En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 8 heures 56 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 14 heures 32 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 14 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 38 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 12 heures 15 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 18 heures 42 min
Révolutionnaire

Ces conservatismes ligués que Richard Descoings avait dû combattre pour imposer sa vision de Sciences Po

Publié le 05 avril 2012
Décédé mercredi, le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris avait dû faire face à des oppositions de différents ordres et de tous bords politiques pour métamorphoser la prestigieuse école.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Décédé mercredi, le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris avait dû faire face à des oppositions de différents ordres et de tous bords politiques pour métamorphoser la prestigieuse école.

Richard Descoings est décédé mercredi à New York. Sciences-po, l’école qu’il a dirigée pendant 16 ans, est prise par la stupeur et l’émotion. Cette disparition dépasse cependant largement le seul milieu des élites parisiennes, parce que Richard Descoings a été un "révolutionnaire" pour l’enseignement supérieur français.

Richard Descoings a métamorphosé Sciences-po : la vieille dame de la Rue Saint-Guillaume est devenue, grâce à lui, une institution au cœur des échanges intellectuels mondiaux. Surtout, il a redonné sens à la méritocratie et à la réussite scolaire pour des milliers de jeunes en France. En 2001, il avait mis en place les fameuses « Convention CEP ». Dix ans après, un bilan peut en être fait : c’est un succès. Mais en 2001, une partie des enseignants, des étudiants, de l’élite parisienne s’était offusquée... 

Certains, à droite, y voyaient la fin de l’élitisme : en ne recrutant pas uniquement sur des critères purement académiques (que seule remplit une minorité privilégiée par l’argent ou sa famille enseignante), les « Conventions CEP » auraient marqué un renoncement à l’exigence culturelle. D’autres, à gauche, y voyaient la fin de l’égalité républicaine : en proposant d’aider certains quartiers et certains lycéens (les meilleurs), ce concours aurait montré l’emprise du marché dans l’Éducation et témoigné de l’indigne sélection. Dix ans après, ces oppositions n’ont pas disparu.

De nombreux étudiants s’opposaient aussi au dispositif de peur qu’on ne « prenne » leur place dans l’École. Ce ne fut évidemment pas le cas : l’intelligence de Richard Descoings a été d’augmenter la dimension des promotions dans le même temps. Au final, les Conventions CEP ne sont qu’une diversification des modes de recrutement. Une innovation qui a constitué un souffle incroyable dans l’enseignement supérieur. Elle a appris à une élite qui se refermait sur elle-même que l’excellence était diverse et qu’il existait des talents partout. Elle a montré aux plus réticents que de nombreux jeunes de "banlieues" ont une énergie énorme, une ambition immense et une soif de savoir. Bref, qu’ils sont des jeunes comme les autres.

Cette innovation a surtout fait sauter le monopole des rentiers ultras-privilégiés de l’information scolaire :
les gosses de riches (version XVIème ou version bobo parisien) et les fils de profs. Désormais, chacun sait en France qu’un élève qui travaille peut faire Sciences-po. Le milieu social n’est plus un obstacle. Dans ces fameux "lycées de ZEP", les élèves savent dorénavant que la réussite est possible s’ils s’en donnent les moyens : les "anciens" de leurs établissements entrés à Sciences-po en sont la preuve vivante. L’effet concret du concours CEP a été de doper l’ambition des lycéens – même ceux qui échouent à Sciences-po ou ne le tentent pas. Elle a donné aux petits frères et sœurs envie de travailler pour réussir.

Le succès n’est évidemment pas total : dix ans après sa mise en place, l’expérimentation dure, sans avoir été vraiment reprise. Elle a toutefois le mérite d’avoir obligé les autres Grandes Écoles à s’intéresser à la diversité sociale et à proposer quelques palliatifs … encore bien timides.

Au final, cette innovation a donc contribué à démocratiser l’idée de réussite dans l’enseignement supérieur. Juste en introduisant un mode de recrutement alternatif : exigeant, mais différent. Les autres établissements d’enseignement supérieur pourraient aujourd’hui s’en inspirer…

Rue Saint-Guillaume, « Richie » était plus qu’un directeur, c’était une idole : certains le détestaient, beaucoup l’adoraient. Tous les élèves le connaissaient, suivant chacun de ces gestes sur son hyperactive page Facebook. Récemment, il avait fait l’objet d’attaques virulentes : des opposants traditionnels s’étaient ralliés à des ennemis de circonstance. Comme tout "révolutionnaire", Richard Descoings avait aussi ses excès. Mais au-delà, sa personnalité et ses idées détonaient dans le paysage universitaire français.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 05/04/2012 - 21:13
Question
Je ne vis pas en ZEP et je ne suis ni un bobo, ni riche et je n'ai pas d'amis dans l'enseignement, ni dans les instances publics. Est-ce que je peux aller me brosser ailleurs, indépendamment du résultat de mes enfants? Bref, les quotas, la discrimination positive, c'est à proscrire. C'est de la méthode américaine et je n'aime pas. C'est contraire à notre idéal républicain. Si être révolutionnaire, c'est copier toutes les méthodes pourries en provenance des USA, alors révolutionnaire est un mot supplémentaire à rajouter au dico de novlangue.
Bon, en même temps, j'aimerai bien qu'ils apprennent un vrai métier...
sam84
- 05/04/2012 - 15:31
Pour comprendre,il faut chercher le pourquoi
Un anti a toujours une raison profonde,ou un événement déclencheur
Les anciens fumeurs deviennent très anti idem pour les alcooliques,les militants pour la sécurité auto sont souvent des personnes qui ont payés un tribu a la mauvaise conduite automobile ....
Pour Decoing chercher la femme et tout s'explique
VeLiVoS
- 05/04/2012 - 13:17
je préfère cette analyse là ...
http://www.polemia.com/article.php?id=4418