En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Le néoantisémitisme : cette haine qui ne soulève aucune indignation de masse
Publié le 13 janvier 2018
De 1898 à 2018, les leçons de l’histoire n’ont pas été tirées. Alors que le camp des ennemis de Dreyfus est paresseusement réduit à celui des nostalgiques de l’ordre ancien et d’une France révolue, beaucoup passent à côté de l’essentiel : l’inquiétante modernité des idées dont les antidreyfusards, Édouard Drumont et Charles Maurras en tête, se sont réclamés. Extrait de "J’accuse . . . ! 1898-2018. Permanences de l’antisémitisme" par Alexis Lacroix, publié aux Editions de l'Observatoire. (1/2)
Alexis Lacroix est directeur de rédaction délégué de L’Express, après avoir été directeur adjoint de Marianne. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Lacroix
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Lacroix est directeur de rédaction délégué de L’Express, après avoir été directeur adjoint de Marianne. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De 1898 à 2018, les leçons de l’histoire n’ont pas été tirées. Alors que le camp des ennemis de Dreyfus est paresseusement réduit à celui des nostalgiques de l’ordre ancien et d’une France révolue, beaucoup passent à côté de l’essentiel : l’inquiétante modernité des idées dont les antidreyfusards, Édouard Drumont et Charles Maurras en tête, se sont réclamés. Extrait de "J’accuse . . . ! 1898-2018. Permanences de l’antisémitisme" par Alexis Lacroix, publié aux Editions de l'Observatoire. (1/2)

Le désert de la solitude juive croît. Depuis plus de quinze ans, bien sûr – et, particulièrement, depuis que les « retombées » de ce qu’il a été convenu d’appeler la « deuxième intifada » ont rendu aiguë et menaçante une haine antijuive jaillie de secteurs nouveaux de la société française. Mais plus encore au cours de l’année écoulée : c’est le 4 avril 2017, à Paris, qu’une femme de 65 ans a été défenestrée par l’un de ses voisins. Elle s’appelait Sarah Halimi. À l’heure où j’écris ces lignes, le mobile antisémite de son assassin, Kobili T., a – enfin – été reconnu par la justice.

Mais dans l’opinion ? Et chez ceux qui la modèlent ? Quel est le degré moyen de clairvoyance sur les raisons de ce crime ? Quelle lucidité, quelle vigilance prévalent ? Si l’on en juge par la discrétion qui a entouré une pétition d’intellectuels, publiée dans Le Figaro, les plus grands doutes sont permis. Ce texte, signé par des personnalités aussi différentes que Michel Onfray, Marcel Gauchet, Jacques Julliard, Alain Finkielkraut, Laurent Bouvet ou Élisabeth Badinter, énonçait quelques vérités de fait et s’émouvait de leur escamotage. L’existence même d’une telle prise de position publique constituait un événement : hélas, dans le flux hectique et sidérant de l’info planétaire, il est des événements qui ne font pas événement.

Minoré, sous-diffusé, empêché de viralisation, ce texte n’a pas eu droit à la lumière que la gravité des actes qui l’avaient suscité justifiait pourtant. Il a fait l’objet d’un zapping d’autant plus redoutable que subreptice et, pour le coup, terriblement hypocrite. Accuser, alors ? Pointer du doigt la lâcheté ou la complaisance ? Rouvrir, comme d’autres, le procès grisant des médiateurs ? C’est nécessaire, peut-être. Et les travaux séminaux de Pierre-André Taguieff ont inlassablement cherché, depuis la fin de l’année 2000, à alerter les consciences. L’objet de ce livre est légèrement autre : il est plus historique. Décrire et analyser la « nouvelle judéophobie », selon la terminologie de Taguieff, est nécessaire. Le livre qu’on va lire poursuit un autre objectif : discerner l’archéo sous le néo. Il s’agit moins de repérer les configurations de la barbarie antijuive dans la synchronie, que de tenter de comprendre pourquoi celle-là, en dépit de sa prégnance quasi quotidienne dans tous les territoires perdus de notre République, ne soulève aucune indignation de masse. Et cet effort nous oblige à déplacer nos interrogations dans la diachronie, vers le « temps long » de l’histoire de ce pays. L’accoutumance à l’ignominie, qu’il faut dénoncer avec Taguieff, apparaît alors sous un jour cru : moins comme un manquement psychologique que comme la conséquence d’une structure discursive, ou l’effet d’une grammaire finalement ancienne, et qui, comme un rhizome, s’excave de l’obscurité, rebondit dans notre actualité et la submerge.

L’urgence, donc ? Sous la surface du néoantisémitisme, sonder la nappe souterraine d’une aversion méthodique qui a rendu possible, au crépuscule du xixe siècle, l’affaire Dreyfus. Reviennent alors les spectres non de l’antique antisémitisme chrétien disséqué par Léon Poliakov, mais du modernisme antijuif et de son « progressisme » convulsé – celui des détracteurs les plus violents et les plus acharnés de la IIIe République et de ce que le préfasciste Georges Valois nommait la « radicaille ».

Et sort de terre, dans sa virulence inentamée, une manière de conspuer les juifs qui faillit bien emporter, malgré la bravoure des dreyfusards, l’édifice plus fragile qu’on l’imagine de la civilisation française.

Extrait de "J’accuse . . . ! 1898-2018. Permanences de l’antisémitisme" par Alexis Lacroix, publié aux Editions de l'Observatoire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
02.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
03.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
04.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
05.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
06.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
07.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 14/01/2018 - 12:29
@hannibal barca
vous me semblez un peu déconnecté, je pense. D'après ce que je lis, entends et vois, ce sont des "blancs" essentiellement massacrés au Bataclan, et à Nice. En tous cas, c'étaient eux les cibles. Ao moyen-orient, ce sont les chrétiens qui sont massacrés dans l'indifférence totale des professionnels de l'anti-racisme. Et en Mauritanie, ce sont les musulmans qui continuent à perpétuer la vente d'esclaves, on ne se refait pas. Alors, si vous voulez dénoncer les "racistes", ayez au moins l'honnêteté de ne pas être sélectif.
philippe de commynes
- 13/01/2018 - 23:04
Contresens
A lire cet huluberlu on se demande ce qu'il veut bien vouloir dire .Que les jeunes musulmans antisémites sont trop bien assimilés, et que c'est pour cela qu'ils ont assimilé , aussi, drumont et maurras ?
Ou alors que c'est à cause des restes de drumont et de maurras que les français de "souche" sont trop tolérants à l'antisémitisme, même des jeunes des cités ? C'est tout le contraire, c'est parcequ'ils ont été trop conditionnés, intimidés par la bien pensance anti-raciste selon laquelle l'arabophobie est le nouvel antisémitisme, ou alors çà n'a pas été le cas, et c'est seulement que l'on ne peut pas les entendre parceque les "élites" ne veulent laisser passer un discours "raciste" antimusulman, y compris quand il s'agit de dénoncer l'antisémitisme des musulmans...
Deudeuche
- 13/01/2018 - 22:45
@hannibal barca
Parce que dans le palmarès des genocides les juifs ont une show d’avance et que la plaie de l’occident est l’islamisme qui ne tolère aucune conversion de musulmans, qui est une machine à assassiner et qui se contrefout de la Palestine qui est une plaie nécessaire à sa cause conquérante et assassine. Vous avez essayé de construire une synagogue ou une eglise en pays musulmans, c’est pas comme construire une mosquée chez ces chiens de “koufars”, car la il n’y a pas beaucoup de problèmes