En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Atlantico Business
Les constructeurs automobiles français contrattaquent pour résister aux ambitions des GAFA
Publié le 18 janvier 2018
Les grandes marques françaises réalisent désormais des ventes mondiales qui vont les mettre en capacité de relever le défi de l’autonomie digitale.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grandes marques françaises réalisent désormais des ventes mondiales qui vont les mettre en capacité de relever le défi de l’autonomie digitale.

« Le vrai enjeu de l’automobile française n’est pas de grossir pour le plaisir mais d’être en mesure de rentrer dans le club mondial de ceux qui fabriqueront la voiture électrique autonome ». Cette ambition est au cœur de la stratégie des deux grands groupes français : Renault et Peugeot.

Les chiffres des ventes records réalisés en 2016 et 2017 sont très intéressants. Ils prouvent que les deux groupes français ont su prendre le vent de la mondialisation. Les ventes en France sont très importantes certes, mais la performance est beaucoup plus significative à l‘étranger.

C’est vrai pour Peugeot qui est en Europe de l’Est et en Chine, même si le marché chinois s’avère plus difficile que prévu pour toutes les marques étrangères.  

C’est vrai pour le groupe Renault, Renault qui n’a jamais autant vendu de voitures qu’en 2016. Sachant que Renault est allié à Nissan qui connaît les mêmes progressions. Les ventes sont en partie tirées par la marque Lada en Russie, par l’Iran et d’autres émergents comme le Brésil, où l’entreprise possède des usines. Le seul bémol au tableau est la Chine où le marché s’avère encore compliqué à dompter par les marques occidentales, mais la plupart sont en couple avec des opérateurs chinois, donc les risques sont partagés.

Globalement, toutes ces performances prouvent que les constructeurs français se sont bien redressés. Quand on se souvient de l’état dans lequel étaient les groupes automobiles français au cœur de la crise il y a dix ans. A l’époque, Renault et Peugeot étaient au bord de la faillite. L’Etat français a du intervenir et la famille Peugeot a modifié la gouvernance du groupe au profit d’une gouvernance à trois avec l’Etat et des actionnaires chinois.

La réorganisation des gouvernances et la restructuration financière des deux groupes ont donc été efficaces. La compétitivité prix est meilleure mais l’offre produit a été complètement rénovée pour se hisser pratiquement à la hauteur de la concurrence allemande. Mieux, il se sont mis en ordre de marche pour assumer les normes écologiques, se désengager du diesel et se préparer à l’électricité.

Alors, ce qui va être très intéressant à observer à l’avenir, c’est la façon les constructeurs vont assumer la révolution digitale. Parce que les véritables concurrents des marques automobiles pourraient être dans un proche avenir les grands fournisseurs d’équipements digitaux.

Dans la chaîne de valeur d’une automobile, la composante digitale, électronique, est de plus en plus importante. Les automatismes, les équipements, l’intelligence artificielle qui va prendre place dans l’automobile vont être de plus en plus lourds (plus de 50%). A tel point que Microsoft ou Google aurait presque intérêt à sortir des voitures sous leurs marques. Ils en  fabriquent d’ailleurs des prototypes à titres expérimentaux.

La question va donc être de savoir qui, des fournisseurs de digital ou des constructeurs, aura le pouvoir dans la future voiture autonome. Les fournisseurs de digital, Microsoft ou Google, ont des moyens considérables, ils pourraient racheter la totalité des constructeurs automobiles mais à quoi bon s’ils peuvent leur vendre leurs fournitures à un bon prix.

Le dernier CES de Las Vegas a capté toutes les innovations qui s’appliquent à l'automobile pour devenir la vitrine de l'automobile mondiale de demain. A coté de ce qui se passe au CES, les grands salons de Détroit, de Francfort, de Paris ou de Genève ont perdu de leur lustre pour se transformer en vaste show room destiné aux distributeurs.

Dans une économie dominée par les grands acteurs de l’industrie digitale, les constructeurs doivent se défendre contre ce risque d’étouffement qui est réel et on voit bien ce qu’ils font.

1. Ils grossissent pour pouvoir peser dans les négociations, parce que, quand il s’agit d’acheter des microprocesseurs, des navigateurs, ou des capteurs et des radars, mieux vaut avoir une capacité d’achat pour équiper plusieurs millions de véhicules par an.

2. Ils agrègent autour d’eux des sous-traitants, fournisseurs. La force de l’automobile française se situe dans la filière. Dans la cohérence qui existe entre les grandes marques et les fournisseurs d’équipement comme Valeo ou Faurecia.

3. Ils ont travaillé à changer leur relation client et à proposer des services. Ils vendent moins d’automobiles que des solutions de mobilité. Ils ont diversifié les circuits de distribution pour intégrer les impacts du e-commerce. Ils cherchent à proposer du contenu à leurs automobilistes, qui seront à l’avenir, moins occupés à la conduite. C’est ainsi que Renault a fait l’acquisition du titre de la presse économique, Challenges.

4. Ils s’intéressent de plus en plus au monde des startups, parce que c’est dans ce monde-là que nait l’innovation.

Renault et Peugeot ont été très présents au dernier CES de Las Vegas. Les performances commerciales leur donnent les moyens de relever ces défis. Le combat qu’ils mènent contre les Gafa, Google ou Tesla, n‘est sans doute pas perdu.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Dossiers
294 Articles
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 18/01/2018 - 07:15
Moui...pas perdu, mais pas gagné non plus
C’est vrai qu’ils se sont plus ou moins réveillés. Mais ils ont un avantage comparatif faible, un net déficit culturel, et ils restent passablement arrogants. Quant à s’imaginer qu’il suffit d’aller montrer ses cartes de visite au CES pour avoir un brevet de « digitalitude », ça, c’est du macronisme tout craché.