En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 32 min 7 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 47 min 32 sec
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 1 heure 2 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 1 heure 53 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 2 heures 2 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 15 heures 52 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 39 min 27 sec
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 50 min 18 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 1 heure 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 14 heures 54 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 16 heures 27 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 18 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

La réforme de l’Etat sans douleur, quel que soit le talent politique du gouvernement, ça n’existe pas (et encore moins sans croissance)

Publié le 06 janvier 2018
De toutes les réformes programmées par Emmanuel Macron, la plus difficile à réaliser est sans doute la réforme de l‘Etat. Tous les gouvernements sans exception s’y sont cassé les dents.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De toutes les réformes programmées par Emmanuel Macron, la plus difficile à réaliser est sans doute la réforme de l‘Etat. Tous les gouvernements sans exception s’y sont cassé les dents.

A l’issue du séminaire gouvernemental, le Premier ministre a rappelé la nécessité de réformer l’Etat. Il a donc lancé un programme d’amaigrissement et annoncé un comite stratégique. Alors programmer, prévoir, ça occupe. Mais ça permet surtout de noyer le projet en espérant que le mal endémique disparaisse de lui-même. Personne ne peut croire au pouvoir thérapeutique de la communication dans ce domaine.

Or, si on considère que le président de la République fait toujours le même diagnostic de la situation française, à savoir que nous manquons singulièrement de compétitivité (coût et hors coût), que nous avons un déficit d’offre gravissime, son logiciel comporte deux programmes qui sont intimement liés.

D’un côté, un programme pour améliorer la performance des entreprises, pour accroitre la création de richesse et ça passe par toutes les réformes structurelles sur le code du travail, la formation, l'assurance chômage et la fiscalité. Cette série de réformes est en voie d’application.

De l’autre coté, un programme de réduction des dépenses de l’Etat pour réduire le poids de la dette et la dépendance du système économique français aux marchés financiers et aux importateurs.

Les deux programmes sont intimement liés. L’amélioration de la compétitivité crée de l’activité et l’activité renforce les recettes fiscales.La diminution des dépenses de l'Etat améliore les moyens de financement de l’investissement privé, créateur de richesse.

Le problème dans la mise en place de ce logiciel, c’est que l’Etat a toujours eu beaucoup de mal à appliquer ses programmes de réduction de dépenses. Les dépenses publiques engouffrent plus de 56% du PIB. On a tout essayé sans jamais parvenir à des résultats significatifs. Et pour cause, l’essentiel de ces dépenses sont des dépenses de fonctionnement, donc des salaires de fonctionnaires qui sont garantis par des statuts. Donc a priori intouchables. Plus de la moitié des dépenses publiques ne dépend pas directement de l’Etat, les dépenses sociales et celles des collectivités locales ne sont pas de son ressort.

L’Etat a quatre moyens :

1 – le rabotage. Il s’agit de décider d’un pourcentage de réduction, systématiquement applicable par tous les ministères, toutes les administrations. On le fait presque tous les ans. On réduit les achats, on freine les embauches et les remplacements, on réduit le nombre de crayons et de gommes, de voitures... Bref, on rabote. Mais le rabotage aveugle appelle nécessairement des exceptions et touche à ses limites assez rapidement.

2 - la RGPP, la révision générale des politiques publiques. Il s’agit d’analyser systématiquement l’efficacité des programmes de dépenses et de les couper le cas échéant. Mais là encore, ce type d’action bute trop souvent sur des arbitrages politiques qui reviennent en arrière.

3 - la réduction du périmètre de l'Etat en transférant au privé certaines activités ou certaines fonctions et en les mettant en concurrence avec les services de l’Etat. C’est ce qu’on a souvent fait avec les cantines scolaires ou la restauration hospitalière. Ça pourrait aller très loin. Encore faut-il accepter politiquement que la logique concurrentielle peut être porteuse de progrès et d’efficacité. C’est une logique qui est loin d’être acceptée et comprise par la majorité de l’opinion.

4 – les privatisations. On en a fait beaucoup. Il en reste à faire énormément. On bute souvent sur la question sociale et politique dès qu’il s’agit de toucher aux grandes entreprises de service public que sont la SNCF ou l’EDF. La vérité est que l’Etat a bien d’autres moyens de contrôler, de réguler ou de surveiller une entreprise sans être obligé de se piéger au capital.

Le choix de la méthode et le degré de désengagement va dépendre de deux facteurs très politiques. Ou bien c’est douloureux pour certains partenaires sociaux et il faut négocier. Ou bien c’est cher à financer et ça n’est possible qu’en période de croissance, ce qui est le cas actuellement.

Dans les deux hypothèses, il faut un sacré courage politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 07/01/2018 - 16:48
La république des copains de promo
Il faut vraiment être naïf pour croire que Micron va faire une réforme d'envergure du tas de graisse que l'on nomme état français. Quand on voit la petite crotte dont a accouché sa soi-disante réforme de l'entreprise - "mère de toutes les réformes" selon lui - qui n'aboutit qu'à faire suer un peu plus le salarié du privé et à carteliser l’économie via les branches... Le résultat de sa "pensée complexe" concernant le mammouth... il est dans l’article d'Atlantico sur le spoil system.
kelenborn
- 06/01/2018 - 20:14
Au passage
Le Sylvestre.... il a pensé à ce que donnerait une réduction de la dette sans croissance,? Parce que la dette, avec l'Euro fort , c'est ce qui a permis dé'viter l'effondrement du niveau de vie pour tous les cons qui ont voté ...Macroléon !!! Merci Macron comme chantaient les Charlots! décidément, JMS qui est le monsieur Jourdain de l'économie est le Diafoirus de la politique! Heureux pour lui qu'Atlantico applique la clause Molière! Il serait déjà raboté au profit de WC Field !
kelenborn
- 06/01/2018 - 20:05
Ben
Ben Sylvestre, mon gars...RGPP , et tutti quanti, tout cela a été fait. D'ailleurs, par exemples ce sont tous les services extérieurs de l'Etat (directions départementales ) qui devraient disparaitre! Et moi, si je voulais vraiment faire, je ferais sauter le statut de la fonction publique pour les nouveaux arrivants!!! Ils se sont cassé les dents car ils n'ont fait que des conneries, ben oui! Toi...sur la photo , on voit que tu as encore toutes tes dents: conclusion que j'invite tous à partager: faites comme JMS, contentez vous de raconter des conneries: CA NE CASSE PAS LES DENTS!