En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Atlantico Business
La réforme de l’Etat sans douleur, quel que soit le talent politique du gouvernement, ça n’existe pas (et encore moins sans croissance)
Publié le 06 janvier 2018
De toutes les réformes programmées par Emmanuel Macron, la plus difficile à réaliser est sans doute la réforme de l‘Etat. Tous les gouvernements sans exception s’y sont cassé les dents.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De toutes les réformes programmées par Emmanuel Macron, la plus difficile à réaliser est sans doute la réforme de l‘Etat. Tous les gouvernements sans exception s’y sont cassé les dents.

A l’issue du séminaire gouvernemental, le Premier ministre a rappelé la nécessité de réformer l’Etat. Il a donc lancé un programme d’amaigrissement et annoncé un comite stratégique. Alors programmer, prévoir, ça occupe. Mais ça permet surtout de noyer le projet en espérant que le mal endémique disparaisse de lui-même. Personne ne peut croire au pouvoir thérapeutique de la communication dans ce domaine.

Or, si on considère que le président de la République fait toujours le même diagnostic de la situation française, à savoir que nous manquons singulièrement de compétitivité (coût et hors coût), que nous avons un déficit d’offre gravissime, son logiciel comporte deux programmes qui sont intimement liés.

D’un côté, un programme pour améliorer la performance des entreprises, pour accroitre la création de richesse et ça passe par toutes les réformes structurelles sur le code du travail, la formation, l'assurance chômage et la fiscalité. Cette série de réformes est en voie d’application.

De l’autre coté, un programme de réduction des dépenses de l’Etat pour réduire le poids de la dette et la dépendance du système économique français aux marchés financiers et aux importateurs.

Les deux programmes sont intimement liés. L’amélioration de la compétitivité crée de l’activité et l’activité renforce les recettes fiscales.La diminution des dépenses de l'Etat améliore les moyens de financement de l’investissement privé, créateur de richesse.

Le problème dans la mise en place de ce logiciel, c’est que l’Etat a toujours eu beaucoup de mal à appliquer ses programmes de réduction de dépenses. Les dépenses publiques engouffrent plus de 56% du PIB. On a tout essayé sans jamais parvenir à des résultats significatifs. Et pour cause, l’essentiel de ces dépenses sont des dépenses de fonctionnement, donc des salaires de fonctionnaires qui sont garantis par des statuts. Donc a priori intouchables. Plus de la moitié des dépenses publiques ne dépend pas directement de l’Etat, les dépenses sociales et celles des collectivités locales ne sont pas de son ressort.

L’Etat a quatre moyens :

1 – le rabotage. Il s’agit de décider d’un pourcentage de réduction, systématiquement applicable par tous les ministères, toutes les administrations. On le fait presque tous les ans. On réduit les achats, on freine les embauches et les remplacements, on réduit le nombre de crayons et de gommes, de voitures... Bref, on rabote. Mais le rabotage aveugle appelle nécessairement des exceptions et touche à ses limites assez rapidement.

2 - la RGPP, la révision générale des politiques publiques. Il s’agit d’analyser systématiquement l’efficacité des programmes de dépenses et de les couper le cas échéant. Mais là encore, ce type d’action bute trop souvent sur des arbitrages politiques qui reviennent en arrière.

3 - la réduction du périmètre de l'Etat en transférant au privé certaines activités ou certaines fonctions et en les mettant en concurrence avec les services de l’Etat. C’est ce qu’on a souvent fait avec les cantines scolaires ou la restauration hospitalière. Ça pourrait aller très loin. Encore faut-il accepter politiquement que la logique concurrentielle peut être porteuse de progrès et d’efficacité. C’est une logique qui est loin d’être acceptée et comprise par la majorité de l’opinion.

4 – les privatisations. On en a fait beaucoup. Il en reste à faire énormément. On bute souvent sur la question sociale et politique dès qu’il s’agit de toucher aux grandes entreprises de service public que sont la SNCF ou l’EDF. La vérité est que l’Etat a bien d’autres moyens de contrôler, de réguler ou de surveiller une entreprise sans être obligé de se piéger au capital.

Le choix de la méthode et le degré de désengagement va dépendre de deux facteurs très politiques. Ou bien c’est douloureux pour certains partenaires sociaux et il faut négocier. Ou bien c’est cher à financer et ça n’est possible qu’en période de croissance, ce qui est le cas actuellement.

Dans les deux hypothèses, il faut un sacré courage politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
04.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
07.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 07/01/2018 - 16:48
La république des copains de promo
Il faut vraiment être naïf pour croire que Micron va faire une réforme d'envergure du tas de graisse que l'on nomme état français. Quand on voit la petite crotte dont a accouché sa soi-disante réforme de l'entreprise - "mère de toutes les réformes" selon lui - qui n'aboutit qu'à faire suer un peu plus le salarié du privé et à carteliser l’économie via les branches... Le résultat de sa "pensée complexe" concernant le mammouth... il est dans l’article d'Atlantico sur le spoil system.
kelenborn
- 06/01/2018 - 20:14
Au passage
Le Sylvestre.... il a pensé à ce que donnerait une réduction de la dette sans croissance,? Parce que la dette, avec l'Euro fort , c'est ce qui a permis dé'viter l'effondrement du niveau de vie pour tous les cons qui ont voté ...Macroléon !!! Merci Macron comme chantaient les Charlots! décidément, JMS qui est le monsieur Jourdain de l'économie est le Diafoirus de la politique! Heureux pour lui qu'Atlantico applique la clause Molière! Il serait déjà raboté au profit de WC Field !
kelenborn
- 06/01/2018 - 20:05
Ben
Ben Sylvestre, mon gars...RGPP , et tutti quanti, tout cela a été fait. D'ailleurs, par exemples ce sont tous les services extérieurs de l'Etat (directions départementales ) qui devraient disparaitre! Et moi, si je voulais vraiment faire, je ferais sauter le statut de la fonction publique pour les nouveaux arrivants!!! Ils se sont cassé les dents car ils n'ont fait que des conneries, ben oui! Toi...sur la photo , on voit que tu as encore toutes tes dents: conclusion que j'invite tous à partager: faites comme JMS, contentez vous de raconter des conneries: CA NE CASSE PAS LES DENTS!