En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 11 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 26 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 23 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 48 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 20 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 50 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 57 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 9 heures 5 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 4 heures 4 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 7 heures 45 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 40 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 11 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 48 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 10 heures 3 min
Atlantico Business

Assurance chômage : le gouvernement fait marche arrière toute et ça n’est certainement pas plus mal pour ces deux raisons

Publié le 09 janvier 2018
Le gouvernement est entré dans la phase dure de la négociation sur la réforme de l’assurance chômage et va devoir abandonner beaucoup de ses ambitions.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement est entré dans la phase dure de la négociation sur la réforme de l’assurance chômage et va devoir abandonner beaucoup de ses ambitions.

Sur le dossier de la réforme de l’assurance chômage, le gouvernement va devoir opérer une retraite stratégique par rapport aux ambitions qui avaient été plus ou moins détaillées pendant la campagne présidentielle.

« Ça s‘inscrivait peut-être dans l’utopie nécessaire» auraitlâché un membre du gouvernement contraint de se plier aux réalités des faits et des chiffres.

Alors, certains observateurs rappellent que le gouvernement s’est retrouvé confronté à l’opposition frontale des partenaires sociaux qui se battent pour conserver coûte que coûte le statut quo. C’est un peu vrai.

Le gouvernement devrait donc reculer sur trois points de cette réforme :

D’abord, il n’y aura pas d’assurance chômage universelle, c’est à dire applicable à toutes les catégories socio-professionnelles : les salariés bien sur, mais aussi tous les travailleurs indépendants et les professions libérales. L’élargissement de l'assurance chômage à toutes ces catégories n‘était pas finançable. Elle aurait représenté entre 3 et 4 milliards d’euros sans possibilité de régulation. Comme son nom l’indique, le fonctionnement de l’assurance chômage repose sur le principeassurantiel. Ceux qui travaillent paient une prime d’assurance (unecotisation) pour financer le bénéfice d’une indemnisation en cas de perte d’emploi ou d’activité. La majorité des professions indépendantes et libéralesdevront continuer de se débrouiller avec des assurances privées ou professionnelles qui couvrent les risques de perte d’activité.

L’assurance universelle accessible à tous à un prix modeste va rester au placard des utopies. On réussira sans doute à l’étendre aux professionnels indépendants (en droit) mais attachés à un seul donneur d’ordre (dans les faits). On pense évidemmentà tous ceux qui travaillent pour les plateformes digitales, les chauffeurs VTC, pour résumer. Tous ces travailleurs ont évidemment des statuts d’indépendant, mais totalement sous la coupe de la plateforme qui les emploie. Il va falloir organiser là le système et lui trouver un financement un peu comme chez les intermittents, en moins cher pour la collectivité.

Pour le reste, le système restera géré par les partenaires sociaux, le patronat et les syndicats.

Ensuite, il y aura sans doute un rabotagegénéral des conditions de chômage.Durée plus courte, allocations moins élevées et conditions de retour à l’emploi mieux surveillées. Officiellement, on dira qu‘il s’agit de renforcer les incitations au retour à l’emploi et de dissuader les demandeurs d’emploi de rester sans emploi.

En réalité, on va simplement chercher àfaire en sorte que le système coute moins cher et soit équilibré entre les cotisations d’un côté et les indemnités de l’autre. On n’augmentera pas les charges, donc on réduira la dépense.

 

Enfin, on va sans doute oublier cette usine à gaz qui consistait à créer un bonus-malus pour les entreprises en fonction de la nature des embauches.En clair, on voulait récompenser les entreprises qui créent des CDI, et pénaliser celles qui pratiquent des CDD.Pour les chefs d’entreprise, c’est une folie administrative qui irait à l’encontre de la nécessaire flexibilité.

Ce qui est fâcheux, c’est que le gouvernement qui cherchait à assouplir les conditions d’embauche et de rupture de contrat va y parvenir en acceptant par exemple le principe de la rupture conventionnelle collective, mais enrenonçant à des mécanismes de protection ou de sécurisation pour cause de cout et de risque sur l’équilibre du système paritaire.

 

Alors sur le terrain politique, le gouvernent donne raison aux partenaires sociaux.On lui reprochera sans doute de céder au conservatisme et d’abandonner ses ambitions de transformer le modèle social français en profondeur.

Cela dit, on pourrait aussi lui faire un autre reproche, celui de tomber dans un travers dans lequel tous les gouvernements précédents sont tombés. A savoir profiter des recettes de la croissance et de la reprise pour éviter les chirurgies douloureuses.

La croissance économique est très forte (plus de 2%), elle s’annonce durable et solide. Cette croissance va générer des recettes inattendues qui vont évidemment apporter du carburant à un système qui avait tendance à se gripper.

Le Premier ministre a beau nous avoir prévenu qu‘il n’était pas question de tomber dans le syndrome de « la cagnotte ». N’empêche que, quand on ausculte le budget et le montant des dépenses publiques, quand on constate la prudence avec laquelle on aborde les réformes sociales, on se dit que le gouvernement va forcément puiser dans ces cagnottes pour amortir ou même éviter les douleurs d’une réforme que la reprise rend moins urgente. 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 09/01/2018 - 14:40
CHOMAGE: LA SEULE ASSURANCE QUI IGNORE LE RISQUE?
Le principe d'assurance évoqué commanderait pourtant que la prime de l'employeur soit indexée sur le risque qu'il représente et il n'y a aucune raison que des milliers de petites entreprises qui n'ont jamais engagé un seul licenciement payent les mêmes cotisations que les plus grosses qui ne cessent d'aligner les plans sociaux pour des raisons de pure rentabilité. Mais cette réflexion de simple bon sens et d'équité fait bien entendu tousser patronat et syndicats, trop heureux de répartir sur le plus grand nombre possible de cotisants le maximum de cotisations.
lexxis
- 09/01/2018 - 14:33
AH, L'AURTAUXGRAFFE!
Désolé, Monsieur Sylvestre, mais "statu quo" vient tout simplement du latin par abréviation de l'expression "statu quo ante" qui signifie pratiquement: "dans le même état qu'avant".Voila pourquoi "statu quo" ne s'écrit pas "statut quo", pas davantage d'ailleurs que "statue quo".
kelenborn
- 09/01/2018 - 12:19
2% c'est le taux de
2% c'est le taux de croissance moyen des USA depuis 20 ans!!!! Pauvre cloche de Sylvestre! Ah oui les USA ne sont pas dans l'UE !, eux !!!!