En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Fabrice COFFRINI / AFP
Le retour du retour
Davos : Socialist France is back !
Publié le 26 janvier 2018
A Davos, Emmanuel Macron avait des allures de "rock star", passant aux yeux des décideurs présents comme étant "l’homme de la situation". Pourtant, il persiste à vouloir imposer le modèle français de dépense publique massive et de surendettement aboutissant à un chômage de masse et la faillite de son modèle social.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Davos, Emmanuel Macron avait des allures de "rock star", passant aux yeux des décideurs présents comme étant "l’homme de la situation". Pourtant, il persiste à vouloir imposer le modèle français de dépense publique massive et de surendettement aboutissant à un chômage de masse et la faillite de son modèle social.

A Davos, Emmanuel Macron a été accueilli en fanfare par un public conquis d’avance. Vantant ses réformes qui n’ont pourtant rien de révolutionnaire, il a eu droit à des applaudissements nourris lorsqu’il a déclamé « France is back ! » Aux yeux des décideurs présents, Macron est l’homme de la situation dans une Europe fracturée, affaiblie par le Brexit, l’affaissement de l’autorité d’Angela Merkel et l’émancipation sulfureuse des pays de l’Est. La première partie de son discours a flatté en anglais son auditoire plutôt favorable au libre-échange, aux Etats limités et à la concurrence. La seconde, retour au français, insistait sur la place centrale de l’Etat, de la redistribution des richesses et de l’Etat providence. Sous le girondin perçait à nouveau le jacobin.

Personne ne conteste le talent fulgurant d’Emmanuel Macron. Séducteur de génie, négociateur hors pair, il sait retourner une opinion hostile en l’affrontant en face et convaincre sur des lignes floues. L’ennui de ces victoires, c’est qu’elles justifient l’ambiguïté sa politique. Comme un libéral, il promeut l’esprit d’entreprise, le sens du risque, le droit à l’erreur… et la reconnaissance du succès. En anglais.

C’est alors en français qu’il redevient social-démocrate malthusien plaidant pour encadrer les disruptions numériques et affronter la prétendue réduction massive du travail disponible qui en. Si l’Etat ne reprend pas les choses en main – sous-entendu comme en France depuis des décennies avec l’immense succès que nous connaissons -, il annonce que « Schumpeter va vite ressembler à Darwin ». Formule séduisante mais creuse.

Chaque sensibilité peut ainsi trouver ses marques dans ce discours affirmant tout et son contraire. Un peu canaille, Emmanuel Macron a aussi choisi de faire rire l’auditoire aux dépens de Donald Trump en ouverture. Certes, ce grand communiquant offre un contraste flatteur pour les Français humiliés jusqu’ici par la médiocrité de ses prédécesseurs avec l’insipide Theresa May, la bien terne Angela Merkel et l’imprévisible Donald Trump au vocabulaire limité à 30 mots. Mais les contradictions de son exposé ont-elles au autant de succès que ses boutades ?

Car 30 minutes après avoir vanté en anglais sa baisse de l’impôt sur les sociétés, il n’a pas hésité à critiquer la course à la réduction des impôts dans le monde, cette fois en français. On l’a entendu défendre en anglais le libre-échange et la concurrence? Personne n’a alors en tête sa menace voilée à l’égard de fonds américains qui lorgnaient sur Danone (secteur stratégique bien connu) ou, au sein de l’Union européenne, son blocage initial de la reprise des chantiers STX par un groupe italien. Une demi-heure plus tard, il appelle en français à étendre l’Etat providence au monde entier pour lutter contre les inégalités. Macron veut une Europe harmonisée. Mais il persiste à vouloir imposer le modèle français de dépense publique massive et de surendettement aboutissant à un chômage de masse et la faillite de son modèle social. Serait-ce son idéal ?

A côté de nous pourtant, l’Allemagne parvient à réduire sa dette chaque année malgré une pression fiscale largement inférieure à la nôtre (8.5% de PIB, soit près de 190 milliards d’euros à l’échelle de la France, différence essentiellement due aux prélèvements sur le capital et le travail, les plus nocifs). La différence entre nos dépenses publiques pèse approximativement le même poids. Moins de dépenses sociales outre-Rhin, moins d’aides au logement, une sécurité sociale concurrentielle et partiellement privée. Avec pour conséquence une croissance plus durable.

Emmanuel Macron a raison de s’inquiéter de la montée des populismes. Mais avant de faire la morale aux pays qui, comme la Suisse, ne connaissent pas nos fléaux - chômage de masse, corruption et délitement institutionnel -, il ferait mieux de faire le bon diagnostic. Pour y parvenir, je lui recommande de relire « La route de la servitude » du Nobel d’économie, Friedrich von Hayek. Il y décrit très clairement comment l’Etat providence transforme mécaniquement les démocraties en régimes totalitaires. La surenchère croissante de demande sociale est alimentée par la majorité de plus en plus exonérée d’impôts directs exigeant des minorités, et maintenant des générations futures, qu’elles financent son train de vie.

Manifestement, Emmanuel Macron ne juge pas prioritaire la réduction significative de la dépense publique. Pas plus que celle de la pression fiscale. Les assurances sociales resteront des monopoles bureaucratiques ruineux, les administrations pléthoriques continueront à occuper leur temps en harcelant citoyens et entrepreneurs dans leur quotidien. Malgré la simple modernisation de certains rouages engagée par Macron, le « modèle social » français a un bel avenir devant lui.

Avec le Macron que nous connaissons à ce jour, le monde risque surtout de découvrir que « Socialism is back ! »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a débuté
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 27/01/2018 - 19:22
Ambiguïté qui arrange beaucoup de monde.
Macron n'est pas sans doute un vrai "liberal". C'est avant tout un homme seul, centralisateur, jacobin , qui n'a confiance que dans une poignée de hauts fonctionnaires jeunes, dévoués et à son image. Il est réaliste, car il sait que peu de Français sont des adeptes du liberalisme économique . La majorité des Français, et pas seulement à gauche, attends tout de l'Etat, méprise l'argent en parole, tout en faisant tout pour en obtenir, de préférence au détriment de la collectivité et des autres , grâce à la grande lessiveuse sociale. Ils adorent la justice qui n'est pour eux , en réalité, que le manteau présentable qui habille mal la jalousie la plus triviale et l'envie la plus hargneuse. Macron est le produit "haut de gamme" destiné à donner le change à nos partenaires Européens et aux marchés financiers Beaucoup ne sont pas dupes mais personne ne souhaite sortir de l'ambiguïté de peur de faire sortir des tas de petits démons du chaudron Français , en tout cas à brève échéance. En réalité, les decideurs des pays qui nous entourent nous connaissent bien. Le libéralisme de facade affiché ne les impressione guère mais ils se contentent de grandes paroles et de petits actes.
jurgio
- 27/01/2018 - 15:59
Le cadavre de la France
Quand les lions ont mangé, les hyènes finissent le travail.
vangog
- 26/01/2018 - 10:57
Macron-Minc-Soros, le socialiste masqué!
Les patriotes FN vous avaient prévenus...mais les Français aiment se faire du mal!