En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Souriez, vous êtes achetés
Instagram : vraie réussite ou nouvelle bulle Internet ?
Publié le 11 avril 2012
Facebook a mis sur la table un milliard de dollars pour absorber cette petite société. Une somme mirobolante pour une application gratuite et sans publicité, mais qui risquait de faire de l'ombre au réseau social de Mark Zuckerberg.
David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Fayon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook a mis sur la table un milliard de dollars pour absorber cette petite société. Une somme mirobolante pour une application gratuite et sans publicité, mais qui risquait de faire de l'ombre au réseau social de Mark Zuckerberg.

Le rachat par Facebook d’Instragram, application de partage de photos sur mobile, créée voici 18 mois et ne réalisant pas de chiffre d’affaires, fait le buzz. Cette acquisition au prix fort a été annoncée hier sur la page Facebook de Mark Zuckerberg.

Instagram, start-up de 13 personnes, a connu une croissance impressionnante, l’objectif étant de disposer rapidement d’une masse critique d’utilisateurs. On dénombre à ce jour plus de 30 millions d’utilisateurs sur iPhone. L’application disponible depuis peu pour Android a connu un nombre de téléchargements impressionnant : 1 million d’utilisateurs en 1 semaine.

Facebook a déboursé 1 milliard de dollars pour cette petite société, soit ses bénéfices estimés pour 2011. On peut s’interroger sur les raisons de cette décision qui paraît irrationnelle. D’une part, cette somme ne représente que moins d’1 % de la valorisation attendue de Facebook lors de son introduction en Bourse en mai prochain (plus de 100 milliards de dollars sont escomptés).

D’autre part, la décision est avant tout stratégique. Il s’agit pour Facebook d’être présent sur le secteur stratégique du mobile qui tire la croissance du Web (l’application Instagram concurrençant d’une certaine manière Facebook sur mobile où la publication de photos est reine).

Enfin, il s’agit pour l’application phare des réseaux sociaux aux 850 millions de comptes de garder une longueur d’avance face à Google+ et Twitter et rester à la pointe des enrichissements fonctionnels sachant que par ailleurs, le réseau social Pinterest – service de curation permettant d’épingler et de partager des photos, vidéos et autres informations glanées sur le Web – connaît la plus grosse croissance sur le Web sans compter le service Path sur smartphone.

Concrètement, une telle offre ne pouvait être refusée par les fondateurs d’Instagram alors que dans les esprits figurent les refus de Twitter de se faire racheter et notamment les offres avortées de Facebook (500 millions de dollars en 2008) et de Google. La conséquence est qu’aujourd’hui Twitter est un concurrent d’une certaine manière de Facebook.

L’enjeu de Facebook sera d’intégrer Instagram à Facebook et aussi de monétiser le service.


A titre de comparaison ce rachat de Facebook est à mettre en relief avec celui de YouTube par Google en 2006 où le leader de la recherche sur Internet avait déboursé 1,65 milliard d’euros.

Il est fort probable que la stratégie de Facebook soit calquée sur celle de Google, à savoir racheter des acteurs émergents pour s’approprier des savoir-faire ou phagocyter d’éventuels concurrents sur le marché, sachant que les secteurs de la photo, de la vidéo, de la géolocalisation, qui plus est sur smarpthone ou tablette sont stratégiques quant au déplacement de l’audience sur Internet.

Pouvons-nous pour autant spéculer sur des rachats de Foursquare, Pinterest, Tumblr ou d’autres acteurs du Web par Facebook ou Google voire Twitter ? Toujours est-il qu’une partie de go est en train de se jouer et que Facebook devrait faire d’autres annonces dans les semaines à venir.

Si ce rachat a été fait à prix d’or valorisant l’abonné à plus de 30 dollars, nous sommes néanmoins loin de la première bulle Internet qui avait éclaté en mars 2000. Cependant, il convient de regarder avec beaucoup de méfiance certaines valorisations parfois mirobolantes de sociétés sur le Web comme Groupon (qui a beaucoup chuté en Bourse depuis son introduction) ou Zynga qui correspondent à quelques dizaines d’années de leur chiffre d’affaires contrairement à LinkedIn par exemple qui a un business model pérenne. N’est pas Apple, Google ou Microsoft qui veut !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harmaggedon
- 11/04/2012 - 13:37
l'exemple même...
d'une entreprise qui sans grand investissement, a réussi non seulement un bon produit, mais aussi une bonne affaire.
Comme quoi, pas toujours besoin de milliards de subvention pour réussir...
Où est la France, là-dedans ?
Aux USA, en Angleterre, ce sont des ingénieurs informatique indiens qui apportent leur savoir ou savoir-faire... et chez nous, que nous apportent l'immigration non sélective ? Des bénéficiaires de CMU, chômage....