En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 17 min 13 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 3 heures 5 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 16 heures 27 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 17 heures 49 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 18 heures 27 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 19 heures 29 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 22 heures 51 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 46 min 14 sec
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 3 heures 20 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 17 heures 52 sec
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 18 heures 8 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 18 heures 46 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 22 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 22 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Le compte est bon

Salaires des informaticiens + pétrole = la nouvelle inflation en quatre chapitres

Publié le 15 janvier 2018
L'OCDE alertait mardi dernier ses pays membres après l'augmentation de 2,4% de l'inflation, 5e mois consécutif de hausse. Une inflation "différenciée, puissante et contrôlée".
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'OCDE alertait mardi dernier ses pays membres après l'augmentation de 2,4% de l'inflation, 5e mois consécutif de hausse. Une inflation "différenciée, puissante et contrôlée".

2 fois 2, 2 marchés du travail, 64$, 2,5% : ces quatre chiffres décrivent la nouvelle configuration de l’inflation mondiale, combinaison de la révolution technologique et du rattrapage des pays émergents.  L’annonce de la mort de l’inflation, en effet, a sans doute été prématurée. Elle nous revient, différente. Différente, car la réalité actuelle est bien plus complexe. L’OCDE nous le dit : voilà cinq mois que l’inflation avance, à 2,4% en novembre, après 2,2% en octobre. Cette hausse mondiale vient des prix de l’énergie (+7,7% sur un an en novembre, après +5,8% en octobre) et de l’alimentation (+1,9% sur un an en novembre, après +1,7% en octobre). Une lente accélération est en train de se mettre en place, comme en 2012. Qu’est-ce qui la guide ?

Chapitre 1 : commençons pas 2 fois 2, pour : 2 fois plus vite, 2 fois mieux payés. 2 fois plus vite d’abord : l’emploi dans les STEM (Science, Technology, Engeneering, Mathematics) aux Etats-Unis a en effet augmenté de 10,5% entre mai 2009 et mai 2015 (817 000 emplois) contre 5,2% pour tous les autres emplois. Bien sûr, le poids de ces métiers techniques reste réduit, pesant 6,2% de la population active en mai 2015 pour un total de 8,6 millions. Mais cette progression n’a aucune raison de cesser, 7 STEM sur dix ont une activité reliée aux ordinateurs, avec une hausse attendue de 12,5% entre 2014 et 2024. La progression des STEM a ainsi expliqué la moitié des nouveaux emplois dans cinq secteurs liés à l’informatique bien sûr, avec des salaires élevés et en constante progression. 

2 fois mieux payés ensuite. Le salaire moyen des STEM en mai 2015 s’établit en effet à 87 600 $ contre 45 700 $ pour un non STEM, sachant que les salaires moyens informaticiens spécialistes sont de 150 000 $. On s’en doute, le taux de chômage de ce genre de profil est pratiquement nul. Ainsi, en prenant le cas américain, on peut dire que les emplois spécialisés sont remplis, avec un taux de chômage nul, plus les créations régulières de postes qui font monter les salaires. Avec la révolution technologique, les Etats-Unis, en amont des pays industrialisés, créent ainsi deux fois plus d’emplois « nouveaux » que d’emplois classiques et deux fois mieux payés : c’est un modèle qui se mondialise. Mais alors, pourquoi la cohorte des salaires ne suit-elle pas celle des STEM ? Pourquoi tous les salaires n’augmentent-ils plus vite ? En fait les hauts salaires ne ruissellent pas, au contraire.

Chapitre 2 : Il y a 2 marchés du travail avec la révolution technologique en cours: celui des salariés qui ont un certain niveau de compétence et celui des salariés qui sont peu ou pas formés. Aux États-Unis, 3% seulement des postes sont vacants pour les emplois qualifiés, avec un taux de chômage de moins de 4%. Le marché des qualifiés est tendu : pas mal de postes sont non pourvus, avec peu de chômeurs. Mais de l’autre côté, pour les non qualifiés, le taux de postes non pourvus est de 2% seulement, mais avec un taux de chômage qui va jusqu’à 10% pour les moins qualifiés. Le marché des non qualifiés est très déséquilibré : peu de postes libres, beaucoup de chômeurs. Et c’est bien pourquoi la progression des salaires est au total si modeste : 2,6% l’an pour le salaire horaire en 2017. Elle reflète le cas de 95% des salariés américains, peu ou pas formés. Il y a donc plein emploi des spécialistes à un bout, avec hausses des salaires à l’appui. Mais il est dilué dans les services peu ou pas qualifiés, très peu payés et employés, à l’autre bout. Cette cohabitation des deux marchés du travail, qualifié et non qualifié, donne une certaine croissance, puisque le revenu monte. Elle est liée à un « plein emploi global » sans tension salariale, avec une inflation surprenante à 2,1% seulement. Le plein emploi non inflationniste est l’enfant de la révolution technologique en cours : peu de spécialistes bien payés d’un côté, beaucoup d’emplois dans les services peu payés d’un autre, une demande globale qui avance ainsi régulièrement, mais sans inflation salariale d’ensemble. La qualification des uns fait la déqualification des autres : l’inverse du ruissellement

Chapitre 3 : 65$ le baril de WTI ensuite. Partout, sur ce modèle de bipolarisation de l’emploi américain, celui de la révolution technologique mondiale, la demande avance. C’est désormais le cas dans les pays émergents où les ingénieurs sont de plus en plus formés, en Chine surtout, avec des entreprises gigantesques de plus en plus efficaces et des systèmes de distribution à l’échelle : Alibaba. Alors, la demande de ces pays en rattrapage augmente de 6% (Chine) à 8% (Inde), ce qui fait une pression considérable sur le prix des matières premières, pétrole notamment, mais aussi cuivre et produits agricoles. 

Même si l’offre de pétrole est actuellement régulée par l’Opep et la Russie et compensée par une offre croissante des Etats-Unis, il semble qu’un nouveau prix d’équilibre est en train d’apparaître. Il pourrait répondre à cette demande mondiale qui avance lentement et à l’offre qui peu à peu monte aussi, venant d’Iran, Lybie, Arabie saoudite (en attendant le Venezuela). Ainsi, cette hausse graduelle du prix des matières premières guidée par le pétrole est la seconde source de l’inflation nouvelle, à côté de cette étrange inflation de plein emploi qui nous vient des Etats-Unis. D’où l’avertissement de l’OCDE sur le réveil de l’inflation à 2,4%.

Chapitre 4 : 2,5% enfin, c’est le taux d’intérêt américain à 10 ans pour les bons du Trésor. C’est lui qui aimante (vers le haut) les taux d’intérêt du monde et qui permet de valoriser les bourses. C’est, là, la ligne de crête de toute la dynamique en cours. Les Etats-Unis en effet jouent les prolongations du cycle d’expansion, avec un soutien par la baisse des impôts, alors que l’économie est en plein emploi. C’est normalement un choix suicidaire qui mène à 3% d’inflation, donc à une hausse des taux courts à 3,5%, au-dessus des taux longs, au krach boursier et à la récession. Mais, du fait de la concurrence internationale (un peu) et de la cassure en deux du marché du travail qui vient de la révolution technologique (surtout), l’inflation avance encore peu. Ceci est très fragile, plus pour des raisons monétaires et politiques qu’économiques. On peut en effet penser que les forces désinflationnistes qui sont à l’œuvre, venant de la révolution de l’information, vont se poursuivre. Elles peuvent cohabiter avec un pétrole stabilisé à 60-70$ le baril, avec une augmentation de l’offre. Mais…

Mais le premier événement qui peut déstabiliser cet ensemble est monétaire, puisque la Banque centrale américaine va commencer à vendre les obligations publiques qu’elle a en portefeuille ce mois-ci, que la Banque centrale du Japon vient d’en annoncer des achats réduits et que la Banque centrale européenne s’interroge pour cesser les siens à partir de septembre.  Donc les taux longs monteront, calmant la croissance, les bourses, les salaires, et donc l’inflation.

Mais la deuxième nouveauté est politique, liée au creusement du déficit budgétaire américain, et donc à son financement. Il peut se heurter à des interrogations sur l’achat de nouveaux bons du trésor américains par les banques américaines, par des gestionnaires internationaux et surtout par le premier détenteur international de ces fonds : la Chine. Elle vient (politiquement) d’indiquer, la semaine dernière, qu’elle s’inquiétait du creusement du déficit budgétaire américain ! Et les taux longs sont passés à 2,6% ! C’est là le problème immédiat, avec en sus le risque d’un shutdown, d’une fermeture d’offices publics américains, faute de crédits. Ceci peut arriver sous huit jours !

Voilà donc cette nouvelle inflation, différenciée, puissante et contrôlée. Différenciée, puisqu’elle vient du plein emploi des techniciens bien payés et d’emplois de services qui le sont bien moins, ce qui donne au total ce « plein emploi modérément inflationniste », nouveauté historique ! Puissante, car ce processus est inexorable et mondial : c’est la révolution technologique en cours qui alimente aussi le réveil des émergents. Contrôlée, à la fois par les banques centrales, les politiques, les marchés… et la Chine. Une inflation mondiale est donc née, méconnaissable.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires