En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Pixabay / RaphaelaFotografie
Décennie perdue
La croissance revient et la renaissance française arrive ? Euh... si on regarde les chiffres 2008-2018, ça ressemble plus à un effroyable gâchis
Publié le 03 janvier 2018
La situation économique française connait certes une amélioration notable, mais un problème structurel mine toujours la croissance. Pourtant, les leviers de croissance existent bel et bien.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation économique française connait certes une amélioration notable, mais un problème structurel mine toujours la croissance. Pourtant, les leviers de croissance existent bel et bien.

Atlantico : Si les derniers chiffres de l'économie française font état d'une réelle amélioration de la situation, le constat d'une croissance du PIB du pays de 6.39% (INSEE) entre le premier trimestre 2008 et le troisième trimestre 2017 tient mal la comparaison avec une économie américaine ayant progressé de 15.28% (BEA) durant la même période, ou de 10.15% (ONS) concernant l'économie du Royaume-Uni. Comment analyser la reprise actuelle dans un tel contexte d'une "décennie perdue" pour le pays ?

Nicolas Goetmann : L'économie française, dans le sillage de celle de la zone euro, connaît effectivement une période de reprise qui est plus ou moins inédite depuis 10 ans, avec l'exception notable de 2010-2011 qui avait vu la croissance du pays atteindre le chiffre de 2.90% (entre le T1 2010 et le T1 2011) - avant que Jean-Claude Trichet ne commette une nouvelle erreur dans ses responsabilités d'alors, à la tête de la BCE en avril 2011 (en remontant les taux à contre-courant de tout ce qui pouvait avoir lieu ailleurs dans le monde). Lors du dernier pointage, la croissance française entre le T3 2016 et le T3 2017, était de 2.24%. Au lieu de voir ce chiffre comme exceptionnel, il faut simplement le considérer comme normal. Parce qu'effectivement, la France, tout comme la zone euro, ont connu une décennie perdue lors de la période 2008-2018. Il suffit de comparer ; si les 39 trimestres allant du T1 2008 au T3 2017 ont produit 6.39% de croissance réelle, les 39 trimestres précédents en produit 22.87%, soit une chute de 72% entre les deux périodes. On peut donc parler de dépression. Et ce n'est pas mieux dans la zone euro, cela est même pire, avec une croissance réelle totale inférieure à 5% sur les 10 dernières années.

En partant de là, toutes les comparaisons visant à montrer la supériorité actuelle sur celle des États-Unis ou du Royaume-Uni semblent peu pertinentes ; la zone euro retrouve simplement une période de croissance normale, mais sans avoir fait aucun effort pour rattraper le terrain perdu des 15-20 points de croissance perdus pendant la période. A l'inverse, les États-Unis et le Royaume-Uni ont au moins essayé de "se refaire", et c'est ce qui explique que le niveau de chômage de la zone euro soit encore plus de deux fois supérieur à celui des Etats Unis. Et ne parlons pas ici de la France qui a encore un taux de chômage, au troisième trimestre 2017, selon l'INSEE, de 9.7%.

Dans quelle mesure les "réformes" mises en place par le gouvernement permettent-elles de rétablir la situation et de rattraper le terrain perdu pendant cette décennie ? 

Les réformes portées par Emmanuel Macron n'ont pas vocation à "augmenter" la croissance française, elles ont vocation à essayer de "faire mieux" avec la croissance existante. La loi travail, la fiscalité, l'apprentissage, la formation etc…tous ces aspects peuvent permettre, en croisant les doigts, que la croissance française produira plus d'emplois qu'auparavant, on pourrait dire "enrichir" la croissance, mais il n'est pas question de "plus" de croissance. Ce sont des réformes de l'offre qui peuvent avoir leur utilité mais ne peuvent en aucun cas affronter ce problème de "déficit" de croissance qu'a connu le pays depuis 10 ans. Rien n'est fait pour rattraper le terrain perdu, c’est-à-dire les 15% de croissance qui ont manqué au pays au cours de cette période. Et c'est bien là le problème, c'est que le diagnostic qui a été à l'origine de ces réformes ne semble pas tenir compte de la crise. On peut très bien objecter en disant que la cause de ce marasme est d'origine européenne, et qu'Emmanuel Macron a l'ambition de réformer la zone euro. Mais à cela, on ne peut malheureusement que constater que, d'une part, les réformes proposées au niveau européen par Emmanuel Macron ont peu de chance d'aboutir, mais surtout, et d'autre part, que ces réformes n'ont même pas l'ambition de régler le problème, ni même de tenter de le faire.

Quelles seraient les conditions permettant un tel rattrapage ?

La première condition serait déjà d'identifier qu'il existe un important potentiel de rattrapage de l'économie française. Il est régulièrement indiqué que le potentiel de l'économie française serait désormais de 1.25% (selon une note du Trésor- avec une capacité de rebond de 1.5 points pour l'année 2016) alors qu'elle était de 2% avant crise. Mais il suffit de regarder les chiffres concernant les autres économies mondiales, où les pays qui se donnent la peine de favoriser réellement la croissance parviennent à dépasser largement les chiffres de leur croissance potentielle, ce qui a été le cas, par exemple, du Japon tout au long de ces derniers trimestres. Si la faible croissance de cette dernière décennie a entrainé la croissance potentielle du pays vers le bas, c'est qu'un surplus de croissance peut également rétablir la situation en sens inverse. L'enjeu est donc de soutenir la croissance par tous les canaux, par la voie monétaire principalement avec une capacité de soutien à l'économie qui est encore très importante au sein de la zone euro, mais également par le biais de dépenses d'infrastructures par exemple etc… Les leviers de la croissance sont disponibles et ne manquent pas, ce qu'il manque, c'est une prise en compte et un effort politique à mener au sein de la zone euro. Mais cette initiative n'existe toujours pas en Europe. Le statu quo domine, malgré les erreurs, malgré la décennie perdue, le problème demeure.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 03/01/2018 - 14:42
Oui
On veut d'autant plus croire l'auteur sur parole que sur les moyens de retrouver la croissance, il ne dit rien, rien de chez rien!!!! Et ce ne sont pas les politiques monétaires ou budgétaires qui sont en cause mais bien les politiques structurelles! Quand, au nom du changement climatique, de la peur que le Glyphosate soit une création de Satan on a massacré l'économie: les nanotechnologies, les OGM etc...ont été rayés de la carte au nom du principe de précaution! L'industrie chimique est morte ( voir article récent de LFP) et l'agriculture va être la prochaine victime de la mafia verte! Alors, qu'en disent les marchés mR Sylvestre?
vangog
- 03/01/2018 - 13:47
Le croc-en-jambe de la BCE!
À minima, et même en économie socialiste, on aurait pu avoir une croissance au moins égale à celle de la GB, si J.C.Trichet n’avait pas agi à contre-temps de la globalisation en remontant les taux d’intérêt (Alors que tout le monde les baissait...). es-t-on certain que l’erreur fatale ne se reproduira pas, alors que le fonctionnement de la BCE n’a pas été réformé? (Voir l’article de Mucherie: objectif déflationniste et anti-productif de la BCE)...mêmes causes, mêmes effets!
zen aztec
- 03/01/2018 - 13:20
Faut se relire,merde quoi!!
les États-Unis et le Royaume-Uni ont au moins essayé de "se refaire", et c'est ce qui explique que le niveau de chômage de la zone euro soit encore plus de deux fois supérieur à celui de la zone euro