En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Atlanti-culture
"C’en est fini de moi" : en amour, surtout, il faut se méfier des apparences...
Publié le 21 décembre 2017
Variations mordantes sur le thème des solitudes, roman de l'auto-dérision élevée au niveau d'un art, "C'en est fini de moi" est un livre d'un désenchantement envoûtant.
Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie De Benoist pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Variations mordantes sur le thème des solitudes, roman de l'auto-dérision élevée au niveau d'un art, "C'en est fini de moi" est un livre d'un désenchantement envoûtant.

LIVRE

C’en est fini de moi

d'Alfred Hayes    

Ed. Gallimard  

202 p.

RECOMMANDATION 

EXCELLENT

THEME 

Asher, dévasté par une douleur aiguë, comme une blessure atroce, pense qu’il est un homme « fini ». A cinquante et un ans, il se sent vieux, inutile, exclu de sa propre vie. Il voudrait saccager sa superbe maison californienne, mais, après avoir allumé toutes les lumières, il préfère abandonner ce « brasier symbolique » et s’envole pour New-York. Il compte sur cette ville, qui a veillé sur lui pendant trente-cinq ans, pour guérir, pour se retrouver. 

Par sa vieille tante Dora, il rencontre son neveu Michael et sa petite amie Aurora d’Amore. Leur jeunesse et leur vitalité lui redonnent un souffle, il se sent moins seul. Il propose à Michael de l’accompagner sur les traces de son passé dans le vieux New-York ; malheureusement ces « excursions » ne ressuscitent pas les fantômes d’un paradis définitivement perdu … Il s’éprend d’Aurora à la peau sublime, elle est si saine, si vivante, si intègre à ses yeux ! Il croit à nouveau à son salut et se jette aveuglément dans les filets de ce jeune couple pervers : il le paiera très cher.

POINTS FORTS 

• le style tranchant, l’ironie mordante du narrateur sur lui-même : lucide, il n’hésite pas à se moquer de lui-même ou à souligner son attitude parfois ridicule.

• Asher, cet homme fini, en cendres (cf. le sens du mot « ash »), est décrit avec une justesse impitoyable. Victime de son âge, du vide de sa vie professionnelle, du désastre de ses deux mariages, il ne trouve plus de « connexion » avec son époque, avec son passé, avec les autres.

• Après deux mariages ratés, il en conclut que c’est une association impossible et que la richesse ne rend pas heureux. Sa deuxième femme, à qui il offrait pourtant des maisons de plus en plus luxueuses, représentant l’apogée de sa réussite à Hollywood, n’en ressentira que de l’insatisfaction.

• les générations différentes peuvent-elles communiquer, se comprendre ? Les rapports semblent inversés, puisque ce couple de jeunes arrogants, cyniques, féroces et pervers manipule un quinquagénaire naïf, crédule, trop confiant, qui n’a rien à transmettre.

• le passage est un thème récurrent, au sens propre, celui des voitures ou des piétons dans la rue et, au sens figuré, celui du temps, qui ne s’arrête jamais.

• la ville de New-York aimée et célébrée à travers ses différents quartiers, ses restaurants, ses boîtes de nuit, ses théâtres.

POINTS FAIBLES

Les premières pages peuvent déconcerter.

EN DEUX MOTS 

Ce roman d’une grande âpreté dans sa concision n’est pas dépourvu d’un désenchantement envoûtant. Alfred Hayes nous raconte l’histoire cruelle des jeux dangereux de ce trio trouble, en alternant des scènes d’une belle mélancolie avec des dialogues vifs et percutants. Asher, cet homme démoli, chassé de son monde, qui se heurte au ricanement de son neveu et aux mensonges d’Aurora, et qui se laissera presque volontairement humilier par eux pour éviter ses peurs et ses angoisses, incarne plus largement les désillusions d’une génération hédoniste, celle de l’auteur; n’oublions pas que le roman a été publié en 1968.

UN EXTRAITS 

Ou plutôt trois:

- « Je voulais me perdre. Je voulais m’effacer. Je voulais un endroit susceptible d’extraire de mon corps le venin de la douleur. Je retournais à New York. » p.13

- « Ainsi donc avais-je accosté dans le monde des jeunes. Je n’y séjournais, bien sûr, qu’avec un visa temporaire » p.121

- « A force de penser à moi-même, je me suis mis à accepter l’idée que ma vie avait consisté en une suite d’humiliations, certaines déguisées, certaines non. » p.190

L’AUTEUR 

Né en Grande Bretagne en 1911 et mort à Los Angeles en 1985, Alfred Hayes était scénariste pour Fritz Lang, Nicholas Ray, George Cukor, puis installé à Rome, pour Vittorio de Sica ou Rosselini. Il a publié sept romans entre 1946 et 1973, dont In love et Une jeune fille comme ça, édités chez Gallimard en 2011 et 2015. Il écrivait aussi de la poésie. C’en est fini de moi a été traduit par Agnès Desarthe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
05.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
06.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
07.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires