En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© AHMAD AL-RUBAYE / AFP
Une bataille gagnée
L'Etat islamique en Irak, c'est fini comme Etat mais pas comme marque mondiale attirante et donc très dangereuse
Publié le 10 décembre 2017
Le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a déclaré samedi que la guerre contre l'Etat islamique dans son pays était terminée. Mais il serait imprudent de baisser la garde : la fin de Daech en tant qu'Etat n'était que la première bataille. Tant que le salafisme sera attirant, il recrutera en masse.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a déclaré samedi que la guerre contre l'Etat islamique dans son pays était terminée. Mais il serait imprudent de baisser la garde : la fin de Daech en tant qu'Etat n'était que la première bataille. Tant que le salafisme sera attirant, il recrutera en masse.

Atlantico : Le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a déclaré samedi 9 décembre que la guerre contre l'Etat islamique dans son pays était terminée. Il a cependant admis que si militairement, la victoire était acquise, il fallait encore "nettoyer" le désert occidental du pays. Que pensez-vous de cette déclaration ?

Alain Rodier : Il a parfaitement raison s’il veut parler de l’« Etat » islamique tel qu’il existait depuis 2014/2015. Cette entité territoriale située à cheval sur l’Irak et la Syrie a disparu. A savoir que son « gouvernement » central, ses « gouverneurs » de wilayas (provinces), la véritable « administration » (éducation, santé, transports, finances, affaires religieuses, police, etc.) qui gérait les 5/8 millions d’habitants du « califat » ont disparu. C’est donc bien une « victoire militaire » mais en aucun cas la « guerre » n’est gagnée. Elle change juste de forme.

Pour revenir aux fondamentaux, la guerre insurrectionnelle a globalement trois niveaux :

- quand les insurgés sont faibles, ils utilisent le « moyen » terroriste car il est relativement facile à mettre en œuvre et peu coûteux en hommes et matériels ;

- quand ils se renforcent et que les forces auxquelles ils sont opposés ne parviennent plus à contrôler totalement le terrain, il passent au « moyen » guérilla en harcelant l’adversaire là où il est faible ;

- quand ils sont assez puissants pour affronter l’ennemi en champs clos, ils passent à la guerre classique avec blindés, artillerie, etc. Généralement, il ne leur manque que l'aviation (en dehors des drones qui connaissent un succès grandissant). Parvenir au troisième niveau ne veut absolument pas dire ne pas continuer à employer les moyens utilisés dans les deux niveaux précédents.

L’exemple historique est la guerre d’Indochine. Le Vietminh a commencé en 1945/46 par des actions terroristes pour monter peu à peu au niveau guérilla autour de 1950 (bataille de la RC 4) puis pour finir en bataille classique à Diên Biên Phu en 1954.

Daech a fait de même : terrorisme en Irak jusqu’en 2011 (sous l’appellation d’Etat Islamique d’Irak, EII), guérilla à partir de 2012/2013 en Syrie (sous le sigle d’Etat Islamique d’Irak et du Levant, EIIL) puis batailles classiques en 2014/2017 en Syrie puis en Irak. Il vient de perdre ce dernier niveau est revient donc aux deux précédents : terrorisme et guérilla.

Il ne fait pas de doute qu’il a préparé ce rétropédalage (qualifié de « retour au désert » en référence au départ forcé de Mahomet de la Mecque en 622 - l'hégire -) puisqu’il avait déjà déclaré que la perte des grandes localités, Mossoul (Irak), Raqqa (Syrie) et Syrte (Libye) ne lui importait pas car la lutte continuerait.  En effet, son idéologie salafiste-djihadiste perdure voire continue à s'étendre. En gros, Daech est revenu au combat « clandestin ». Cela peut aussi être comparé aux années noires qu’a connu l’Algérie dans les années 1990 : une guerre clandestine menée par le GIA qui a fait plus de 100 000 victimes sans compter les attentats commis en France….

Si les principaux groupes armés sont bel et bien défaits, de quelle nature va être la lutte contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie ?

Je l’ai évoqué précédemment. Il va avoir des attentats spectaculaires dans les grandes villes, même en dehors de la zone d’influence sunnite, des attaques de type hit and run sur des objectifs ponctuels peu protégés, etc. Tout va dépendre du soutien que Daech va continuer à avoir au sein des populations sunnites. Si une reconstruction rapide et une gestion correcte des populations ne sont pas assurées par le pouvoir de Bagdad, il est fort probable que Daech va survivre et même prospérer en recrutant au sein de la jeunesse de plus en plus révoltée.

Et pour l'instant, la réalité est inquiétante: les décideurs irakiens semblent toujours motivés par le clanisme (chiite), les arrangements entre "amis" (avec les Iraniens qui ont leur propre agenda) et la corruption.

Wassim Nasr, journaliste et spécialiste de la question djihadiste parlait cependant dans un entretien donné au Parisien d'une véritable "extension du logo, de la marque Etat islamique dans le reste du monde". En quoi cette internationalisation pourrait réaffecter les territoires dont l'Etat islamique a été expurgé ?

Il a parfaitement raison. D’ailleurs, la plupart des wilayas extérieures (Libye, Sinaï, zone Afpak, Extrême-Orient, Caucase, Sahel, etc.) étaient composées de combattants qui n’avaient fait que changer de bannière. Ils sont passés de la nébuleuse Al-Qaida « canal historique » estimée en perte de vitesse à Daech en odeur de victoires et de conquêtes.

En une phrase, la querelle des "anciens" représentés par le docteur Ayman al-Zawahiri contre les "jeunes" qui se reconnaissent en Al-Baghdadi. D’ailleurs, même dans la terre d’origine (l’Irak), Daech était la branche locale de la nébuleuse initiée par Ben Laden même si son père fondateur, Abou Moussab al-Zarqaoui a fait montre d'indépendance voire plus ! C'est lui qui s'est attaqué frontalement aux chiites qu'il considérait comme des "apostats" (des traîtres à l'islam) alors que Ben Laden était plus "mesuré" (on peut le comprendre, une partie de sa famille et des ses proches était en résidence surveillée en Iran).

Quoiqu'on en dise, il y a eu assez peu de "transferts" de combattants passant d’un théâtre d’opérations à un autre. C’est la conséquence de deux faits : les déplacements à l’international pour les activistes sont de plus en plus difficiles et surtout, leur hiérarchie a besoin d’eux là où ils se trouvent.

Maintenant, il y a des groupes de délinquants de droit commun - comme aux Philippines - qui trouvent intéressant d’habiller leurs trafics d’une cause politico-religieuse qui leur permet de recruter de nouveaux adeptes au sein des jeunesses désemparées. Par exemple, nous risquons de voir ce phénomène se développer au sein des Rohingya.

Pour résumer, une bataille a été effectivement gagnée mais la guerre continue. Il serait imprudent de baisser la garde. Et surtout, cette guerre est avant tout idéologico-religieuse. Tant que le salafisme sera attirant, il recrutera en masse. Le problème réside dans le fait que ce combat est interne à l'islam et que les "mécréants" n'y peuvent pas grand chose.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Acte XIX des Gilets jaunes : pourquoi les médias peinent à trouver le bon dosage en matière de diffusion des images de violence
06.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires