En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 12 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 15 heures 6 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 19 heures 40 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 13 heures 3 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 18 heures 28 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 18 heures 49 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 19 heures 32 sec
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 19 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 19 heures 40 min
Atlanti-culture

Le coup de cœur de la semaine : "Iliade", un spectacle jubilatoire

Publié le 31 décembre 2017
Présenter l'Iliade, l'un des textes fondateurs de la littérature occidentale, à travers un jeu d'enfants, et en étant aussi joyeux que fidèles, il fallait oser ! Une réussite complète, ou presque. Chapeau !
Philippe Jousserand pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Présenter l'Iliade, l'un des textes fondateurs de la littérature occidentale, à travers un jeu d'enfants, et en étant aussi joyeux que fidèles, il fallait oser ! Une réussite complète, ou presque. Chapeau !

THEATRE

"Iliade"
D’après Homère
Traduction de Jean-Louis Backès
Adaptation, mise en scène et interprétation de Damien Roussineau et Alexis Perret

INFORMATIONS

Théâtre du Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
Réservations : 01 45 44 57 34
http://www.lucernaire.fr

Du mardi au samedi à 18h30
Le dimanche à 15h
Jusqu’au 4 février

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME                                                                                                            

Après les obsèques de leur père, deux frères reviennent dans la maison de leur enfance. Au grenier, ils retrouvent leurs déguisements, faits de bric et de broc, avec lesquels ils jouaient à « L’Iliade » comme d’autres aux gendarmes et aux voleurs. Bien que devenus adultes, ils ne résistent pas au plaisir de réinterpréter tous les personnages d’Homère. Et la guerre de Troie a lieu, une dernière fois.

POINTS FORTS

- Les deux comédiens Damien Roussineau et Alexis Perret sont tout simplement époustouflants d’énergie, de sincérité, de sensibilité et d’endurance physique. Ils se partagent les 35 personnages de cette « Iliade », les dieux, les Troyens, les Achéens, les guerriers, les femmes, Hélène, Andromaque… et passent de l’un à l’autre en un clin d’œil, avec seulement pour les évoquer une coiffe ou un élément de costume. Quel tourbillon maîtrisé !

Ils traversent le plateau, se battent, s’habillent, se déshabillent, jouent toutes les situations sans retenue, dessinent leurs personnages d’un trait sûr, le tout sur un rythme effréné. Ils savent aussi ralentir pour faire passer une émotion, comme celle d’Achille à la mort de Patrocle ou lorsque Priam vient réclamer le cadavre de son fils Hector en territoire ennemi. 

- Que d’invention dans les costumes et dans les accessoires, tous imaginés à partir de récup ! Les hauts murs de Troie sont de simples casiers à bouteilles, les casques, des brosses à reluire renversées ou des passoires, les armures, du molleton découpé, les boucliers, un couvercle de poubelle ou un skate-board, les chitons, de vieux rideaux, et les tuniques de cuir, un assemblage de chaussettes rouges pour les Troyens, jaunes pour les Achéens…

- Ce spectacle est aussi un hommage aux jeux de l’enfance, si proches du théâtre et de l’art dramatique. Cet âge merveilleux où l’imagination est illimitée et la force de conviction, dure comme fer, lorsqu’un bout de carton grossièrement découpé fait figure de glaive ou de revolver.

Ici, les deux comédiens interprètent deux personnages qui jouent à jouer. Cette mise en abyme est tout simplement jubilatoire pour le public qui a le sentiment de s’amuser avec eux.

POINTS FAIBLES

- Les enfants qui ont étudié « L’Iliade » à l’école, ou lu l’un des nombreux ouvrages de vulgarisation, ou vu le film de Wolfgang Petersen avec Brad Pitt, sortiront enthousiastes du théâtre. Pas sûr en revanche que les autres, ceux pour qui ce spectacle est une première prise de contact avec le texte d’Homère, ne soient pas un peu perdus par la multiplicité des personnages et la rapidité du récit.

- Certes, les puristes vous le rediront : « L’Iliade » s’arrête après les obsèques d’Hector, mais les auteurs de ce spectacle ont peut-être manifesté trop de respect à l’égard du texte d’Homère. De la salle, on aimerait que cette guerre aille jusqu’à sa conclusion, jusqu’au fameux cheval de Troie (même brièvement).

Car ce récit martial sans son issue (évoquée dans « L’Odyssée » mais que Virgile détaille plus dans « L’Enéide ») est un peu comme une représentation de « Hamlet » dont le metteur en scène aurait coupé « Être ou ne pas être… ». Parfois au théâtre, il est bon de dire basta aux exégètes ! Ainsi le cheval à roulettes qui trône dans le décor aurait trouvé sa pleine utilité...

EN DEUX MOTS

Texte fondateur de la littérature occidentale que l’on ne se lasse pas de s’entendre raconter, « L’Iliade » est ici présentée comme un jeu d’enfants, avec une imagination débordante mais aussi une rigueur stricte et une grande fidélité. Un spectacle jubilatoire.

UN EXTRAIT

Hector, guettant le lever du jour du haut des murailles de Troie : « Ce n’est pas l’aurore. La nuit hésite toujours. »

L'AUTEUR

A-t-il réellement existé en tant qu’individu ou représente-t-il une identité construite ? Qu’importe. Homère, selon la tradition, est le poète grec, l’aède, à qui l’on doit notamment « L’Iliade » et « L’Odyssée ». Vieux et aveugle, il est représenté allant de ville en ville et déclamant ses vers.

La traduction, parue chez Gallimard, disponible dans la collection Folio, est de Jean-Louis Backès, écrivain et professeur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires