En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Au clair de la lune
Agents de silence : ces nouveaux et coûteux emplois créés par la Mairie de Paris
Publié le 09 avril 2012
Cette idée lancée par Bertrand Delanoë aux Etats généraux de la nuit en 2010, pour réduire le bruit dans les rues parisiennes, a été mise en application fin mars. Un dispositif qui montre, une nouvelle fois, le fossé qui existe entre la politique de la Marie de Paris et les attentes des entrepreneurs.
Dominique Trenet est stratégiste dans une société de gestion indépendanteChaque semaine, il réalise pour Atlantico une synthèse des opinions les plus significatives sur l’évolution de la crise que nous sommes en train de vivre.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Trenet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Trenet est stratégiste dans une société de gestion indépendanteChaque semaine, il réalise pour Atlantico une synthèse des opinions les plus significatives sur l’évolution de la crise que nous sommes en train de vivre.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette idée lancée par Bertrand Delanoë aux Etats généraux de la nuit en 2010, pour réduire le bruit dans les rues parisiennes, a été mise en application fin mars. Un dispositif qui montre, une nouvelle fois, le fossé qui existe entre la politique de la Marie de Paris et les attentes des entrepreneurs.

Jamais à court d’idées pour créer des emplois, la Mairie de Paris vient d’inventer le nouveau poste d’ « agent de silence ». Depuis la fin du mois de mars, ils ont pour fonction de veiller à la tranquillité aux abords des bars, restaurants et discothèques en invitant au silence. Ce dispositif très innovant est né au cours des « Etats généraux de la nuit » lancés il y a un an et demi par la Mairie de Paris. Une quarantaine d’« agents de silence » sillonnent donc les quartiers branchés de la capitale, chaque équipe étant constituée de deux artistes et d’« un médiateur de rue » chargé d’expliquer la démarche aux passants. 

Les nouveaux « Pierrots de la nuit » ont été recrutés parmi les « intermittents du spectacle » auxquels la Cour des Comptes, présidée par Didier Migaud, socialiste, a consacré un chapitre dans son dernier rapport annuel. Ce sujet est classé parmi les « alertes » : « Le régime d'indemnisation des intermittents frappe par son immobilisme et la persistance des déséquilibres financiers de grande ampleur qu'il occasionne », conclut la Cour.

En 2010, le déficit du régime dédié aux artistes et techniciens du spectacle s'est encore élevé à 1,03 milliard d'euros, pour 106 600 personnes indemnisées (et un total de 273 000 cotisants). « Leur déficit a représenté en 2010 un tiers de celui de l'assurance-chômage dans son ensemble », illustre la Cour. Le fonds « provisoire » créé en 2004 pour amortir les fins de droit et gérer des reconversions a de son côté été pérennisé (en fonds « de solidarité et de professionnalisation »), pour un coût annuel de 9 millions d'euros et 9 000 bénéficiaires. « Dans le contexte actuel des finances publiques, cette situation n'est pas soutenable », juge la Cour. "Sur les dix dernières années, le déficit cumulé du régime des intermittents s'est établi à un montant proche de l'endettement total du régime d'assurance chômage (9,1 milliards d'euros à la fin 2010)", fustigent-ils. Dit autrement, ce sont bel et bien toujours les cotisations chômage de l'ensemble des salariés du privé qui servent à financer le régime très avantageux des intermittents du spectacle et, au delà, à financer une large partie de la politique culturelle de l'État. Le tout, à crédit.

En tant que citoyen, on peut s’étonner de cette décision , car le tapage nocturne est une contravention qui existe déjà dans le code pénal. L’article R. 623-2 du nouveau Code pénal (article R. 34-8° du Code pénal) punit d’une amende contraventionnelle de troisième classe "les auteurs ou complices de bruits ou tapages injurieux ou nocturnes troublant la tranquillité d’autrui". Il suffirait donc de faire respecter la loi par la force publique, qui est la pour cela.

En tant que contribuable, on ne peut qu’être choqué par une dépense qui, selon la Mairie, coûtera 270 000€ par an aux contribuables ! Dans une période où tous les efforts devraient être entrepris pour diminuer les déficits publics, cette dépense ne paraît vraiment pas prioritaire. Pour reprendre le texte de Philippe Muray[1] « Martine Aubry fait concurrence à l’état civil » écrit en 1998, il ne reste plus à créer que des « agents de développement du patrimoine », des « accompagnateurs de détenus », des « agents d’ambiance », des « coordinateurs petite enfance », des « aides éducateurs en temps périscolaires » et on pourra rapidement faire diminuer le chômage !

Tout entrepreneur qui ne passe pas sa vie dans les boites de nuit, car il ne vit pas dans un environnement « hyperfestif » entre les fêtes de la musique, les fêtes des voisins, les nuits blanches… ne peut être que triste de constater que la Mairie de Paris ne se penche pas plus sur la compétitivité de la ville dont elle a la gestion. Elle s’apprêterait au contraire à perturber un peu plus la vie de tous ceux qui travaillent et qui ont besoin de se déplacer pour aller voir des clients et faire du chiffre d’affaire, ce qui permet de créer des emplois non aidés…

D’après le projet qui a été présenté par la Mairie, la fermeture des quais à la circulation automobile consisterait à fermer la circulation quai rive gauche du Pont Royal au Pont d’Iéna pour y installer un « emmarchement » qui descendra en aplomb du quai d’Orsay. Des iles artificielles flotteraient au large du port du Gros Caillou. Ensuite, les quais rive droite seraient transformés en boulevard urbain avec feu rouge. Au total il s’agirait de mettre en place un projet à mi-chemin entre la fête foraine et Paris Plages. Le coût annoncé serait de 35 M€ d’investissement et 5M€ de fonctionnement annuel. On croit rêver ….


[1]  Philippe Muray « Essais » (Les Belles Lettres)
Alexandre de Vitry « L’invention de Philippe Muray » (Carnetsnord)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NYOR
- 09/04/2012 - 02:05
Vangog
Vos propos ne m'énervent pas du tout. Je crois que vous avez pris mon UN PEU pour une litote. Ce n'était pas le cas. Je ne connais qu'un PEU ce métier. Et je confirme la description que vous en faites : petits boulots, du noir, de la démerde, mais reconnaissez que c'est pas très top quand même. Je retiens surtout de grandes disparités, aucune solidarité, et un max de népotisme.
vangog
- 09/04/2012 - 01:04
@Nyor Dire que le père de votre meilleur ami était
réalisateur à la télévision, ne répond pas à ma controverse. J'ai, moi-même, connu une femme dont le père était Astrophysicien, mais cela ne fait pas de moi un connaisseur, même vague de l'astrophysique... J'ai, par contre, été intermittent du spectacle et connais bien les magouilles pour arriver à profiter d'un système fort prodigue. 95% des intermittent du spectacle sont, certes, très modestes, mais je n'en ai vu aucun crever la dalle, et j'en ai vu beaucoup. La plupart cumulent plusieurs petits boulots (au noir bien-sûr) avec leurs allocations et ils sont suffisamment débrouillards pour trouver un toit à Paris et manger à leur faim. Mais je sens que mes propos vous énervent, alors je vais me coucher. Bonne nuit pour moi, bon jour pour vous...
NYOR
- 09/04/2012 - 00:32
Ah au fait
Le père de mon meilleur ami était réalisateur à la télévision. Donc je connais un peu ce métier aussi et ses outrances. Je sais aussi des gens talentueux qui crèvent la dalle tout cela parce que les rôles leur sont confisqués par des fils à papa. Et qui ne s'en sortiraient pas sans ces indemnités.