En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Cour de justice des communautés européennes

Uber : et si l’Europe assumait (enfin) la guerre des normes ?

Publié le 21 décembre 2017
La Cour de justice de l’Union européenne a rendu ce jour un arrêt important qui pourrait bien marquer la naissance de "l’entrée en guerre" de l’Europe en matière de normes liées au numérique.
Jonas Haddad est secrétaire national au sein du parti Les Républicains en charge de l'Entreprenariat des Jeunes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jonas Haddad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jonas Haddad est secrétaire national au sein du parti Les Républicains en charge de l'Entreprenariat des Jeunes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour de justice de l’Union européenne a rendu ce jour un arrêt important qui pourrait bien marquer la naissance de "l’entrée en guerre" de l’Europe en matière de normes liées au numérique.

En résumé, cette décision donne raison aux taxis de Barcelone qui réclamaient que les services collaboratifs d’Uber soient reconnus comme des services de transport et non pas de simple plateforme d’intermédiation.

Sans se prononcer sur le bien-fondé de cette décision, une évidence s’impose : les taxis ont gagné !

Or, depuis plusieurs années Uber avait libéré un marché sclérosé.

Progressivement, la concurrence des nouveaux acteurs VTC a contraint les prestataires de transport à réagir en se hissant à de meilleurs niveaux de qualité, pour le bonheur des usagers. Progressivement, Uber et les systèmes issus des VTC ont révélé toute l’étendue de leurs avantages et de leurs risques. Dans tous les pays européens, les législateurs ont tenté de trouver le point d’équilibre pour créer une nouvelle régulation permettre une saine concurrence ainsi qu’un équilibre des relations plateformes/chauffeurs.

Cependant, la décision de la CJUE n’est pas anodine et surtout elle s’inscrit dans un contexte particulier.

Sur le marché des VTC : Uber, acteur américain, n’est pas au mieux de sa forme et fait face à une crise de croissance matérialisée par des législations plus contraignantes et des mouvements remarqués à la tête de l’entreprise.  De nouveaux acteurs européens tels que Taxify, acteur estonien soutenu par des capitaux chinois, pratiquent une véritable guerre des prix et viennent bousculer l’ordre établi.

Sur le champ des normes : les positions américaines et européennes continuent de s’écarter en matière de numérique et pas seulement en matière de vie privée. Là où les pouvoirs publics américains ont récemment mis fin à la fameuse Neutralité du Net, les Européens font bloc pour conserver ce qui leur semble une garantie structurante.

Dans ses récentes interventions, le Docteur Laurent Alexandre, essayiste à succès en appelle à un réveil de l’Europe, déjà considérée comme une colonie numérique par rapport aux multinationales américaines et chinoises du numérique. Pour lui, l’Europe a perdu sa volonté de puissance se contente de quelques réussites de startups de taille moyenne et de vœux pieux.

Et si finalement l’Europe était en train de bouger ?

Et si l’Europe plutôt que produire des normes toujours plus contraignantes pour les producteurs européens commençait à percevoir la guerre économique qui se livre pour la maitrise de l’économie numérique ?

Un arrêt de la CJUE en soi ne saurait résumer cette entrée en campagne de l’Europe, mais si on y ajoute les ambitions européennes en matière de taxation des GAFA, on perçoit un frémissement.

Nos responsables politiques feraient bien mieux de regarder ce qui se joue dans ces décisions qui impactent des millions d’utilisateurs. Bien mieux que de défendre la nomination au sein du Conseil du numérique français de personnalités qui n’y connaissent rien au numérique mais tout à la polémique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

11, le nouveau chiffre de la bête ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/12/2017 - 13:41
@kelleburne Oubliez votre bourrage de crâne enarchique!
Et vous allez-vous découvrir la liberté de penser par vous-mêmes. Et vous verrez: c’est excitant la liberté, et ça vous aidera à comprendre les articles que vous ne comprenez pas.."
kelenborn
- 21/12/2017 - 12:17
Ah
Si quelqu'un a compris ce dont il était question dans cet article ( à part Vangode qui comprend tout...parce qu'il ne comprend pas qu'il ne comprend pas (moins par moins égale plus CQFD)) et bien chapeau!! Il est question d'une décision de la Cour de justice: laquelle? Qu'est ce qu'elle dit!!! la rédaction a encore frappé!)
vangog
- 21/12/2017 - 10:24
Réflexe protectionniste de l’URSS europeiste!
Pour une colonie numérique, l’UE a une très mauvaise façon de se défendre contre l’impérialisme numérique americain (et bientôt de Chine socialiste?...). Le protectionnisme intelligent consiste à favoriser l'émergence des acteurs européens, qui ont déjà vingt ans de retard sur les USA, en libérant les énergies, en cessant le terrorisme fiscal, en interdisant la normalisation stalinienne d’un secteur qui rêve de liberté créatrice. La CJUE, qui régit l’UE avec le zèle d’un commissaire du peuple socialiste, dresse des murs de la honte là où il ne le faut pas, alors qu’elle s’interdit de protéger les murs naturels et historiques de l’Europe contre les invasion...tout faux, l’UE! Mais on s’en doutait, non?