En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 4 heures 36 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 8 heures 29 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 9 heures 34 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 10 heures 45 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 15 heures 32 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 8 heures 9 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 9 heures 2 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 10 heures 2 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 14 heures 44 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 15 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Les constructeurs automobiles français contrattaquent pour résister aux ambitions des GAFA

Publié le 18 janvier 2018
Les grandes marques françaises réalisent désormais des ventes mondiales qui vont les mettre en capacité de relever le défi de l’autonomie digitale.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grandes marques françaises réalisent désormais des ventes mondiales qui vont les mettre en capacité de relever le défi de l’autonomie digitale.

« Le vrai enjeu de l’automobile française n’est pas de grossir pour le plaisir mais d’être en mesure de rentrer dans le club mondial de ceux qui fabriqueront la voiture électrique autonome ». Cette ambition est au cœur de la stratégie des deux grands groupes français : Renault et Peugeot.

Les chiffres des ventes records réalisés en 2016 et 2017 sont très intéressants. Ils prouvent que les deux groupes français ont su prendre le vent de la mondialisation. Les ventes en France sont très importantes certes, mais la performance est beaucoup plus significative à l‘étranger.

C’est vrai pour Peugeot qui est en Europe de l’Est et en Chine, même si le marché chinois s’avère plus difficile que prévu pour toutes les marques étrangères.  

C’est vrai pour le groupe Renault, Renault qui n’a jamais autant vendu de voitures qu’en 2016. Sachant que Renault est allié à Nissan qui connaît les mêmes progressions. Les ventes sont en partie tirées par la marque Lada en Russie, par l’Iran et d’autres émergents comme le Brésil, où l’entreprise possède des usines. Le seul bémol au tableau est la Chine où le marché s’avère encore compliqué à dompter par les marques occidentales, mais la plupart sont en couple avec des opérateurs chinois, donc les risques sont partagés.

Globalement, toutes ces performances prouvent que les constructeurs français se sont bien redressés. Quand on se souvient de l’état dans lequel étaient les groupes automobiles français au cœur de la crise il y a dix ans. A l’époque, Renault et Peugeot étaient au bord de la faillite. L’Etat français a du intervenir et la famille Peugeot a modifié la gouvernance du groupe au profit d’une gouvernance à trois avec l’Etat et des actionnaires chinois.

La réorganisation des gouvernances et la restructuration financière des deux groupes ont donc été efficaces. La compétitivité prix est meilleure mais l’offre produit a été complètement rénovée pour se hisser pratiquement à la hauteur de la concurrence allemande. Mieux, il se sont mis en ordre de marche pour assumer les normes écologiques, se désengager du diesel et se préparer à l’électricité.

Alors, ce qui va être très intéressant à observer à l’avenir, c’est la façon les constructeurs vont assumer la révolution digitale. Parce que les véritables concurrents des marques automobiles pourraient être dans un proche avenir les grands fournisseurs d’équipements digitaux.

Dans la chaîne de valeur d’une automobile, la composante digitale, électronique, est de plus en plus importante. Les automatismes, les équipements, l’intelligence artificielle qui va prendre place dans l’automobile vont être de plus en plus lourds (plus de 50%). A tel point que Microsoft ou Google aurait presque intérêt à sortir des voitures sous leurs marques. Ils en  fabriquent d’ailleurs des prototypes à titres expérimentaux.

La question va donc être de savoir qui, des fournisseurs de digital ou des constructeurs, aura le pouvoir dans la future voiture autonome. Les fournisseurs de digital, Microsoft ou Google, ont des moyens considérables, ils pourraient racheter la totalité des constructeurs automobiles mais à quoi bon s’ils peuvent leur vendre leurs fournitures à un bon prix.

Le dernier CES de Las Vegas a capté toutes les innovations qui s’appliquent à l'automobile pour devenir la vitrine de l'automobile mondiale de demain. A coté de ce qui se passe au CES, les grands salons de Détroit, de Francfort, de Paris ou de Genève ont perdu de leur lustre pour se transformer en vaste show room destiné aux distributeurs.

Dans une économie dominée par les grands acteurs de l’industrie digitale, les constructeurs doivent se défendre contre ce risque d’étouffement qui est réel et on voit bien ce qu’ils font.

1. Ils grossissent pour pouvoir peser dans les négociations, parce que, quand il s’agit d’acheter des microprocesseurs, des navigateurs, ou des capteurs et des radars, mieux vaut avoir une capacité d’achat pour équiper plusieurs millions de véhicules par an.

2. Ils agrègent autour d’eux des sous-traitants, fournisseurs. La force de l’automobile française se situe dans la filière. Dans la cohérence qui existe entre les grandes marques et les fournisseurs d’équipement comme Valeo ou Faurecia.

3. Ils ont travaillé à changer leur relation client et à proposer des services. Ils vendent moins d’automobiles que des solutions de mobilité. Ils ont diversifié les circuits de distribution pour intégrer les impacts du e-commerce. Ils cherchent à proposer du contenu à leurs automobilistes, qui seront à l’avenir, moins occupés à la conduite. C’est ainsi que Renault a fait l’acquisition du titre de la presse économique, Challenges.

4. Ils s’intéressent de plus en plus au monde des startups, parce que c’est dans ce monde-là que nait l’innovation.

Renault et Peugeot ont été très présents au dernier CES de Las Vegas. Les performances commerciales leur donnent les moyens de relever ces défis. Le combat qu’ils mènent contre les Gafa, Google ou Tesla, n‘est sans doute pas perdu.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 18/01/2018 - 07:15
Moui...pas perdu, mais pas gagné non plus
C’est vrai qu’ils se sont plus ou moins réveillés. Mais ils ont un avantage comparatif faible, un net déficit culturel, et ils restent passablement arrogants. Quant à s’imaginer qu’il suffit d’aller montrer ses cartes de visite au CES pour avoir un brevet de « digitalitude », ça, c’est du macronisme tout craché.