En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Filière d'excellence

Filière nucléaire : au-delà de la restructuration financière menée par Areva et EDF, de nouveaux défis technologiques colossaux

Publié le 24 décembre 2017
Le retour au premier plan de la filière nucléaire française est un événement majeur, car cette industrie s'inscrit dans le temps très long qui est celui de la recherche, de la conception, de la construction, de l’exploitation, de la prolongation et du démantèlement.
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le retour au premier plan de la filière nucléaire française est un événement majeur, car cette industrie s'inscrit dans le temps très long qui est celui de la recherche, de la conception, de la construction, de l’exploitation, de la prolongation et du démantèlement.

Les conseils d'administration d’Areva et EDF viennent de donner l'ultime feu vert à l'opération de prise de contrôle par l'électricien de la division réacteurs du groupe nucléaire. Cette opération s’inscrit dans un contexte marqué par les difficultés importantes qu’a connues la filière nucléaire française.

Disons-le sans ambages : le retour au premier plan de la filière nucléaire française n’est pas seulement une question industrielle d’importance. Il s’agit d’un événement majeur, pour trois raisons essentielles.

D’abord, l’énergie d’origine nucléaire, pour peu qu’elle ne soit pas envisagée de manière exclusive mais bien en complément d’autres énergies, est un atout clé pour limiter les effets des changements climatiques. N’émettant pas de CO2 pour produire d’électricité, les centrales nucléaires permettent de disposer d’une forte puissance thermique et électrique, à coûts prévisibles. Il n’est pas inutile de s’en servir, au moment où vient de se fermer le sommet de Paris au cours duquel un ton franchement pessimiste a pris le relais des espoirs soulevés deux ans plus tôt à l’occasion de la COP21, et où un pays comme l’Allemagne s’aperçoit qu’il ne tiendra pas ses engagements en matière d’émission de CO2.

Ensuite, depuis les années 1960, la filière électronucléaire française est l’un des piliers du savoir-faire technologique de notre pays. Le Commissariat à l’Energie Atomique et les entreprises de la filière ont été à l’origine de nombreuses innovations technologiques, succès exports et emplois durables. Alors que sera bientôt mise en route la première centrale de Génération III+ à Taishan (2 réacteurs type EPR), il est utile de s’en rappeler.

Enfin, en matière nucléaire, si la question de souveraineté nationale est à l’évidence centrale, la nécessité de coopérer avec les autres pays et leurs industriels est également essentielle. Euratom, creuset de l’Europe communautaire, est bien là pour nous le rappeler. Plus proche de nous, des coopérations importantes ont été mises en œuvre, par exemple avec la Russie, sur l’amont du cycle du combustible notamment, mais aussi dans les domaines de l’innovation et de la construction.

Dans un tel contexte, il faut prendre la mesure des efforts technologiques continus qui sont menés par la filière nucléaire, et qui placent, par nature, cette industrie à la fois à l’extrême pointe de la technologie, et dans le temps très long qui est celui de la recherche, de la conception, de la construction, de l’exploitation, de la prolongation et du démantèlement. En voici deux exemples.

Premier exemple, les développements, notamment en matière de gestion numérique, qui irriguent le nucléaire pour la conception, la construction et l'exploitation des installations. En témoigne la méthodologie Multi-D, développée par la filiale ASE du groupe Rosatom en coopération avec Dassault Système, qui permet aux entreprises EPC (Engineering Procurement Construction) de créer un véritable jumeau numérique du projet pour gérer la construction et l'exploitation de grandes infrastructures.

Deuxième exemple, le travail mené sur les projets de centrale de Génération IV. La révolution technologique qu’elles représentent par rapport aux centrales de Génération III (en service) et III+ (EPR, AP1000, VVER-1200) est majeure. L’eau pressurisée comme modérateur-caloporteur est remplacée, selon les filières par du plomb, du sodium ou autre. Ces centrales qui seront une réponse majeure à la problématique des déchets (ils pourront être réutilisés en grande partie dans certains types de centrales) en sont pour le moment au stade embryonnaire. Il est d’ailleurs remarquable qu’au sein des 6 filières envisagées pour la Génération IV, deux pays se détachent par leur expertise : la France et la Russie. Ce sont en effet les seuls à avoir opéré ces centrales de manière prolongée - avec Superphénix en France et les réacteurs type BN en Russie - leur donnant une avance considérable. Si ces nouvelles centrales ne seront pas mâtures avant 2035-2050, il est néanmoins certain qu’elles représenteront un bond en avant à même d’irriguer l’ensemble des secteurs industriels. A ce titre les réacteurs de Génération IV pourraient jouer un rôle similaire à celui des premières générations : un accélérateur technologique global permettant aux pays occidentaux de conserver leur avance dans de nombreux domaines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

02.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 26/12/2017 - 20:58
Le lavage de cerveau est total...
J’ai arrêté de lire à « pour peu que l’energie Nucléaire ne soit utilisée qu’en complément d’autres énergies... » qu’elles energies? Le petit télégraphiste de la pensée unique écolo-régressive ne le dit pas, car il ne le sait pas...la seule chose qu’il sait, c’est ce que les dogmatiques lui ont dit de répéter bêtement: » l’energie nucléaire (qui représente quand-même 70% de toute la consommation électrique française, grâce au travail de générations de chercheurs...), ne soit plus être que « complémentaire », pour ne pas dire « accessoire »???? Allez, petit science pipologue, retourne apprendre tes leçons par cœur...car tu n’es bon qu'à ça!
Philippe du Penhoat
- 25/12/2017 - 20:56
Genération 4 ?
Nos centrales actuelles peuvent fonctionner encore quelques décennies. Non émettrices de CO2, non soumises aux aléas du vent, de la pluie et du soleil et encore compétitives, elles restent le meilleur compromis énergétique pour notre pays.
Ce n'est pas le cas de la génération IV qui, sauf rupture technologique majeure, sera d'un coût prohibitif.
brennec
- 25/12/2017 - 16:32
Le nucléaire complémentaire?
A priori une centrale nucléaire n'est pas vouée a être complémentaire, en effet, a ma connaissance, elles sont beaucoup moins souples pour les variations de régime elles sont donc plutôt destinées a fournir le socle de la consommation, les autres centrales assurant les variation lors des pics ou des creux. Ceci étant dit l'expertise et l'avance française peuvent très bien être réduites a néant comme cela s'est produit pour les ogm.