En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 3 heures 17 sec
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 8 heures 43 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 1 jour 3 heures
Le retour du parrain

Twixt : Dans la tête (malade) de Francis Ford Coppola

Publié le 11 avril 2012
Le réalisateur américain sort ce mercredi Twixt, un film d'horreur racontant la rencontre d'un écrivain sur le déclin avec le fantôme d'une adolescente. Un film à petit budget que le réalisateur d'Apocalypse Now présente comme une "libération".
Clément Bosqué réfléchit aujourd'hui sur les problématiques de l'action publique, dans le domaine des relations internationales et de la santé. Diplômé de littérature et agrégé d'anglais, il écrit sur le blog letrebuchet.c.la sur l'art, la société et l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué et Victoria Rivemale
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué réfléchit aujourd'hui sur les problématiques de l'action publique, dans le domaine des relations internationales et de la santé. Diplômé de littérature et agrégé d'anglais, il écrit sur le blog letrebuchet.c.la sur l'art, la société et l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le réalisateur américain sort ce mercredi Twixt, un film d'horreur racontant la rencontre d'un écrivain sur le déclin avec le fantôme d'une adolescente. Un film à petit budget que le réalisateur d'Apocalypse Now présente comme une "libération".

Faut-il vraiment chercher le coeur palpitant des États-Unis d’Amérique dans leurs admirables institutions démocratiques, dans leur individualisme sacré ? Non, bien sûr : la puissance, la fascination que l’Amérique exerce, celle qui la hisse sur ce trône magnifique et parfois agaçant depuis la vieille Europe, c’est la vigueur primitive de sa mythologie moderne : la musique afro-américaine et le cinéma, surtout. Or, dans cette mythologie, Coppola est un titan.

Cependant, sa filmographie déroute sans cesse les critiques. Comment peuvent cohabiter la trilogie du Parrain, la quête désespérée du capitaine Willard le long du fleuve Nung (Apocalypse Now), aux côtés de l’intrigue familiale étriquée, noyée de raffinement esthétique, d’un Tetro, ou de l’histoire d’un romancier en mal d’inspiration dans une banale bourgade de Twixt, son dernier film sorti ce mercredi ?

Victor Hugo était passé du lyrisme individuel à La Légende des siècles...Coppola fait un peu l’inverse.

Le réalisateur des grands mythes américains

La trilogie du Parrain installe le mythe italo-américain, splendide et mystérieux. Cette grande fresque sur la mafia et sa structure féodale, dont la montée en puissance tout au long du siècle contredit en tout point l’intellectuelle modernité, est une allégorie de la réussite communautaire américaine : comment, dans la souffrance, la mort et la joie, les communautés prennent vie, force et puissance. L’oeuvre a donné autant qu’elle a pris, façonnant les italo-américains, puis les autres hybridés américains qui s’y sont identifiés, y ont trouvé matière à prolongements mythiques.

De son côté, Apocalypse Now ne fait pas que raconter, qu’illustrer les événements du Vietnam, comme le ferait un livre d’histoire ou une analyse géopolitique. La quête va bien au-delà de l’histoire du conflit : elle cristallise, et donc crée, cette guerre telle qu’on la connaît. Au travers de héros caricaturaux et typés comme le sont les héros d’épopée, le film donne puissamment un corps, un souffle, une énergie au peuple à qui il s’adresse.

Mais qu’en reste-t-il dans Tetro (sorti en 2009) ? Une quête encore, mais qui s’enlise dans les méandres familiaux. Le film est psychologique, nimbé d’un mystère superflu. Pourquoi Tetro est-il méchant ? Parce qu’il est blessé, bien sûr... Tandis qu’il suffisait de montrer Don Corleone, dans son horreur ou sa grandeur, portant sur ses épaules les structures de la société dont il hérite et qu’il perpétue. Sa femme, la BCBG Kay, tente de le comprendre ; tentative qui échoue dans le féroce carnage de la scène finale (meurtre de sa fille sur les marches de l’Opéra) du troisième volet (Le Parrain 3).

De la mythologie mystérieuse d’un peuple aux atermoiements psychiques d’une famille : dans Twixt, Coppola va plus avant encore dans sa restriction. La quête se réalise dans la psyché d’un seul homme.

Aller chercher le réalisateur au fond de son antre ?

Il faut souvent aller chercher loin, jusqu’au fond de leur antre, les personnages de Coppola. Passer sous le regard des gorilles plantés à chaque porte, patienter dans les antichambres, courber l’échine et parler au moins un peu italien pour espérer, au fond de son bureau, baiser la main du Parrain. Endurer la sueur, la boue et la moiteur vietnamienne, les rafales et même les tigres, pour capter quelques phrases mystiques, et entrevoir l’ombre du Colonel Kurz, reclus dans son temple (Apocalypse Now). Braver les loups, manquer chuter au fond du ravin bordant la route qui mène à son château imprenable et éviter les morsures du comte Dracula. Quêter, dans l’improbable Buenos Aires, puis jusqu’en Patagonie, l’affection d’un frère, la confiance du fuyant Tetro.

Personnages qui tirent leur puissance d’un ordre qui les dépasse : Don Corleone, ordonne des meurtres de sang chaud ; il faut régulièrement, rituellement, faire couler le sang de la communauté. Pratique obscure et archaïque, que personne ne contrôle vraiment, impénétrable pour une société américaine éprise de transparence et d’abstraction juridique (pour le plaisir, on reverra la scène du meurtre de Sollozo dans le premier opus - sans les sous-titres, per favore). Au fond de sa jungle, le Colonel Kurz fait sienne, pousse à l’extrême et rend monstrueuse la logique martiale, allant jusqu’à faire sécession, et même société, suscitant l’effroi des gradés. Dracula, condamné par un serment d’amour maudit, rôde comme un fauve dans une époque et des lieux qui ne le reconnaissent pas, retranché à la fois de Dieu et des hommes.

Ce trajet au coeur des ténèbres effectué par ses personnages, Coppola le réalisateur le parcourt lui-même de film en film. Du drame le plus large au plus étroit, de la violence la plus globale (la guerre) à la plus intime (familiale et psychologique, et même intérieure) : le réalisateur qui, par ses grandes réalisations, irriguait l’imaginaire américain et occidental, voilà qu’à présent il tourne le dos à cette mission qu’il avait si magnifiquement accomplie.

Coppola a-t-il perdu le sens du spectacle ?

 Mais pas de “fiat lux” au fond des méandres de son oeuvre, au fond de l’entonnoir.

Les productions géantes du début, exorcisant des thèmes fondamentaux comme la guerre ou le destin d’une communauté, prenaient une valeur collective pour la société américaine et probablement pour l’humanité dans son ensemble.

À cet égard, ses dernières oeuvres paraissent maigrelettes, n’ont plus cette force : elles ne font plus “rituel”. Une atrophie dont on peut d’ailleurs suivre la trace dans les films eux-mêmes, dans la manière dont ils “mettent en scène” le spectacle.

Le Parrain se délectait de la splendeur païenne des processions christiques, de la théâtralité du catholicisme italien, des fêtes de famille ou d’opéra, scènes souvent doublées de meurtres en série. Apocalypse Now était plus explicite encore (presque trop : le sacrifice de la vache et l’assassinat de Kurtz ont lieu à la même seconde) qui soulignait l’importance conjuguée de la fête (rituel religieux, spectacle d’ampleur) et du sang (la mort et la renaissance).

Dans Tetro, l’art, le spectacle, le rituel, sont réduits à l’activité de “producteurs culturels” des personnages principaux. Ce que Coppola ne manque pas de ridiculiser d’ailleurs (la “plus grande critique d’art sud-américaine”, s’appelle “Alone”). Théâtre d’avant-garde au café-concert, manuscrit, codé et griffonné, de l’écrivain exilé...les scènes jadis si fastueuses de processions grandioses et sanglantes qui rassemblent la communauté (opéra, temple) se sont réduites comme peau de chagrin.

Dans Twixt, Coppola réitère. Peut-être voudrait-il bien continuer d’inspecter les ténèbres...mais il se limite à présent à celles d’un seul cerveau. Il aimerait encore mettre en scène les tripes et cauchemars sanglants de son héros...mais la quête est individuelle, et non plus collective. Il faut donc à tout prix réinjecter du mystère dans l’histoire, ce qui explique certainement le choix du mode fantastique de Twixt, qui n’est qu’une coquetterie.

Coppola a abandonné l’imaginaire collectif. Ou est-ce l’imaginaire collectif qui a laissé tomber Coppola ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires