En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 5 heures 30 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 7 heures 8 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 12 heures 3 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 13 heures 7 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 14 heures 32 sec
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 15 heures 4 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 6 heures 1 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 42 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 12 heures 18 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 47 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 14 heures 14 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 15 heures 29 min
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
EN-FIN !

Ces économistes français et allemands qui mettent les pieds dans le plat des tabous européens (avec la bénédiction de leurs gouvernements respectifs ?)

Publié le 19 janvier 2018
Le rapport sur les réformes de la zone euro a été publié le même jour que la nomination de Philippe Martin à la tête du Conseil d'Analyse économique. Entre un objectif de réduction des risques financiers en zone euro et partage des risques, ce rapport peut être qualifié d'audacieux mais sera bien plus difficile à faire accepter à Paris qu'à Berlin.
Frederik Ducrozet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le rapport sur les réformes de la zone euro a été publié le même jour que la nomination de Philippe Martin à la tête du Conseil d'Analyse économique. Entre un objectif de réduction des risques financiers en zone euro et partage des risques, ce rapport peut être qualifié d'audacieux mais sera bien plus difficile à faire accepter à Paris qu'à Berlin.

Atlantico :  Alors que l'économiste Philippe Martin, proche d'Emmanuel Macron, vient d'être nommé à la tête du Conseil d'Analyse économique, un vent de nominations économiques souffle sur la macronie, et ce, le jour même où Philippe Martin cosignait une proposition de réformes ayant pour objectif de réformer la zone euro. Comment peuvent être interprété ces nominations, notamment dans un moment d'incertitude sur la suite à donner au discours de la Sorbonne sur le projet européen du président français ?

Frederik Ducrozet : Le rapport sur les réformes de la zone euro était dans les tuyaux depuis plusieurs mois, c’est une coïncidence qu’il soit publié le jour de la nomination de Philippe Martin au CAE. Mais ce qui rend toutes ces annonces plus intéressantes encore, c’est l’interaction entre les agendas politiques nationaux et européens , y compris les nominations du gouvernement Macron, les négociations en cours pour former un gouvernement de coalition en Allemagne, et le jeu de chaises musicales lié aux postes à pourvoir au sein de plusieurs institutions européennes dont la Banque Centrale Européenne dans les mois à venir.

Dans ce contexte, le gouvernement français donne effectivement l’impression de vouloir mettre un maximum de pression sur l’Allemagne à plusieurs niveaux, au moment où le curseur bouge outre-Rhin. Une fenêtre d’opportunité pourrait s’ouvrir pour aborder tous les sujets de l’intégration européenne sans tabou. Le président français l’a compris depuis longtemps, et il semble naturel de pousser ses idées, et pour cela des hommes et des femmes de confiance aux postes-clés qui influenceront les décisions de demain.

Côté institutions, sans rien enlever au mérite de Sylvie Goulard qui a été nommée seconde sous-gouverneure de la Banque de France, d’aucuns y verront le parachutage d’une ancienne ministre à un poste qui pourrait à terme lui offrir un tremplin vers un poste plus important au directoire de la BCE ou à la Commission européenne, d’autant qu’il semble acquis que la vice-présidence de la BCE ira à un espagnol et que l’Allemagne revendiquera la présidence après le départ de Mario Draghi en octobre 2019.

Si les propositions faites par les co-auteurs de Philippe Martin sont essentiellement techniques, en quoi celles-ci peuvent elles "consolider" la zone euro ? Quelles en sont les failles ?

Les propositions du rapport sont certes très techniques, et ce document de 24 pages seulement est particulièrement dense. Il en existe une version résumée beaucoup plus accessible ici. Mais de mon point de vue, son principal objectif est d’ordre politique. Il s’agissait de mettre autour de la table des économistes français et allemands d’horizons divers, avec des points de vue souvent différents, parfois complétement opposés sur ces questions essentielles, et de parvenir à un compromis acceptable pour les deux parties. De ce point de vue, c’est un succès incontestable, même si je suis d’accord avec Martin Sandbu du Financial Times pour dire que le rapport sera plus difficile à « vendre » à Paris qu’à Berlin.

Il s’agissait, comme son titre l’indique, de trouver le bon équilibre entre réduction des risques financiers en zone euro (via notamment une discipline budgétaire et de marché plus crédible, des règles plus strictes en termes d’exposition des banques à la dette souveraine ou encore un mécanisme de restructuration des dettes publiques, « à l’allemande ») et un partage des risques (via notamment la mise en œuvre complète de l’union bancaire, des mécanismes de soutien entre pays en cas de récessions, ou encore la création d’un véritable actif sans risque pour la zone euro, « à la française »).

En revanche, le rapport ne va pas jusqu’à recommander une union fiscale avec une capacité budgétaire propre à la zone euro et un ministre des finances dédié. C’est notamment en cela qu’il sera jugé insuffisant par les fédéralistes pur jus, ou du moins insuffisamment ambitieux par certains économistes. Mais c’est pour la même raison que ce rapport pourrait permettre des avancées notables, d’autant que l’alternative serait une fin de non-recevoir de Berlin. Enfin, si l’objectif est d’en finir avec le micro-management qui domine la surveillance budgétaire et d’aller vers des règles plus simples, plus efficaces et plus compréhensibles du grand public, ce serait déjà un progrès immense de mon point de vue.

Ces propositions ont elles un caractère "réaliste" sur le plan politique ? Au regard des enjeux actuels et des difficultés rencontrées en Allemagne pour former un gouvernement, le "paquet" ici évoqué peut-il aboutir à une réelle mise en œuvre ?

On est en plein dans la Realpolitik. L’accent mis par les auteurs sur la réduction du risque et la crédibilité des règles budgétaires fait que les orthodoxes prendront au moins la peine de lire la suite. J’entends par exemple un des auteurs, Clemens Fuest, président de l'institut allemand IFO et un économiste radicalement opposé à toute forme de mutualisation des risques a priori, défendre les autres propositions du rapport y compris un mécanisme d’assurance des dépôts bancaires entre pays, un fonds de soutien aux pays en récession, ou la création de « safe bonds ». Il fait partie de ceux qui peuvent faire bouger les lignes, davantage que Marcel Fratzscher, un autre co-auteur allemand, économiste respecté et président de l’institut DIW, justement parce que ce dernier est perçu comme trop « laxiste » en Allemagne.

A supposer qu’un gouvernement de grande coalition entre CDU et SPD soit effectivement formé en Allemagne sur la base des accords qui se dessinent actuellement, alors on peut raisonnablement espérer que ce rapport débouchent sur des mesures concrètes dès cette année. Les mesures les moins controversées touchent à l’union bancaire et l’union des marchés de capitaux, qui ont déjà fait l’objet d’un accord de principe. Les changements proposés en termes de traitement de la dette publique par les banques pourraient prendre plus de temps, ne serait-ce que parce qu’il faudra penser la transition vers un nouveau régime.

D’autres mesures rencontreront inévitablement des résistances, y compris la mise en place d’un fond de soutien par temps de crise, et certaines mesures seront peut-être abandonnées en cours de route, mais il faut espérer qu’au minimum, tous ces sujets seront abordés dès cette année.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires