adversaires dispersés à droite et à gauche, inversement, ces mêmes médias pourraient lire le résultat comme une sévère défaite de 30% contre les 70% autres. Il n’est donc pas sûr que cette concentration « européiste » soit un si bon calcul politique que cela. 

Quoi qu’il en soit, les élections européennes jouées sur ce registre pro-Macron/anti-Macron devraient effectivement solidifier le clivage pro-Européens/anti-Européens que l’on a déjà vu à l’œuvre au second tour de la présidentielle, mais aussi permettre à l’anti-européisme ou l'euroscepticisme de gauche et de droite de voter « contre Macron » sans risque de porter une Le Pen à la Présidence de la République.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JBL
- 27/01/2018 - 19:09
Les européennes
Une pitrerie de démocratie. On retrouve tous les canards boiteux des autres élections, en mal de 20 000 euros/mois. Et on va ressortir cette vieille baderne de Cohn Bendit, un copain à Jack Lang, qui va venir faire son numéro à la télé de bon français, en ayant la nationalité allemande. Demander à un certain Vincent Peillon, comment il peut exercer son mandat, en étant prof à Lausanne ? Il suffit de prononcer le mot "élection", et toutes les chaumières s'excitent. En 30 ans, les députés européens auront changé quoi à ce pays et à l'avenir des peuples européens ? Les hommes politiques, c'est comme les émissions pourries à la télé, il y aura toujours un quidam pour les regarder. C'est pour ça qu'on a toujours les mêmes.
J'accuse
- 27/01/2018 - 18:02
Rassemblement politicien de connivence
Rassembler des politiciens, c'est facile : il suffit de leur promettre de la soupe. Rassembler le peuple, c'est plus dur, mais avec force mensonges (la spécialité des élus), on y arrive.
cloette
- 27/01/2018 - 17:38
et s'il ne prend aucune mesure
pour réduire la dette et la dépense publique, c'est pour la même raison, évoquée ci-dessus .