En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 9 heures 16 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 12 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 14 heures 52 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 15 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 58 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 12 heures 34 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 15 heures 15 sec
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 19 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Syndrome de Stockholm?

Bannon : fidèle malgré tout à Donald Trump ou traître hypocrite ?

Publié le 08 janvier 2018
La "déchéance" du plus célèbre des conseillers de Donald Trump a pris un tournant intéressant avec les excuses publiques de Steve Bannon parues dimanche 7 janvier, où il réaffirme malgré tout son soutien à celui qui l'a violemment critiqué.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La "déchéance" du plus célèbre des conseillers de Donald Trump a pris un tournant intéressant avec les excuses publiques de Steve Bannon parues dimanche 7 janvier, où il réaffirme malgré tout son soutien à celui qui l'a violemment critiqué.

Que s’est-il passé ? Comment Steve Bannon, le quasi-fils prodigue, s’est-il finalement retrouvé dans la position de Brutus, celui qui poignarde César ? C’est bien la question qui aurait pu se poser pour quiconque aurait acheté comptant la version fournie par Michael Wolff dans son dernier livre.

Car, à en croire, les propos reproduits dans le bestseller anti-Trump intitulé « le feu et la fureur à la Maison-Blanche », Steve Bannon  s’en serait pris violemment aux enfants du président et à son gendre. Plus grave encore, il aurait qualifié la rencontre entre Donald Trump Jr. et des officiels russes de « trahison », « d’antipatriotique » et de « belle connerie » avant de dire que le président ne serait pas mentalement apte à exercer son mandat. Ce serait donc une attaque en règle contre le trumpisme par celui même qui, il y a quelques mois encore, en était le chef d’orchestre. La presse s’est déchaînée sur ce thème et on le comprend bien.

La réponse du camp Trump a été immédiate et assénée avec une brutalité que l’on n’attendait pas davantage de la part du président envers son ancien protégé. Donald Trump en personne a déclaré que Steve Bannon « a perdu la raison en perdant son emploi », et l’entourage du président est revenu à de nombreuses reprises et sur tous les médias sur ces déclarations, pour les condamner, ainsi que son auteur. Même Steven Miller, le quasi-bras droit de Bannon lorsqu’il était à la Maison-Blanche, a déclaré sur CNN que ces propos étaient « sans fondements », « sans lien avec la réalité », « vindicatifs » et « grotesques ». Cette affaire fait depuis les gros titres des journaux et occupent les commentateurs toute la journée sur les chaînes d’information aux Etats-Unis. Tout cela, est-il besoin de la préciser, a saisi sur place tant les observateurs politiques que les élus eux-mêmes, car il n’y avait eu aucun signe avant coureur d’une telle déferlante, qu’elle vienne d’un côté ou de l’autre. L’hostilité a atteint un tel niveau que les excuses de Steve Bannon n’ont plus beaucoup de sens s’il est vrai qu’il a véritablement voulu nuire à son ancien mentor.

Mais on peut aussi penser que la version présentée par Michael Wolff est un peu romancée, ou arrangée. Bien entendu, les commentaires quant aux relations entre les deux hommes seront teintés des aprioris politiques, suivant que l’on penche du côté des démocrates ou des républicains. Pour les uns, on ne doit rien croire de ce qui est dit dans la presse et Bannon reste l’inspirateur du programme « l’Amérique d’Abord » et de la lutte contre l’Etat profond. Il est xénophobe et d’extrême droite. C’est un ennemi à abattre et son chef l’est tout autant. Pour les autres, Bannon est le pourfendeur de l’establishment sous toutes ses formes. Il est également leur ennemi parce qu’il leur veut du mal. Mais ils le distinguent de Donald Trump, et pensent pouvoir écarter l’un en ramenant l’autre dans un chemin plus droit. 

Pour la base de Donald Trump, qui aime également Steve Bannon, toute cette histoire n’a ni queue ni tête, ou est le fruit d’un « pétage de plomb » de Steve Bannon au moment de son limogeage. En tout cas, ils estiment que cela n’est pas très grave et que tout va rentrer dans l’ordre rapidement. Dans cette hypothèse, les choses sont alors très différentes et les excuses présentées par Steve Bannon deviennent beaucoup plus logiques : il était alors nécessaire de reconnaître publiquement que le chef est bien Donald Trump et qu’il est bien à sa place à la tête de l’Etat ; c’est une continuité notamment avec la déclaration faite quelques jours auparavant, affirmant que Donald Trump « est un grand homme ».

Les excuses de Steve Bannon vont pourtant inquiéter les uns et les autres. Car elles rappellent que si une séparation a déjà été opérée en août, après les événements de Charlottesville, cela n’avait visiblement pas ralenti l’activité de Bannon, qui se déclarait plus libre encore et déclarait une guerre tout azimut à Mitch McConnell et ses semblables, les élus du congrès auxquels il ne fait aucune confiance et qu’il accuse de garder le pouvoir pour eux-mêmes, au détriment du peuple.

Steve Bannon, rappelons-le, reste pourtant dans la fidélité au chef : d’abord, parce que c’est sa formation de militaire. Steve Bannon est un ancien officier de marine qui a toujours mis en avant son patriotisme, son amour du drapeau et des règles militaires. Pour lui, un soldat ne doit jamais trahir, et mourir pour son chef s’il le faut. Sans exagération. S’il ne fallait qu’une seule raison pour douter qu’il ait tenu les propos qui lui sont attribués, celle-ci suffisait certainement. Mais il y en a beaucoup d’autres qui amènent à douter de ce que Michael Wolff a rapporté.

La deuxième raison de cette fidélité de Bannon envers Trump est qu’il y croit sincèrement : il a passé de longues années à chercher le candidat idéal qui pourrait porter son message nationaliste et populiste. Pendant un temps, il a imaginé que cela pourrait être Michele Bachman, la député du Minnesota, avant de soutenir très fortement Sarah Palin, qui a fait sa route jusqu’à une candidature à la vice-présidence.  Donald Trump est sa grande réussite, car il est persuadé qu’il a fait plus que contribuer à sa victoire : il l’aurait fabriqué et porté à bout de bras. N’est-ce pas lui qui lui a ouvert tout grand les ondes de ces radios qui sont très écoutées par ceux qu’on qualifie désormais de sa base indéfectible ? Et dès 2015 il n’hésitait plus à clamer que Breitbart pourrait être renommé « Trump central ». 

On ne peut pas passer sous silence non plus qu’il y a dans le contrat de Steve Bannon une clause de non-dénigrement envers Donald Trump. Il a signé un tel contrat lorsqu’il est devenu directeur exécutif de la campagne du candidat et a renouvelé un tel engagement lorsqu’il est entré à la Maison-Blanche, en récompense de ses bons et loyaux services. C’est à cela que faisaient allusion les avocats du président lorsqu’ils ont menacé de poursuites en justice : il ne s’agissait donc pas de problème avec le 1er amendement et la liberté d’opinion, mais bien de droit des contrats et de rupture illicite d’un contrat signé entre deux parties. De telles clauses sont très courantes aux Etats-Unis, à tel point qu’on les retrouve dans les contrats de beaucoup d’employés. Pour les faire accepter plus facilement, beaucoup de grandes compagnies proposent une rallonge financière dans le cadre de la négociation lors de l’embauche : cela fait passer cette petite pilule, qui évitera bien des désagréments à l’entreprise en cas de séparation douloureuse avec cet employé, plus tard. Les Cours de justice les font appliquer avec beaucoup de sévérité, et Bannon pourrait risquer très gros financièrement dans un tel procès.

Le risque le plus grand pour lui est cependant politique parce que les Mercer se sont rapprochés de Trump et menaçaient de le lâcher : Rebekha Mercer, la fille du milliardaire, qui le protège depuis de très nombreuses années, a visiblement changé de camp et préfère entretenir sa nouvelle très grande amitié avec le président des Etats-Unis. Cela met Steve Bannon dans une situation intenable car, sans elle, il ne possède plus aucun moyen de diffuser ses idées, sachant qu’elle finance Breitbart et l’ensemble des activités menées par Bannon.

On n’est donc pas surpris des excuses qui sont arrivées avec cinq jours de retard, un temps nécessaire certainement pour les peaufiner : Donald Trump Jr. est qualifié désormais de grand patriote ; il n’y a plus de problème avec Ivanka ni Jared ; et tous les propos rapportés dans le livre ont été transcris avec inexactitude puisque les faits qualifiés visaient Paul Manafort, un des protagonistes déjà inculpé dans l’affaire russe, et que Bannon juge sévèrement pour ses liens désormais reconnus avec cette puissance « ennemie ».

Que l’on croit ou pas à ces excuses, que l’on croit ou pas aux propos premiers, tels que les a retranscrits Michael Wolff, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi cette affaire est arrivée si brusquement, maintenant, et sous cette forme. Et pourquoi le président a-t-il réagi à l’annonce de ce livre en particulier et en visant Steve Bannon tout spécialement ? Ces questions, bizarrement, semblent moins cruciales que de savoir si le président regarde la télé pendant plusieurs heures ou mange des hamburgers. Pourtant, elles pourraient renfermer la clé de cette affaire très bizarre. D’ailleurs, « bizarre », c’était le premier mot prononcé par la presse lorsque la colère du président a éclaté.  Bizarre, ces excuses le sont tout autant. « Bizarre, bizarre, comme c’est bizarre, » comme disait l’autre…. Et si la rupture avec Bannon n’en n’était pas vraiment une ? C’est certainement là une histoire à suivre. Alors on suivra…

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CasCochyme
- 09/01/2018 - 20:25
Pourquoi?
Je suis Bannon depuis quelque temps, et je sais bien qu'il y a des tombereaux déversés sur lui par la gauche et d'autres, sous toutes leurs formes. Et peu me chaut, je sais quoi penser de la Clinton, de Trump est des autres. Certaines des idées de Bannon sont cruciales et m'intéressent (lutte contre la mondialisation et la financiarisation de l'économie, pour la réindustrialisation, pour le contrôle de l'immigration clandestine et pour la réaffirmation nationale, etc.. Et on peut imaginer qu'il soit lui-même en lutte sur certains plans avec des tendances peut-être contradictoires dans sa pensée.
Mais que diable est-il allé se confier à ce fouille maaaiiirde? Là je ne comprends plus. Tout ça pour se rétracter assez piteusement quelques jours après? Qu'a-t-il gagné dans tout cela?
Deudeuche
- 08/01/2018 - 18:32
Radio Paris tonne Radio Paris tonne
Radio Paris est Clinton!
Liberte5
- 08/01/2018 - 15:00
Les chiens aboient et la caravane passe...!!!!
Et pendant ce temps , D. Trump continue à réformer en profondeur le pays. Les résultats sont là. A en faire baver tous les socialistes des USA et de l'Europe, mais surtout de la France. Sur le plan extérieur, les choses bougent que ce soit en Corée, chine ou au moyen Orient. Mais les médias Français aveuglés par leur idéologie ne voient rien, n'entendent rien. Heureusement qu'il y a d'autres sources pour s'informer.