En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Congrès annuel
Comment l'UOIF a gagné des parts de marché en marketant l'islam
Publié le 06 avril 2012
De vendredi à lundi, c'est la rencontre annuelle des musulmans de France. Un immense salon orchestré par l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), un mouvement original misant à la fois sur une pratique religieuse rigoriste et sur une forte intégration au sein des pouvoirs publics.
Vincent Geissert est un sociologue et politologue français. Il occupe le poste de chercheur au CNRS, pour l’Institut du français du Proche-Orient de Damas.Il a longtemps vécu en Tunisie, où il travaillait à l'Institut de recherche sur le Maghreb...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Geisser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Geissert est un sociologue et politologue français. Il occupe le poste de chercheur au CNRS, pour l’Institut du français du Proche-Orient de Damas.Il a longtemps vécu en Tunisie, où il travaillait à l'Institut de recherche sur le Maghreb...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De vendredi à lundi, c'est la rencontre annuelle des musulmans de France. Un immense salon orchestré par l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), un mouvement original misant à la fois sur une pratique religieuse rigoriste et sur une forte intégration au sein des pouvoirs publics.

Atlantico : L’Union des organisations islamiques de France (UOIF) organise jusqu’à lundi sa 29e Rencontre annuelle des musulmans de France au Bourget. Que représente exactement l’UOIF en France, aujourd’hui ?

Vincent Geisser : Elle a évolué. Au départ, en 1983, c’était une organisation principalement composée d’étudiants engagés dans la spiritualité islamique. C’était une association qui se différenciait des autres syndicats étudiants arabes et maghrébins qui étaient plutôt à gauche. Ces premiers cercles étaient formés d'étudiants musulmans, principalement composés d’étrangers en provenance du Maroc et de l’Algérie. Ils défendaient alors une vision fondamentaliste au sens littéral du terme, une conception extrêmement conservatrice de l’islam. Ces étudiants, issus de la classe moyenne supérieure, s'étaient également inscrits dans une rupture avec leurs pays d’origine. Certains des membres étaient alors proches des Frères musulmans.

Puis ils ont grandi. Ils s’installent en France et entrent dans la vie active. L’UOIF est assez paradoxalement le résultat d’un processus de sédentarisation de ces anciens étudiants qui ne sont pas rentrés dans leurs pays d’origine. Ils prennent conscience que ce militantisme islamique, ils doivent le construire dans la construction d’un islam de France. Ils se marient en France, ont leurs enfants en France. Ils développent à partir de la fin des années 1980 une action qui repose sur deux axes. La construction des mosquées et de salles de prières, incluant la formation d’imams et la mise en place d’une université à Château-Chinon d’une part. L’éducation islamique d’autre part au sein non pas d’écoles coraniques mais d’écoles du mercredi-samedi-dimanche pour parfaire la formation musulmane des enfants en dehors des heures de cours. C’est une forme de catéchèse islamique.

A partir de là, la fédération est structurée. Elle joue beaucoup sur une identité de la pureté. Ils défendent l’idée qu’ils sont bien formés en islam et qu’ils ne sont pas dévoyés à l’islam d’Etat. Leur légitimité leur permet de se distinguer de l’islam des Etats d’origine, stigmatisant au passage la Mosquée de Paris accusée d’être liée à l’Algérie et la Fédération nationale des musulmans de France qui sont vus comme des Marocains. L’UOIF revendique son indépendance vis-à-vis de ces différents Etats, considérés comme totalitaires.

C’est là qu’ils commencent à se rapprocher de Nicolas Sarkozy. Ils sont les premiers à comprendre qu’il faut jouer à fond la carte française, dans leur sigle, dans leur présentation. Ils développent un discours à la fois ultra-conservateur mais en intégrant une dimension franco-française beaucoup plus présente que chez d’autres organisations musulmanes. C’est un fondamentalisme se revendiquant de l’identité du pays.

L’UOIF est-elle représentative de la population musulmane de France ? Cette fédération a-t-elle un poids réel auprès des fidèles ?

L’UOIF fait un peu la controverse. Ils ont une stratégie d’implantation nationale. Même s’ils ne sont pas majoritaires, c’est eux qui ont développé la stratégie de présence la plus cohérente. Ils ont des objectifs liés à l’échelle nationale. Ils restent assez diabolisés et vont chercher, pour cette raison, à se rapprocher des administrations publiques.

Ils sont aussi les premiers à inventer ce que l’on appelle « l’islam de marché ». C’est pour cette raison qu’ils ont mis en place ce fameux Bourget. Le nom de cette rencontre n’est pas anodin : ils ont décidé de ne pas l’appeler le congrès de l’UOIF mais bel et bien la rencontre des musulmans de France. Ils ne se définissent pas comme une organisation de musulmans parmi d’autres mais comme l’organisation représentative des musulmans de France. Ils ont une dimension hégémonique : s’ils ne représentent pas tous les pratiquants et ne contrôlent qu’entre 1000 et 2000 associations, ils se sont toujours posés en représentants des musulmans de France.

Dans le milieu des années 2000, ils y arrivent en renforçant leurs liens avec Nicolas Sarkozy, lorsqu’il devient ministre de l’Intérieur. Ce dernier va leur donner une légitimité et multiplier les discours dans lesquels il loue leur sérieux et leur respectabilité, mettant la Mosquée de Paris et la Fédération nationale des musulmans de France sur le bord de la route. De ce point de vue, l’UOIF obtient une double crédibilité : auprès des musulmans grâce à une politique de communication, de socialisation et de séduction qui leur donne une image d’acteur de terrain et auprès des pouvoirs publics. Ces derniers les dénoncent à l’échelon national mais se retrouvent à travailler souvent avec eux, au niveau local. Dans beaucoup de villes, plutôt à droite qu’à gauche, les maires trouvent au sein de l’UOIF des interlocuteurs plus fiables que d’autres.

Les affiliés à l’UOIF, qui lui restent parfaitement fidèles, sont en réalité très minoritaires. Ils sont cependant entouré par une population beaucoup plus large de « consommateurs » musulmans, qui viennent par exemple au Bourget pour profiter des produits qui leurs sont offerts : livres, conférences, vêtements … Enfin, il faut noter au sein des nouvelles générations une critique de plus en plus forte : les musulmans de la classe moyenne et supérieure issus nés en France voient dans l’UOIF une organisation marquée par les pays d’origines. L’UOIF est baptisée par certains « organisation de blédards ». Elle privilégie dans les positions dominantes des personnalités originaires de l’étranger plutôt que des musulmans natifs de France. Ces derniers, même s’ils ont fréquenté les mouvements étudiants, se font de plus en plus critiques vis-à-vis de l’absence de mise en avant des jeunes.

Comment l'UOIF est-elle financée ?

Il y a une part de financements issus des grands donateurs du Golfe, comme pour toutes les organisations musulmanes. Pour refaire son toit, la Mosquée de Paris a reçu un don de l’Arabie Saoudite. La Mosquée de Lyon, qui n’est pourtant pas fondamentaliste, a été construite sur fonds personnels d’un prince saoudien. Ces financements n’ont rien d’occulte. Ils n’ont rien à voir avec les fonds que peuvent blanchir les organisations terroristes. Il s’agit là tout simplement de mécénat.

La rencontre annuelle des musulmans de France, au Bourget, est également une importante manne financière. C’est une extraordinaire entreprise commerciale. On peut parler d’islam de marché. L’UOIF est la première à avoir su développé cette dimension de "l’islam marketing". Dans ce salon, les emplacements sont extrêmement chers, y compris pour les associations. Les commerçants et les visiteurs paient extrêmement cher.

Enfin, les affiliés participent au financement en donnant à leur échelle. Les donateurs sont connus. Mais ce qui permet à l’UOIF de prospérer, c’est qu’ils sont de véritables entrepreneurs : tout ce qui peut rapporter de l’argent est exploité au bénéfice de l’organisation.

Sur quels réseaux l’UOIF peut-elle compter ? Quelles sont ses influences ?

La parenté idéologique, religieuse et philosophique avec les Frères musulmans est claire. Mais au vu de l’évolution de ces derniers, le lien, la dépendance organique, ont disparus. Les Frères musulmans égyptiens sont devenus un parti politique et ont autre chose à penser avec leur majorité à l’assemblée qu’aux Français.

Les liens avec les organisations islamistes de type légalistes restent importants. On peut penser au PJD (Parti de la Justice et du Développement) marocain, qui est actuellement au pouvoir. On peut penser au parti Enahda en Tunisie. On peut penser à l’AKP en Turquie. Les relations avec ces partis sont surtout le fruit d’amitiés et d’unions familiales qui se sont construites en Europe, lorsque les dirigeants de ces mouvements étudiaient ou se réfugiaient à l’étranger. Ils appartiennent tous à un même réseau de sociabilité.

Il y a enfin des connections avec des prédicateurs. Je trouve que Nicolas Sarkozy n’a pas été très honnête dans ses dernières déclarations. L’UOIF a toujours été anti-salafiste. Ils ont beaucoup coopéré avec l’actuel Président contre le salafisme en effectuant beaucoup de repérage. Ils ont conseillé le ministère de l’Intérieur pour repérer les mosquées salafistes qui pouvaient poser problème, les imams les plus radicaux ou ce genre de choses.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 06/04/2012 - 19:52
c'est beau d'être naïf,d'être benêt,d'être non voyant
L' analyse: il ne faut pas parler mal des musulmans car il faut soutenir les musulmans non extrêmes?
La bonne question est il possible d'accepter la religion musulman telle qu'elle est écrite dans le Coran et comment aider les musulmans non extrêmes?
La solution pour les aider est de dénoncer les sourates et versets du Coran qui permettent aux extrémistes musulmans de prospérer.
Les musulmans non extrémistes s'ils sont plus nombreux pourront faire le travail nécessaire sur le Coran.
Pour le moment l'abattage des chrétiens en Égypte, Soudan, Niger n'est pas interdit et il n'y a pas de procès contre les meneurs car ils sont protégés par le Coran.
Donc il faut que les musulmans non extrêmes réforme le Coran pour éliminer les extrémistes qui prennent en otage le Coran et les musulmans non extrémiste
ytreza
- 06/04/2012 - 18:00
super sexy...
la barbie islamique
kronfi
- 06/04/2012 - 15:51
deux articles sur l'islam sur atlantico ce jour
ce sujet INEVITABLE est source de bien des interogations... et pour cause....
On commence a s'apercevoir ( en general dans la population) du danger de cette islam importe en France.
Alors on cherche a comprendlre... d'ou la plethore d'articles sur un sujet qui n;aurait JAMAIS eu lieu d;etre si l'etat francais des le depart avait pose les termes de la laicite avec fermete...
de bassesses en renoncements, de lachetes en arrangement, la gangrene est dans notre pays, alors que l'histoire , notre histoire et plus generalement l'histoire depuis 1400 ans, montre le caratctere VIOLENT de l'islam.
faut'il rappeler encore et encore, le mal fait d'abord aux perses et aux INDIENS... des centaines de millions de morts sur qq siecles, les conquetes enadalouses, berberes ( admirable peuple..) etc etc....
comment au XXI siecle, peut'on encore et encore croire ou faire croire aux sornettes de cette secte politico religieuse....
et je ne peux etre ok avec l;auteur qui dit au depart il s'agissait d'etudiant souhaitant affirmer leur spiritualite musulmane...
Il n'y a pas de spiritualite dans l'islam... il n'y a que conquete politique et point de salut pour les autres..