En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 7 heures 10 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 37 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 36 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 32 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 4 heures 12 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 45 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 27 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 58 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 45 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 12 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 13 heures 17 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Billet

Attention risque politique : « La France est de retour » mais les Français en sont nettement moins convaincus qu’Emmanuel Macron

Publié le 26 janvier 2018
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

Les jours qui viennent de s’écouler nous ont donné une nouvelle occasion de voir Emmanuel Macron rayonner à l’international : interview à la BBC dans un anglais fluide mais avec une pointe d’accent français pour en donner tout le charme, réception sous les ors de Versailles (encore Versailles) de la fine fleur du business et de la high tech internationale, discours à Davos (en anglais, toujours), pluie d’éloges venant des capitales étrangères, des milieux économiques, célébration du message rédempteur « France is back ». 

Pris dans la dynamique positive d’un calendrier sans répit de réformes et de changements, notre jeune Président semble exploser, dynamiter, déconstruire ce qui semblait acquis pour toujours en France. Son appétit semble sans limites, au point que l’on peut se demander si les Français le suivent bien, eux dont le tempérament aime pourtant le débat public, les grandes controverses, les émotions politiques fortes. Plusieurs hebdomadaires ont récemment pointé du doigt cette possible disjonction : «la France va-t-elle (vraiment) mieux ? » titrait Le Point dans son numéro du 11 janvier ;  « C’est la reprise, oui mais… » annonçait l’Express de son édition du 17 janvier. Les éditorialistes, les analystes politiques, nous-mêmes les chercheurs spécialistes des élections et du vote nous nous interrogeons ainsi, à perdre un peu notre latin, si patiemment appris sur les bancs de Sciences-Po.

Se pourrait-il qu’Emmanuel Macron joue en fait à un autre sport que la politique ? Ce ne serait pas nous qui serions perdus, mais lui qui jouerait à un autre jeu. Cela rappellerait cette blague d’une star du tennis international des années 1970 (Ilie Nastase) à qui l’on demandait s’il ne trouvait pas trop dur d’être détrôné par le jeune Björn Borg et son revers à deux mains ; il répondit que non, car lui, le roi Nastase, jouait au tennis mais que l’autre, le jeune suédois surdoué, jouait à un autre jeu…

Si la métaphore tennistique plait à votre chroniqueur, qui voua une grande passion au tennis dans son enfance et adolescence, il est à craindre qu’elle ne touche ses limites dès lors qu’il s’agit du regard posé par les Français sur ce tourbillon de réformes et cette dynamique exponentielle qui semble se jouer de tous les pièges et de toutes les difficultés. 

En effet, si Emmanuel Macron est bien parvenu à changer l’image que posent les dirigeants économiques et politiques internationaux sur l’exécutif français, en leur for intérieur continuent-ils sans doute de se demander si les effets de cette dynamique sur les traits structurels de l’économie française vont se traduire en réel.

Nombreux sont les Français qui, de leur côté, se posent aussi la question de savoir ce que cette belle image d’une France en pleine dynamique va avoir comme retour positif sur eux. Ne plus payer de taxe d’habitation et voir son salaire augmenter de quelques dizaines d’euros n’est pas un détail sur ce plan, mais cela ne va pas bouleverser les conditions de vie des Français, réduire les distances socio-économiques et l’inégal accès aux statuts, au capital, au pouvoir. 

En tout cas, les membres de la communauté POP by BVA ne semblent pas particulièrement touchés par le vent d’euphorie internationale qui semble se développer à propos du « retour de la France ». Leur sentiment est plus que mitigé à propos du regain de confiance en France et vers la France. Ils continuent de nous exprimer leurs doutes à propos du monde politique et ne voient pas les effets d’une rupture avec « le monde d’avant ». Ils s’inquiètent des annonces de suppressions d’emplois chez Carrefour (« ce n’est qu’un début » dit l’un d’entre eux) et ces inquiétudes risquent bien de ne pas être soulagées par le parallélisme des formes macronien : d’une part, une adaptation de notre société à l’économie digitale ; d’autre part, la formation et l’accompagnement de ceux qui vont en être les perdants.

Le sentiment que ce sont toujours les mêmes qui paient les politiques d’adaptation de l’économie peut nourrir un sentiment d’injustice et de rupture avec le contrat de confiance d’une société moderne et juste, la promesse des efforts au travail reconnus et récompensés. Il n’est pas totalement acquis que ceux qui commencent à éprouver ces sentiments vont « positiver » avec Emmanuel Macron et les dirigeants réunis à Davos, à propos du « retour de la France ».  Gare au backlash… ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 27/01/2018 - 12:03
Macron, pour lui, c'est quoi
Macron, pour lui, c'est quoi France? Un conglomérat apatride et sans culture qui s'est vautré dans des crimes contre l'humanité, tout juste bon a être conduit par quelques élites éclairéesauto désignées.
lasenorita
- 27/01/2018 - 10:49
Ce n'est pas la France qui est de retour!
C'est un gouvernement stalinien qui est de retour!.. avec ses apparatchiks.. les ''copains'' qui s'engraissent sur le dos des contribuables français...ces ''Français moyens'' qui sont pressurisés.. Hollande et les gauchistes ont augmenté mes impôts de 40%,Macron ne les a pas diminués, il a, par contre, diminué ma retraite! Les gauchistes et Macron donnent mes sous aux terroristes musulmans qui arrivent toujours plus nombreux chez nous. .Les gauchistes sont plus accueillants envers les ''étrangers'' musulmans ''clandestins'' qu'ils ne l'ont été avec les ''Français'' non-musulmans chassés de leur pays natal par les musulmans!
Xenophon
- 27/01/2018 - 10:15
Pour ma part...
Hausse de la CSG et des impôts directs et indirects ( essence, pv, etc) Détérioration de ma liberté quotidienne de consommation ou de circulation par une dictature écologique accrue dont la justification reste à prouver hors de l'idéologie. J'arrête, mon lévothyrox devient inopérant et il va falloir encore en changer en lousdé! Mais ...France is back sur un strapontin dans la ploutocratie mondiale.